Après 8 h d’audience et malgré 9 parties civiles adverses, le Parquet qui avait initialement poursuivi, demande qu’il n’y ait pas de condamnation

Paris le 11 octobre 2018,

Bonjour,

Ce petit mot pour vous remercier chaleureusement de l’aide financière que vous m’avez apportée  au printemps dernier dans le cadre du procès inique qui m’a été intenté.

Vraiment, vous m’avez aidé, et sincèrement cela m’a ému.

J’en profite pour vous informer : le coût d’un pareil procès est de 12 000 euros pour les frais d’avocat de M° Dominique Tricaud et de 300 euros au greffe par témoin cité (je n’en ai cité que quatre, Gus Massiah, André Rosevègue et Benjamine Veill, André Langaney).

Je ne possède rien que ma retraite et ne puis y faire face. J’ai reçu de vous toutes et tous la somme de  2300 euros environ,  je vais donc, n’en soyez pas surpris, devoir faire des « relances » auprès d’autres généreux contributeurs.

Le procès a été renvoyé du 11 avril (jour de grève des avocats) au 26 septembre puis au 10 octobre à 13 h 30 au nouveau Palais de justice de Paris 17°.

Il y avait lors de la première audience, le 11 avril, huit avocats adverses, parties civiles contre moi, façon Crif, Licra, France-Israël,  ou Jacques Attali.

J’ai rédigé expressément pour le 11 avril, un « Manifeste contre le racisme et l’antisémitisme » de façon à combattre tous les faux procès. Il a été donné aux juges et à tous les avocats adverses.

Je vous l’adresse ci joint avec fierté.

Le 10 octobre, au bout de 8 h d’audience et malgré 9 parties civiles communautaires adverses, le Parquet qui m’avait initialement poursuivi, a demandé à ce que le tribunal ne prononce pas de condamnation.  C’est un grand événement et cela devrait déboucher, nous militons en ce sens, sur une relaxe : jugement rendu le 12 décembre.

Hélas, cela ne change pas le besoin d’argent, il faut les 13 000 euros.

En vous remerciant encore, avec mes meilleures salutations de militant syndical et politique profondément de gauche et donc antiraciste.

Bien à vous, Gérard Filoche

chèques à l’ordre de « soutien-Gérard.Filoche » C/O GF 85 rue Rambuteau 75 001 Paris

 

 

 

11 Commentaires

  1. Gilbert Duroux
    Posted 11 octobre 2018 at 12:26 | Permalien

    Cher Gérard,
    J’ai souvent croisé le fer avec toi sur ton blog parce que je ne supporte pas ta défense inconditionnelle de ce parti sclérosé, pourri qu’est le PS, que tu considérais en dépit de toutes ses trahisons et de son virage à droite de plus en plus marqué comme « le cœur de la gauche ».
    Mais ces petites querelles sont secondaires par rapport au fait qu’on défend, il me semble, les mêmes idées progressistes.
    C’est pourquoi, ne supportant pas ce mauvais procès qui t’est fait, et bien que vivant avec seulement 500 € par mois (au chômage, avec une allocation de fin de droits), je vais faire l’effort de t’envoyer un petit chèque. J’invite tous les lecteurs de ce blog, qu’ils apprécient ou non l’engagement de Gérard Filoche au sein du parti prétendument socialiste, à en faire autant. Ce qui est en jeu ici (salir l’honneur d’un homme pour l’exclure plus facilement de son organisation*) est plus important que nos petites querelles sémantiques sur le fait que le PS soit encore ou non un parti de gauche ou sur « l’appartenance déclarative ».

    *ce qui prouve bien que le PS n’est pas un parti de gauche parce qu’une telle saloperie ne peut pas se passer dans un parti de gauche.

  2. H.
    Posted 11 octobre 2018 at 20:26 | Permalien

    J’ai tardé à vous envoyer ma petite obole. Je vous prie de m’en excuser. Je le fais rapidement. Je suis ravi de l’heureuse issue qui semble advenir du point de vue judiciaire. Honte à celles et ceux qui vous ont sali et qui ont colporté de fausses informations dans le but de vous abattre. Bonne lutte !

