Le 29 janvier : un vote historique

La gauche socialiste l’a emporté contre l’aile droite du parti socialiste qui a conduit le quinquennat à la faillite.

Ca change toute la donne.

La gauche est désormais et à nouveau forte dans notre pays, elle peut gagner les 23 avril et 7 mai contre Fillon Le Pen si elle s’unit

 

 

Avec le réseau de la revue de la gauche socialiste D&S, je n’ai cessé de dire depuis 15 mois, qu’il fallait des grandes primaires de toute la gauche, car c’était le meilleur moyen de nous sauver du quinquennat, de nous unifier et de gagner le 23 avril et le 7 mai 2017.

On me répondait que ce serait se mettre sous les fourches caudines de Hollande, et je rétorquais inlassablement que s’il se présentait il serait « perdu et perdant », et que « si Valls y allait à sa place, il serait battu ».

J’ajoutais tout aussi inlassablement qu’il fallait  une plateforme commune de toute la gauche et construire une candidature commune de toute la gauche.

Ca a pris des chemins détournés et imprévus, mais on vient de faire un immense pas pour y arriver quand même. Le vote de ce dimanche 29 janvier est historique.

La gauche socialiste vient de l’emporter nettement sur l’appareil dirigeant qui a subi et conduit depuis cinq ans la politique désastreuse du quinquennat. Ca fait 24 ans que j’attendais une occasion comme cela.

C’est le fruit de la conscience, de la résistance, de la volonté des militants, de la base sociale, des syndicalistes, des associatifs,  de toutes celles et ceux qui n’ont pas supporté la trahison, les mensonges, la politique du trio  Hollande-Valls-Macron.

 

Pendant cinq ans ils n’ont pas voulu entendre nos résistances à l’ANI et à la loi Sapin, nos refus du rapport Gallois puis du CICE, notre refus de la loi Ayrault portant l’âge de la retraite à 63 ans, notre opposition à cette incroyable loi libérale destructrice qui s’est appelée « loi Macron », ni enfin notre mobilisation massive, profonde, majoritaire et durable contre la scélérate loi El Khomri !  Au contraire ils nous ont tout fait, depuis le travail le dimanche, la casse de la médecine du travail,  des prud’hommes, de l’inspection et du code du travail ! Convertis au libéralisme, à la politique de l’offre, ils ont donné 41 milliards au Medef qui a fait 1,3 million de chômeurs de plus et ils n’ont cessé de l’aider en facilitant les licenciements.

Résultat : alors que la gauche avait tout en 2012, il y a à peine 5 ans, 20 régions sur 22, 2 villes sur 3, 61 départements sur 100, le Sénat (pour la première fois depuis 200 ans !), l’Assemblée, la présidence, ils nous ont fait tout perdre en cinq élections à cause de leur politique anti sociale. Brutalement ils ont fait le contraire de ce pourquoi ils avaient été élus.

Mais ils n’ont pas créé d’appétence pour la droite, celle-ci gagnait en pourcentage sans gagner en nombre absolu de voix. La gauche résistait en s’abstenant, la majorité de la France restait de gauche.

On le leur disait, mais ils faisaient semblant soit  d’annoncer « la mort de la gauche » soit de prétendre qu’elle était « divisée en deux gauches irréconciliables ». Ca les servait de diviser ainsi.

Mais à la base, ca provoquait de la colère, de l’amertume, sans écraser les puissantes aspirations de gauche.

Pour nous, il existe un seul salariat il y a une seule gauche et il faut qu’elle soit unie pour gagner.

Les éditorialistes n’en reviennent pas, ne comprennent pas,  mais ce sont ces puissantes aspirations de gauche qui viennent de profiter des primaires citoyennes du 29 janvier pour se faire entendre.

Tout a été fait pour les saboter, trier et écarter les candidats, susciter des figurants en échange de leur ralliement. Il fallait voir Valls se lancer le 4 décembre dans une mise en scène relayée par tous les médias, qui lui pronostiquaient la victoire ! Moi je disais imperturbablement : « il va perdre » et on a agit pour ça, et il a perdu très nettement comme prévu.

Notre salariat est de gauche, au moins à 70 %. Notre salariat a fait une remarquable mobilisation tout le long de l’année 2016 contre la loi El Khomri. Le 29 janvier ça a été la revanche du 49 3, l’occasion de dire aux tenants du quinquennat sortant, combien ils nous avaient trahi, humilié, et combien nous étions révoltés.

Hollande et Valls battus, il reste Macron et il va « faire pschiiiitt » pour les mêmes raisons. Il est coresponsable, gourou inspirateur du quinquennat sortant, l’échec de Hollande est son échec, il n’a rien d’autre à proposer que de le continuer en l’aggravant. Il n’a ni programme, ni parti ni base sociale : les droitiers du PS qui se dirigent vers lui feraient mieux de réfléchir, car ils vont tout perdre, y compris leur cher siège qu’il veulent sauver.  Ils devraient se souvenir de Lecanuet, Barre, Tapie, Bayrou, le centre ça ne marche jamais. Ca ne marchera pas plus en 2017. Le prédicateur creux Macron, va vite faire exploser ses limites.

Il n’y a qu’une seule bataille qui vaille, elle est entre droite et gauche, deux camps qui sont l’expression politique déformée des deux classes sociales fondamentales de notre société, le salariat et l’actionnariat. Il n’existe quasiment pas vraiment de classe moyenne en France : le salariat c’est 93 % des actifs, et 98 % des salariés gagnent moins de 3200 euros. Les « indépendants » tant vantés sont réduits à 7 %. Le salariat est très nombreux, compacté, il produit toutes les richesses, il est plus homogène et plus fort qu’il ne le croit lui-même. Mais il cherche sa voie. Une grande partie de notre salariat est très politique, politisée, active : cela vient de se confirmer les 22 et 29 janvier en donnant la victoire à la personne qui est passée à travers les filtres, Benoit Hamon.

Non, le PS n’était pas encore « mort » et non ces primaires n’étaient pas « un congrès du PS » comme ironisaient certains : il ne reste plus que 30 000 socialistes encartés, il y a eu 2,1 millions de votants et Hamon en a obtenu plus d’un million. C’est le cœur de la gauche qui a voté massivement en dépit de toute la propagande pour les en dissuader. Le salariat ne se résigne donc pas à perdre pour Fillon et Le Pen.

L’espoir est revenu.

La gauche est de retour.

Mais rien n’est écrit pour les 23 avril et 7 mai.

Et rien n’est joué : ce n’est plus le même PS qui est à la barre. Ca se passe un peu comme dans le Labour party où Jérémy Corbyn a gagné deux fois, et où ils sont passés de 100 000 adhérents à 650 000 adhérents… écartant les « blairistes », comme nous avons écarté les Hollando-Vallsistes.

Par contre il faut impérativement que nous gagnions les 23 avril et 7 mai, sinon il y aura le désastre de Fillon qui annonce un « blitzkrieg » comme il dit si élégamment,  pour casser tous nos droits sociaux en 3 mois d’été, par 5 ou 6 ordonnances, afin d’éviter toute résistance sociale.

Le même Fillon empêtré dans son million d’euros détourné pour sa famille : « père la rigueur » pris la main dans le sac comme un vulgaire Cahuzac. La le Pen pareil avec son demi million. Reste à voir d’où vient l’argent de Macron, il ne pourra pas toujours cacher ses financeurs occultes.

Nos chances de gagner viennent donc de faire un bond en avant considérable. Mais il ne faut pas perdre de vue que si nous perdons, nous perdrons gros socialement, et nous perdrons aussi dans le PS tout ce que nous venons de gagner, car l’appareil droitier se vengera de sa frayeur actuelle dans un congrès bureaucratique où la base perdra à nouveau, à moins qu’elle n’ait massivement augmenté, changé, adhéré, ou ré-adhéré… .

Pour gagner nous avons une obligation de résultat : aboutir à un programme commun de gouvernement rose vert rouge entre Benoit Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, pas question de soumission, mais respect et unité !

Si Mélenchon y va seul, il perdra !

Si Hamon y va seul, il perdra !

Sans cette unité là nous perdrons tous,

Mais si nous sommes unis cela fera une dynamique gagnante irrésistible

On a une obligation de résultat car s’il n’y a pas unité ce sera désastre avec pour seul choix le 7 mai, Fillon ou Le Pen.

Par contre s’il y a unité la victoire sera redevenue possible.

Il faut en urgence construire une plateforme commune et c’est possible comme au Portugal.

Elle ne peut être

ni tout le programme de Benoit Hamon,

ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon,

ni tout le programme de Yannick Jadot,

on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.

Inutile de vouloir faire passer « les cohérences » de chacun, il faut faire le compromis sur 6 ou 7 ou 9 points qui font le plus consensus, et les mettre en œuvre. Un programme concret de transition : reforme fiscale, reforme bancaire, faire rentrer la fraude fiscale, prendre aux dividendes et aux 1%, hausser les salaires, allocation d’autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans (branche de la sécurité sociale)  renforcer les services publics, réduire la durée du travail, contrôler les licenciements, abroger El Khomri, reconstruire un droit du travail, contrôler les licenciements prendre des mesures de transition écologique, aller vers la VI° République sociale, laïque, parlementaire, démocratique, féministe, écologique, pacifique, internationaliste…

Ca ouvrira ensuite d’autres épisodes, qui surviendront dans un rapport de force nouveau, avec une vigilance et une mobilisation grandissante du salariat.

Un accord cela peut se faire rapidement comme au Portugal. Ce n’est pas difficile contrairement à ce qu’on croit. Les choix faits peuvent être expliqués et approuvés publiquement, démocratiquement. Ca fait des années que nous discutons de tout cela.

Le « casting » qui irait avec le programme commun, c’est aux trois candidats d’en décider. Mais là non plus, s’il y a la volonté unitaire ce n’est pas difficile. Tous sont pour la VI° République et contre « le pouvoir personnel » façon Hollande. Il y a forcément discussion ouverte sur les rôles de président et de premier ministre, et sur la façon de construire une majorité parlementaire.

Si nous bâtissons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien à cet accord, ça implique un ou une candidat par circonscription, et une re-discussion générale de toutes les candidatures évidemment, désignées par consensus et/ou par primaires locales.

Pour cela il faut annoncer la volonté d’un gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

A ceux auxquels cela paraît impossible, il faut le dire, il n’y a qu’une voie gagnante c’est celle là. Il n’y a pas d’alternative à cette unité là, il faut le dire sur tous les tons, se battre, mobiliser et faire pression. Tout ça peut se résoudre car nous sommes des millions à vouloir l’unité Hamon Jadot, Laurent-Mélenchon.

Beaucoup de ces choix se trouvent dorénavant concentrés entre les mains de trois candidats .. pour qu’il n’y en ait plus qu’un seul, mais l’action de millions de signataires d’appels et de pétition, ne peut que renforcer les chances de réussite d’un accord entre eux.

Gérard Filoche le lundi 30 janvier, gerard.filoche@gmail.com wwwFiloche.net www.democratie-socialisme.org

 

 

 

 

126 Commentaires

  1. GREG
    Posted 30 janvier 2017 at 16:37 | Permalien

    Je trouve que Mélenchon, Corbière et Jadot commence à mettre de l’eau dans leur vin dans leur communication et qu’une discussion est possible, sans oublier Laurent bien sur.

