Mon intervention au BN du PS de lundi 11 septembre

Oui Macron, c‘est Thatcher, je l’ai dit ici dés le printemps, je l’ai écrit  en vous prévenant à temps, rien à voir avec le « centre » ni la « gauche »,  il fallait le lire et le décrypter, il est sur le plan économique et social à droite de la droite. Y compris de Fillon. Ceux, ex socialistes, il n’y en plus ici, qui se sont mis de la boue dans les yeux, nous ont trahi, ont rompu avec la gauche,  avec nos valeurs, avec nos électeurs, en ayant de la complaisance idéologique pour ce personnage (sans doute à cause de sa place dans le quinquennat précédent) et qui ont saboté la campagne de notre candidat, ceux qui ont eu de l’indulgence pour ce Macron ont eu bien tort, et sont grandement coupables.

Lorsque sur une revue de presse, hier, je vois à la fois Macron confirmer que nous sommes des « fainéants, cyniques et extrémistes » et notre candidate aux sénatoriales, et « porte parole » (sic) de la direction dite collégiale et provisoire, Frédérique Espagnac qui « déclare qu’elle souhaite à Macron de réussir », il y a malaise grave. Election n’excuse pas ! On ne peut accepter cela. De même qu’Olivier Faure ne devrait pas parler de Benoit Hamon comme « supplétif de la CGT » Si on veut l’unité et l’unité syndicale ce n’est pas approprié.

 

Macron repose sur une tête d’épingle, en matière de forces sociales, c’est la pointe de la finance, de la banque, du Medef du CAC 40, les 95% de médias des 9 grands milliardaires, mais socialement il n’est rien en profondeur, ni à droite, ni à gauche. Il n’a pas de maillage territorial, de soutien structuré ni implanté. Il a eu 13 % de votes d’adhésions éphémères, puis des votes par défauts contre Fillon et Le Pen, et avec 58 % d’abstentions à la fin.  Nos électeurs sont allés majoritairement et par « vote utile » à gauche vers Mélenchon mais aussi à l’abstention dés le premier tour.  La partie qui  est allée chez Macron au premier tour doit s’en mordre les doigts

 

Son parti « en marche » est bidon, ce n’est pas un relai, mais un ramassis de vendeurs de tupperware, d’arrivistes ignorants, en désordre et sans foi ni loi ! « En Marche »  a voté des statuts le 16 août à 30 % de votants et ces statuts sont les pires possibles, sans démocratie, sans débats, tout par le haut, rien que par le haut, ça vide définitivement ces « marcheurs » de toute consistance. L’exemple type de ce qu’il ne faut pas faire, un fonctionnement vide de sens social et militant, des statuts sans débats, pire pour empêcher le débat, imposer le suivisme césariste.

 

Il ne le sait pas mais il compte dans les « riens », un rien historique, un rien pour nos concitoyens, un rien pour le salariat. C’est un trader, homme de cabinet, de putsch et de coups et il laisse régulièrement paraître cela dans ses propos déraisonnables et agressifs. Ce qu’un président ne devrait pas dire ! Il est pire que Sarkozy et Hollande, il n’est là que comme un avatar ultime du libéralisme voulant aller jusqu’au bout de la destruction de la protection sociale, voulant satisfaire le patronat français rapace qui rêve de faire Thatcher et Reagan depuis trente ans

Le niveau de vie des Français est encore inférieur à celui de 2008 : c’est le bilan de Sarkozy et de Hollande, Macron s’emploie à aggraver cela.

Macron s’y emploie donc violemment et cyniquement,   »théorie du chaos » et « destruction créatrice » à l’appui !

 

Mais attention, c’est à contre temps et a contrario de la société française telle qu’elle est, et c’est explosif !

Il faut avec plus de force que ne le fait le PS dénoncer le personnage et ses œuvres, la semaine dernière, il ressortait de notre discussion, longue, que nous appelions à manifester le 12 septembre, c’était clair et  majoritaire, mais ça ne s’est pas retrouvé dans le communiqué écrit et publié ensuite :  on y trouve des phrases alambiquées, qui, je le dis fermement,  desservent notre parti, on ne peut pas faire rire la France entière de cette façon en paraissant appeler sans appeler, soutenir sans soutenir, mobiliser sans mobiliser.

 

On est dans l’opposition, Macron nous mène la guerre, nous lui menons la guerre !

 

Il y a un fossé entre sa politique et le pays.

 

Les ordonnances sont pires que tout ce qu’on croyait bien sur, je n’y reviens pas, les gens écoutent et comprennent peu à peu leur danger. Je l’ai expérimenté à Nantes avec un meeting dans une salle comble à craquer, mardi dernier.

 

Le pire est à venir, et ce sera la fin des cotisations sociales comme il veut l’annoncer, c’est à dire la mort complète du système de protection sociale en place depuis 1945 payée par les employeurs à la source sur nos feuilles de paie. Il supprime l’assurance chômage (après hélas que Hollande ait supprime les allocations familiales) il supprime l’assurance maladie, il va supprimer les retraites, et ce qui ne sera plus payé par les patrons à la source, le sera  par nous par l’impôt.

 

C’est un hold up un transfert massif de 450 milliards  le mélange des budgets jusque là séparés de l’impôt et des cotisations « pré affectées ». Le budget de la protection sociale ne génère que 10 % de la « dette » présumée du pays, alors que le budget de l’état génère 78,5 % de la dette présumée du pays. Quand il va avoir mélangé cela, notre protection sociale, notre modèle social, sera détruit. Ce sera la plus formidable baisse de salaire brut de l’histoire, il va donner 20 euros de plus sur le net et retirer 250 euros de moins sur le brut, c’est le rêve à 1000 % du Medef.  Il serait temps que le PS dénonce et combatte cela  AVEC VIGUEUR !

Deux points annexes :

1°) Il a échoué sur la question cruciale des « travailleurs détaches » et nous avons tort de ne pas le dire. C’était prévisible vu qu’il frimait, et que ce qu’il demandait ne tenait pas debout, des CDD… sur 2 ans. C’est une question qui va devenir chaude. Elle explosera, car les patrons français se goinfrent en faisant venir 450 000 salariés moins chers que les travailleurs français. Il faut réclamer la dénonciation unilatérale de cette directive discriminatoire !

