Agenda G Filoche 2° semestre 2017

BN du PS tous les lundis
Réunions GDS conférences téléphoniques et le 1ier mercredi de chaque mois

1er septembre : sortie de deux livres :
« Décortiquons les ordonnances anti travail » (120 pages, 10 euros, Ed. D&S)
« 100 ans après la révolution russe racontée aux ados » ( Ed. L’esprit du temps)

Ventes « cerium »  Polar ou c’est l’inspection qui mène l’enquête INEDIT  Ed. du cherche midi

Mardi 5 septembre : réunion ordonnances anti travail Nantes 44 Attac (330)
Mercredi 6 septembre : Ministère environnement CGT de 12 h 30 (130) à 14 h puis réunion anti ordonnances Saint-Pierre-du-Perray 91 (45)
Samedi 9 septembre : réunion avec MLG : Paris 15° matin et a-m : Copernic BdT Paris
Mardi 12 décembre : manifestation, puis meeting Charleville-Mézières 08 (130)
Agenda Gérard Filoche vendredi 15, samedi 16 septembre, dimanche 17 à la fête de l’Humanité
Vendredi 17 h débat travail Agora (40)
Samedi 7 h 50 – 9 h France culture en direct
puis 10 h débat stand Ensemble (200)
puis 11 h présence stand Tarbes
puis 14 h RV pot accueil de Pierre Laurent
puis de 15 h à 17 h Agora grand débat travail procès des ordonnances (2000)
puis 1à 9 h : stand là-bas si j’y suis » Daniel Mermet (150)
Le reste du temps et dimanche à la lettre « F » au Village du livre toute la journée
Lundi 18 septembre : 9 h à 17 h : Bourse du travail Paris Pôle emploi (450)
Mardi 19 septembre : réunion Champigny FSU anti-ordonnances 94 (65)
Jeudi 21 septembre : Grabels Montpellier FI (80)
Samedi 23 septembre : réunion « PHASE » 17 h Donnemarie-Dontilly 77 (55)
Mardi 26 septembre : réunion Bourg-en-Bresse anti-ordonnances 01 (75)

Jeudi 28 septembre : réunion anti ordonnances Sciences Po Rennes 35
Samedi 30 septembre : réunion amicale Clermont-Ferrand 63

Lundi 2 octobre- vendredi 6 octobre : 100 ans d’Octobre à St Petersbourg

Mercredi 11 octobre : meeting à Morlaix 29
Vendredi 20 octobre : réunion anti ordonnances à Tourcoing
Mercredi 25 et samedi 28 octobre colloque Maison des Potes
Semaine 44 début novembre : invitation en Guadeloupe, meetings ???
W-end des 17 et 18 novembre : Var Toulon 83 fête du livre
Mardi 21 novembre : congrès CGT alimentaire à Angers de 9 h à 12 h
Jeudi 23 novembre : film dans l’Oise sur Jules Durand avec JJ Rue
Vendredi 24 novembre : réunion en Suisse canton de Vaud
Samedi et dimanche : festival du livre à Colmar et ?? à Lyon réunion de GDS
Mardi 28 novembre : « Idées » réunion (Jonquières) Vaucluse 84 Attac
Mercredi 29 novembre : à 20 h : avec Attac à Carcassonne

 

1000 livres vendus en une semaine :

100 ans apres :

 

 

polar original et inédit : un succès

 

8 Commentaires

  1. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 9:45 | Permalien

    Une fois de plus vous n’avez pas brillé d’intelligence dans vos réactions sur la Catalogne. contre toute attente, contrairement à vous JLM se démarque de ses amis espagnols en adoptant la seule position convenable: la condamnation de l’indépendantisme qui n’a que le résultat d’affaiblir les états européens au grand profit du marché.