    Mélenchon et Hamon ne sont pas assez idiots pour croire qu’ils gagneront seuls. Mélenchon qui se réclame quand même un peu de Mitterrand sait comment celui ci a gagné en 81 ; avec un programme commun.

    Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse Gérard, la victoire de Hamon dans cette primaire est aussi importante que celle de Corbyn en GB face aux blairistes du parti travailliste. Une page est tournée !

    Unité ou défaite !

  2. Michel - Pierre
    Posted 30 janvier 2017 at 17:15 | Permalien

    58,7 – 41,3 !

    « L’effet Corbyn », dont l’intérêt rencontré par les projets et campagnes de Gérard Filoche, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon avait fourni des signes annonciateurs, s’est finalement incarné en la personne du dernier nommé et indiscutablement confirmé dans son très beau succès d’hier soir.

    On l’espérait pour notre pays, ce revigorant effet prometteur, l’ayant vu apparaître ces deux dernières années non seulement au Royaume Uni mais aussi outre-Atlantique (malgré la funeste intrusion d’un minoritaire – mais milliardaire – populiste à la Maison Blanche) avec l’engouement suscité par la campagne de Bernie Sanders.

    Il y a donc là un phénomène, non financier pour le coup, mais CITOYEN qui SE MONDIALISE et c’est tant mieux !

    Il faut maintenant le conduire à se développer jusqu’à devenir le début d’une ère où les citoyens sauront se montrer en toutes circonstances à la hauteur de leurs responsabilités.
    Une ère où ils seront majoritairement dotés d’une maturité politique suffisante pour se garder de confier les clés du POUVOIR à des politiciens dont les amis (quand ce n’est pas eux-mêmes ! …) s’appliquent à serrer impitoyablement les ceintures des gagne-petit d’une main … pendant que de l’autre, sans vergogne, ils « s’en mettent plein les fouilles ».

  3. Médusa
    Posted 30 janvier 2017 at 17:22 | Permalien

    Il est malheureusement symptomatique que l’Union européenne et les traités soient absents de vos « points qui font le plus consensus » : il y a un lourd contentieux ici. Les leçons de l’expérience grecque, Mélenchon les a tirés ; pas les deux autres. Or il faut bien s’attaquer au cadre européen, sans quoi vous pouvez remballer votre programme de transition qui viole à peu près tous les traités.

    Il faut des débats publics entre les candidats, et surtout sur ce point d’achoppement. Pas de discussions en catimini sur un coin de table : que chacun défende devant tous ses positions sur la question européenne, la réduction du temps de travail, la VIè République (et sa mise en place concrète), la hausse des salaires, le nucléaire, etc.

  4. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 17:51 | Permalien

    Nous avons tous l’intuition que si effectivement l’union échoue, la présidentielle actera le malheur et la misère pour pour un paquet de gens et pour longtemps dans ce pays!

    Je sais que vous ne croyez pas de votre rôle, M. Filoche, de demander à Benoît Hamon de se retirer de la présidentielle… Pour autant, je crois qu’il est important que vous sachiez lui faire passer la pression qui pèse sur ses épaules quant à la réussite de cette union avec Mélenchon, le PCF et Jadot! Vous le faites parfaitement bien ici et avec conviction! 3 (ou 2) candidatures et c’est la défaite pour la gauche… mais aussi et surtout pour les gens qui souffrent déjà dans ce pays!

    JLM de son côté ne peut plus reculer compte tenue de celle que font peser sur lui les insoumis… Trop de gens lui font confiance maintenant sur sa propension à se battre quant au programme pour qu’on le laisse se désister au profit d’un candidat du parti qui a gouverné pendant 5 ans… car si le candidat Hamon n’est pas Valls, ils restent tous deux marqués par un passé récent qui n’épargne pas le 1er.

    Même si je ne doute pas qu’Hamon ne souhaite pas assumer le bilan du quinquénnat, aujourd’hui, des éléments du parti socialiste lui demandent de le faire et d’assurer la synthèse entre le courant des Vallsistes et celui qui est le votre, M. Filoche… Dans la situation très difficile qui sera la sienne durant les moins à venir au sein du PS, il va être difficile d’envisager sereinement cette présidentielle.

    J’espère que l’entourage d’Hamon est en mesure de lui signifier que « retrait » n’est pas synonyme de « renoncement » et qu’une décision courageuse et juste ne pourra pas être vu autrement que comme l’expression d’un sens des responsabilités et du devoir hors du commun!

    En tous cas, après ces 5 années de Hollandisme, on peut dire que pour beaucoup de monde, l’espoir ne repose plus seulement sur une candidature unique à gauche pour la présidentielle… mais sur la confiance qu’on accorde à celui qui devra déployer le programme sur lequel il aura été élu…

    Le fait est que La France Insoumise dispose: a) d’un programme « progressiste » solide, clair et travaillé depuis longtemps.
    b) d’un candidat « intraitable » pour le faire appliquer.
    c) d’une dynamique certaine qui ne sera pas remise en cause par un sondage.
    Que ce programme a été jugé suffisant par le PCF pour supporter Melenchon…
    J’espère qu’Hamon suivra…

  5. Posted 30 janvier 2017 at 18:23 | Permalien

    Désolé non, je ne peux pas voter pour « 6 ou 7 points » pour commencer et on verra le reste après.
    Un programme de gouvernement, il faut que ce soit un tout cohérent, avec recettes/dépenses, droits/devoirs … Pas juste quelques points qui servent de slogans pour les affiches et les tracts.
    Sinon au premier débat pluraliste ou à la première réunion publique, le premier venu aura beau jeu de dénoncer votre amateurisme.

  6. Posted 30 janvier 2017 at 18:30 | Permalien

    tu veux pas un accord , t’auras le choix entre Fillon et le Pen
    le blitzkrieg annoncé de Fillon consiste a faire 5 ou 6 ordonnances toutes préparées en 3 mois d’été 17 afin d’éviter toute contestation sociale

  7. Posted 30 janvier 2017 at 18:35 | Permalien

    selon moi, la dynamique de l’opposition aux 3 % à l’austérité, la dénonciation unilatérale de la directive travailleurs détaches aura le même effet
    pour moi, les traités ça ne se denonce pas, ça devient caduque

  8. Posted 30 janvier 2017 at 18:38 | Permalien

    he bah dites donc, voila du chemin parcouru !!!

  9. Laurent
    Posted 30 janvier 2017 at 18:39 | Permalien

    J’appuie les billets de Medusa et Carlos Hermo (ci-dessus). Et j’ajoute que la recomposition des investitures pour les législatives serait un autre problème dont je crois Hamon incapable de se sortir…

  10. Chris1986
    Posted 30 janvier 2017 at 18:43 | Permalien

    Qui pour porter le projet ?

  11. Inkey
    Posted 30 janvier 2017 at 18:45 | Permalien

    Filoche, tu pourrait profiter pour signaler à Hamon que son porte-parole est très franchement méprisant pour nous :

    https://www.publicsenat.fr/article/politique/alexis-bachelay-benoit-hamon-a-la-legitimite-pour-rassembler-sa-famille-politique

    Franchement, ça donne pas envie.

  12. Inkey
    Posted 30 janvier 2017 at 18:46 | Permalien

    Mauvais lien pardon:
    http://lelab.europe1.fr/pour-alexis-bachelay-les-electeurs-qui-ont-choisi-melenchon-par-defaut-par-manque-de-candidat-de-gauche-vont-rejoindre-hamon-2964611

  13. Posted 30 janvier 2017 at 18:46 | Permalien

    @GF 5
    Si je veux un accord, mais un accord précis, pas juste quelques slogans.

  14. Gilbert Duroux
    Posted 30 janvier 2017 at 19:03 | Permalien

    Gérard Filoche ne va pas manquer de conclure que je ne veux pas d’un accord si je dis qu’un accord à trois mois de la présidentielle, une élection personnalisée outrance, est hautement improbable.
    Quand Hamon s’adresse à Mélenchon et à Jadot, c’est de la tactique pure. De son côté, Mélenchon ne peut pas rejeter purement et simplement cet appel, sous peine de passer pour le diviseur. On va assister à ce petit jeu pendant un moment mais chacun des deux restera candidat (Jadot, lui, va probablement renoncer et rejoindre Hamon).
    Faudrait pas prendre Hamon pour un béjaune, ça fait 30 ans qu’il est dans les tactiques d’appareil.
    Encore une fois, je fais ici de l’observation (ce qui ne m’empêche pas d’être dans l’action sur des vrais sujets, pas dans des combines d’appareil) mais on ne pourra pas dire que je ne la souhaite pas, cette union. Je n’ai qu’un désir, c’est d’être démenti par les faits.
    Alors je ferais ce que ne fait jamais Gérard Filoche : je reconnaitrais m’être trompé.

  15. Naïm
    Posted 30 janvier 2017 at 19:13 | Permalien

    Lordon sur le PS, Mélenchon, Hamon…

    https://www.youtube.com/watch?v=zQiLa3nS6jc

  16. socrate
    Posted 30 janvier 2017 at 19:21 | Permalien

    oui vite un programme commun sur des points essentiels
    on s’en moque des détails et des postes occupés…
    mais il faut l’engagement devant les français de respecter l’intégralité de ce programme
    cela doit se faire en clarifiant les positions face a l’europe face au medef etc etc
    et il faut en meme retravailler les investitures pour les législatives hors de question d’avoir ceux qui ont suivie aveuglément Valls et Hollande

  17. socrate
    Posted 30 janvier 2017 at 19:37 | Permalien

    ce soir c’est moins évident que le FDG veuille trouver une entente avec Hamon
    il ne faudra pas perdre trop de temps non plus a discuter a discuter en vain.d’autant que les électeurs de Melenchon Hamon peut les récupérer si les sondages montrent qu il a plus de chance d’etre présent au second tout

  18. Jerome
    Posted 30 janvier 2017 at 20:15 | Permalien

    dans cette société qui fait de la compétition une valeur, on n’est même pas sûr qu’en cas (assez hypothétique) d’un second tour Le Pen vs/ candidat de la (vraie) gauche, les électeurs ne choisissent pas Le Pen…

  19. Dominique Babouot
    Posted 30 janvier 2017 at 20:18 | Permalien

    Bernard Caseneuve demande à Benoit Hamon d’assumer le quinquennat et ajoute que sans le faire, il ne pourra faire campagne en 2017.
    C’est une menace à peine voilée qui veut dire que le premier ministre et sans doute le président lui-meme ne soutiendront pas la campagne présidentielle de Benoit Hamon s’il ne renonce pas à dénoncer ce bilan.
    Et pourtant, c’est sur cette dénonciation, c’est sur ses prises de positions depuis 2014 qu’il a été élu brillament hier!

    Ce n’est pas gagné, si Manuel Valls a joué l’honneteté en respectant la volonté des électeurs et en acceptant de prendre acte qu’il a été désavoué, il n’en est pas de meme apparemment ni à l’élysée ni au sein du gouvernement! Francois Hollande Hollande n’a pas dit un mot depuis hier soir, cela frise l’impolitesse!

    Si Bernard Caseneuve est en désaccord avec le choix des électeurs de la primaire, c’est son droit, mais l’honneteté voudrait qu’il démissionne de son poste, afin de laisser la place à un homme ou une femme politique en phase avec le vote de rejet d’hier!

    Avec à Matignon un premier ministre en désaccord avec l’orientation de sa campagne, Benoit Hamon ne pourra tout simplement pas poursuivre la mission que les électeurs de la primaire lui ont confié hier!