2°)  Pourquoi avons nous laissé passer sans réagir la question de la fraude de PSA et de Tavares (a moins que celui ci ne finance notre local ? rires). On se dit « écolo » et on n’attaque pas là-dessus ? PSA a triche comme Volkswagen et risque 5 milliards d’amende. Ils ont calculé comment frauder cyniquement, malhonnêtement, honteusement les contrôles publics sur la pollution des tuyaux d’échappement. Comme Fiat Chrysler ? Et Renault ?

On sait que les « particules fines » ça fait 48 000 morts, et ça ne fait pas plus de scandale, Tavares qui se paie 600 smic n’est même pas en garde a vue ? Et Hulot plastronne au JT de France 2 sur le plateau en direct à propos des Antilles, mais s’en va, juste avant le point sur PSA et la pollution ?   On est opposants, on s’oppose et on se bat, et on appelle la gauche à l’unité, contre pareil scandale !

 

 

 

 

63 Commentaires

  1. Mat
    Posted 12 septembre 2017 at 12:48 | Permalien

    Je voulais savoir si MM. Collomb et Le Drian ont finalement été exclus du PS, étant donné les postes pour le moins important qu’ils occupent dans le gouvernement Philippe, ou bien s’il faudra compter avec eux pour l’unité ? (c’est une question sérieuse, je ne trouve d’info précise sur ce sujet nul part…).

  2. JC
    Posted 12 septembre 2017 at 19:39 | Permalien

    La révolution elle renvoie à Marx. La troisième c’est Proudhon, quand Macron fait campagne avec un bouquin intitulé révolution et en prétendant marcher sur une troisième voie il prétend avoir réconcilié Marx et Proudhon.

    Soit vous le comprenez et dans ce cas je me demande ce que vous attendez pour tout faire péter, soit vous le comprenez pas et je vois pas comment vous pouvez prétendre avoir compris quoi que ce soit à l’embrouille Macron.

    Au fait Macron il a pas prévu de rénover la démocratie? Vous penserez aux status d’en marche pour moi alors.

    Bonne soirée.

  3. Posted 13 septembre 2017 at 10:55 | Permalien

    « la revolution » elle renvoie au peuple, au salariat surtout…
    macron ne connait ni marx ni proud’hon, il ne le sait pas mais il n’est « rien »… qu’une girouette de la finance

  4. Posted 13 septembre 2017 at 10:56 | Permalien

    évidemment qu’ils ont été exclus…

  5. Pro-Filoche
    Posted 13 septembre 2017 at 12:35 | Permalien

    Ce n’est pas ce qui indiqué sur les pages wikipédia de ces deux ministres. Ils appartiennent toujours au PS.

  6. Posted 13 septembre 2017 at 13:09 | Permalien

    c’est la preuve que wikipedia n’est pas toujours fiable

  7. Mat
    Posted 13 septembre 2017 at 15:26 | Permalien

    Je me permets d’insister à propos de la position du PS sur les macronistes (Le Drian et Collomb n’en sont qu’un exemple représentatif). Cela me paraît important, car les citoyens ont le droit de savoir ce qu’il se passe, pour savoir avec qui l’unité va se faire.
    Et comme il n’y a aucun article, à ma connaissance, qui relate l’exclusion des deux ministres, comme, de surcroit, un article du 8 mai 2017 donne Le Drian encore au PS (http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/avec-qui-macron-va-t-il-gouverner-07-05-2017-6925464.php), comme un article du 20 mars dernier (http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Politique/Gerard-Collomb-appartient-il-toujours-au-Parti-Socialiste) explique que des membres du PS ont reçu un courrier qui ne vaut pas exclusion mais qui explique qu’ils ne seront pas investis (difficile pour qui ne connait pas les statuts du PS de saisir la nuance…), et enfin, comme wikipédia n’est pas fiable, est-ce que le PS pourrait apporter des précisions publiques sur la situation de ces personnes ? Un compte-rendu de débat ? Des copies de courriers ? Cela permettrait de clarifier les choses, et de ne pas laisser s’installer le flou dans l’esprit des gens.

  8. Pro-Filoche
    Posted 13 septembre 2017 at 18:05 | Permalien

    Une seule possibilité : bloquer le pays.

    Et même au-delà : l’Europe, le monde.

    Tout bloquer.

    À ce moment-là, 2 possibilités :
    -soit les patrons cèdent aux revendications
    -soit ils ne cèdent pas et alors, les ouvriers se mettent d’accord entre eux pour faire tourner usine et entreprise à leur guise.

  9. Pro-Filoche
    Posted 13 septembre 2017 at 18:08 | Permalien

    Mais il n’est pas dit que ce soit un long fleuve tranquille : l’extrême-droite tenterait immédiatement de briser les grèves au nom du « rétablissement de l’ordre ».

    Hier le 12 septembre, les obligés du mafieux Marcel Campion ont défilé pour récupérer le mouvement. Il faut alerter : ces gens sont des ennemis du mouvement ouvrier et social, que les choses soient claires.

  10. Posted 13 septembre 2017 at 18:39 | Permalien

    je t’ai deja demande de changer de pseudo et de ne pas utiliser mon nom

  11. Posted 13 septembre 2017 at 18:40 | Permalien

    les circulaires sont claires ils ne sont plus membres du PS et le ps est dans l’opposition

  12. Brun Ours
    Posted 14 septembre 2017 at 1:07 | Permalien

    Bonjour et merci pour ton blog, qui permet d’avoir une fenêtre sur le PS grâce à laquelle on n’oublie pas quand on est à l’extérieur que se trouvent encore dans la boutique qqs gars tout à fait valables. Le tout est de savoir dans quelle proportion…
    Je serais ravi d’avoir ton avis d’expert en histoire économique et sociale sur un petit clip pour une chanson à visée d’éducation populaire et militante (pour les manifs) inspirée de mes lectures sur l’esclavage mais aussi de tes réflexions sur le salariat.
    http://www.dailymotion.com/video/x60l5jx

  13. Posted 14 septembre 2017 at 9:06 | Permalien

    « J’entends, ce matin que Mélenchon dit que si Benoît Hamon s’était retiré à l’élection présidentielle, sous-entendu, en sa faveur, icelui serait aujourd’hui Premier ministre.
    Moralité: j’ai bien fait de ne pas voter pour Mélenchon.
    cc tous les mélenchonistes (enfin les républicains). » S A

    quel odieux culot ! il fallait le dire avant de nous faire tous perdre, de nous conduire au désastre du 23 avril …

  14. Posted 14 septembre 2017 at 9:07 | Permalien

    ca existe déjà, non ?