    Clin d’oeil ironique, moi je suis pour l’autodétermination de mon village (1500 habitants) Ridicule votre collusion avec des indépendantistes dont on sait en réalité que ce sont des libéraux, c’est le cas en tout cas de la bande de mafieux qui ont confisqué le pouvoir à Barcelone et imposent en toute illégalité leurs projets anti-démocratique!
    l’organisation de ce référendum a donné lieu à un simulacre de débat au parlement de Barcelone ou les opposants ont du quitter la séance car on leur refusait le droit de s’exprimer!

    Décidément vous ne remontez pas dans mon estime le groupe liberto-libertaire de Gérard Filoche!

  2. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 9:54 | Permalien

    Par contre Manuel Valls catalan d’origine s’est déclaré contre l’indépendance de la Catalogne!

    Vous me direz, ce n’est pas une référence, mais je le note!

  3. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 11:17 | Permalien

    Plutot qu’une révolution sociale et démocratique les libéraux de tous poils préfèrent attiser la flemme indépendantiste, qui a l’avantage de faire oublier que le principal responsable des crises est le capitalisme!
    La place d’un socialiste n’est pas à soutenir n’importe quel mouvement de foule manipulé sans en connaitre ni les objectifs, ni le fondement idéologique des participants, c’est ce qui c’est passé une fois de plus en Ukraine ou des révisionistes pro-nazis animaient pour une large part les manifestations!
    De bout en bout JLM a euraison les deux fois et GDS tort!
    Si demain Lepen réussit à mobiliser un millions de personne dans la rue pour appuyer un coup d’état contre la république, comme le 6 Février 1934, la soutiendrez-vous, sous prétexte qu’elle a réussi à manipuler les gens?

  4. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 11:20 | Permalien

    C’est l’attitude courageuse et responsable de nos camarades socialistes espagnols qui m’ont amené à reprendre ma place ici au ps, pas vous!

  5. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 11:23 | Permalien

    Sur ce plan là Benoit Hamon est aussi stupide!
    Qui se ressemble s’assemble!