  3. Pierre Lermigeaux
    Posted 13 octobre 2018 at 17:49 | Permalien

    Comment Mr Attali a t il pu poursuivre et se fourvoyer dans cette démarche? Pouah !Je le méprise encore plus.
    Il n a jamais représenté pour moi la gauche telle que je l ‘ai voté.Monsieur Filoche je vous envoie ma participation et je félicite Gilbert Duroux.

  4. Posted 15 octobre 2018 at 10:57 | Permalien

    Salut Gérard,

    Il y a un immense fossé entre les désaccords et les accusations pourries.

    On a des désaccords mais je n’imaginerais pas dire ou écrire les saloperies que je lis à ton propos comme à propos de A, de B ou de Z.

    Pour s’unir il faut un respect minimum entre nous. Et je lis ou entends trop souvent des propos regrettables et irrespectueux. Qui ferment les portes de l’union. Comme ceci :

    « Des figures historiques de la gauche radicale comme Gérard Filoche s’enfoncent sans cesse plus bas dans la reprise des contenus des médias fascistes. »

    Dans ce long texte bizarre le signataire crucifie aussi la France insoumise : « Toute une partie de la nébuleuse constituée par la France Insoumise et ses satellites est donc bien prête [...] pour tenter l’aventure fasciste pure. »

    Il n’y a pas d’union possible si on use de telles saloperies.

  5. Posted 15 octobre 2018 at 13:03 | Permalien

    in Les Echos du jour (3/10/18) :

    « La bascule du CICE en baisse de charges créerait 100.000 emplois en trois ans, selon Bercy ; la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) augmenterait le PIB de 0,2 % d’ici à 2021, estime le Trésor.

    3 Oct 2018
    Guillaume de Calignon @gcalignon et
    Pour le gouvernement, c’est clair et net : la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charges sociales l’an prochain aura un impact positif sur l’emploi. Dans les documents annexés au projet de loi de finances pour 2019, les économistes du Trésor estiment qu’elle augmentera le PIB de 0,2 point et créera 100.000 emplois d’ici à 2021. « A ce gain de court terme s’ajoutent les gains de long terme liés à la simplification du dispositif », précisent-ils.

    Cette estimation prend en compte l’effet sur la trésorerie des entreprises en 2019. Ces dernières toucheront le montant du CICE au titre de l’exercice 2018 pour un montant de 20,4 milliards d’euros et en même temps, chaque mois, elles bénéficieront de la baisse de charges pour une somme équivalente sur l’année.

    Evaluations différentes

    Le problème, c’est que cette évaluation diffère de celle citée dans la première version du rapport du comité de suivi du CICE. Cette version, que « Les Echos » se sont procurée il y a dix jours, affirmait en effet que la transformation du crédit d’impôt en baisse de charges « aura des effets globalement neutres sur l’activité et l’emploi ». Le rapport, publié mardi par le comité d’évaluation, a été changé et intègre désormais les résultats de l’étude du Trésor. Le représentant du Trésor au comité de suivi a informé les membres des résultats de l’étude mais ne leur a fourni aucun document écrit permettant de valider ses conclusions. Il était en effet politiquement difficile d’estimer que « ce gain en trésorerie significatif pour les entreprises », comparable « à une relance de près d’un point de PIB », selon les termes du Trésor, n’aurait pas d’impact sur l’activité économique à l’heure de la désindexation des retraites. A long terme, la « bascule » aura « des effets globalement neutres sur l’activité l’emploi »., dit tout de même le Trésor. Dans les documents adjoints au projet de budget pour 2019, Bercy critique le mécanisme actuel du CICE, « dont l’appropriation par les entreprises est insuffisante », et vante le fait que « le nouveau système sera nettement plus simple et lisible, ce qui facilitera l’appropriation de ce dispositif par les entreprises ».

    Le renforcement des allégements de cotisations patronales de 4 points jusqu’à 1,6 SMIC, à compter du 1er octobre 2019, « favoriserait également l’emploi » en baissant le coût du travail sur les bas salaires. Mais dans le même temps, le ministère de l’Economie et des Finances s’attend à ce que le salaire moyen par tête accélère l’an prochain et grimpe de 2,5 % en partie grâce à « l’amélioration de la situation financière des entreprises qui bénéficieraient de la transformation du CICE en allégements de cotisations ». En clair, une partie de ces allégements de charges sociales viendront gonfler les rémunérations. Le débat sur les effets des mesures de baisse du coût du travail n’est pas fini. » ■