  15. Posted 14 septembre 2017 at 9:43 | Permalien

    « Si Benoît Hamon avait retiré sa candidature, il serait Premier ministre et moi président de la République », estime Jean Luc Mélenchon.

    Gérard Filoche: « C’est gonflé de s’être vanté le 14 avril d’avoir « su résister à l’unité », d’avoir organisé le désastre du 23 avril et du 18 juin, et de dire apres qu’on pouvait faire autrement

    ou ils sont tous ceux qui annônaient pendant des mois -decisifs – ici que pareil accord était impossible ?

  16. Gilbert Duroux
    Posted 14 septembre 2017 at 13:49 | Permalien

    GF : « les circulaires sont claires ils ne sont plus membres du PS et le ps est dans l’opposition ».
    Le PS dans l’opposition ? Faut le dire vite. J’en ai pas vu des masses à la manif avant-hier.

  17. Posted 14 septembre 2017 at 13:51 | Permalien

    j’en ai vu beaucoup, ils ne portent pas de badges, ils sont syndiqués
    ensuite 95 % des électeurs PS et des sphères élues sont maintenant contre Macron…
    et la position officielle est l’opposition
    reste a battre les Le Foll, Faure etc…

  18. sansressources
    Posted 14 septembre 2017 at 16:39 | Permalien

    relisez mes posts c’est ce que je n’ai jamais cessé de dire depuis le début, Méluche président, Hamon 1er ministre, lire aussi les réponses de Gérard, j’étais réveur, au mieux, débile, au pire, et dire que j’avais raison, fait ch…

  19. socrate
    Posted 14 septembre 2017 at 19:22 | Permalien

    vu que les flingueurs sont dans la ville Melenchon Hamon c’est mal parti pour l’unité des gauches
    je crains que cela ne désespère un peu plus une partie de l’électorat qui en a marre de ces vaines rancunes idiotes dans l’état actuel de la société

  20. jules
    Posted 14 septembre 2017 at 22:46 | Permalien

    A GF post 13,
    Vous écrivez : « quel odieux culot ! il fallait le dire avant de nous faire tous perdre, de nous conduire au désastre du 23 avril … ».

    C’est vous qui avez un odieux culot et une mauvaise foi caractérisée. Tous les intervenants sur votre blog en parlaient et vous, en plus de les insulter, vous ne parliez que du retrait de Mélenchon pour Hamon.
    Vous êtes pitoyable.

  21. Gilbert Duroux
    Posted 15 septembre 2017 at 0:21 | Permalien

    GF : « j’en ai vu beaucoup, ils ne portent pas de badges, ils sont syndiqués ».

    Leur parti a tellement trahi qu’ils sont obligés de cacher leur appartenance quand ils sortent. Quand c’est pas l’étiquette du syndicat, c’est le badge de la LDH. Sinon ils risqueraient de se faire casser la gueule. Ça remonte à quand une manifestation de gauche avec les banderoles du PS sorties ? Je ne parle pas d’une manifestation humanitaire mais une manifestation pour défendre des idées de gauche.

  22. Posted 15 septembre 2017 at 0:25 | Permalien

    mais non mais,ils ne militent pas de la meme façon ni si ostensible, ni si activiste, ils sont plus « normaux »,

    ils viennent me voir sur les points fixes par centaines,

    tous me disent mais aussi des non socialistes « tenez bon » battez vous jusqu’au bout…

    les socialistes etaient dans toutes les manifs jusqu’en 2012, je te rappelle que « le peuple » leur avait donne (« nous » avait donné…) la majorité absolue dans toutes les institutions entre 2004 et 2012

  23. Posted 15 septembre 2017 at 0:28 | Permalien

    c’est vous qui etes menteur, pitoyable sectaire, déformant, de façon inouie ! `tous ces gens qui disaient « c’est impossible » « pas avec un socialiste » etc… « les divergences sont trop grandes » « et l’Europe » , etc.. et les députés, et le reste du PS etc… tout ça est balayé

    ensuite, la, mélenchon parle d’un accord politique, car il n’y aurait pas pu y avoir l’un 1er ministre l’autre président sans accord politique

    or c’est justement ce qu’il a refusé : un accord politique

    et on a perdu a cause de ce refus

    c’est honteux

  24. Posted 15 septembre 2017 at 0:30 | Permalien

    non cela ne désespère personne que de clarifier pour l’unité de la gauche

    plus on en parle plus on fait le bilan, l’inventaire, mieux c’est

    et la, melenchon vient de cracher le morceau sur son enorme et decisive responsabilité dans le desastre du 23 avril et celui du 18 juin qui en découle

    il n’y avait donc pas de désaccord politique qui empêchait l’alliance,

    il aurait suffi de le vouloir et passer un accord politique mais melenchon a refuse du début a la fin poussant au desastre et nous l’imposant a nous, qui sommes des millions et qui étaient pour l’unité

    plus jamais ça !

  25. Posted 15 septembre 2017 at 7:22 | Permalien

    Lisez Philippe Marlière camarades (je ne sais pas si mes amis insoumis se reconnaissent encore sous ce vocable, mais peut-être savent-ils lire encore?):
    « Où l’on apprend que si Benoît Hamon s’était désisté en faveur de Jean-Luc Mélenchon, ce dernier, élu président de la république, l’aurait nommé à Matignon. C’est une déclaration importante et étonnante du député marseillais. Mélenchon était donc prêt à présider aux côtés d’un gouvernement dirigé par le vainqueur de la primaire socialiste. Ce gouvernement aurait comporté des ministres socialistes, et très probablement des ministres communistes et écologistes aussi. Cela aurait été une sorte de remake de la gauche plurielle sous le gouvernement Jospin auquel participa Jean-Luc Mélenchon. Il faut noter qu’une telle situation aurait été beaucoup plus loin que le soutien sans participation du PCP et de Bloco de Esquerda au gouvernement socialiste portugais. C’est bizarre car ce qui se passe au Portugal fait l’objet d’un silence assourdissant ou de sarcasmes dans la France insoumise et une grande partie de la gauche radicale. Mais il y a plus confondant encore dans cette déclaration candide : un gouvernement d’union de gauche sous présidence mélenchoniste irait à l’encontre de la stratégie populiste mise en place par Mélenchon pendant les campagnes présidentielle et législative : refus de l’unité avec les « vieux partis de gauche » qui coûta probablement la qualification de Mélenchon au deuxième tour et refus d’accords de désistement aux législatives, qui coûta de nombreux sièges au PCF et aussi à la FI. Mélenchon souligne, sans le vouloir, les limites de cette stratégie populiste qui vise non à rassembler la gauche, mais à « fédérer le peuple ». Alors pourquoi avoir mis en place une stratégie qui ne permet pas de dégager un bloc majoritaire (de gauche) ? Une hypothèse : l’objectif de Mélenchon n’était ni de remporter l’élection présidentielle, ni de gagner les élections législative, mais de dépasser et « remplacer » les autres partis de gauche (selon l’expression de Mélenchon) afin d’établir sa propre hégémonie sur l’ensemble de la gauche. »
    Philippe Marlière