  6. Dominique Babouot
    Posted 29 septembre 2017 at 14:01 | Permalien

    Extrait du site du psoe sur la crise catalane

    El secretario de Política Federal, Patxi López, se ha referido esta mañana a la crisis catalana y ha asegurado que “el Partido Socialista defiende con mucha firmeza la legalidad, que es la que da soporte al sistema democrático, pero a la vez también tiende la mano para que hablemos entre todos y paremos este despropósito en el que estamos embarcados. Siempre nos tienen que quedar la palabra porque si no estaríamos perdidos”, afirmó.
    En una entrevista en RNE, el dirigente socialista ha explicado que “un país es fundamentalmente un acuerdo entre los que pensamos diferentes, nos sentimos de manera diversa y pactamos las reglas del juego, el marco de convivencia y el querer progresar todos juntos”; algo que “nunca debería haber faltado”. Y ha insistido en que es “con la palabra” y “con la política” como se “defiende la democracia día a día y la legalidad en la que se sustenta”; una legalidad que “siempre nos ha permitido abrir espacios para el diálogo y buscar a través de la negociación el entendimiento entre los distintos”.
    “Lo grave en todo este tiempo” atrás, “es que no ha habido esa política, ese espacio de diálogo para hablar de lo que de verdad teníamos encima de la mesa. Hemos perdido mucho tiempo, porque ya hace tres años hubo otro conato de consulta y qué hemos hecho desde entonces, nada”, subrayó.
    En su opinión, el domingo 1 de octubre “no espero ningún atisbo de enfrentamiento físico”, en todo caso será “un paso más en la confrontación, en la división y la fractura social, porque referéndum no va a haber”.
    “Podrá haber movilizaciones, pero un referéndum cuando no es legal, no tiene garantías; cuando nadie sabe el censo y nadie va a vigilar la limpieza de ese procedimiento porque ya no hay Junta Electoral, no es un referéndum, y por lo tanto lo único que se conseguirá es seguir ahondando en esa fractura social”, y “eso me preocupa. ¿No será mejor parar toda esta locura y hablar, y ver cómo damos acomodo, no al independentismo, sino a toda la sociedad catalana, cuya inmensa mayoría estoy seguro que quiere compartir un proyecto y un espacio, España, que procura libertades, derechos, igualdad, justicia social, progreso colectivo, y en el que se reconocen las identidades diversas. Cualquiera que esté en política tiene la obligación de buscar esto”, añadió.
    Respecto a la posibilidad de que se declare unilateralmente la independencia de Cataluña tras el 1-O, Patxi López respondió: “¿y?, ¿dónde van?, ¿quién la reconoce?, nadie. ¿Dónde nos lleva esto, a seguir ahondando en la fractura? Un gobernante no tiene que jugar al enfrentamiento de su sociedad, tiene que entender que la sociedad catalana es tan plural o más que la del conjunto de España y tiene que velar porque sea una sociedad unida”, por eso “hay que parar todo esto que solo nos lleva a esa fractura”.
    Patxi López ha recordado los acuerdos que se vienen alcanzando con las distintas formaciones nacionalistas, pero ha advertido que “el problema es que el independentismo en Cataluña hoy está practicando justamente lo contrario. En lugar de sumar identidades diversas, las está enfrentando. No les gusta nada que digamos esto pero en Cataluña lo más preocupante es la división y la fractura social. Y quien está al frente de un gobierno tiene una primera obligación que es unir”; algo que el ejecutivo de esa comunidad “no está cumpliendo”.
