Gauche démocratique et sociale : soutenez, adhérez en ligne

 

La Gauche démocratique et sociale (GDS : http://www.gds-ds.org/) est un réseau de militant.e.s constitué autour de la revue Démocratie& Socialisme, dans la foulée de la campagne Filoche2017 pour les primaires.

GDS regroupe des militants venant de plusieurs horizons. Certains sont à la gauche socialiste, d’autres en viennent, d’autres sont membres d’autres organisations.

Ce réseau est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui,  se reconnaissant dans la gauche et membres ou non d’un parti, veulent mettre « le social au cœur » (*) d’un nécessaire rassemblement de la gauche.

GDS propose la mise en place unitaire de comités de liaison de la gauche au plan local comme au plan national pour rassembler, débattre et lutter contre la politique anti-sociale de Macron. Rien n’est possible sans unité !

GDS est favorable à la construction d’une force nouvelle, et met en débat la proposition d’un rassemblement de la gauche et des écologistes avec l’objectif de construire ensemble une fédération rose-rouge-verte.

Pour rejoindre et soutenir la Gauche démocratique et sociale, il suffit de cliquer sur le site de GDS : http://www.gds-ds.org/adherer/

(*) Au cours de la campagne Filoche2017, nous avons condensé cette exigence du « social au cœur » par le combat pour : 1800 (le Smic à 1800 euros), 32 (32h par semaine), 60 (la retraite à 60 ans), 20 (rémunérations maxima à 20 fois le Smic), 5 (5% maximum de CDD dans les entreprises), 30 (30% d’ énergies renouvelables en 2022), 6 (6e République).

 

projet  appel a la gauche

Il y a 4 mois, l’impensable est arrivé ! En dépit de nombreux points d’accord, la gauche de transformation sociale et écologiste n’a pas su unifier ses forces pour gagner. Elle a été éliminée du second tour de la Présidentielle.

Les propositions d’alternative qui l’animent sont pourtant puissamment présentes dans la société.

Le rejet massif de la loi El Khomri en 2016 de casse du Code du travail reste prégnant. Il conduit au rejet des ordonnances anti sociales qui vont l’aggraver. Le social reste au cœur des préoccupations d’une majorité de jeunes, de salariés, de retraités.

La mise en cause des APL, l’augmentation de la CSG ont été rejetées dès cet été. La baisse de popularité d’un Président élu par défaut s’explique d’abord par cette réalité.

Quant aux attentes en terme de transition écologiste, de démocratie, de solidarité avec les migrants … elles seront tout autant balayées.

Ce qui manque pour défaire ce gouvernement c’est la perspective d’une alternative majoritaire.
À partir de forces dispersées, elle existe pourtant ! L’urgence c’est de l’unifier, la construire.
Rien ne se fera en attendant des initiatives d’en haut, pas plus qu’en espérant la spontanéité d’en bas. Nous appelons chacune et chacun à prendre l’initiative, à agir et débattre.

Nous sommes une force ! Rassemblons-nous partout dans des collectifs unitaires de la gauche sociale, écologiste, intellectuelle ou culturelle. Toutes les forces peuvent y contribuer : socialistes, communistes, écologistes, insoumis … syndicalistes, associatifs, féministes, membres des organisations de jeunes mais aussi chacune et chacun sans attache partisane.
Le ciment de notre force c’est la volonté de vivre mieux, de transformer ensemble notre société.

Sans attendre, nous constituons un comité de liaison ouvert, pluraliste. Nous publierons un bulletin de liaison reprenant initiatives locales, nationales, débats contradictoires … Il sera enrichi au fur et à mesure.

Sans attendre, nous appelons à la mobilisation sociale avec les syndicats, avec les jeunes, avec les organisations de retraités. Nous appelons à rejoindre toutes les initiatives unitaires.

Ensemble, nous pouvons et nous devons construire la gauche de demain.