  26. CRAYENCOUR
    Posted 15 septembre 2017 at 9:47 | Permalien

    @23/24/25
    Et Hamon il la voulait l’union lui? Sûrement pas; son but a été d’établir un rapport de fore en sa faveur et de « siphonner » Mélenchon! Quand à penser qu’il suffit d’additionner mathématiquement des voix pour gagner une élection; c’est pas sérieux. Mélenchon n’aurait pas fait ce score s’il était allié avec un PS détesté suite aux trahisons de l’ère Hollande; s’il est monté si haut, c’est qu’il a capté les déçus/dégouttés du PS; allié au PS, il aurait perdu de nombreux soutiens. Quand à votre suffisance de socialistes, tellement sûrs de leur domination que, même à 6% vous prétendez encore à la présidence, reléguant d’éventuels alliés à un rôle secondaire! Quand à toi qui donne des leçons à tout le monde et est prompt à rejeter les responsabilités sur JLM, en ayant voté pour un ersatz de candidat, sans programme, tu es responsable de l’échec de la gauche, bien plus que ceux qui ont quitté le PS et ses jeux de pouvoir depuis longtemps. Souviens toi que tu as soutenu et fait élire Hollande le traitre qui a lancé Macron et que tu viens de permettre à Macron d’être élu lui même. Désolé, mais ta mauvaise foi, à l’image de celle de ton parti m’exaspère.

  27. Posted 15 septembre 2017 at 10:48 | Permalien

    Cher.e.s ami.e.s,

    par bonheur, la mobilisation commence à bien prendre contre ces ordonnances inacceptables. Plusieurs points très importants.

    1) Demande-t-on une co-organisation pour la manifestation du 23? Nous nous sommes en effet toutes et tous retrouvé.e.s pour, lors du meeting de samedi, appeler au 12, au 21, au 23…Dès lors, mais il faudrait très très très vite répondre sur cette liste, demande-t-on à FI une réunion de co-organisation de la manifestation du 23 ? Comment s’y associer et le faire savoir ? Comment en faire une manifestation la plus unitaire possible?

    2) Notre prochaine réunion unitaire se tiendra comme prévue mardi 19 à 18h30, Bourse du Travail République, pour accélérer la mobilisation

    3) Suite à notre beau meeting unitaire de Samedi, la Fondation Copernic a néanmoins sorti le communiqué ci-joint contre le traitement sexiste de l’évènement

    Bien amicalement

    Willy
    0688439160

    Où sont les femmes de notre Meeting contre la loi Travail XXL ?

    Posted on 11 septembre 2017 by FONDATION COPERNIC
    C’est assez rare pour être souligné : il y avait hier plus de femmes que d’hommes à la tribune du meeting contre la loi travail XXL. Il y avait même deux intervenantes féministes, et pour cause ! Elles ont pu expliquer à l’auditoire nombreux de la bourse du Travail pourquoi les femmes allaient être les premières victimes des ordonnances, et donc les premières concernées par la mobilisation à laquelle nous appelons toutes et tous.
    Quelques jours avant, une tribune des féministes contre les ordonnances avait même largement circulé. Le Parisien est sans doute au courant puisqu’il a publié la dépêche AFP. Malgré tout, le quotidien a cru bon de tourner son objectif vers les hommes seulement, seuls cités. L’article, très bref, se contente de signifier la présence d’Olivier Besancenot du NPA, d’Éric Coquerel de la France Insoumise, de Gérard Filoche du PS et d’autres personnalités. La porte-parole d’EELV qui était présente, Sandra Regol, n’avait qu’à porter une cravate pour exister ?
    Pire, nous avons ensuite droit à un diaporama en neuf photos, entièrement dédiées aux orateurs masculins. Même quand des femmes se retrouvent sur les photos (n° 3 et 8), elles ne sont tout simplement pas présentées dans les légendes, qui prennent pourtant soin de donner les noms et les étiquettes de leurs voisins de sexe masculin. Il faut croire que les mots « tribunes », « interventions » ou encore « politique » ont beau être féminins, ils ne peuvent se conjuguer qu’au masculin aux yeux de certains commentateurs qui ont tout bonnement effacé les femmes de leurs champs de vision, alors même qu’elles étaient majoritaires devant leur objectif.
    Cette insupportable invisibilisation est loin d’être anodine. Cela montre à quel point les femmes ne sont toujours pas reconnues en tant que sujettes qui prennent la parole publique, co-organisent la lutte, participent à instaurer un rapport de force, portent une voix citoyenne.
    Le bureau de Copernic dénonce cette restitution machistement tronquée du Meeting d’hier et espère que les journalistes prendront conscience de leur sexisme ordinaire et rectifieront le tir, en citant au moins les femmes qu’ils ont sans doute photographiées par inadvertance.