  20. Dominique Babouot
    Posted 30 janvier 2017 at 20:23 | Permalien

    M Hollande peut hypocritement soutenir Emmanuel Macron, mais nous avons le droit aussi d’exiger de la direction du parti socialiste qu’elle fasse respecter le vote d’hier par tous les militants du ps y compris ceux qui ont des responsabilités gouvernementales!

  21. socrate
    Posted 30 janvier 2017 at 21:06 | Permalien

    Cazeneuve demande a Hamon de soutenir l’action du gouvernement durant le mandat de Hollande…
    depuis quand le battu veut imposer au gagnant les choix de sa ligne directrice
    le candidat de Cazeneuve c’etait Valls et il a perdu point
    que cherche a faire le gouvernement et les notables du PS a empêcher un rassemblement sur la thématique de Hamon , a se venger des frondeurs ?

  22. Dominique Babouot
    Posted 30 janvier 2017 at 21:37 | Permalien

    Orchestréesdepuis l’élysée les grandes manoeuvres ont commencé, malgré les dires de Philippe Doucet porte-parole de Manuel Valls, je suis persuadé que ce sont des dizaines de députés de l’aile droite du ps qui s’appretent à rejoindre Macron!
    En plus ils ne sont pas discrets et font part de leurs états d’ames dans les médias!
    L’un des adjoints d’Anne Hidalgo est dans ce cas!

    Quand on voit en plus les pressions dont Benoit Hamon est l’objet y compris au plus haut niveau de l’état, il y a de quoi s’inquièter!

    La semaine dernière l’ambiance a été exécrable, Benoit Hamon a été l’objet d’accusations scandaleuses à propos de ses positions sur la laicité! Ces accusations étaient relayées par l’extrème-droite et reprises jusqu’à l’intérieur de notre parti!

    On veut bien tenir compte de l’énervement et de la passion des fins de campagne etre grand seigneurs et passer l’éponge puisque nous avons gagné, mais il faut aussi qu’il y ait des efforts louables de la part de ceux dont la politique a été condamnée massivement par les sympathisants de notre parti!
    Plus d’un millions d’électeurs c’est bien plus que 30000 adhérents à jour de leur cotisation!

    Ne nous laissons pas voler notre victoire!

  23. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 22:55 | Permalien

    Je verrais assez bien Jadot être le candidat unique.

    Et je suis sérieux : en Autriche, les partis traditionnels ont été balayés dès le premier tour et c’est un Vert qui l’a emporté.

    De plus, le social est un suet très imortant mais nos poumons aussi ! Et Jadot ne porte pas la marque PS.

  24. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 22:58 | Permalien

    Filoche avait raison !

    Hollande ne peut pas se présenter avec le bilan qu’il a.
    Valls, si il se présente, ne peut qu’être battu.

    Exit Hollande et Valls, le dernier dinosaure après Sarkozy et Juppé étant Fillon.

    Merci Gérard.

    Continuons le combat. Sera long.

  25. Farida
    Posted 31 janvier 2017 at 0:46 | Permalien

    La VIe république commence par le respect du droit des électeurs. Or j’ai vu Hamon ce soir sur France 2. J’avais déjà remarqué qu’il avait pompé certaines propositions du programme l’Avenir en commun et Voila que ce soir il ajoute le non au CETA. Alors que nous avons travaillé des mois sur le programme, Benoît arrive avec son air innocent pour dire qu’il ne s’adresse pas aux appareils mais a nous les électeurs, il aura le même programme que Melenchon, on aurait plus qu’à le suivre. C’est pire que l’exploitation capitaliste, c’est un déni de démocratie. Je crois bien que les 3 mois qui viennent Benoît va souvent m’énerver. Je me suis investie dans FI pour sanctionner le gouvernement et le Parti dont il est issu. Valls, et El-Khomri sont toujours dans ce parti que je sache. Je ne voterai jamais pour le PS quelles que soient les plagiats qu’Hamon fera du programme de la France Insoumise. C’est a ceux du PS qui veulent une autre politique de rejoindre les Insoumis.

  26. Posted 31 janvier 2017 at 0:57 | Permalien

    mais vous ne savez pas la chronologie mais toute une grande partie de votre programme est plagiée de la gauche socialiste et de D&S on s’en félicite nous !
    il faut donc l’unité !

  27. Posted 31 janvier 2017 at 1:00 | Permalien

    Bonjour Gérard,

    Nous avons eu l’occasion de nous croiser , notamment lors de la lutte pour sortir les sans papiers de l’ombre. J’étais délégué syndical CGT dans mon entreprise et au secrétariat de mon syndicat

    J’étais prêt à te soutenir dans la primaire mais les apparats chics ne l’ont pas permis. J’étais et suis toujours tiraillé entre la France Insoumise et la gauche du PS C’est dingue d’être oblige d’écrire ça mais oui la droite a cannibalisé le parti de Jaures!!!

    J’ai soutenu Benoit lors de deux tours de la primaire, pour éliminer Valls mais aussi par conviction car je pense que son programme était le meilleur. J’ai tenu un des bureaux de vote de la primaire en étant encarté nulle part, sauf évidemment à la CGT! Nous n’avons vu aucun des élus nous aider, ni le député PRG, ni le président de la Communauté d’agglo (PS), ni le président du département (PS) …Pire, nous avons du faire voter des habitants de petites communes voisines dont les maires sont PS sans qu’il sbougent le petit doigt pour nous! il faut donc mettre un grand coup de pied dans cette fourmilière…A ce titre , la possibilité de révoquer des élus est une bonne chose.

    Dans ma ville , la gauche qui pèse 65% se trouve dans l’opposition faute d’avoir su s’entendre et mettant de côté les egos. J’ai même été privé de candidats en décembre 2015 suite à une décision prise d’en haut et on se retrouve avec Xavier Bertrand président d’un région artificielle.

    Je viens de lire ton appel à l’union et c’est exactement de cela dont nous avons besoin. J’ai malheureusement des doutes sur une issue favorable d’ici le 1er tour.

    Pour autant , comme les seuls combats qu’on est sur de perdre sont ceux que l’on ne mène pas, je suis prêt à m’investir.

    Fraternellement

    Jean Pierre B

    PS : tu peux utiliser tout ou partie de ce que je viens d’écrire.

  28. Posted 31 janvier 2017 at 1:01 | Permalien

    Cher Rouslan,

    Tout à fait d’accord
    Je pense qu’une nouvelle génération dirigeante arrive à la tête de la gauche, en France, derrière Benoît Hamon.
    Elle prend le relais de la génération Jospin-Hollande (1995-2017) qui avait relativement bien commencé avec la stratégie (ambiguë toutefois) de la Gauche plurielle et la mesure (mal ficelée) des 35h par la loi, mais qui se termine en catastrophe avec une stratégie de division des « deux gauches irréconciliables » et des mesures destructrices des droits sociaux et civiques (loi El Khomri et déchéance de la citoyenneté) parce qu’elle n’avait pas remis en cause le ralliement de 1982 au néolibéralisme effectué par la génération précédente ( Mitterrand / Marchais : 1971-1993).
    Une nouvelle génération prend la tête de la gauche en ayant dans ses bagages des propositions constructives et d’autres destructrices. En général, elle prend la direction de la gauche grâce à ses propositions constructrices, sauf dans les cas où la génération précédente est allée au delà de la limite d’âge sans être débordé par la nouvelle. Et celle-ci accueillera la suivante avec les mêmes propositions constructrices ou, au contraire, sera plombée par des politiques qu’elle portait aussi et qui la feront sombrer en la forçant à céder la place : c’est ce qu’illustre la fin de règne de la génération Jospin-Hollande.
    Dans le long XX° siècle, en France, je distingue plusieurs générations : Jaurès / Guesde (1889-1914), Blum / Cachin (1920-1940), Mollet / Thorez (1944-1969), Mitterrand / Marchais (1971-1993), Jospin-Hollande (1995-2017).

    Amicalement,
    Pierre

  29. Posted 31 janvier 2017 at 10:51 | Permalien

    Les grandes manœuvres continuent et s’amplifient :
    Les LE GUEN et autres, qui se paient le culot de dire « Je ne voterai pas Hamon, mais je reste au PS » … C’est DEHORS !
    Quoi ? Ces idiots n’ont pas compris une chose, pourtant FLAGRANTE : dimanche c’est LE PEUPLE DE GAUCHE qui a décidé de nous donner un candidat, Benoit HAMON.
    Pas un petit comité d’apparatchiks endimanchés et jaloux de leurs « fauteuils » !
    Le 49.3, C’EST TERMINÉ ! Ok ?
    Si ces messieurs dames pensent qu’à quelques-uns ils peuvent aller contre la volonté populaire, et la faire plier, il faut qu’ils DÉGAGENT !!!
    Et qu’ils s’inscrivent à des formations accélérées à la démocratie.

  30. Posted 31 janvier 2017 at 12:34 | Permalien

    « Parti socialiste : l’aile droite choisit la fronde et défie Benoît Hamon »
    (La presse)

    Voilà qui commence bien.

  31. carlos hermo
    Posted 31 janvier 2017 at 12:49 | Permalien

    Gérard, les discussions entre la FI et Hamon vont tourner court si celui-ci ne s’émancipe pas rapidement du PS de Cambadélis!

    Il faut dresser une liste des cadres et élus du PS qui soutiennent réellement B. Hamon (et pas du bout des lèvres) et voir dans quelle mesure ils souhaitent entrer en discussion avec Mélenchon.

    S’il y a pour la majorité d’entre eux un désir vrai de discuter, alors ensuite il serait intéressant de faire un comparatif entre les programmes défendus par le candidat socialiste et celui construit par la France Insoumise pour trouver les points qui leur sont « communs ».

    Une fois ces points communs extraits, il faudrait faire émerger de nouvelles propositions (4 ou 5) grâce à un travail conjoint entre Verts, communistes et Insoumis qui formeraient la colonne vertébrale de l’alliance… Mais pas de modifications complète du programme porté par Mélenchon, des ajouts oui!

    B. Hamon et les futurs candidats PS aux législatives identifiés et fidèles à son camp, les candidats de la FI, ainsi que ceux du PCF et des verts formalisent leur alliance autours :

    - du retrait de la candidature à la présidentielle de B. Hamon (car Jadot n’aura pas ses signatures).

    - d’une candidature unique par circonscription avec l’étiquette « un avenir en commun ».

    - de l’adhésion des députés élus à un groupe politique à l’Assemblée crée autours du respect des valeurs collectives, de l’engagement à remplir les objectifs de vote préalablement discutés lors de la présidentielle (les propositions « communes » et ajoutées collectivement… pas d’engagement à voter tout le programme « maintenu » de la France Insoumise), du non cumul des mandats et de la charte éthique d’anticor.

    Ce serait une union plus solide que l’union de la gauche au Portugal car « temporaire » et « limitée » à des points précis! Tout est clair dès le départ et aucun malentendu pour diviser! Ce qui rassemble c’est un « CONTRAT DE PROGRES », une fois le contrat rempli? Personne ne se doit plus rien…

  32. socrate
    Posted 31 janvier 2017 at 12:51 | Permalien

    le départ de députés vers Macron va s’effectuer.
    Hamon ne doit pas reculer sur son offre , sinon il décevra ses électeurs.
    Il doit faire du vide dans les investitures prévues par le ps.Ceux qui ont voulu la loi Macrin et El khomri ne doivent plus etre investis sinon c’est a ne plus rien y comprendre.
    et on attend que Hamon fasse une offre a Melenchon pour mettre chacun devant ses responsabilités.

