Signez la pétition contre la privatisation d’ADP !

contact@gds-ds.org

Contre la privatisation d’ADP, mobilisation générale !
10/05/2019 | la rédaction
Le Conseil constitutionnel a validé la proposition de référendum sur la privatisation d’Aéroport de Paris (ADP). Une grande mobilisation populaire pour recueillir les 4,7 millions de signatures de citoyen.ne.s. doit maintenant s’engager. Nous pouvons mettre en échec le gouvernement Macron-Philippe !
Macron veut privatiser Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques… Il est possible de l’en empêcher. Il est possible d’organiser une grande campagne dans tout le pays sur la question des biens publics et de leur gestion. La scandaleuse privatisation des autoroutes a été un jackpot pour les groupes privés. Ça suffit !
Contre la privatisation de la Poste, en 2009, un large rassemblement s’était constitué afin d’organiser une votation citoyenne, qui avait rencontré un succès en nombre de participants. Il faut reprendre le même chemin.
Dans les localités, les départements, les régions et au plan national, constituons des comités unitaires contre les privatisations avec pour tâche d’amener des millions de citoyens à se prononcer en faveur d’un referendum contre la privatisation d’ADP.
Associations, syndicats et formations politiques de gauche peuvent converger avec un seul et unique but : organiser et développer la mobilisation pour gagner !
Les militant.e.s du réseau de la Gauche démocratique et sociale (GDS) sont engagés des la premiere heure pour cette bataille unitaire, afin de mettre un coup d’arrêt à la politique néo-libérale de bradage des biens publics aux intérêts privés.

 

21 Commentaires

  1. Sophie MASUCCI
    Posted 24 mai 2019 at 1:10 | Permalien

    Je signe la pétition contre la privatisation de Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques…

    Merci Monsieur Filoche

  2. Sophie MASUCCI
    Posted 24 mai 2019 at 1:11 | Permalien

    Je signe la pétition contre Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques…

    Merci Monsieur Filoche

  3. Garus
    Posted 24 mai 2019 at 9:40 | Permalien

    Invraisemblable, ce désir de vendre toutes ces pépites qui nous rapportent !!!!!

  4. Bousquet
    Posted 24 mai 2019 at 9:58 | Permalien

    Contre la braderie de nos fleurons. Après les autoroutes Alstom etc etc… ça suffit STOP

  5. Posted 24 mai 2019 at 10:46 | Permalien

    Bonjour

    1. Sur le site de GDS, vous trouverez l’appel à soutenir la grève mondiale pour le climat du 24 mai, dont la Gauche démocratique et social est signataire.
    http://www.gds-ds.org/greve-mondiale-pour-le-climat-du-24-mai-77-organisations-appellent-a-se-mobiliser/

    2. Sur le site, un autre article à diffuser sans modération, la tribune « Gauche : un sursaut nécessaire ».
    http://www.gds-ds.org/gauche-un-sursaut-necessaire/
    Nous sommes parmi les initiateurs de cet appel qui a l’avantage d’être paru avant le 26 mai. Dores et déjà, d’autres appels sont en préparation (parutions prévues la semaine prochaine). Nous allons travailler à des initiatives convergentes de ces différents appels en juin.
    3. Dimanche soir, un communiqué GDS sera disponible aux alentours de 20h30, ainsi qu’une vidéo de commentaire des résultats.

    A gauche, dimanche soir ce sera ou l’abattement ou la colère : à nous de faire en sorte que l’aspiration à l’unité se renforce.

    Amicalement

    Eric Th

  6. Michel-Patrick Lutz
    Posted 24 mai 2019 at 17:33 | Permalien

    Je signe la pétition contre Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques…

    Merci Monsieur Filoche

  7. Hervé
    Posted 26 mai 2019 at 4:09 | Permalien

    Je ne vois pas la pétition contre le hold-up macroniste des biens communs français – notamment l’aéroport de Paris, la Française des jeux ou les barrages hydrauliques stratégiques ; autant de propriétés publiques que le président Macron veut nous voler pour les donner à ses amis milliardaires.