    Insistió en que los socialistas “apoyamos la legalidad explícitamente” y citó a “quienes la están defendiendo a pie de calle y no solo desde la tribuna de un parlamento, como son los más de cien alcaldes y alcaldesas del PSC”, que junto a otros “son los verdaderos abanderados de esa defensa de la democracia en Cataluña”. “Pero a la vez –recordó-, defendemos el espacio de diálogo que necesitamos”. Son dos cosas “complementarias” y es lo que tenemos que defender: “ley y política, democracia y diálogo”.
    Preguntado sobre qué espera de la reunión de la Junta de Seguridad de Cataluña que hoy se celebra, López afirmó que “lo que cualquier demócrata debería esperar, es decir, que todos los que tienen la responsabilidad de velar por el cumplimiento de la ley, lo hagan”. Señaló que “la justicia tiene que actuar con proporcionalidad”, porque es así también como “se legitima”, y “los Mossos, como una fuerza del Estado que también es, lo que tiene que hacer es velar por el cumplimiento de esas decisiones proporcionales de la justicia”.
    Sobre la aplicación del artículo 155 de la Constitución, López aseguró que “lo hemos convertido en leyenda. Para unos es la gran herramienta del Estado de Derecho para preservarse y para otros es la gran bestia parda, el demonio con cuernos y rabo. Pues ni una cosa ni la otra. En España no se puede suspender una autonomía, sería anticonstitucional. Lo que permitiría el 155 en casos muy excepcionales es hacerse cargo de alguna competencia que no se estuviera cumpliendo por parte de algún gobierno después de justificarse, tras lo cual el Consejo de CCAA debería emitir una opinión y el Senado aprobarlo por mayoría absoluta”. Por eso se ha mostrado contrario a posicionarse “sobre hipótesis que lo que van a generar es una bola de nieve que alimenta a un extremo y al otro. Vamos a ver cómo se suceden las cosas”, añadió.
    Respecto a la comisión impulsada por el PSOE en el Congreso para la evaluación y modernización de nuestro Estado autonómico, Patxi López dijo que debería ponerse en marcha “cuanto antes, porque cuanto antes empecemos a hablar, antes podremos dar una respuesta”. En ella “queremos ver cómo mejoramos ese modelo territorial que nos hemos dado y que, después de cuarenta años, es evidente que tiene cosas que rechinan o a las que hay que dar un mejor acomodo a la realidad de este país”
    Pacto de Estado contra la violencia de género
    Patxi López ha considerado “sorprendente” la postura de Podemos de abstenerse ante el Pacto de Estado contra la violencia de género que hoy votará el pleno del Congreso.
    “Todos hemos hablado de la necesidad y urgencia de tener un pacto de Estado” en esta materia. De hecho, “se ha conseguido que haya más de 200 medidas positivas para prevenir, combatir y acompañar a las víctimas de esta violencia, y sorprendentemente Podemos se retira en el último momento de este acuerdo. Sinceramente no lo entiendo” y “son ellos los que tendrán que explicarlo”, apuntó.