  6. Posted 15 octobre 2018 at 13:04 | Permalien

    d’après Vincent Présumey hier sur Facebook:
    1 h ·
    Le détail du « revenu de citoyenneté de Di Maio en Italie :
    1) Il aura pour forme une carte électronique à dépenser dans les commerces,
    2) le budget est de 11,7 milliards d’euro – bien en dessous des « aides aux entreprises » diverses.
    3) il vise 5,1 million de personnes officiellement en très grande pauvreté,
    4) le montant annoncé de 780 euros par mois est en fait un maximum sauf pour les célibataires isolés,
    5) pour les autres il s’agit d’un complément visant à atteindre les 780 euros en se cumulant avec les autres revenus éventuels ou aides existantes et les revenus familiaux, il peut donc être très faible.
    6) les retraités en grande pauvreté devraient en bénéficier en janvier,
    7) les autres quelques mois plus tard sans plus de précision, mais attention : ils devront
    A) prouver qu’ils cherchent du travail,
    B) faire 8 heures de « travail communautaire » non rémunéré par semaine,
    C) accepter obligatoirement l’une des trois premières offres d’emplois qui leur seront faites !
    8) les étrangers et même les Italiens n’ayant pas résidé en Italie les 10 dernières années en sont exclus !

  7. Posted 15 octobre 2018 at 14:46 | Permalien

    https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/l-etat-cede-2-35-du-capital-de-safran_616598

    PRECISIONS :

    - Ce sont 1,25 Md€ qui quittent à nouveau le patrimoine de l’Etat sous MACRON, avant même le trio de privatisations PACTE -après déjà, au 2nd semestre 2017, 1,53 Md€ de ventes de ENGIE et 1,2 Md€ de Renault (+ restitution à Bouygues de parts ALSTOM) ;

    - l’entreprise SAFRAN relève pourtant du domaine militaro-stratégique cf. systèmes de propulsion aéronautique civil & militaire et spatiale (59% du CA) ; systèmes de défense et de sécurité (8,1%) ; équipements aéronautiques (32,8%) ;

    - On ne sait pas qui a racheté ces 2,35% de SAFRAN ; en tout cas, la famille PEUGEOT est un poids lourd dans l’entreprise (10% env.) ainsi dans une moindre mesure que les familles DOMANGE (Didier notamment) et MARECHAL (ex ZODIAC)

    Divers :

    - SAFRAN est dirigé par Ross McINESS, co-président du comité « Action publique 2022 » ;

    - Parmi les principaux partenaires industriels de SAFRAN figurent : DASSAULT (Rafale), Cap Gemini, etc.

    + banques « Bank of America Merrill Lynch » (celle dirigée par l’ « ami de 15 ans » de MACRON Bernard MOURAD) & Lazard [voire Rothschild & BNP, conseils de Zodiac en juin dernier) ;

    - principaux clients internationaux : ESTONIE (voyage récent d’E. PHILIPPE), INDE (voyage récent d’E. MACRON) ;

    - ANTICOR a porté plainte le 24 novembre 2015 pour « favoritisme » et « prise illégale d’intérêt » dans le marché public des radars [Mediapart, 29 mars 2016 : Bertrand CAZENEUVE aurait « sanctionné » un préfet (Bertrand MARECHEAUX) qui avait fait perdre un contrat passeport à SAFRAN en 2012 [cf. réattribution cette fois en découpé du contrats TES (titres électroniques sécurisés ) attribué en 2008 à « ATOS et MORPHO, filiales sécurité de SAFRAN) sous l’ère VALLS (alors ministre de l’intérieur et proche d’Evry qui emploie 3 300 SAFAN….)et fait économiser 30 Mo€ à l’administration française. Il est soutenu par le préfet Didier LALLEMENT, qui saisit l’IGA en s’appuyant sur une lettre de dénonciation reçue de Samuel FRINGANT, directeur des affaires « France » de SAFRAN… et ex IGA. La justice mettre en cause des rétentions d’information par Michel ROUZEAU, chef de l’IGA »] NB ANTICOR a à nouveau porté plainte dans une affaire de radar en février 2017 ;

    - Martin KLOTZ, général, conseiller du gouvernement pour les questions de défense, a rejoint le groupe SAFRAN en septembre 2018 [cf. mail 11/9/18];

    - Cedric O, actuel conseiller numérique de l’Elysée, ancien collaborateur de MOSCOVICI, a « dirigé une usine SAFRAN avant de devenir trésorier de LREM

    A +,

    « L’Etat cède 2,35% du capital de Safran mais reste premier actionnaire » Par Challenges.fr le 02.10.2018 à 08h01 Edgard Garrido. Cette cession prend la forme d’un placement institutionnel avec construction accélérée du livre d’ordres », note un communiqué de Bercy.