  33. carlos hermo
    Posted 31 janvier 2017 at 12:52 | Permalien

    En attendant ça, l’appel d’Hamon ne peut pas être considéré autrement que comme une posture… et plus le temps passe, plus l’union s’éloigne!

  34. carlos hermo
    Posted 31 janvier 2017 at 13:02 | Permalien

    Pourquoi ne pas proposer de postes au gouvernement ?
    Si les désaccords sont si évidents entre Jadot, Hamon et Mélenchon, ou plus exactement entre les courants qu’ils représentent, alors ça évite de se retrouver dans les mêmes embrouilles que les gouvernements de Hollande:
    - Un ministre est en désaccord et doit quitter le gouvernement.
    - Un ministre est en désaccord et critique acerbement la politique du gouvernement/ président.
    - Un ministre est en désaccord mais ravale sa fierté et passe au mieux pour un con, au pire pour une girouette.

    Dans les 3 cas, la situation est inconfortable pour les principaux acteurs et est susceptible de faire voler en éclat toute alliance.
    Tandis que les députés de l’union, hors les points d’entente préalable, sont libres de critiquer et prendre position contre un gouvernement sur tous les point qui ne font pas partis du contrat! Ils acquièrent en effet une position combinant le confort du député de la majorité gouvernementale en même temps que celui du député de l’opposition…
    Ce n’est donc pas un marché de dupe!

    Bref, qu’est-ce qui se passe au parti socialiste? Ou vous en êtes?

  35. Charles
    Posted 31 janvier 2017 at 13:10 | Permalien

    Salut,
    Pour ma part, le programme ne devrait pas poser de problème majeur, il peut y avoir des concessions dessus, vu que sur les points les plus saillants tous sont d’accord…
    Le seul écueil qui puisse apparaître dessus est qu’il faut qu’il garde sa cohérence et qu’il soit faisable, c’est à dire qu’il ne soit pas une promesse sans lendemain…

    En revanche, le vrai problème épineux est celui du candidat commun: il faut bien comprendre qu’il est absolument inenvisageable pour les citoyens de la France Insoumise d’accepter Hamon comme candidat, le rejet,la défiance envers le PS de ce quinquennat sont bien trop forts et absolument insurmontables pour ces élections… Pour dire, même l’idée que des dirigeants PS puissent avoir de quelconques responsabilités dans le prochain gouvernement sera une pilule très difficile à faire passer, alors pour le candidat, c’est tout simplement impossible…
    La question est donc: « est-ce que Hamon est capable ou même en mesure de se désister en faveur de JLM? » Je l’espère, mais j’en doute, ça va être très très difficile à faire passer (Valls est battu, certes, mais les « libéraux-sociaux sont toujours aux commandes, et eux refuseront catégoriquement qu’un tel désistement puisse avoir lieu!), et pourtant la clef est là, clairement!

  36. Charles
    Posted 31 janvier 2017 at 13:24 | Permalien

    @Socrate, commentaire 17:
    A mon avis, tu te trompes sur ce point: l’un des marqueurs piliers de la constitution de la France Insoumise est le rejet et la volonté de faire payer au PS sa gouvernance du quinquennat, et de fait, le PS n’a aucune excuse possible, il a commencé le quinquennat avec absolument TOUS les pouvoirs en main, et à chaque mesure libérale, antisociale et liberticide, nous avons à chaque fois prévenu: nous nous en souviendrons!

    Le pouvoir n’en a eu cure et le jour des comptes est arrivé, nous n’avons rien oublié et le prix à payer est que quelque soit la situation, les insoumis refuseront par principe de mettre un bulletin PS dans l’urne, et Hamon doit se faire à l’idée que « la finance est mon ennemie » lui collera à la peau quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, rien de personnel, mais c’est le lot de tout candidat PS, et il faudra plus de quelques mois pour arriver à la décoller…
    Pour dire que même si JLM venait à être mis hors jeu, les insoumis préfèreront voter Artaud ou Poutou que de faire gagner Hamon, la rancoeur envers le PS est aussi forte que ça, aussi injuste cela puisse être pour les socialistes véritablement de gauche, leur premier devoir est de donner de véritable gages et de regagner, de mériter une quelconque confiance…

  37. CRAYENCOUR
    Posted 31 janvier 2017 at 13:41 | Permalien

    Le programme commun, c’est essentiel, mais les investitures ne le sont pas moins, car les députés que nous aurons élus seront les seuls à pouvoir censurer un gouvernement qui ne respecterait pas les engagements pris.
    Pour le reste, l’attitude des dirigeants PS qui sont entrain d’annoncer qu’ils ne soutiendront pas Hamon, voire carrément de lorgner ouvertement vers Macron pose problème. Que faire? Les retenir, mais pour cela, il faut tirer à droite; les abandonner à leur dérive en choisissant la gauche? Dans tous les cas, la rupture aura lieu, et la clarification avec; la victoire de Hamon, contrairement à ce qui se passe à droite ne lui a malheureusement pas donné les clefs du PS; ce sont toujours les mêmes libéraux qui le tiennent et qui tiennent donc les investitures.

  38. sansressources
    Posted 31 janvier 2017 at 13:43 | Permalien

    bingo, je l’avais dit, et ce n’est pas une victoire, que les vallsistes passeraient chez Macron, un droit de retrait, qu’en pensez vous Mr l’inspecteur du travail, les frondeurs frondés, l’arroseur arrosé, c’en serait risible si ce n’était aussi dramatique, allons, faites preuve de maturité et de responsabilité, ranger vous derrière Méluche, si bien entendu que qui vous guide est le bien du peuple, et ça je n’en doute pas, alors reprenez vous et union union union, comme ce n’est pas avec le PS que vous pourrez la faire, il faut la faire avec FI, there is no alternative

  39. Posted 31 janvier 2017 at 13:54 | Permalien

    constituons partout des comités unitaires et des comités de soutien

  40. Pro-Filoche
    Posted 31 janvier 2017 at 13:54 | Permalien

    Quel dommage qu’ils se disent insoumis, et non pas socialistes…

  41. Pro-Filoche
    Posted 31 janvier 2017 at 13:59 | Permalien

    Les deux seuls candidats de gauche ayant une légitimité populaire sont Jadot et Hamon, issus d’une primaire avec de vrais électeurs. Un retrait des deux en faveur de celui qui n’a que 200000 clics virtuels à avancer serait un (double) mépris pour le verdict des urnes. Quand on voit comment celui-ci méprise déjà le PC dont il sollicite pourtant le soutien, ça donne pas envie de traiter avec lui.

    En Autriche, c’est un candidat Vert qui l’a emporté. Les deux partis de gouvernements ont été éliminés dès le 1er tour.

    Il faut dire que Hamon porte la lourde marque PS.

  42. Posted 31 janvier 2017 at 14:15 | Permalien

    svp change de nom
    reprends le tien

  43. socrate
    Posted 31 janvier 2017 at 14:19 | Permalien

    a Charles 36
    mais si vous contestez le droit a tous les socialistes d’avoir des postes dans un gouvernement de rassemblement alors il ne peut y avoir union.
    Si JLM revendique la présidence c’est sur quelle bases ?
    Le vote des 2 millions d’électeurs dimanche est plus important que les sondages ; il donne une légitimité bien au dessus que le nombre de vues sur youtube.
    Les français doivent pouvoir esperer dans une union de la gauche qui reprend le meilleur e chaque formation dans une synthèse réalite.
    Si c’est pas possible c’est la défaite assurée et donc la droite qui dirigera
    c’est ça que tu veux ?

  44. Charles
    Posted 31 janvier 2017 at 14:32 | Permalien

    @Commentaire 41: j’entends ce que tu dis, mais si tu veux passer en mode chiffres, il te faudra alors accepter celui-ci comme tout aussi valable: jean-luc Mélenchon a recueilli 4 millions de voix véritables et non de primaires assez peu encadrées, contre 7 500 votes obtenus par Jadot à la primaire EELV au second tour…
    Et quand l’objectif est de désigner le plus à même de l’emporter au second tour, ça fait d’autant plus léger que d’une, Jadot a clairement dit que sa candidature n’était « que de témoignage » (comprendre il ne s’est absolument pas préparé à assumer le poste) et deux, le programme ne concerne pas seulement l’écologie et couvre bien d’autres dossiers qu’il faut absolument maîtriser, ce dont Jadot n’a pas du tout fait la preuve, alors que JLM…
    Donc, les chiffres… Bof, pas un argument…

  45. valentin
    Posted 31 janvier 2017 at 14:33 | Permalien

    Gérard,

    N’empêche tu a du bouffer tes godasses parfois avec des collègues socialistes qui n’ont de socialiste que le nom.

    La question que je me pose c’est « sont ils vraiment pourris? Pris dans le fil de leur vie et ont perdu leurs valeurs à se vendre à petit feu? Justes assoiffés d’argent, de reconnaissance?

    Je me demande…

  46. Posted 31 janvier 2017 at 14:43 | Permalien

    je n’ai jamais bouffe de godasse, quelle curieuse expression,
    ma pensée et mon action ont toujours été libres, incarnées avec celles de mes amis dans D&S l’excellente revue de la gauche socialiste, 24° année
    abonnez vous

  47. Posted 31 janvier 2017 at 14:46 | Permalien

    mais ces 4 millions, c’était un autre temps, il y a 5 ans, et hélas c’est loin,
    depuis dans aucune des 5 élections perdues par la gauche, depuis, municipales, européennes, sénatoriales, territoriales, régionales ces voix ne se sont concrétisées

    la gauche dans son ensemble est majoritaire,
    et si elle ne s’unit pas, ceux qui vont refuser l’unité vont le payer cher, y compris en descendant de 11 à 14% vers 8 ou 6 %

  48. carlos hermo
    Posted 31 janvier 2017 at 15:02 | Permalien

    Gérard, ceux qui remettent en cause l’union nécessaire de la gauche pour les présidentiells sont minoritaires ici!
    Tout le monde veut l’union!
    la question est de savoir POURQUOI HAMON N’APPELLE T’IL PAS MELENCHON, JADOT et LAURENT TOUT DE SUITE?

    QUI REFUSE L’UNITE?

    Hamon est le dernier candidat déclaré à la présidentielle… Il faut qu’il appelle ceux qui travaillait à cette échéance bien avant lui!

    Qu’attend-t’il?

    Bon… je sais pas pourquoi je m’énerve… je sais qu’il a d’autres chats à fouetter mais seule la présidentielle et les moyens de faire triompher les valeurs de justice et d’équité à ce moment-là compte!

  49. andré
    Posted 31 janvier 2017 at 15:03 | Permalien

    « mais ces 4 millions, c’était un autre temps, il y a 5 ans, et hélas c’est loin, »
    Certes, mais même s’il faut se méfier des sondages, y compris quand on dit que Lepen est au 2ième tour, Melenchon est toujours crédité d’au moins 10% et parfois plus, il a donc une légitimité à gauche.
    Contester cela ne va pas dans le sens de l’union et traduirait une vision hégémonique du PS (cf. écrits de pro-filoche)

  50. Posted 31 janvier 2017 at 15:11 | Permalien

    ah bon,
    tout le monde ici est pour l’union !
    chic

    puis je renvoyer quand même a chacun des dizaines de pages précédentes ou je me faisais insulter parce ce que j’etais pour l’unité de la gauche ?

    celles ou on m’insultait parce que j’étais au PS et celles ou on me descendait parce que je n’arrivais pas à faire gagner la gauche au PS ?

    et maintenant il faut que je fasse vite ?

