4 h avec l’Appel des cent réunion vendredi 3 février de 17 h à 22 h 30

Bonjour

Je remets en circulation le matériel d’appel pour l’initiative du Collectif Appel des 100 de vendredi 3 février à 18h30 à l’AGECA, 177 rue de Charonne Paris 11ème, métro Alexandre Dumas (ligne 2).

Cette initiative de débat se fait en collaboration avec les Collectifs Les Jours Heureux, Pouvoir citoyen et Utopia, qui interpellent des candidats dans cette même salle à 17h.

Donc ci-joint :

- le tract d’appel

- le communiqué envoyé à la presse en lecture directe ci-dessous

- le comparatif des programmes ou projets entre appel des 100, candidatures, forces politiques.

A demain !

Jean-Claude Mamet

Forces sociales, forces citoyennes, forces de gauche : le débat s’amplifie.

Vendredi 3 février à Paris, le Collectif Appel des 100-alternative2017 (*) ainsi que les collectifs Les Jours Heureux, Pouvoir Citoyen en Marche et Utopia, organisent un débat public sur les enjeux de 2017. C’est un premier débat public pluraliste. Notre but commun est de susciter l’échange, de favoriser l’expression citoyenne et les convergences.

L’initiative débutera à 17h et se terminera vers 22h30. Elle se déroulera en trois moments :

-          A 17h à 19h, les collectifs Les Jours Heureux, Pouvoir Citoyen en Marche et Utopia, poursuivront leurs auditions de candidatures à l’élection présidentielle, avec la présence de plusieurs candidat-es annoncé-es : Benoit Hamon, Yannick Jadot, Charlotte Marchandise.

-          Dès 18h30, conclusion de la phase précédente et amorce de la première phase de débats proposés par le Collectif Appel des 100 : interventions d’acteurs et actrices des luttes syndicales, associatives, citoyennes, sur des questions sociales, économiques, écologiques, l’égalité femmes/hommes. Nicholas Allen sur les salaires Mac Donald’s, Nathalie Andrieux Hennequin (travail social), Sayah Baaroun (VTC-Uber), Sophie Binet (passage aux 32h), Françoise Nay (Santé/hôpitaux),Jean-Marc Canon (services publics/fonction publique),Julien Rivoire (campagne Un millions d’emplois pour le climat), Suzy Rojtman (Collectif national pour les droits des femmes) ont confirmé leur présence.

-          A 20h, une nouvelle phase d’échanges organisée par le Collectif Appel des 100 :  la députée européenne Marie-Christine Vergiat engagera le débat sur les échéances de 2017, présidentielle et législatives, et lui succéderont des porte-parole de candidat-es, de forces politiques : Guillaume Balas (députée européen, membre de l’équipe de Benoit Hamon), Gérard Filoche (BN du Parti socialiste), Alain Coulombel (EELV), Julien Bayou (EELV), Elise Lowy (EELV) et Michèle Rivasi (EELV), Clémentine Autain et Jean-François Pellissier (portes-paroles d’Ensemble!), Pierre Laurent et Marie-Pierre Vieu (PCF) ont confirmé leur présence.

Toute la soirée est évidemment ouverte aux questions, interventions, propositions, venant des personnes présentes, ainsi qu’à la presse.

Le lieu : salle AGECA, 177 rue de Charonne, 75011 Paris (métro Alexandre Dumas).

Nos coordonnées : Bruno Lamour – Pouvoir citoyen en marche

Jean Claude Mamet – Appel des 100

 

Marie-Christine Vergiat – Appel des 100

 

Patrick Viveret – Jours Heureux

 

(*) L’appel des 100 regroupe des syndicalistes, des associatifs, des universitaires, des militants politiques de toute la gauche. Il rendra public un comparatif qu’il a établi des programmes des partis et candidats de gauche au regard des attentes sociales, économiques, écologiques, démocratiques soulignant les convergences.

 

 

6 Commentaires

  1. Gilbert Duroux
    Posted 3 février 2017 at 5:16 | Permalien

    Il y a du nouveau. Mélenchon se dit prêt à gouverner avec Hamon, sans rien exclure.
    Il n’y a qu’une seule condition : que ça se fasse dans la clarté et sans El Khomri et tous ceux contre qui la ligne de Benoît Hamon a prévalu à la primaire, c’est à dire sans Valls, Cazeneuve, Hollande et toute la clique.
    Ça me semble plus qu’honnête comme proposition. C’est la moindre des choses. On ne peut pas gouverner avec ceux qui défendent le contraire de ce que l’on défend. Hamon n’a plus d’excuses s’il veut vraiment, comme Gérard Filoche, une alliance rouge, rose, Vert.
    C’est ici que Mélenchon s’adresse à Benoît Hamon :
    https://www.youtube.com/watch?v=tA9h-D3nz3U#t=268.678104