    L’Etat a décidé de céder 2,35% du capital du groupe aéronautique Safran mais en reste le premier actionnaire avec un peu moins de 11% du capital, a indiqué lundi le ministère de l’Economie et des Finances. « L’État a engagé aujourd’hui (lundi), via l’Agence des participations de l’État, la cession de 10.410.000 actions Safran, représentant 2,35% du capital de la société. Cette cession prend la forme d’un placement institutionnel avec construction accélérée du livre d’ordres », note un communiqué de Bercy.

    « Au terme de ce placement, l’État restera le premier actionnaire de Safran, avec 10,81% du capital et environ 17,67% des droits de vote », poursuit le texte. Au cours de clôture de lundi, cette cession de 10,41 millions d’actions de Safran représente 1,25 milliard d’euros, selon un calcul de l’AFP. « Cette cession s’inscrit dans le cadre d’une politique de gestion active des participations de l’État, respectueuse des intérêts patrimoniaux et stratégiques de l’État », indique Bercy

    Ces dernières années, l’Etat a cédé à plusieurs reprises des parts dans le groupe aéronautique. En 2013, il en possédait encore 23,5%. Début septembre, Safran a nettement relevé ses perspectives 2018 de chiffre d’affaires et de résultat opérationnel courant après un premier semestre marqué par une croissance de toutes ses activités, notamment de propulsion.

    (AFP)

  8. Posted 15 octobre 2018 at 20:02 | Permalien

    CICE :
    Au risque de répéter ce qui a déjà été dit mille fois, 40 Md€ pour créer (ou sauvegarder) 100000 emplois sur 3 ans, il vaudrait mieux les dépenser à embaucher directement 1000000 chômeurs en emploi public.

  9. Bourdais Marc
    Posted 17 octobre 2018 at 0:53 | Permalien

    Au risque de se répéter, il faut cesser de s’émouvoir devant les choix budgétaires des gouvernements libéraux. Soyons assuré que tout est construit pour favoriser une structure élitiste de la société et donc un comportement de valet à l’égard des puissances de l’argent.

    Toute la carrière de monsieur Filoche est marqué par son engagement pour la défense des travailleurs et la recherche d’une plus grande justice sociale. Fin connaisseur des lois et de leurs implications concrètes, c’est un débatteur habile énergique et convainquant. Positionné à droite il aurait certainement fait une carrière politique enviable. Mais jugé dangereux aussi bien par l’aile droite du PS que par la droite classique, il est parfaitement normal que le système profite de la moindre opportunité pour le discréditer. La sphère médiatique a popularisé son nom à deux reprises : Sur Contre l’affaire Cahuzac et contre lui même. Pour le reste il a été peu ou pas repris. Maintenant que le travail de discrédit est fait et bien fait il n’est pratiquement plus invité à débattre dans les grands médiats.

    Il faut lire ou relire « La fabrication du consentement » de Chomsky, tous les processus y sont décrits avec clarté et précision.

  10. Posted 17 octobre 2018 at 11:26 | Permalien

    ils ne me feront pas taire, il y a du monde dans les salles de reunions… j’écris la suite… et cf blog et sites http://www.democratie-socialisme.org

  11. Posted 17 octobre 2018 at 16:50 | Permalien

    Je pense qu’il faut évoquer le fait que la perquisition contre FI etc a été le fait du parquet dans le cadre d’une enquête préliminaire et non pas du juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire.

    Il faut aussi inclure les arguments de la FI sur pourquoi ces perquisitions sont disproportionnées (comptes de campagne validés, accusations d’emploi fictif au Parlement reposant sur aucun élément probant).

    Beaucoup de gens estiment, légitimement, que la justice ne peut pas s’appliquer différemment à des élus et ont été heurtés par les affirmations de Mélenchon (il serait « sacré » etc.). Il faut donner des arguments sur pourquoi que ces perquisitions posent un problème politique. CG

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*