  28. Posted 15 septembre 2017 at 10:59 | Permalien

    non hamon a fauté gravement aussi mais ce n’est pas une raison ni le sujet de ce débat re-ouvert par melenchon

    tu est insupportable, l’alliance avec hamon n’etait pas une alliance « avec le ps », mais une alliance avec « la gauche socialiste » qui avait ecarté Hollande et battu Valls !
    ce qui nous permettait d’occuper le terrain électoral de tout le PS en guise de récompense,
    ce qui ouvrait une « fenêtre » extraordinaire pour reconstruire a chaud toute la gauche

    et j’ai dit, moi, et moi seul, « Hamon président et Mélenchon premier ministre » quand Hamon était à 17 % et Mélenchon à 9 % j’ai cessé de le dire ensuite, quand ça s’est renversé, je n’ai gardé que la formule algébrique sans répéter l’ordre des noms

    mais jamais JLM ne l’a repris ni dans un sens ni dans l’autre,

    et il vient de dire qu’il aurait gouverné avec Hamon, donc un socialiste, donc pas de problème politique, donc c’était possible, c’est ENORME comme aveu ! cela te contredit a 1000 %

    il l’aurait dit avant, il y aurait eu forcement un accord politique et on aurait gagné

    il existe une video ou melenchon dit sciemment le contraire de ce qu’il vient d’avouer puis le 14 avril se vante d’avoir « résiste a l’unité »

    ensuite bien sur on a TOUS ENSEMBLE fait élire hollande, quand on l’a fait en 2012 il n’était par définition pas traitre, et il l’est devenu

    et nous l’avons combattu pied à pied et nous avons gagne nous l’avons ecarté et nous avons battu valls,

    nous avons fait le travail décisif,
    pas JLM qui a maintenu la division et causé le desastre sciemment

  29. 1956
    Posted 15 septembre 2017 at 11:01 | Permalien

    l’Union nécessité la clarté.

    « La position officielle du PS est l’opposition »:
    Qui décide de la position qualifiée d’officielle?, C’est un qualificatif à géométrie variable selon l’interlocuteur et le jour.

    « Reste à battre Le Foll et Faure »:
    le premier est député, le second est président élu de ce groupe. Il vous faudrait donc aussi battre l’ensemble des députés (et des sénateurs dont certains avaient ouvertement appelé à voter Macron au premier tour de la présidentielle tout en conservant aujourd’hui l’investiture « officielle »). Est ce crédible ?

    Mais je vous concède bien volontiers que la situation n’est pas plus limpide entre les dirigeants de FI et ceux du PCF. L’un veux anneantir la fête de l’humanité, ce à quoi l’autre répond en ne participant pas à la manif du 23. Comme quoi, la soupe des partis doit être meilleure que celle des prolos que l’on défend.

    Quant aux dirigeants de FO et de la CFDT, ils cherchent tous les deux, avec l’appui du gouvernement Macron, à tirer les marrons du feu allumé et entretenu par la CGT en espérant que la CGT en ressorte carbonisée.

    Toute proportion gardée, cela a une petite odeur des années sombres « résistants » « collabos »…

    Pour l’Union, sortons nos drapeaux syndicaux et rangeons nos drapeaux politiques pour un temps.

  30. Posted 15 septembre 2017 at 12:10 | Permalien

    le BN et le CN ont vote cela « le ps est dans l’opposition », mais certains c’est vrai font comme si cela n’avait pas été voté

    faure s’est isole en partie dans les jours derniers sur le 12 septembre

  31. Lloyd Hopins
    Posted 15 septembre 2017 at 23:09 | Permalien

    @Gerard filoche

    Non Mélenchon ne parle pas d’ »accord politique » mais bien de désistement de Hamon. les différences sur l’UE étaient effectivement trop grande entre un Mélenchon prêt à mettre la sortie sur la table en dernier recours et un Hamon ayant le même programme sur l’ue que hollande. La position de Mélenchon sur l’ue s’est forgé dans les conférences sur le plan B après la défaite de syriza. ces conférences étaient ouvertes à tous. La gauche du ps (toi inclu) n’a comme d’habitude pas saisie les invitations à y venir. Cela aurait pourtant aidé à batir des ponts intellectuels qui auraient pu servir ensuite.
    La dernière déclaration de Mélenchon n’a rien de nouveau. Dans la dernière semaine avant l’élection il avait déjà dit que s’il était élu, il travaillerait « évidemment » avec des socialistes comme Montebourg. Rassembler le peuple, ça inclut une partie des socialistes. Lesquels ? ceux qui sont d’accord avec les grandes lignes du programme. C’est pas compliqué

    Tu parles beaucoup « d’unité » mais je te ferais remarquer que taper sur la principale force politique engagée contre les ordonnances en les traitant d’illétrés ( « savent-ils lire »?), ce n’est pas malin…

  32. Posted 15 septembre 2017 at 23:29 | Permalien

    non mais t’habites ou ? tu parles d’un désistement suivi d’un poste de premier ministre… sans accord politique ? retourne a la case départ du jeu de l’oie , en maternelle

    et puis qui est la « principale force politique » je n’en sais rien, la gauche est vaincue en apparence et morcelée aussi

    je ne vois personne pouvant prétendre a une quelconque hégémonie

  33. Lloyd Hopins
    Posted 16 septembre 2017 at 2:11 | Permalien

    « la principale force politique » c’est la FI qui a fait 20 % aux dernières présidentielles, 1ère dans 4 des 10 plus grandes villes de France, 1ère chez les jeunes 1ère chez les chômeurs etc. Cette force est pleinement engagé contre les ordonnances et je soutiens ses initiatives notamment la marche du 23, comme je soutiens les initiatives des syndicats. Tu vois c’est pas compliqué d’être unitaire…
    un désistement sec était en effet hautement improbable, de même qu’un accord politique. Partant de là il fallait faire l’unité dans les urnes derrière le seul candidat en position d’être au second tour : Mélenchon; Certains dans ton courant ont eu cette lucidité. Bravo à eux.