    1°) on travaille pour réussir la réunion de l’appel des cent vendredi (B. Hamon sera dans les locaux juste avant)

    2°) on réunit tout nos amis de D&S samedi de 10 à 18 h

    3°) on va a la séance d’investiture officielle convention PS le dimanche 5 février

    4°) on a aidé puissamment à démarrer les appels unitaires de Lille à Lyon, les tribunes en ce sens, et a les coordonner,

    5°) je dine demain avec d’autres amis avec benoit hamon

    6°) je vais eu Bn du PS ce soir,

    7°) j’étais a la mutualité dimanche soir dernier et ai beaucoup parle dans les médias pour l’union

    8°) j’ai publié deux articles pour l’unité

    9°) on prépare le D&S 242 de février en ce sens,

    et je vous dis pas le reste, réseaux sociaux, livres en cours, article dans HD, contacts téléphoniques multiples, ITV france info, lundi, etc..

    toute l’équipe de D&S est au boulot, vous z’avez qu’a la rejoindre en venant samedi 4 février

  51. Toto
    Posted 31 janvier 2017 at 15:19 | Permalien

    Oui oui Carlos vous avez raison….. minoritaire …..ici!

    Force est de constaté que le parti (c’est pas le seul) est trollé depuis plusieurs années… je ne suis pas royaliste et mes amis non plus!

    Toutes ces manipulations… ces contestations d’un résultat pourtant acquis, comme pour un certains référendum selon nos règles démocratiques se paieront malheureusement pour tous, moi, vous et vos amis inclus « aux prix fort »!
    Mais si la liberté est à ce prix?
    Il est encore temps…

    A méditer!

  52. sansressources
    Posted 31 janvier 2017 at 15:20 | Permalien

    je note les « éléments de langage » employés par les détracteur de Méluche, il n’a pas la légitimité puisqu’il n’a pas fait de primaire, il n’a que des « clics » en quoi la primaire organisée par un parti donnerait-elle la légitimité? dans le parti, OK, mais en dehors?
    alors Mitterrand et Jospin n’avaient pas de légitimité non plus? et puis cette « légitimité » est largement battue en brêche en ce moment alors assez d’arguments misérables contre Méluche, gardez les contre Fillon qui est notre ennemi

  53. Posted 31 janvier 2017 at 15:34 | Permalien

    c’est sur

  54. Posted 31 janvier 2017 at 15:38 | Permalien

    je ne dis, moi, rien de tout cela…

    Mitterrand et jospin avaient un grand parti, implanté avec plein d’élus, dans lequel était melenchon..
    ce n’est pas du tout le cas de melenchon

    il aurait du faire la grande primaire, il l’aurait gagné

    il devrait faire l’unité maintenant, comme je le réclame depuis 15 mois,

    celui qui refusera l’unité perdra et nous fera tous perdre

  55. Posted 31 janvier 2017 at 16:03 | Permalien

    Monsieur Filoche, avec tout le respect que je vous dois, je regrette de vous répondre que vous prenez toujours vos souhaits pour des réalités. Vous n’avez plus l’exclusivité du groupe des frondeurs. Un autre plus important que le votre vient de naître.

  56. sansressources
    Posted 31 janvier 2017 at 16:37 | Permalien

    tu rêves Gérard, vu ce qui se passe, imagine Méluche gagner la primaire, mais ce serait la rupture totale, déjà que la droite du parti, 70% tu le dis toi même, veut se ranger sous la bannière Macron, comment peux tu imaginer un seul instant Méluche vainqueur, la primaire était taillée sur mesure pour Hollande mais il a préféré fuir, du coup tout en a été bouleversé, mais la réaction du parti était prévisible, alors avec FI en tête !!!!!!

  57. Posted 31 janvier 2017 at 16:57 | Permalien

    mais on voit que tu ignores tout d’un appareil
    ceux qui veulent aller chez Macron ne sont plus que deux carresche et savary les autres ont peur et vont se diviser
    et on avait 80 à 90 deputes qui avaient déjà rallié hamon
    et les 70 % fondent, le marais , le reste (environ 80 deputes) va venir vers hamon,
    FI ne pese meme pas 2 % du PS
    mais ce n’est pas ça qui compte, c’est d’occuper la légitimité qui capte les 6 millions d’électeurs qui votent et voteront socialiste, de les regagner et de regagner les abstentionnistes surtout
    si melenchon ne fait pas unité, il va décliner irrésistiblement,
    il faut faire vite, sur le fond, et a fond, solidement, sans paraitre rechigner

  58. andré
    Posted 31 janvier 2017 at 17:21 | Permalien

    « FI ne pese meme pas 2 % du PS »??
    Il faut comparer les mêmes choses, 10% des votants d’après les sondages, cela fait 4 millions de personnes, plus que 2%.

  59. Médusa
    Posted 31 janvier 2017 at 17:22 | Permalien

    L’unité doit se faire sur des bases claires : Hamon doit avant tout trancher entre les appels sur sa gauche et ceux sur sa droite (vallsistes & Cie) ! On ne peut pas promettre d’abroger la loi Travail en ayant El Khomri comme députée investie !!!

    Appelez à un débat public entre Hamon, Jadot et Mélenchon svp, c’est la méthode la plus simple pour que tout soit fait devant les électeurs, et pas sous la nappe avec à la sortie des récits différents selon les points de vue !

  60. Posted 31 janvier 2017 at 17:25 | Permalien

    mais regarde les 5 élections intermédiaires, quand le PS perdait vous ne gagniez pas
    et ce serait pareil en juin sans unité
    si JLM veut retrouver les 11 % d’il y a 5 ans, il a intérêt a faire l’unité sinon ça va vaciller

  61. Posted 31 janvier 2017 at 17:25 | Permalien

    oui, pour se bagarrer publiquement au lieu de s’entendre bien sur, ça aidera hein ?

  62. Législatives
    Posted 31 janvier 2017 at 19:11 | Permalien

    Ce n’est pas une question piège ou quoi que ce soit de cet ordre, mais l’unité pour la présidentielle passe par l’unité pour les législatives.

    La gauche socialiste a-t-elle dans le PS la main pour proposer des investitures assurant à EELV, au PCF, au PG… une représentation parlementaire correcte en cas de dynamique de Front unique ? Est-il envisageable de revenir sur certaines investitures votées dans le PS avant la primaire ? La marge de manœuvre est-elle réduite aux circonscriptions où le PS n’a encore investi personne ?

  63. Emiliano Puerto
    Posted 31 janvier 2017 at 19:15 | Permalien

    Les magouilles politiciennes on n’en veut plus. Des centaines de personnes ont participé a la rédaction du programme L’Avenir en commun. De quel droit Mélenchon l’amputerait il dans une arrière salle avec Hamon?

    Le PS non plus on n’en veut plus. Hamon fait comme Hollande, il gauchit et verdit son discours a cause de Melenchon. Et au pouvoir, pourquoi ne ferait-il pas comme Hollande, mener une bonne vieille politique liberale en trahison de tous ses engagements? C’est comme ça que ça se passe au PS.

    Déjà, voyons comment il va trancher entre le PS socialiste et le PS liberal. Voyons avec quels députés (ElKhommry ??) il compte appliquer « sa » politique. Voyons ce qu’il répond a caseneuve.

  64. Naïm
    Posted 31 janvier 2017 at 19:18 | Permalien

    Je comprends le désir d’éviter la droite, mais je trouve affligeant que ce désir conduise à refuser d’analyser le parcours de Hamon, éclairant pourtant sur ce qui risque d’arriver. D’autant plus de votre part, Mr Filoche, qui êtes au coeur du parti.
    Bernard Soudais a indiqué sur LCI que Benoit Hamon avait toujours été très flexible avec les éléphants, ce qui l’avait conduit à être pour le non en 2005 mais finalement se ranger derrière les défenseurs du oui. De même après son livre « tourner la page », le voilà porte-parole puis au gouvernement.
    La situation actuelle exige une gauche radicale, et non pas une gauche de synthèse. Les compromis (voire les compromissions) que la gauche n’a cessé de faire avec le libéralisme ont conduit les gens à ne plus voir une réelle alternative que dans l’extrême droite. C’est une lame de fond, pas besoin d’avoir fait une thèse pour le constater. Il faut donc une rupture radicale avec les politiques menées depuis 30 par le PS.
    Benoit Hamon, au vu de son parcours et de ses choix, ne semble clairement pas prêt à une telle chose. Ses propos sur l’Europe -comme sur le revenu universel, qui n’est qu’une façon d’organiser l’absence de travail dans la logique capitaliste- en sont également une belle preuve.
    En ce sens, Mr Filoche, par votre soutien et votre logique du moins pire, vous participez à une situation qui nourrit toujours plus le vote FN.
    Je vous demande d’y réfléchir, sans prétendre que je vous insulte alors que je vous expose des arguments. De même j’espère que vous éviterez de me ressortir vos phrases prémâchées et que vous daignerez m’apporter des arguments sérieux.

  65. Naïm
    Posted 31 janvier 2017 at 19:34 | Permalien

    Pour ce qui est des élections intermédiaires et de l’échec du front de gauche, les divisions entre communistes et pg et la course au siège qui ont conduit à des alliances avec le ps ont été certainement déterminants.
    Je gage que le PC suivra Hamon, parce qu’il pourra ainsi négocier pour les législatives. Validez ce type de calcul politique si cela vous plaît, mais ne étonnez pas ensuite que les gens soient dégoûtés de la politique.

  66. socrate
    Posted 31 janvier 2017 at 21:12 | Permalien

    il ne pourra pas y avoir d’union de gens qui ont des vues opposées aussi bien au PS que dans le reste de la gauche.
    vouloir que Carreche fasse causse commune avec Hamon est une utopie.
    il faut clarifier la situation d’abord dans le PS ; la ligne Hollande Valls a perdu , c’est pas le moment de reculer en voulant rassembler les droitistes du PS ; qu ils aillent avec Macron on s’en fout
    pour le reste ce n’est ni a Melenchon au a d’autres d’imposer quelque chose .Que l on discute oui mais pas qu on impose

  67. Posted 31 janvier 2017 at 21:19 | Permalien

    vas y t’es accord avec Valls, il y aurait 2 gauches irréconciliables !
    nous, on battu valls, on est pour l’unité de la gauche

  68. Posted 31 janvier 2017 at 21:27 | Permalien

    non, les gens ne seront pas « degoutes » de la politique
    nous sommes un des pays les plus politisés au monde
    2,1 millions a la primaire citoyenne, malgré tous les obstacles et divisions, les insultes et dénigrements (venus de la presse et aussi de l’appareil PS, et aussi de FI)

  69. Posted 31 janvier 2017 at 21:32 | Permalien

    on s’en fou !
    maintenant il faut l’unité et gagner
    car sinon ce sera le biltzkrieg en 3 mois de Fillon ou d’un autre

  70. Posted 31 janvier 2017 at 22:12 | Permalien

    tout sera ouvert en cas de victoire

  71. Posted 31 janvier 2017 at 22:14 | Permalien

    bravo a ces centaines de personnes,
    mais elles toutes assez intelligentes pour comprendre qu’un programme commun c’set la victoire,
    leur programme seul, c’est la défaite

  72. Posted 31 janvier 2017 at 22:15 | Permalien

    c’est vrai il n’y a jamais de garantie sans mouvement social
    moi je le sais, les élections ça trace la voie, ça oriente, ça protège,
    ça ne fait rien de plus,
    pour gagner il faut occuper les entreprises tous ensemble en greve générale

  73. Emiliano Puerto
    Posted 31 janvier 2017 at 22:39 | Permalien

    2 millions de votants a la primaire du PS ? Et combien qui ont voté deux fois ou plus ? Et combien de gens de droite venus fausser le résultat ou qui juste passaient par là ? Difficile a dire…

  74. phil
    Posted 31 janvier 2017 at 23:10 | Permalien

    pour ce qui est de l’ue si un gvt rouge/rose/vert dirige la France
    en 2017, le simple fait de vouloir instaurer les 1800/60/32/20/5 va
    la mettre en ébullition, elle se plie ou se raidit, mais à ce moment
    je pense que l’on verra rouge dans une rue noire de monde, boosté par
    une grande gauche au pouvoir et le referendum de 2005 refera surface.

    il est sûr que B Hamon doit faire rupture tout de suite avec l’aile libérale du ps en imposant la ligne rouge/rose/vert, qui seule fera
    gagner la gauche en 2017.

    si vous commencez a causer sur la représentativité, la légitimité
    des uns et des autres ça va être perdant, je comprends que cela va
    peser sur les négociations et les égos vont se vivifier…mais il
    me semble que Filoche2017 est toujours d’actualité ?