    Où se trouve t-elle cette pétition dont on entend partout parler mais que l’on ne voit jamais nulle part ?

    Y’a t-il concomitamment une pétition à signer contre la corruption de certaines de nos dites « élites  » ?

  8. Posted 26 mai 2019 at 10:08 | Permalien

    nous accumulons les signatures avant de trouver le texte en commun

  9. Posted 1 juin 2019 at 14:41 | Permalien

    je signe la pétition…

  10. PHILIPPE
    Posted 19 juin 2019 at 10:48 | Permalien

    Bonjour,

    je viens de tenter de signer mon opposition à la privatisation d’ADP sur le site officiel du gouvernement.
    Impossible !!! Le site bugue de façon incohérente. Foutage de gueule ou informaticiens nuls, au choix ! Tout est correctement rempli et bien que votant dans le 94 le site me demande de remplir obligatoirement le lieu de vote en outre-mer (!?).
    Régime autoritaire qui se met en place. Depuis quand en France doit-on signer une pétition sur un site officiel du gouvernement ?
    Amicalement
    Patrice PHILIPPE

  11. JOUANCHICOT Catherine
    Posted 19 juin 2019 at 22:20 | Permalien

    je ne veux pas qu’ADP soit privatisé

  12. emma
    Posted 20 juin 2019 at 16:59 | Permalien

    je ne suis pas d accort si cet pour comme les autoroute encore pour les riche non non et non

  13. Éric Delmas
    Posted 21 juin 2019 at 12:47 | Permalien

    Chères,chers citoyennes,citoyens,(j’ai pas osé le <>)
    Le <>’c’est pour l’électorat qui a élu un tas de cellules non pas humaines mais plutôt immondes et virales.
    La conscience du bien commun,du collectif,du collaboratif,du partage,du devenir sociétal,de l’épanouissement de tout un peuple,de toute une nation,de tout le genre humain n’est à la connaissance,n’est pas l’occupation,la préoccupation de ces amalgames biologiques:
    Ces immondes prédateurs élus avec 22% de voix,nous fourvoyent vers le système rétrograde et malsain anglo-saxon.
    Nous devons donc être 78%de l’électorat à voter contre tout dessein de leur part.
    Ne rien lâcher !!!!!!!!!!!!

  14. Dutilleul
    Posted 22 juin 2019 at 18:32 | Permalien

    je ne veux pas que l’aéroport de Paris soit privatisé

  15. Marc Loiseau
    Posted 23 juin 2019 at 20:47 | Permalien

    Vendre ADP c’est comme avec les autoroutes et EDF (qui ont été financé avec nos impôts )l’état récupère de l’argent s’empresse de le dilapidé et nous nous payons de plus en plus cher et les investisseurs se gavent

  16. Posted 24 juin 2019 at 9:09 | Permalien

    Bonsoir Gérard,

    J’ai dû m’éclipser hier soir, j’avais un train à prendre, merci de m’excuser de n’avoir pu te saluer, ni Pilou.

    Nous vous avons rejoint parce que la ligne que vous défendez, que nous avons surtout apprise à partir de tes campagnes, nous semblait la plus raisonnable. Je suis assez nouveau dans vos rangs, je ne perçois sans doute pas tous les enjeux.

    La réunion de hier m’a paru féconde car elle me semble porteuse des 2 axes que je crois nécessaires, le débat pour l’unité et l’action de terrain. La lutte contre la privatisation d’AdP permet cela.

    Cette situation où la gauche est enkystée dans ses composantes et les filets de ses débats, et où un énorme mouvement de masse est désemparé faute d’intervention en son sein, doit être dépassée. Bref, je veux continuer à prendre part à vos activités.

    J’ai lu ton livre sur 68. Il m’a apporté ce que j’y cherchais.

    Peut-être faut-il que je te parle en 2 mots de mon activité au sein de la LMR. Je l’ai rejointe en 1970, venant d’un groupe maoïsant qui avait réussi à Genève la scission du parti communiste (la LMR l’avait réussie à Lausanne). Ils avaient une solide base ouvrière mais ne satisfaisaient pas ce qui me paraissait prioritaire.