  34. Posted 16 septembre 2017 at 23:58 | Permalien

    mais non 19 % + 6 % ça fait 25 % et ça aurait pu faire 30 % et plus unis.
    les votes n’appartiennent a personne et aucune force a gauche n’est hégémonique
    il n’existe aucune « principale force politique » aujourd’hui à gauche
    l’électorat Melenchon Hamon est interchangeable c’est le meme
    impossible de gagner sans accord politique, la preuve en est faite
    personne ne se ralliera a personne, personne ne se soumettra a personne, je l’ai écris mille fois,
    et en refusant alliance et accord Mélenchon est donc le principal responsable de ce que Macron fait subir aujourd’hui à des millions de salariés
    cette prétention hégémoniste plébiscitaire verticale est suicidaire pour toute la gauche
    le « peuple » ça n’existe pas, il y a des classes sociales et c’est du salariat dont dépend l’avenir pas du patronat

  35. Lloyd Hopins
    Posted 17 septembre 2017 at 1:23 | Permalien

    « Personne ne se ralliera à personne » ah bon ? On peut présenter une liste maintenant à la Présidentielle ? « Ralliement, « désistement », prends le mot qui te choque le moins mais c’est bien de ça dont il s’agissait. Bayrou a su s’effacer pour Macron. Hamon qui aurait du comprendre qu’après le quinquennat, le Ps était décrédibilisé durablement, aurait du faire de même pour Mélenchon. A défaut il fallait faire l’unité dans les urnes derrière le mieux placé. Vous avez préférez faire 6%, avec Hamon et permettre à Le Pen d’être au second tour plutôt que Mélenchon. Je ne suis pas prêt de l’oublier…
    Parler d’unité c’est bien, la faire ça aurait été mieux.

  36. Gilbert Duroux
    Posted 17 septembre 2017 at 9:42 | Permalien

    Et personne à gauche ne se ralliera plus au PS, qui était un parti hégémonique que tu as soutenu d’élection en élection, malgré qu’il soit passé à droite.

  37. Chris1986
    Posted 17 septembre 2017 at 9:55 | Permalien

    À Lloyd Hopins

    Tu sais très bien que Mélenchon n’aurait jamais proposé le poste de Premier Ministre à Hamon. Illogique avec tout ce qu’il avait fait pendant 5 ans.

  38. Posted 17 septembre 2017 at 11:02 | Permalien

    il aurait du
    et maintenant il le dit, qu’est ce qui cloche alors ?

  39. Posted 17 septembre 2017 at 11:03 | Permalien

    personne ne se ralliera jamais a personne, personne ne se soumettra a personne ni au PS ni a melenchon
    l’untie ce n’est pas l’unité de pensée, c’est l’unité d’action : il la faut vite et en urgence

  40. Posted 17 septembre 2017 at 11:05 | Permalien

    melenchon a perdu parce qu’il a préféré rester seul que de faire un accord politique avec hamon,
    melenchon a ainsi permis a macron de gagenr et nous en sommes là
    sans alliance sans accord politique il est impossible de gagner

  41. socrate
    Posted 17 septembre 2017 at 12:37 | Permalien

    on va en reparler jusque quand du non ralliement de l’un a l’autre ?
    pourquoi vouloir un responsable puisque les deux ne voulaient pas d’un accord ?
    responsabilité partagée ça s’appelle….

  42. 1956
    Posted 17 septembre 2017 at 13:35 | Permalien

    Tant que le PS n’aura pas repris les commandes, il ne faut plus parler d’hégemonie!
    Sauf que depuis 1983, c’était ce qu’il cultivait à son profit et de celui des libéraux.

    Ce qui compte, ce n’est pas ce qu’un parti et ses dirigeants promettent pour accéder au pouvoir. c’est ce qu’ils ont notamment fait quand ils y étaient.

    Le Foll à été clair. Il ne s’engage qu’à faire gagner son parti et à ne pas s’opposer concrètement à la politique libérale de Macron. Selon lui Hamon est en dehors du PS mais les ministres du gouvernement Philippe et Valls pourraient y rester.

    La clarté avant tout.

  43. Lloyd Hopins
    Posted 17 septembre 2017 at 17:40 | Permalien

    @Chris1986

    La place de Hamon dans le dispositif n’était pas le vrai point dur je pense. Ce qui a bloqué c’est son incapacité à se voir comme une force minoritaire dans un ensemble plus vaste. Sans parler du vrai désaccord de fond sur l’ue… C’est pour ça que la solution la plus réaliste quand il était acquis qu’il y aurait deux candidats était de faire l’unité dans les urnes derrière le mieux placé. Montebourg, Lienenmann ou Filoche en appelant pas à voter Mélenchon dans les dernières semaines avant le premier tour n’ont pas été à la hauteur du moment.

    @Gerard Filoche

    il n’est pas resté « seul » 500 000 personnes ont activement soutenus sa candidature. Seulement Il n’a pas attendu l’unité des différentes bureaucraties partidaires pour ce lancer et a bien fait. Au regard des événements c’est grotesque de faire peser la responsabilité de l’absence d’accord sur Mélenchon. Quand Hamon a été désigné JLM lui a écrit une lettre pour ouvrir la discussion sur le programme; Hamon n’a même pas daigné lui répondre…
    enfin tu dis qu’il faut être unitaire dans l’action, moi aussi j’en suis d’accord. C’est pour ça que je soutiens tous les appels syndicaux et politiques à manifester contre les ordonnances? Je serais donc dans la rue le 21 et le 23. Et toi ?

  44. Chris1986
    Posted 17 septembre 2017 at 19:22 | Permalien

    Ça démontre aussi que, contrairement à ce que vous dites, la France n’est pas de gauche.

  45. Posted 18 septembre 2017 at 17:21 | Permalien

    Bonjour M. Filoche,

    je suis enseignante depuis 26 ans et fière d’être une fonctionnaire d’Etat.

    Je vous connais depuis plusieurs années pour votre dénonciation claire et précise de la casse du Code du travail par des gouvernements flattant le patronat.

    Je souhaiterais avoir votre avis, si vous aviez un peu de temps, sur une mission minoritaire de l’Inspection du travail : le contrôle de la Fonction publique.

    L’article 5-5 du décret n°82-453 du 28 mai 1982 modifié dit que l’inspection du travail doit être saisie en cas de désaccord sérieux et persistant entre un C.H.S.C.T. et un/e chef de service, après une alerte de danger grave et imminent. Dans mon cas,