  75. Posted 31 janvier 2017 at 23:28 | Permalien

    TRIBUNE
    Se rassembler pour avancer

    Les citoyens, nombreux, se sont exprimés : dans un contexte politique difficile, le fait que plus de 2 millions d’électeurs se soient déplacés montre que la gauche de gouvernement, autour du Parti socialiste, existe toujours malgré les cassandres et que le PS, même s’il traverse à l’évidence une période difficile, n’est pas mort.

    La victoire de Benoît HAMON est claire et nette. Nous, élus socialistes, avons soutenu Manuel VALLS au cours de cette campagne. Nous le remercions chaleureusement de son action à la tête du gouvernement, aux côtés de François HOLLANDE, et d’avoir porté, dans cette campagne, le bilan d’une action et un projet pour la gauche qui n’oppose jamais le coeur et la raison, la création de richesse et son partage, l’avenir de la France et celui de l’Europe.

    Pour nous, il n’y a pas d’ambiguité: Benoit HAMON est le candidat des socialistes et nous le soutiendrons dans cette campagne contre la droite et le Front national. Nous ne concevons la politique que comme une démarche collective et les aventures individuelles ne mènent jamais loin. Affaiblir le Parti socialiste en le quittant pour aller voir ailleurs n’est pas notre choix.

    Nous demandons à Benoit HAMON, parce qu’il a la responsabilité de rassembler les socialistes, les écologistes et la gauche de gouvernement, de tenir compte des 41% d’électeurs qui ont fait un autre choix que le sien. La compétitivité de notre économie et notamment des PME, la maitrise des impôts des familles modestes et moyennes, la relance de l’Europe, sont compatibles avec le projet social et écologique sur lequel il a fait campagne. Nous lui demandons aussi de défendre les avancées indéniables du quinquennat qui s’achève, notre bilan collectif, qui ne peut être réduit à ce qui nous a divisé. Le rassemblement sur un socle de valeurs communes n’est jamais, pour les socialistes, un reniement pour personne. La mobilisation collective, la nôtre, celle des militants, sera d’autant plus forte que ces signes auront été réalisés.

    C’est parce qu’il a su incarner une espérance dans une société française et une gauche souvent déboussolées que Benoit HAMON l’a emporté. Il lui revient, et nous sommes prêts à y participer, de traduire cette espérance en projets concrets et réalisables dans les 5 ans à venir, pour déjouer les pronostics et faire gagner la gauche.

    Les signataires :

    Olivier BIANCHI, Maire de Clermont-Ferrand
    Jean-Paul BRET, Maire de Villeurbanne
    André CHAPAVEIRE, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes
    Jean-François DEBAT, Maire de Bourg-en-Bresse, Président du groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés au Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes
    Christian DUPESSEY, Maire d’Annemasse, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes
    Thierry PHILIP, Maire du 3ème Arrondissement de Lyon
    Philippe REYNAUD, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, Adjoint au Maire de Tignieu-Jameysieu
    Marie-Hélène RIAMON, Conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes, Conseillère Municipale de Roanne
    Hervé SAULIGNAC, Président du Conseil Départemental de l’Ardèche, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

  76. Gilbert Duroux
    Posted 1 février 2017 at 1:55 | Permalien

    Que va répondre Benoît Hamon à tous ceux qui, comme les vallsiste de cette tribune « se rassembler pour avancer », lui demandent de défendre le bilan du gouvernement ?
    Et toi, que penses-tu de cette tribune ?

  77. Posted 1 février 2017 at 7:54 | Permalien

    j’ai répondu à cette tribune au dos, faut lire mon blog quand même
    il semble que les prétendus « réformateurs » (sic () fondent : il en reste deux Savary et Carresche

  78. CRAYENCOUR
    Posted 1 février 2017 at 9:08 | Permalien

    Gentille cette tribune d’élus vallsistes; ils demandent à Hamon de respecter les 41% qui ont voté Valls; j’espère pour eux qu’il les respectera plus que leur champion n’a respecté les au moins 30% du PS qui se sont opposés à certains points de sa politique!!!
    Par contre j’espère pour moi qu’il va les envoyer promener car il ne peut y avoir d’union entre ceux qui défendent la politique menée par Hollande et Valls et ceux qui s’y sont opposés.
    Les frondeurs se sont opposés mais se sont également soumis à la discipline collective du PS(ce que je leur ai suffisamment reproché), il me semble que l’aile droite devrait maintenant faire de même … Malheureusement, si Hamon a réussi à être choisi comme candidat par les socialistes et les sympathisants, la gauche socialiste n’est toujours par majoritaire au sein du PS; aux dernières nouvelles, elle n’en représente que 30% et ce sont toujours les libéraux qui dirigent le parti.

  79. Posted 1 février 2017 at 9:14 | Permalien

    oui, on a une chance de devenir majoritaires SI on réussit l’unité de la gauche et SI on gagne en mai juin, sinon ils se vengeront en se servant de l’appareil contre l’élan qui aura été le notre

  80. andré
    Posted 1 février 2017 at 10:51 | Permalien

    On demande déjà à Hamon pour respecter les vallsistes de renoncer à certains aspects de son programme, ça commence bien!

  81. carlos hermo
    Posted 1 février 2017 at 11:57 | Permalien

    @79-GF:
    « oui, on a une chance de devenir majoritaires SI on réussit l’unité de la gauche et SI on gagne en mai juin, sinon ils se vengeront en se servant de l’appareil contre l’élan qui aura été le notre »

    Je crois avoir besoin d’un peu d’éclaircissements par rapport à cette phrase et aux conditions de victoire sur le camp Vallsiste au sein du PS:

    1)Quand tu dis réussir l’unité de la gauche en mai dans ce contexte… Est-ce que ça sous-entend derrière le candidat du parti socialiste? Ou bien cela n’exclue pas de se ranger derrière un autre? Parce que dans le second cas, il paraît difficile d’admettre que les « réformistes » n’en feront pas autre chose qu’un signe de faiblesse…

    2)Lorsque tu évoques juin, les législatives et l’évitement de la vengeance des élus « réformistes », est-ce que cela repose sur l’idée que le PS d’Hamon va supporter leurs candidatures « personnelles » à ces élections? Ou bien qu’il faut conserver des sièges PS à l’Assemblée en s’accordant avec les partenaires de la France Insoumise, EELV et le PCF sur 1 candidature unique par circonscription? Parce que dans le second cas, une nouvelle fois, il est à peu près clair qu’aucun de ceux-ci ne rencontreront d’enthousiasme au niveau du PCF, de la FI et d’EELV pour appuyer leurs candidatures…

    Pourquoi ces questions?

    => la présidentielle ne peut pas être instrumentalisée pour servir dans le cadre d’une guerre interne de parti, fusse-t’il le PS… Les enjeux « globaux » de cette échéance sont trop importants pour être parasités par des « tambouilles politiciennes »!
    Aujourd’hui, compte tenue de l’Histoire récente, aucun candidat du PS à la présidentielles ne sera en mesure de rassembler la « confiance » des sympathisants des autres mouvements de gauche… Maintenir une candidature à la présidence et maintenir, sans concertation à gauche, des candidats aux législatives, est une démarche qui favorise une défaite certaine à ces 2 scrutins…

    Donc… essayer de jouer sur les deux tableaux ne conduira pas à autre chose qu’à confirmer la nécessité de se méfier, pour tous ses interlocuteurs, des méthodes, objectifs et personnalités qui ont avoir de près ou de loin avec le Parti socialiste.

    Il vaut mieux clarifier ça maintenant..

  82. Posted 1 février 2017 at 12:33 | Permalien

    Le PS n’est plus le même depuis dimanche 29 Janvier, l’aile gauche a gagné contre l’aile droite sociale libérale et son bilan catastrophique du quinquennat. Le BN du 31 janvier s’est rangé unanimement derrière Benoit Hamon. Les pro Macroniens sont en déroute. On peut donc s’adresser à tout l’électorat socialiste et on a les mains libres pour négocier avec toute la gauche Jadot Laurent Mélenchon. Saisissons ce moment qu’on a arraché de haute lutte. A fond. On a 11 semaines devant nous. Mais soyons lucides, on a l’obligation de réussir car sinon « ils » reviendront

    oui, si on mobilise et si on s’envole en faisant l’unité, la transformation sera durable,
    si on echoue et si on perd évidemment cela ne le sera pas forcément, c’est clair ,

  83. socrate
    Posted 1 février 2017 at 13:58 | Permalien

     » Le PS n’est plus le même depuis dimanche 29 Janvier, l’aile gauche a gagné contre l’aile droite sociale libérale et son bilan catastrophique du quinquennat. Le BN du 31 janvier s’est rangé unanimement derrière Benoit Hamon. Les pro Macroniens sont en déroute. On peut donc s’adresser à tout l’électorat socialiste et on a les mains libres pour négocier avec toute la gauche Jadot Laurent Mélenchon.  »

    tres bien donc si c’est comme ca BH n’a pas de teinte rose pale a ajouter a son programme .
    ca veut dire que la ligne directrice du PS Camba et autres acceptent leur défaite ?

    n’est ce pas une vision optimiste que tu essaies de nous proposer ?

    enfin concernant la FI et Melenchon apres des mois de campagne il reste a 10% dans les sondages , donc minoritaire a gauche comme Jadot qui est bien gentil mais ne représente rien….
    ils ont pas voulu aller a laz primaire de la BAP et bien qu ils constatent qu ils avaient tort.

    Enfin je me répète il faut clarifier la situation vis a vis de l’europe car c’est la ligne de fracture des gauches

  84. Gilbert Duroux
    Posted 1 février 2017 at 14:16 | Permalien

    On va encore dire que je suis un sceptique professionnelle, mais je n’ai pas le sentiment que l’aile gauche contrôle le PS comme Fillon a pris le contrôle des « Républicains » dès sa victoire à la primaire.