    Traduction francaise approximative pour ceux qui ne comprennent pas l’espagnol

    Le secrétaire Fédéral, Patxi López, s’est rapporté ce matin à la crise catalane et a assuré que « le Parti socialiste défend avec beaucoup de fermeté la légalité qui est celle qui donne un support au système démocratique, mais à la fois aussi la main tendue pour que nous parlions tous ensemble et arrêtions cette sottise dans laquelle nous nous sommes embarqués. Toujours nous devons continuer à parler parce que si nous arretions, nous serions perdus », a-t-il affirmé.
    Dans une interview à RNE, le dirigeant socialiste a expliqué que « un pays est fondamentalement un accord entre des personnes qui pensent differemment et qui se sentent divers mais qui acceptent les règles du jeu, le cadre de cohabitation et le fait de vouloir progresser tous ensemble ,quelque chose qui ne devrait jamais avoir manqué ». Et il a insisté pour ce qu’il soit avec la parole comme avec les actes de défendre la démocratie au jour le jour et la légalité qui la nourrit; une légalité qui nous a toujours permis d’ouvrir des espaces pour le dialogue et de chercher à travers de la négociation la compréhension entre nous.
    Ce qui est grave dans tout ce temps c’est qu’il n’y a pas eu cette politique, cet espace de dialogue pour parler et de mettre sur la table ce que nous pensions les uns et les autres Nous avons perdu beaucoup de temps, parce que déjà il y a trois ans il y a eu un effort de consultation et que nous n’avons rien fait depuis lors.
    Il a souligné qu’il espérait que le dimanche 1 octobre il n’y aura pas d’affrontement physique, en tout cas il pense que si c’était le cas ce serait encore un pas dans la confrontation, dans la division et la fracture sociale, parce qu’il n’y aura pas de référendum.
    « Il pourra y avoir des mobilisations, mais un référendum quand il n’est pas légal, quand il n’a pas de garanties; quand personne ne sait le recensement et si quelqu’un va surveiller la régularité de cette procédure parce qu’il n’y a pas d’Assemblée Électorale, ce n’est pas un référendum, et par conséquent la chose unique qui sera obtenue est de continuer de dans la fracture sociale », et « cela me préoccupe. Ne serait-il pas mieux d’ arrêter toute cette folie et de parler, et voir comment nous traitons cette situation, non pour les independentistes, mais pour la société catalane, dont la majorité immense je suis sûr veut partager un projet et un espace, l’Espagne, qui procure une liberté, des droits, une égalité, une justice sociale, un progrès collectif, et dans laquelle les diverses identités se reconnaissent. N’importe qui qui fait de la politique a l’obligation de chercher cela « , a-il ajouté.
    Par rapport à la possibilité de ce que l’on déclare unilatéralement l’indépendance de la Catalogne après le 1er octobre Patxi López a répondu : » et ?: où vont-ils ?: qui est-ce qui la reconnaît ?, personne. Où nous conduit cela, à aggraver la fracture ? Un gouvernant n’a pas à jouer à l’affrontement de la société, il a à entendre que la société catalane est si plurielle et meme plus que l’ensemble de l’Espagne et a à veiller à ce que soit une société unie « , il faut arrêter tout cela qui nous conduit à aggraver cette fracture « .
    Patxi López a rappelé les accords passés avec les diverses formations nationalistes, mais a remarqué que « le problème est que les independentistes en Catalogne aujourd’hui pratique justement l’opposé. Au lieu d’additionner les diverses identités, ils les opposent les unes aux autres. Cela ne leur plaît pas que nous disons cela mais en Catalogne le plus inquiétant est la division et la fracture sociale. Et celui qui est à la tête d’un gouvernement a une première obligation c’est d’unir »; quelque chose que l’exécutif de cette communauté n’accomplit pas ».
    Il a insisté pour que les socialistes appuyent la légalité explicitement » et a cité à « ceux qui la défendent dans la rue et non seulement depuis la tribune d’un parlement, comme le font plus de cent maires et mairesses du PSC » qui près des autres « sont les vrais porte-drapeau de la démocratie en Catalogne. « Mais à la fois – nous défendons l’espace du dialogue dont nous avons besoin ». Ce sont deux choses « complémentaires » et c’est que nous avons à défendre : « une loi et une politique, une démocratie et un dialogue ». Alors qu’on lui demandait qu’est ce qu’il attendait de la réunion de l’Assemblée de Sécurité de la Catalogne qui se réunit aujourd’hui, López a affirmé que « ce qui importait c’est ce que n’importe quel démocrate devrait attendre c’est-à-dire que tous ceux qui ont la responsabilité de veiller au respect de la loi, le fasse ». Il a remarqué que la justice a à agir avec impartialité, parce que tous les corps de police sont légitimes, et « les Mossos, comme une force de l’État doivent aussi veiller au respoect de ces décisions impartiales de la justice ».
    Sur l’application de l’article 155 de la Constitution, López a assuré que nous l’avons changé en légende. Pour les uns c’est le grand outil de l’État de Droit et pour les autres c’est la grande bête brune, le démon avec cornes et queue et ce n’est ni l’une ni l’autre. En Espagne on ne peut pas suspendre une autonomie, ce serait anticonstitutionnel. Ce qui permettrait l’application de l’article 155 c’est dans des cas très exceptionnels, c’est de se rendre compte que le gouvernement local n’accomplirait pas sa mission , il faudrait alors que la cours constutionnelle supreme émette une opinion et que le Sénat l’approuve à la majorité absolue ». Pour cela il s’est montré opposé à se positionner sur une hypothèse qui reviendrait à alimenter une boule de neige pour un extreme ou l’autre. Nous allons voir comment les choses se passent, a t-il ajouté.
    Par rapport à la commission impulsée par le parti socialiste ouvrier espagnol au Congrès pour l’évaluation et la modernisation de notre État autonome, Patxi López a dit qu’elle devrait être mis en place » dès que possible, parce que plus vite nous commencerons à parler, plus vite nous pourrons donner une réponse « . Nous voulons examiner ce modèle territorial qui existe depuis quarante ans, il est évident qu’il y a des choses qui ne vont pas et qu’il faut corriger dans un sens plus conforme à la réalité du pays.