    j’ai dénoncé, à la D.R.H. du rectorat de Reims, le 2 juillet 2016, un harcèlement moral hiérarchique ;
    vu l’absence de mesures prises par la rectrice d’académie pour protéger ma santé, ma sécurité et ma dignité à la rentrée 2016, j’ai été placée en congé de maladie le 31 août 2016 ;
    jai fait une alerte de danger grave et imminent (par LR et couriel) les 4 et 8 septembre 2016 ;
    j’ai exercé mon droit de retrait le 12 septembre 2017 ;
    la rectrice a diligenté une enquête administrative interne le 12 septembre 2017 ;
    elle a refusé d’y associer des membres du C.H.S.C.T.A., alors que mon alerte par courriel du 8 septembre était adressée à 3 des membres du comité ;
    elle a reconnu, le 19 décembre 2016, lors d’une réunion extraordinaire pour traiter de ma situation, qu’elle n’avait pas fait inscrire mon alerte dans le registre spécial tenu sous la responsabilité de la chef d’établissement ;
    elle a refusé, lors de cette séance extraordinaire et lors d’une séance oridinaire le 3 mars 2017, de laisser le C.H.S.C.T.A. mener sa propre enquête ;
    elle a refusé, le 3 mars 2017, de présenter au C.H.S.C.T.A., pour être approuvé, le compte-rendu de la réunion du 19 décembre 2016 ;
    le C.H.S.C.T.A., à l’unanimité et par deux fois, les 19 décembre 2016 et 3 mars 2017, a voté son désaccord avec la rectrice quant aux conclusions de l’enquête administrative interne et au traitement par la rectrice de mon alerte de d.g.i. ;
    la rectrice a donc été contrainte, le 17 mars 2017, de par l’article5-5 du décret n°82-453, de solliciter l’intervention de la Direccte des Ardennes ;
    l’agente de contrôle, de par l’article 5-5 du décret, devait rendre sans délai un rapport à la chef de service et au secrétaire du c.H.S.C.T.A.
    le 10 juillet 2017, sans nouvelles de cette agente de contrôle (que j’avais personnellement contactée en décembre 2016), je lui ai envoyé un courriel ;
    début septembre, l’agente et sa chef de service prétendent que la Direccte n’était pas compétente, tout en refusant de contredire mes arguments (cf. P.J. 1, 2 et 3) ;
    j’ai alors alerté le pôle Travail régional à Strasbourg et attends leur réponse.

  46. Posted 18 septembre 2017 at 17:38 | Permalien

    mais la gauche c’est le salariat 93% des actifs, 21 partis, 8 syndicats, 30 orientations, aucune n’est hégémonique et l’abstention y est majoritaire
    unite

  47. Posted 18 septembre 2017 at 17:39 | Permalien

    HAMON AVAIT PROPOSE UN ACCORD POUR UN PROGRAMME COMMUN SANS FAIRE DE SA CANDIDATURE UN PREALABLE, IL EST LE SEUL A AVOIR DECLARE CELA, MELENCHON N’AVAIT QU’A REPRENDRE CETTE PHRASE
    1°) les voix d’Hamon ne pouvaient pas se reporter sans accord politique, Mélenchon a refuse TOUT ACCORD POLITIQUE ET IL NOUS a fait tous perdre,
    la non réponse à sa lettre n’est pas un argument JLM n’avait qu’A INSISTER, l’unité est une bataille MAIS IL NE VOULAIT PAS
    2°) je soutiens toutes les initiatives unitaires contre les ordonnances Macron

  48. Posted 18 septembre 2017 at 19:55 | Permalien

    Vote sur les motions nationales d’orientation
    et élection du Premier secrétaire du parti
    Le troisième jeudi précédent le congrès national, les
    adhérents votent pour l’une des motions soumises au vote. La
    représentation dans les instances se fait à la proportionnelle
    sur la base du résultat de ce vote dans le respect des articles
    1.3.1 et suivants.
    Le deuxième jeudi précédent le congrès national, le Premier
    secrétaire du parti est élu à bulletin secret par l’ensemble
    des adhérents du parti. Le premier signataire des deux
    motions arrivées en tête qui le souhaitent, est candidat. Les
    candidats se présentent aux suffrages avec une profession
    de foi pouvant avoir été élaborée, lors d’une Commission
    des résolutions suivant le vote des motions, avec les motions
    autres que les deux motions arrivées en tête.

  49. Chris1986
    Posted 18 septembre 2017 at 20:10 | Permalien

    Si tous la majorité votait à gauche, on aurait eu ni Macron ni Sarkozy au pouvoir.

  50. Posted 18 septembre 2017 at 20:52 | Permalien

    mais s’il y avait eu un candidat commun il aurait obtenu entre 29,5 et 31,5 % des voix, en tete il aurait gagné
    a la base la gauche est restée aussi majoritaire qu’en 2012, deux facteurs l’ont fait perdre cette fois 1) la trahison d’hollande 2) la division hamon melenchon

  51. Lloyd Hopins
    Posted 19 septembre 2017 at 1:07 | Permalien

    Bon d’accord, quand Mélenchon écrit à Hamon pour ouvrir la discussion sur le programme mais que ce dernier ne daigne même pas lui répondre, au bout du bout c’est la faute de Mélenchon. Quand Hamon s’assied sur le pacte de non-agression et qu’il passe toute la fin de campagne à assimiler Mélenchon à Le Pen et Fillon, ça doit aussi être la faute de jlM hein…
    1) Tu n’expliques jamais pourquoi Hamon commence la campagne à 19% dans les sondages et la fini à 6% dans les urnes. La raison en est simple. Il débute sa campagne présidentielle par une visite à Cazeneuve ( qui a réprimé comme on sait le mouvemement sur la loi travail) et fait applaudir hollande dans ses discours. Ces deux là et quelques autres étaient des repoussoirs absolus après le quinquennat déplorable du ps. S’effacer derrière hamon comme tu le souhaitais, c’était aussi s’allier avec ces gens-là, ça faisait peut être l’unité de la gauche mais c’était un passeport assuré pour la défaite.
    2) je ne comprends pas ta réponse, viendras-tu le 23 ?

  52. Gilbert Duroux
    Posted 19 septembre 2017 at 1:48 | Permalien

    Qui est-ce qui va remplacer Hollande, le grand spécialiste de la synthèse, pour faire une synthèse à la c… qui va une fois de plus mettre l’aile gauche du PS sur la touche ? CP27
    Je parie que le prochain secrétaire général s’appelle Stéphane Le Foll. Si ce n’est pas lui, ce sera un de ses semblables.