  2. Posted 3 février 2017 at 8:52 | Permalien

    moi je veux bien l’unité mais que melenchon chasse d’abord Corbières ce mec la m’appelle MONSIEUR, ce mec la a tout fait pour casser les primaires et empêcher que la gauche socialiste gagne, donc Mélenchon doit le virer, comment peut on fairede la politique avec un gars qui vous casse tous les jours qui dénonce le PS comme mort ? on vient de prendre le contrôle de la majorité du PS pour un bail de 11 semaines, et il nous casse ça chaque jour ?

    ah oui, il faut que melenchon fasse autocritique sur le fait que le PS est mort et que la gauche socialiste est un chien couinant parce qu’il est impossible de dire ça et à la fois de s’allier avec la gauche socialiste qui couine,

    vous voulez que ‘je trouve des argumetns de m.. de ce type qui empêchent l’unité
    ou vous voulez l’unité ?

    en tout cas, melenchon ne sélectionnera pas a anote place les candidats du PS d’autant qu’il sait qu’en les impliquant comme ça, il nous rend plus difficile de les écarter si on le decide

  3. 1956
    Posted 3 février 2017 at 12:38 | Permalien

    Si je comprends bien:
    Le PS revendique la présidence de la gauche unie,
    Le PS revendique les investitures parlementaires de la gauche unie,
    Le PS revendique le contenu du programme de « synthèse socialiste » du prochain quinquennat.
    De plus, le PS exclu des alliés potentiels non pas sur des bases d’actions politiques mais sur leur sale gueule.

    En fait le PS ne veut pas à avoir à rendre des comptes sur sa gouvernance passée ni sur sa politique future.

    On est en train de nous justifier que vous voulez les mains libres pour que vous n’ayez aucune entrave à ce que le PS puisse poursuivre tranquillement la politique du précédent quinquennat.

    Les sujets qui fâchent doivent être débattus en tout honnêteté politique.

    Sauf votre respect, tout le reste n’est que bla, bla, billard à 15 bandes, passage des patates chaudes et opacité.

    Pour l’union dans la clarté.

  4. Posted 3 février 2017 at 12:52 | Permalien

    mensonge répètes ahurissants de quelqu’un qui ne veut pas l’unité

    mais on y arrivera

    Le PS n’est plus le même depuis dimanche 29 Janvier, l’aile gauche a gagné contre l’aile droite sociale libérale et son bilan catastrophique du quinquennat. Le BN du 31 janvier s’est rangé unanimement derrière Benoit Hamon. Les pro Macroniens sont en déroute. On peut donc s’adresser à tout l’électorat socialiste et on a les mains libres pour négocier avec toute la gauche Jadot Laurent Mélenchon. Saisissons ce moment qu’on a arraché de haute lutte. A fond. On a 11 semaines devant nous. Mais soyons lucides, on a l’obligation de réussir car sinon « ils » reviendront

    il faut l’unité pour les législatives s’il y a l’unité pour un programme commun de gouvernement
    on va pas partir avec 6 candidats de gauche dans chacune des 577 circonscriptions (577 PCF 577 PS 577 PG 577 EELV 577 LO…)
    il faut une majorité à l’assemblée qui corresponde à ce gouvernement rose rouge vert
    donc des candidats labellisés sur ce programme, un par circonscription,
    dans un partage national entre toutes les forces de gauche qui soutiennent et qui participent
    et de façon a représenter loyalement correctement toutes les composantes politiques

    pour gagner il faut les 6 millions de voix socialistes, nous sommes en position de nous adresser légitimement à elles ! unité des socialistes derrière Hamon et… unité de la gauche : personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mais on a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire
    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.

    il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert.

  5. Gilbert Duroux
    Posted 3 février 2017 at 15:51 | Permalien

    GF : « il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert ».

    10 000 fois d’accord, mais ce n’est pas avec El Khomri, Le Roux et tous les sortants réinvestis par le PS qu’on va pouvoir le mettre en œuvre.
    Ils ne changeront jamais…

  6. Posted 3 février 2017 at 17:53 | Permalien

    s’il y a des exclusives, des exclus, des tribunaux, on ne gagne pas la majorité

    Maintenant il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert.
    Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mélenchon seul, perd ! Hamon, seul, perd ! Sans unité nous perdons tous, unifiés cela fait une dynamique gagnante
    On a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire
    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.
    si nous avons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien a cet accord, ça implique un ou une par circonscription, et une re-discussion de toutes les candidatures évidemment
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

    l faut une majorité à l’assemblée qui corresponde à ce gouvernement rose rouge vert
    donc des candidats labellisés sur ce programme, un par circonscription,
    dans un partage national entre toutes les forces de gauche qui soutiennent et qui participent
    et de façon a représenter loyalement correctement toutes les composantes politiques

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*