    Le régime intérieur de la LMR était différent de celui de la LC. Sans doute est-ce lié à l’histoire de sa direction. Mais plus encore à des caractéristiques suisses. Pays de petits pays (les cantons), ses sections intervenaient dans des contextes particuliers. Cela exigeait, dans le respect du centralisme démocratique, de l’autonomie. En Suisse, sans perspective de luttes décisives de la classe ouvrière, notre stratégie était moins portée sur l’intervention dans une telle crise que sur l’implantation au sein de la classe ouvrière suisse (suisse et immigrée, il existait deux marchés du travail).

    Le parti socialiste était le parti majoritaire, il dirigeait la principale centrale syndicale du pays (l’USS, une petite confédération chrétienne jouait un rôle marginal dans des cantons catholiques largement ruraux). Sa caractérisation de parti ouvrier bourgeois nous suffisait pour travailler à construire le notre et à chercher l’unité d’action sur les terrains que nous choisissions, à travailler au sein des syndicats. Nos premières campagnes centrales furent une campagne pour les 40h par le lancement d’une « initiative » (référendum) et une campagne avec le parti communiste contre les « caisses de pension ».

    La Suisse est un des pays les plus impérialistes, l’internationalisme était un élément central de notre activité.

    La possibilité existait de développer des activités dans le cadre de la ligne générale quand bien même elles n’entraient pas dans les priorités de la direction… pour autant qu’on évite le débat sur les priorités de celle-ci. Les débats politiques ne menaient pas à la constitution de tendances.

    Ainsi, de 1977 à 1985 j’ai animé un Comité de solidarité socialiste avec les opposants des pays de l’Est (CSSOPE) cherchant à regrouper des militantEs de toous les courants du mouvement ouvrier et interpellant toutes ses directions. Nous avions un solide ancrage dans le parti socialiste. Partis de Genève nous avons développé un courant national. Nous avons publié en 1982 la première brochure en français de Zbigniew Kowalewski, je crois. De fortes oppositions campistes ou anti-PS existaient contre cette activité, mais le camarade du SU lui apportait son soutien.

    Et puis, de 1985 jusqu’à mon départ de Suisse en 2015, j’ai développé un courant de lutte contre le racisme, SOS Racisme devenu Association COntre le Racisme SOS Racisme (question centrale en Suisse). Évidemment, je cherchais à travailler avec toutes les composantes de la gauche dans un cadre large, évidemment avec le PS. Évidemment, la LMR devenue PSO traînait les pieds. Nous avions pris contact avec SOS Racisme dès 1985, très vite participé à la coordination européenne mise sur pied. Nous collaborions surtout avec Eric, Harlem et Juju.

    En Suisse romande nous étions suffisamment solides pour nous développer malgré ce boulet. La direction nationale nous a fermé la porter de la Suisse allemande (SOS Racisme c’est sioniste, gnagnagna…).

    Lourde responsabilité, aucune véritable organisation de lutte contre le racisme n’a pu s’y développer. Plus tard nous devions en tenir lieu depuis la région francophone, malgré de trop faibles moyens et sans pouvoir établir le rapport de forces qui était nécessaire.

    Tu m’as entendu intervenir sur ce point hier. J’aimerais bien revenir là-dessus. Je pense que ce poison circule à l’excès dans les veines de la société française. Je sais bien qu’on ne le combat pas en moralisant, en anathématisant. Mais il faut en être conscient.

    Deux débats me préoccupent: d’une part la manipulation impérialiste et colonialiste du débat contre l’antisémitisme par toutes les composantes du pouvoir gouvernemental (le gouvernement actuel ou le précédent), et son avatar pervers, la sous estimation de l’antisémitisme par de larges rangs de la gauche (et notamment de l’antisémitisme dans la jeunesse et dans la population immigrée – j’ai le cuir épais, et je fais pas la chochotte, mais c’est grave!).

    D’autre part une insensibilité au climat islamophobe.