  53. Posted 19 septembre 2017 at 5:06 | Permalien

    oui melenchon s’il était leader devait se comporter en leader, il ne l’a pas fait
    la raison pour laquelle hamon perd est triple :
    1°) il manque a sa parole de passer accord avec melenchon
    2°) l’aile droite du PS le trahit (malgré ses efforts pour l’empecher) et sabote sa campagne
    3°) vous l’attaquez tout au long en le repoussant comme s’il était l’aile droite

    en fait si l’aile droite le trahit (elle attend un mois) c’est parce que justement hamon ne passe pas d’accord avec melenchon, elle est des lors certaine qu’il ne gagnera pas, donc que toute la gauche perdra, et du coup, « les places » ne sont plus de ce cote mais du cote de macron…
    ensuite la campagne d’hamon avec 235 mesures et le RU et les perturbateurs endocriniens s’enlise sur le fond, elle n’est pas bonne, ce n’est pas avec ça ni ainsi qu’on gagne une présidentielle (mais avec 1800, 60, 32, 20, 5…)

    l’aile droite n’est nullement « un repoussoir pour hamon » au sens ou tu l’entends, au contraire, Hamon est libre, libre, il n’est pas perçu comme lié au quinquennnat sortant, car on a écarte hollande et battu valls, c’est majeur pour son image,
    mais c’est vous qui vous acharnez a lier son image a l’aile droite
    c’est vous qui aidez l’aile droite, au lieu de vous précipiter pour l’unité, de faire l’accord et de construire a la fois une nouvelle gauche et la victoire

    votre responsabilité est largement supérieure dans le desastre a celle d’Hamon

  54. Posted 19 septembre 2017 at 11:05 | Permalien

    voila comment le cabinet pro patronal Barthelemy et Gilbert Cette présentent les ordonnances, un comble du culot, et du mensonge frontal :

    « Ordonnances travail: un grand pas dans la bonne direction
    « Jacques Barthélémy, Gilbert Cette / 19 septembre 2017
    Parler de casse du code du travail témoigne dans le meilleur des cas d’incompétence, ou d’une volonté de désinformation. Cette réforme renforce la protection des travailleurs en favorisant l’expression de leur droit constitutionnel à la négociation de leurs conditions de travail par l’intermédiaire de leurs délégués »

    Comment des professionnels du droit peuvent ils s’avilir a ce point ?

    La constitution française précise « les salariés s’expriment pas l’intermédiaire de leurs délègués et participent ainsi a la gestion des entreprises » les ordonnances Macron suppriment tous délégués dans 97 % des entreprises de moins de 50 et pour 8,5 millions de salariés concernés, 50 % du salariat

  55. Gilbert Duroux
    Posted 19 septembre 2017 at 11:22 | Permalien

    GF : « en fait si l’aile droite le trahit (elle attend un mois) c’est parce que justement hamon ne passe pas d’accord avec melenchon, elle est des lors certaine qu’il ne gagnera pas, donc que toute la gauche perdra, et du coup, « les places » ne sont plus de ce cote mais du cote de macron… »

    C’est énorme ce que tu dis là. Tu es en train de reconnaître qu’au PS, il n’y a pas de convictions et que tout ce qui compte, c’est les intérêts électoraux et le nombre de plaçous qu’il y a à la fin. On va à gauche ou à droite selon le sens du vent. Et tu oses dire que le PS, c’est le cœur de la gauche.

  56. Posted 19 septembre 2017 at 11:34 | Permalien

    évidemment, ils seraient allés du cote du plus fort,
    notre victoire était donc assurée
    tu découvres ? j’ai écris cela des le mois de mars !
    cela a presque toujours été comme cela dans tous les partis de gauche depuis un siècle, les appareils génèrent presqu’automatiquement ce genre de choses, malheureusement on ne peut s’en passer tout à fait, ce qu’il faut c’est assez de regles démocratiques solides, assez de force et de vigilance sociale pour les controler ou les contrecarrer;
    j’ai jamais dit que le PS était le coeur de la gauche, mais que la gauche socialiste était au coeur de la gauche

  57. socrate
    Posted 19 septembre 2017 at 15:18 | Permalien

    faire une unité avec des gens qui changent d’avis suivant la force du vent….sans moi
    mieux vaut que chacun vive sa vie que de s’unir avec des opportunistes sans conviction

  58. Posted 19 septembre 2017 at 16:05 | Permalien

    mais melenchon a change cent fois d’avis depuis que je le connais et pourtant je suis pour l’unité d’action avec toute la gauche dont lui et FI
    personne ne peut vivre les uns sans les autres, la gauche a besoin d’unité, des millions de nos camarades la réclament et bientôt ils vont s’impatienter

  59. socrate
    Posted 20 septembre 2017 at 14:34 | Permalien

    mais je suis pour l’unité mais pas sur un programme mou , inconsistant , acceptant le marché ; le CICE ; le Ceta etc….
    il faut donc CLA RI FIER et vite ça urge…merci

  60. Posted 20 septembre 2017 at 17:04 | Permalien

    ca tombe bien c’est le cas

  61. Lloyd Hopins
    Posted 20 septembre 2017 at 21:24 | Permalien

    Deux choses fausses dans ton commentaire

    - Non Mélenchon n’a pas traité Hamon comme s’il était de l’aile droite. Avec un membre de l’aile droite, mélenchon n’aurait pas ouvert la discussion sur un accord programmatique comme il l’a fait avec Hamon (même si cela n’a servi à rien puisque hamon n’a même pas daigné répondre à sa lettre)

    - je ne dis pas que l’aile droite est « un repoussoir pour hamon » je dis que c’est un repoussoir pour le peuple. s’allier avec eux c’est appliquer ta stratégie d’union de la gauche sans exclusive mais c’est un aller-simple pour la défaite. La preuve est faite.

  62. Posted 20 septembre 2017 at 21:30 | Permalien

    allons donc, il a mis Hamon des le premier jour au pied du mur de rompre avec l’aile droite,
    il s’est réjoui du sort de hamon lié a l’aile droite du ps, et s’est réjoui de n’avoir pas fait alliance,
    il n’a fait aucune offre jamais
    jamais aucune précision,
    l’alliance avec hamon balayait definitivement historiquement l’aile droite,
    melenchon n’a pas voulu et nous a tous fait perdre

  63. Lloyd Hopins
    Posted 20 septembre 2017 at 21:40 | Permalien

    Mélenchon a sommé hamon de rompre avec l’aile droite du ps, comptable de terribles reculs sociaux et il a bien fait ! Tu crois qu’on aurait eu une quelconque dynamique en s’alliant pour faire applaudir Hollande, Cazeneuve et le Drian dans les meetings, sous prétexte que l’on faisait l’union de la gauche.

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*