 

 

Contre les ordonnances, toutes et tous dans la rue le 12 septembre

Depuis plus de 30 ans, les néo-libéraux remettent en cause les droits acquis par les salariés lors de nombreux combats syndicaux. Macron franchit une nouvelle étape avec ses ordonnances. Elle est pire encore que les précédentes. Il faut mobiliser pour faire reculer le pouvoir.

« Négociations » sans syndicat pour les entreprises de moins de 50 salariés, référendum possible sur tous les sujets pour les moins de 20, élargissement des sujets négociés directement en entreprise, périmètre nationale d’une multinationale seul pris en compte pour la justification des licenciements collectifs, nouveaux accords de compétitivité « simplifiés », plafonnement des indemnités Prud’homales… Et au cœur de ce nouvel affaiblissement du droit social, la fusion forcée des instances représentatives du personnel et la disparition des CHSCT si nécessaires pour la santé et les conditions de travail des salariés.

Toujours plus de libertés pour les employeurs et toujours moins de droits pour les salariés ! « Pouvoir licencier plus facilement pour pouvoir mieux embaucher  » : quelle sinistre blague de la part de Medef et des ses amis du gouvernement Macron-Philippe ! Au final, ce sera beaucoup plus de précarité, et donc encore plus de travailleurs pauvres.

Le pire est dans la grossièreté des mensonges proférés par Edouard Philippe et Muriel Pénicaud qui prétendent que les ordonnances sont faites pour les petites entreprises alors qu’elles sont d’abord faites pour les grosses entreprises qui, en tant que donneurs d’ordre, font les poches des TPE, PME, TPI sous traitantes.

De même ils expliquent de façon éhontée que les branches seraient renforcées, alors qu’elles perdent des prérogatives puisque les rémunérations et les primes, par exemple, vont être du niveau des entreprises, facilitant ainsi le dumping social.  Tout ce que les branches « gagnent », c’est de décider des contrats de chantier, de mission, de taches, soit la fin des CDI et CDD réunis.

La Gauche démocratique et sociale (réseau de militant.e.s de gauche, membres ou non d’un parti, qui veulent mettre « le social au cœur ») appelle à participer massivement aux manifestations du 12 septembre. Elles seront une première étape dans la bataille sociale indispensable contre ce gouvernement très clairement au service du monde de la finance et des nantis.

 

 

 

 

5 Commentaires

  1. sansressources
    Posted 31 août 2017 at 13:12 | Permalien

    en tout cas pour la loi anti travail, c’est bien parti l’unité, FO veut pas l’unité avec la CGT, et je parle pas des jaunes de la CFDT
    si les Français se laissent faire, ce sera bien fait pour leur gueule, faudra pas venir pleurer de s’être fait virer comme un malpropre
    d’ailleurs le MEDEF a pour consigne de cacher sa joie, tout est dit

  2. Paco's brother
    Posted 31 août 2017 at 15:17 | Permalien

    Bonjour,
    La somme reste bloquée à 40€ quel que soit le choix. J’attends la rectification.
    Cordialement

  3. 10 août 1792
    Posted 31 août 2017 at 20:08 | Permalien

    C’est vrai Gérard nous avons besoin d’une union des progressistes contre cette régression sociale inadmissible mais nous avons surtout besoin d’un véritable rapport de force autre qu’une manifestation planifiée plan plan d’une journée. Prenons enfin le chemin d’une grève générale et d’un affrontement sans retenu contre ces suppôts de Coblence. Assez des discours, place à l’action…

  4. Posted 31 août 2017 at 20:55 | Permalien

    oui mais il faut m’écouter, ça ne se décrète pas, ça se prépare ça s’encourage, ça se stimule, et le meilleur ferment c’est l’unite dans la lutte et une perspective politique unitaire

  5. Pierre
    Posted 1 septembre 2017 at 14:06 | Permalien

    Nous avons besoin surtout de gens de gauches  » rassemblés » quelque soient les tendances , opinions ,regards et différences.
    Macron joue sur la faiblesse et la division. c est d’un classique…libéral.

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*