Rapport Lecocq, nouvelle loi anti travail

 

Y’a t il encore « trop » de contraintes et « trop » de contrôle » sur les entreprises ? Dans le monde libertarien, d’Hayek, Friedman et Macron, doit régner « la dictature de la liberté », il ne faut donc pas entraver la productivité, la compétitivité, et c’est le sens du nouveau rapport « Lecocq » du nom de la députée LREM du Nord.

Ce dangereux rapport se propose de continuer la besogne des lois Hollande- El Khomri et des ordonnances Macron-Pénicaud : en finir avec le contrôle de l’inspection du travail, pour privilégier la notion individualiste de « responsabilité », conçue comme une « performance globale (sic) » de l’entreprise.

Chaque salarié deviendrait le propre acteur de sa santé au travail : le lien de subordination qui caractérise le contrat serait de facto aboli, l’employeur quasi dégagé de sa responsabilité, et le salarié possiblement accusable de son propre malheur.

« - T’es tombé, t’avais pas mis de garde-corps, c’est ta faute, puisque le règlement de l’entreprise prévoit qu’il faut mettre un garde corps ».

«  -Tu es un acteur de ta sécurité autant que le patron, tu seras responsable de tes bilans de santé autonomes…

« - Tu réaliseras toi même ton examen, poids, taille, fréquence cardiaque, tension artérielle, tu seras guidé par vidéo et toutes les informations seront collectées  a distance par un « Service de santé au travail »

Ce serait la fin du document unique collectif de prévention et de sécurité. Le but serait de « desserrer la contrainte » qui pèserait sur l’entreprise,  donc de décharger l’employeur  de rendre des comptes de la mise en œuvre de ses obligations face au juge en cas d’accident.

Il serait aussi de donner la priorité aux « accords d’entreprise » sur les accords de branche ou sur la loi :  la prévention ne serait plus d’ordre public social, elle deviendrait aménageable par « négociation » au cas par cas. Laquelle « négociation » deviendra la dernière roue du carrosse, une fois que les CHSCT ont été supprimés, et alors que le nombre total des élus du personnel est divisé par deux. Le chantage à l’emploi l’emportera évidemment, dés lors que ce n’est plus la loi qui décide,  sur la sécurité, l’hygiène, les conditions de travail.

Ce cynisme et cette violence avec lequel Hollande puis Macron ont entrepris de casser la protection des salariés au travail  témoigne de la brutalité des exigences des patrons et de la finance : rien ne doit entraver la recherche du profit maximum même pas 550 morts au travail par an, 700 suicides liés au travail par an, 4500 handicapés du travail par, 650 000 arrêts du travail par an, des dizaines de milliers de maladies professionnelles dont un nombre considérable et sous-estimé de cancers, de troubles musculo-squelettiques, de cas de surdité.

Gérard Filoche

 

One Commentaire

  1. Hervé
    Posted 25 mars 2019 at 21:12 | Permalien

    Bonjour M.Filoche, j’écris ici ma colère vis à vis de France Inter qui nous a accablé ce soir à l’émission « le Téléphone sonne  » (25/03/19) d’une grossière propagande macroniste par rapport au système de retraite. Les agents clandestins du pouvoir matraquaient les auditrices et les auditeurs sur cette absurde décision dans les cartons de Matignon du énième report encore de l’âge de la retraite ainsi qu’ un second jour travaillé gratuitement dans le sillage des grotesques rafarinades d’antan. Tandis que le pays entier est en colère extrême depuis quatre mois, chaque samedi, tandis que des millions de salariées et de salariés sont en « Burn-Out » et tandis que des centaines de milliers de personnes meurent sans jamais profiter de leur retraite du fait qu’à l’âge de 62 ans, il faille ajouter cinq ou sept années de plus et qu’on est plus assuré de mourir qu’autre chose, j’attire votre attention Monsieur Filoche pour passer à l’offensive massive afin de contrecarrer la propagande médiatique aux ordres du gouvernement Macron & Philippe.63 % des françaises et des Français selon un sondage récent, sont contre l’allongement du départ à la retraite sachant bien qu’ils iront plus sûrement au cimetière que sur un yacht de Boloré. Il faut organiser de vastes manifestations anti-propagande et faire de ce sujet un nouveau thème de la révolution des boutons d’or, en cours de réalisation en France. Stoppons Macron, sa garde médiatique et policière rapprochée, œuvrons à une convergence des luttes !

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*