    Pacte d’État contre la violence de genre
    En ce qui concerne « le Pacte d’État contre la violence de genre Patxi López a considéré que la posture de Podemos était surprenante comment s’abstenir sur le Pacte d’État contre la violence de genre qui sera mis au vote aujourd’hui lors de la réunion plénière du Congrès. « Tous avons parlé de la nécessité et l’urgence d’avoir un pacte d’État » dans cette matière. De fait, « il a été obtenu plus de 200 mesures positives pour prévenir, pour combattre et pour accompagner les victimes de cette violence, et d’une façon surprenante Podemos se retire au dernier moment de cet accord. Je ne comprend pas sincèrement a-t-il insisté et ce sont eux aussi qui devront l’appliquer.

  7. SCOCI
    Posted 10 octobre 2017 at 17:46 | Permalien

    A votre attention svp aide aux personnes victimes d’arnaques sur internet

    Emails : gouvern.int@europamel.net / organisme.int@netc.fr

    Depuis le début de l’année 2016 et 2017 SCOCI (Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet) en collaboration avec la gendarmerie française a enregistré un nombre considérable de plaintes d’où certains escrocs arnaques nos paisible population à travers des sites de rencontre et d’annonce. Laisser nous vous renseigner que beaucoup d’autre manière sont mise au point par les escrocs pour vous arnaquer à nouveau pour vous informer, L’Interpol est une organisation fédérale mondiale de la police qui à pour but d’arrêter les criminelles de tout genre et donc ne peut intervenir en faveur des victimes pour toutes formes escroqueries sur le net. Mais compte tenu de la situation l’administration fédérale en collaboration avec les Etats membres de l’union Africaine,il a été ouvert une branche spécialisée le 16 Janvier 2017 à Lyon pour apporter de l’aide aux victimes d’escroquerie sur le net en recueillant leurs témoignages pour entamer un recours auprès de la justice du pays ou réside l’escroc pour procéder a son arrestation pour un remboursement du double au triple .Alors si vous avez été arnaqué sur la toile d’une : grosse somme d’argent, d’achats non conformes à la photo, de virement bancaire, de chantage sur le net, de faux maraboutage et faux compte,Paypal, de fausses histoire d’amour pour soutirer de l’argent, de vente de voiture, de gay et lesbienne et de faux tirage a la loterie ……..etc. Alors pour se fait,veuillez partager partout ou vous voulez cette thèse très importante ou veuillez nous contacter au Emails ci-dessous ou au numéro suivant ou bien de nous laisser un SMS.Ces coordonnés sont disponibles pour vous afin d’obtenir les services de l’Interpol mondial. SCOCI (Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet).
    Telephone : EUROPE: +33644698567 / AFRIQUE : +22962405867

    Emails : gouvern.int@europamel.net / organisme.int@netc.fr

  8. SCOCI
    Posted 10 octobre 2017 at 17:47 | Permalien

    A votre attention svp aide aux personnes victimes d’arnaques sur internet

    Depuis le début de l’année 2016 et 2017 SCOCI (Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet) en collaboration avec la gendarmerie française a enregistré un nombre considérable de plaintes d’où certains escrocs arnaques nos paisible population à travers des sites de rencontre et d’annonce. Laisser nous vous renseigner que beaucoup d’autre manière sont mise au point par les escrocs pour vous arnaquer à nouveau pour vous informer, L’Interpol est une organisation fédérale mondiale de la police qui à pour but d’arrêter les criminelles de tout genre et donc ne peut intervenir en faveur des victimes pour toutes formes escroqueries sur le net. Mais compte tenu de la situation l’administration fédérale en collaboration avec les Etats membres de l’union Africaine,il a été ouvert une branche spécialisée le 16 Janvier 2017 à Lyon pour apporter de l’aide aux victimes d’escroquerie sur le net en recueillant leurs témoignages pour entamer un recours auprès de la justice du pays ou réside l’escroc pour procéder a son arrestation pour un remboursement du double au triple .Alors si vous avez été arnaqué sur la toile d’une : grosse somme d’argent, d’achats non conformes à la photo, de virement bancaire, de chantage sur le net, de faux maraboutage et faux compte,Paypal, de fausses histoire d’amour pour soutirer de l’argent, de vente de voiture, de gay et lesbienne et de faux tirage a la loterie ……..etc. Alors pour se fait,veuillez partager partout ou vous voulez cette thèse très importante ou veuillez nous contacter au Emails ci-dessous ou au numéro suivant ou bien de nous laisser un SMS.Ces coordonnés sont disponibles pour vous afin d’obtenir les services de l’Interpol mondial. SCOCI (Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet).
    Telephone : EUROPE: +33644698567 / AFRIQUE : +22962405867

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*