    Je suis affolé par le fait que malgré la présence d’une forte population algérienne en France, les combats symétriques de part et d’autre de la Méditerranée ne suscitent pas d’activité politique publique en France.

    Quelqu’un, hier, était-ce Laura? rappelait l’absence de la banlieue dans les luttes de gilets jaunes. Sur les ronds points que je connais, peu de personnes issues de cette immigration, et souvent elles participent au complotisme antisémite qui s’y fait dit. Comprends-moi bien, aussi longtemps que les fachos ne s’implantent pas, cette sensibilité ne m’effraie pas. Elle est assez compréhensible de la part d’une classe ouvrière qui a tout perdu, mines et usines, et service public, et espoirs dans le gouvernement, et qui cherche la cause de cet effondrement, et qui la voit dans la trahison plutôt que dans la violence capitaliste.

    Raison de plus pour y intervenir. Nous avons commencé de nous réunir aujourd’hui pour amorcer un comité local contre la privatisation d’AdP. Nous aurons besoin de matériel, et pas seulement sur AdP, mais sur toutes les privatisations, sur les boîtes du CAC 40, sur la politique du gouvernement… Cette bataille centrale permet une propagande plus large sur ces questions. Des meetings. Tu me vois venir.

    Bon j’espère ne pas t’avoir cassé les pieds avec mon babil.

    A très bientôt.

    Karl

  17. Posted 24 juin 2019 at 18:11 | Permalien

    idn.france.association@gmail.com

  18. Posted 24 juin 2019 at 18:12 | Permalien

    Le Comité contre la répression et pour les Libertés Publiques s’élève contre l’acharnement à l’encontre des syndicalistes !

    Le Comité contre la répression et pour les Libertés Publiques et contre la répression composé de plus de 40 organisations syndicales, associatives et politiques dénonce l’acharnement contre les militantes et militants syndicalistes.

    Elles et ils sont en première ligne face à une volonté du gouvernement de faire taire toutes les contestations. Macron veut en effet créer une société où nous serions contraints de courber l’échine, à l’image du traitement infligé aux lycéens de Mantes-La-Jolie, pour ouvrir la voie à la remise en cause de l’ensemble de nos conquis sociaux.

    Nous appelons à la solidarité la plus large pour défendre l’ensemble des syndicalistes réprimés, visés par des procédures disciplinaires ou pénales.

    Nous appelons notamment à la mobilisation la plus large :

    - pour exiger la réintégration de Jean-Michel Dieudonné, cheminot de Nancy radié au terme d’une procédure unique en raison de son affiliation à la CGT : Rassemblement le 24 juin à partir de 13h45 devant la Cité Judiciaire de Nancy

    - en défense de Linda Zerdhy, syndicaliste SUD-Rail, et d’Eric Bezou, cheminot SUD-Rail de Mantes-La-Jolie, dont le licenciement va être mis au vote du CSE de son établissement le 26 juin prochain pour s’être agenouillé devant ses supérieurs pour justement dénoncer la répression

    - à participer aux rassemblements vendredi 28 juin 18h30 devant la Préfecture de Police de Paris et les Préfectures partout en France en soutien Gaël Quirante (SUD Poste 92) et aux postières et postiers grévistes des Hauts-de-Seine, visés par de multiples procédures disciplinaires et judiciaires : au bout de 15 mois de grève, La Poste doit cesser de réprimer, elle doit négocier !

    Paris, le 23 juin 2019

  19. Posted 25 juin 2019 at 10:18 | Permalien

    comment hollande a trahi la gauche de 2012 à 2017 (link: https://youtu.be/nuk4MPhoAEs) youtu.be/nuk4MPhoAEs via
    @YouTube

  20. GIANNI Jean-Francois
    Posted 26 juin 2019 at 8:10 | Permalien

    Je signe la pétition contre Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques…

    Merci Monsieur Filoche

  21. GIANNI Josette
    Posted 26 juin 2019 at 8:11 | Permalien

    Je signe la pétition contre Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et les barrages hydrauliques…

    Merci Monsieur Filoche

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*