  85. Posted 1 février 2017 at 14:51 | Permalien

    Loi travail

    FO et la CGT saisissent l’OIT contre des dispositions de la loi travail

    mardi 31 janvier 2017

    La CGT et FO ont saisi l’OIT ce jour. En effet, la loi Travail comporte de nombreuses dispositions contraires aux textes fondamentaux et aux textes internationaux auxquels la France est liée. Cette loi porte atteinte à la liberté syndicale, au droit à une négociation collective libre et progressiste et au droit à un licenciement « juste ». C’est pourquoi, une plainte commune de FO et la CGT est déposée auprès de l’Organisation internationale du travail.

    Jamais nous ne nous résoudrons à la remise en cause des dispositions du Code du Travail protégeant les travailleurs. Au contraire, nous résisterons aux côtés des salariés en mobilisant tous les outils à notre disposition : en maintenant le rapport de forces dans les négociations afin d’empêcher la régression des droits des salariés et en actionnant tous les recours juridiques pertinents.

    Ignorant l’opinion publique, sans débat parlementaire, sans respect pour les organisations syndicales, à coups de 49-3, la loi Travail a été adoptée, puis promulguée au Journal Officiel le 8 août 2016. Complétée par environ 130 décrets d’application, elle est désormais applicable. Des employeurs s’emparent déjà de ce texte pour remettre en cause les droits de nombreux salariés.

    Déjà en 2007 et 2011, l’OIT a respectivement disqualifié le CNE (contrat nouvelle embauche) et reproché à la France des réquisitions de salariés grévistes organisées par le gouvernement.

    Paris, le 31 janvier 2017

  86. Posted 1 février 2017 at 14:55 | Permalien

    en effet cambadelis explique que Hamon doit « prendre son envol » faire sa campagne, ne pas passer son temps au BN aux groupes parlementaires, etc.. mais aller comme hier devant la fondation abbe Pierre, que c’est ça la dynamique, ouverte, originale, forte

  87. Posted 1 février 2017 at 15:40 | Permalien

    Salut,
    Selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV (mercredi 1er février)

    Le 2ème tour opposerait Le Pen à Macron ou Fillon et Le Pen perdrait dans les deux cas.
    Mais un sondage sur le second tour réalisé avant les résultats du 1er tour n’a aucun intérêt. En 2007, à 3 mois du 1er tour, Bayrou était donné gagnant de la présidentielle…
    1er tour

    (Avec ou sans Bayrou). S’il se présente, Bayrou est crédité de 4 %, en baisse de 4 points depuis début janvier. C’est Macron qui lui pique les voix.
    Le Pen : 26 à 27 %

    Macron : 22 à 23 %

    Fillon : 20 %

    Hamon : 16 à 17 % (42 % des électeurs de Hollande au 1er tour de 2012 et 20 % de ceux de JLM)
    JLM : 10 % dans les deux cas (5 à 6 % des anciens électeurs de Hollande en 2012 et 61 à 67 % de ses électeurs de 2012).

    3 conclusions :

    1- Divisée, la gauche n’est pas au second tour.

    2- Unie (sans même prendre en compte la dynamique qui s’enclencherait) la gauche serait présente au second tour, à égalité avec Le Pen, et donc avec de bonnes chances de l’emporter.
    3- La victoire de Hamon à la primaire et l’attitude sectaire de JLM font perdre petit à petit son audience à ce dernier : il perd de 3,5 à 4 points depuis début janvier. Il devrait vite accepter l’unité

  88. Médusa
    Posted 1 février 2017 at 16:33 | Permalien

    @GF87 « 3- La victoire de Hamon à la primaire et l’attitude sectaire de JLM font perdre petit à petit son audience à ce dernier : il perd de 3,5 à 4 points depuis début janvier. Il devrait vite accepter l’unité »

    C’est vraiment dégueulasse ces méthodes hégémoniques. Il n’était jamais question du « sectarisme » du PS lorsque Mélenchon était devant dans les sondages ; et puis soudain, hop, un petit sondage montrant Hamon devant juste après la primaire (= effet d’exposition et de légitimité qui s’affaiblit ensuite, cf. Fillon), et automatiquement c’est l’autre qui devient « sectaire » (là où sa position n’est jamais que bon sens : on ne s’oppose pas à un quinquennat désastreux avec les acteurs du désastre !!).

    Et après ça, il faut tout de suite accourir avec la gamelle entre les dents pour s’agenouiller devant l’astre unitaire de la gauche ? Vous rêvez si vous croyez que ça va se passer comme ça. Ces partis-pris de lecture des sondages sont tellement grossiers… Le double langage, la tambouille « parler à gauche, regarder vers sa droite » on a déjà donné avec Hollande et le Bourget. Il va falloir des garanties bien plus sérieuses que « mon candidat tend la main et a de bons sondages post-primaires » pour bâtir quelque chose de viable.

  89. Eli
    Posted 1 février 2017 at 16:35 | Permalien

    Voilà exactement ce qui nous tue : des sondages à la mort moi le nœud….
    Comment voulez vous réfléchir avec ça devant le nez.
    Je rappel le nom d’un des sondeur les plus en vogue du moment : damien Filipo d’IPSOS
    et n’oublions pas mme Parisot présidente de l’IFOP

  90. Emiliano Puerto
    Posted 1 février 2017 at 16:56 | Permalien

    Benoit Hamon doit choisir entre ceux qui défendent le quinquennat et ceux qui le rejettent.

    https://m.youtube.com/watch?v=tQIsWprmxDA&feature=youtu.be

  91. carlos hermo
    Posted 1 février 2017 at 17:03 | Permalien

    @87-GF:
    « 3- La victoire de Hamon à la primaire et l’attitude sectaire de JLM font perdre petit à petit son audience à ce dernier : il perd de 3,5 à 4 points depuis début janvier. Il doit donc être possible de lui faire accepter l’unité, sous peine d’être de plus en plus marginalisé. »

    Bon… je vois que les sondages donnent des ailes à certains! Je vous suggère d’attendre la publication de celui-ci à la commission nationale des sondages (ce qui n’est pas le cas pour l’heure) pour vérifier de quoi on parle…

    « Attitude sectaire »? … bien bien bien… je crois qu’on va pas aller bien loin dans une quelconque discussion entre la France Insoumise et le PS d’Hamon si ça part comme ça.

    Mais laissez moi vous rappeler que les commanditaires des sondages sont bien souvent « intéressés » aux résultats! Vérifiez bien quels sont les média qui les commandent.

    Typiquement, le fait d’encourager les divisions à gauche ne profite qu’à la droite.

    - Oh Mélenchon! Tu es beau ! Montres moi tes muscles!
    - Oh Hamon! Toi aussi tu es beau ! Montres moi tes muscles!

    Mmmm !!! tu es le plus fort Mélenchon! Oh et puis non, c’est Hamon qui est le plus fort! Oh et puis merde! Battez-vous que je vois qui est le plus costaud!

    Continuez d’agir en fonction de l’horoscope et de véhiculer des « préjugés » infondés, je crois que vous êtes dans la bonne démarche pour favoriser une union de la gauche.
    Laissez moi à mon tour rappeler que :

    1) Arriver au 1er tour avec 2 candidats de gauche c’est la défaite!

    2) Le PS traverse en ce moment une crise « identitaire » historique qui pourrait bien l’affaiblir durablement (un désastre à chaque échéance électorale depuis 2012… Les 6 millions d’électeurs socialistes sont bien loin).

    3) Moins de 2 millions de personnes se sont déplacées au 2ème tour des primaires « de gauche » et on serait bien en peine de savoir combien de ceux qui ont voté Hamon l’ont fait uniquement pour « sanctionner » Valls.

    4) Sous la pression de sa base, le PCF décide de supporter le mouvement des insoumis à la présidentielle plutôt que d’attendre la primaire du PS.

    Bref…

  92. Naïm
    Posted 1 février 2017 at 17:13 | Permalien

    Première chose: un sondage par internet n’est pas digne de confiance
    http://www.observatoire-des-sondages.org/Sondages-en-ligne-ou-est-le

    Deuxième chose: il faudra voir ce que Hamon fera dans les prochains jours. S’il ménage l’aile droite du parti, il perdra beaucoup d’électeurs

    Dernière chose (et non des moindres): je suis assez déçu par votre façon de voir les électeurs, comme si nous étions des moutons. Si Mélenchon s’efface au profit d’Hamon sans les garanties d’une vraie politique de rupture, vous pouvez être sûrs qu’un grand nombre des électeurs de Mélenchon deviendront des abstentionnistes. Et la gauche l’aura quand même dans l’os.

    Sincèrement, votre logique me fait furieusement penser à celle des publicitaires pour conquérir des parts de marché… pour un opposant au fonctionnement du marché capitaliste, c’est assez succulent.

  93. Posted 1 février 2017 at 17:28 | Permalien

    écoutez arrêtez quand c’était des sondages pro melenchon nous nous les balanciez sans cesse, allant jusqu’à prétendre qu’il l’emporterait seul en nous demandant de nous retirer
    rappelez vous vos affiches réac appelant au boycott anti primaires,
    vos annonces que les primaires elles étaient faites pour Hollande ou Valls
    votre sabotage qui ne voulait pas aider la gauche socialiste à gagner, or on a gagné
    et vos appels « le Ps devrait présenter des excuses pas des candidats »
    sur ce blog on vous a respecté malgré vos arrogances et vos attaques

    encore une fois on propose l’unité avec respect avec une obligation de résultats sinon désastre le 23 avril à 20 h
    les électeurs ne sont pas des moutons mais ils ont leurs logiques, leurs histoire, et les 6 millions de voix socialistes, le PS est un parti de gauche, pas de droite, pas solferinien,
    la derniere fois le 5 dec 2015 c’était 66 % des voix de gauche exprimées on vous l’a dit gentiment cent mille fois ici malgré vos excès

  94. Gilbert Duroux
    Posted 1 février 2017 at 17:34 | Permalien

    GF : « encore une fois on propose l’unité avec respect avec une obligation de résultats sinon désastre le 23 avril à 20 h ».

    Désolé Gérard, il n’y a aucun respect ni recherche sérieuse d’unité quand Hamon va chez Bourdin déclarer que dans tous les cas il y aura un bulletin Hamon à la prrésidentielle.
    Tu ds toi-même que tout doit être discutable, y compris le casting.

  95. Posted 1 février 2017 at 17:39 | Permalien

    bien sur les sondages ne veulent rien dire

    mais je te parie que hamon va monterencore et melenchon va baisser, je ne m’en réjouis pas, je veux l’accord au plus vite

    je suggère de le faire au plus vite

    pendant 11 semaines le champ de l’electorat PS nous est ouvert à 100 % à nous la gauche socialiste il n’y a plus d’opposants internes PS

    mais pas le PS… si on perd dans 11 semaines !

    le million d’électeurs des primaires était quand même pour Hamon contre Valls ! non ? il y a engouement dynamique

    le PCF ne soutient pas les « insoumis » ! késaco ?

  96. Posted 1 février 2017 at 17:39 | Permalien

    oui, ok pas de problème
    mais beaucoup de travail a effectuer et a réussir
    avec un peut de savoir faire

  97. Posted 1 février 2017 at 17:40 | Permalien

    bien sur les sondages ne veulent rien dire

    mais je te parie que hamon va monter encore et melenchon va baisser, je ne m’en réjouis pas, je veux l’accord au plus vite

    je suggère donc de faire l’unité au plus vite

  98. Posted 1 février 2017 at 17:42 | Permalien

    mais y a rien « dégueulasse », c’est la vie et c’était prévisible sauf pour ceux qui s’illusionnaient (faute de connaissances, de culture, d’histoire, ou par sectarisme)

    bien sur les sondages ne veulent rien dire

    mais je te parie que hamon va monte rencore et melenchon va baisser, je ne m’en réjouis pas, je veux l’accord au plus vite

    je suggère de le faire au plus vite

  99. Posted 1 février 2017 at 17:52 | Permalien

    menteur !

    Hamon a aussi dit qu’il ne ferait pas de sa candidature un préalable, vous avez oublié ??
    la déclaration que choisit Melenchon dans cette video n’est pas celle là, il aurait pu pourtant !!!!!!

    le passage que choisit donc arbitrairement Mélenchon est une déclaration entre les deux tours de la primaire, juste avant le vote du 29 janvier

    mais Hamon s’il se retire, le PS redésigne aussi sec un candidat vous pouvez comprendre ? ce n’est l’interet de personne
    nous avons neutralisé les sociaux libéraux, les pro Macron sont réduits à néant depuis hier
    ils ne sont pas disparus pour autant

    mon point de vue est clair, mais ce n’est pas moi le candidat : (vous avez pas aidé !)

    un gouvernement du président Hamon ne pourrait fonctionner sans majorité a l’AN meme avec Mélenchon premier ministre
    il faut l’unité pour les législatives s’il y a l’unité pour un programme commun de gouvernement
    on va pas partir avec 6 candidats de gauche dans chacune des 577 circonscriptions
    il faut une majorité à l’assemblée qui corresponde à ce gouvernement rose rouge vert
    donc des candidats labellisés sur ce programme, un par circonscription,
    dans un partage national entre toutes les forces de gauche qui soutiennent et qui participent
    et de façon a représenter loyalement correctement toutes les composantes politiques

  100. Naïm
    Posted 1 février 2017 at 18:12 | Permalien

    Soyons donc concrets concernant la majorité à l’AN. Si des gens comme El Khomri et consorts sont investis, maintiendrez-vous votre confiance en Hamon? Qu’on voit un peu jusqu’où va votre désir d’une gauche sans les socio-libéraux. On ne dit pas qu’on ne veut pas d’alliance, on vous dit qu’on ne croit pas Hamon capable (désireux?) de s’opposer aux éléphants. Tant mieux si on se trompe… mais si on a raison, alors à vous d’être honnête en nous disant ce que vous ferez.

    Concernant votre réponse à notre post précédent, une petite remarque: je vous demande de ne pas nous traiter en mouton, et c’est exactement ce que vous faites:cessez de généraliser le comportement de certains comme si nous n’étions pas des individus distincts, capables de penser par nous-mêmes. Je vous expose des arguments depuis le début, malgré le fait que vous me traitiez sans cesse de sectaire, et vous précise pourquoi je pense que vous avez tort. Ca s’appelle du débat contradictoire. Aussi veillez vous-même à ne pas être paranoïaque en voyant tous ceux qui sont en désaccord avec votre stratégie comme vos ennemis.

  101. carlos hermo
    Posted 1 février 2017 at 18:17 | Permalien

    @96-GF:

    « le PCF ne soutient pas les « insoumis » ! késaco ? »

    => Le soutien pour la présidentielle 2017 au leader de La France insoumise a été adopté par 53,6 % des adhérents au PCF en novembre 2016.

    Après il semble, Gérard, que tu paries en fait, quand tu parles de baisse dans les sondages de Mélenchon, d’essoufflement de la dynamique qui porte le mouvement des insoumis (je répète qu’ »insoumis » est juste une convention pour en qualifier ses sympathisants). Peut-être bien… mais je ne crois pas que le PS, dans l’état qui est le sien, se refera en 3 mois une virginité auprès des électeurs de gauche…

  102. carlos hermo
    Posted 1 février 2017 at 18:46 | Permalien

    @100-GF:
    « mon point de vue est clair, mais ce n’est pas moi le candidat : (vous avez pas aidé !) »

    => Je ne peux pas dire le contraire! Il faut dire que notre influence sur JCC est plutôt mitée…. Pour autant, une chose est sûre, si Mélenchon avait accepté de participer à la primaire, il est à peu près évident que JCC et sa team aurait mis la pression pour accepter ta candidature ainsi que celle de Marie-Noëlle Lienemann (contrainte et forcée) à la primaire ! On sait tous pourquoi n’est-ce pas? diviser pour mieux regner…

    A

  103. Gilbert Duroux
    Posted 1 février 2017 at 18:53 | Permalien

    GF : « Hamon a aussi dit qu’il ne ferait pas de sa candidature un préalable, vous avez oublié ??
    la déclaration que choisit Melenchon dans cette video n’est pas celle là, il aurait pu pourtant !!!!!! »

    Peu importe. Quand on dit tout et son contraire (peu importe le moment) on s’expose à ça. Tu vas expliquer que c’était de la stratégie. N’empêche que pour tous ceux qui ont horreur du mensonge en politique, c’est du même niveau que « mon ennemi c’est la finance ». On ne peut pas avoir confiance.

  104. Gilbert Duroux
    Posted 1 février 2017 at 18:55 | Permalien

    Je remarque au passage que tu as avalisé le fait que c’est obligatoirement Hamon le président, alors qu’hier encore tu disais « peu importe le casting ».

  105. socrate
    Posted 1 février 2017 at 20:06 | Permalien

    Melenchon ne convaint que l’extreme gauche
    Hamon peut convaincre plus large c’est va l’interet de Hamon
    pas difficile a comprendre pourtant

  106. Posted 1 février 2017 at 20:23 | Permalien

    Dans le dernier sondage de Paris Match Le Pen 24% Fillion 21% Macron 20% Hamon 18% Melenchon 9%

  107. Posted 1 février 2017 at 20:25 | Permalien

    non la decision de soutenir melenchon a té mêlée à la décision d ‘etre hors des insoumis

  108. Posted 1 février 2017 at 20:27 | Permalien

    non, c’est pas important

  109. Pro-Filoche
    Posted 1 février 2017 at 23:26 | Permalien

    @Charles

    Au moment où Mélenchon faisait 4 millions de voix, Hollande en faisait 10 millions alors… De plus, un candidat n’est pas propriétaire de ses voix et Mélenchon n’est pas plus sûr d’être présent au second tour en 2017 qu’en 2012.

    Jusqu’ici, Mélenchon s’appuyait sur les sondages lui étant favorable pour dénigrer, à quelques jours du premier tour de la primaire, l’utilité d’une candidature PS. Maintenant qu’ils lui sont plus défavorables, j’entends déjà ses partisans crier à la manipulation.

    Pour Jadot, c’est pas complètement faux, hélas. Mais ses idées sont à prendre en compte.

  110. Pro-Filoche
    Posted 1 février 2017 at 23:47 | Permalien

    Les sondages sont assez effrayants : avec Le Pen, Fillon et Macron, la droite capitaliste et réac fait plus de 65% des suffrages dès le premier tour.

    Les élections ne changent rien.

    En 2017, votez pour… la grève générale !

  111. phil
    Posted 2 février 2017 at 0:51 | Permalien

    « bien sur les sondages ne veulent rien dire »
    pire que cela ils nous mettent dans l’erreur, la preuve n’est plus à
    faire. d’un coté ou de l’autre mettre ces sondages faux en avant
    nous diviseront.

    les el kohmri, valls et tous ceux qui se sont vautrés dans le libéral
    doivent être écartés sans ménagement par B Hamon et la gauche du ps.
    jl gagnaire à immigré à « en marche arrière » et c’est tant mieux,
    il ne sera plus rien, déjà qu’il valait zéro.

    JL Mélenchon avec la FI serait sorti gagnant des primaires, maintenant
    se serait plus simple.

  112. Posted 2 février 2017 at 1:46 | Permalien

    ah oui !

  113. Posted 2 février 2017 at 1:51 | Permalien

    va te fair voir, hors sujet, on combat pour gagner en avril mai

    change de nom spv

  114. Posted 2 février 2017 at 1:53 | Permalien

    ça fait un an que melenchon aurait du se battre pour l’unité
    cette erreur stratégique va le ruiner

  115. Emiliano Puerto
    Posted 2 février 2017 at 21:27 | Permalien

    @114: ce n’est pas une erreur stratégique. Le but de Mélenchon n’est pas de « faire gagner la gauche » (la quelle, la capitaliste liberale ?).

    Le but c’est de changer la vie, c’est a dire imposer une autre politique. Réorientation ou rupture avec l’Europe liberale, politique de la demande, transition énergétique, planification écologique, constituante, altermondialisme…

    Le tout articulé en un projet cohérent dans le programme L’Avenir en commun.

    C’est le minimum que nous exigeons, ce n’est pas une affaire de personnes et c’est impossible a réaliser dans le cadre des magouilles politiciennes habituelles. On parle de révolution citoyenne, pas d’un catalogue de mesurettes négociables pour trouver un accord électoral qui permette de recycler les politiciens professionnels d’un PS haï a travers tout le pays…

  116. Posted 2 février 2017 at 23:04 | Permalien

    il n’y a qu’une gauche
    un seul salariat une seule gauche
    notre classe

    le projet cohérent ? votre texte nous en a emprunte une grande partie a D&S depuis 24 ans
    et c’est bien
    nous on s’en réjouit

    faisons un programme commun de gouvernement Hamon jadot Laurent Melenchon

  117. Emiliano Puerto
    Posted 3 février 2017 at 10:22 | Permalien

    Si il n’y a qu’une seule gauche, alors c’est que Valls et Hollande sont de droite (ou du centre, peu importe).

    Mélenchon n’a jamais prétendu être le père de toutes les idées de gauche. Mais c’est vrai que c’est lui qui en popularise beaucoup. Et l’ecosocialisme vient du Front de Gauche.

    Et c’est aussi Mélenchon, le Front de Gauche et la France Insoumise qui ont articulé tout ça en un projet global et cohérent.

    Et quiconque reprend ces idées les fait progresser et c’est une bonne chose puisque le but n’est pas d’obtenir des droits d’auteur mais de faire évoluer la société.

    Par contre, si on veut vraiment changer de politique, comme ça a pu se faire au Venezuela, en Bolivie ou en Équateur, c’est une révolution citoyenne qu’il faut, avec une constituantes. Pas des mesure très sélectionnées par les boîte de communication…

  118. Posted 3 février 2017 at 10:32 | Permalien

    valls est l’extreme droite de la gauche
    comme tony blair

  119. Emiliano Puerto
    Posted 3 février 2017 at 14:16 | Permalien

    Et bien dans ce cas, si c’est pour mettre au pouvoir l’extrême droite de la gauche, autant laisser la droite.

    On a vu que sur de nombreux dossiers Hollande a fait pire que Sarkozy. Est-ce que Hamon ferait pareil? On n’en sait rien, on pourrait lui faire confiance comme on a fait confiance a Hollande au Bourget. Mais on n’a plus aucune confiance dans le PS.

    Et quand on vous entend défendre l’appartenance a la gauche de gens comme Valls et Hollande, et dire qu’il faut a tout pris s’allier avec Hamon même si il s’entoure de leurs représentants tous juste sortis du quincennat (cf ElKhommry et autres), vous apparaissez comme voulant défendre d’abord le PS, loin devant les intérêts de la gauche ou du peuple.

    Désolé mais c’est vraiment ainsi que je le comprends.

  120. Posted 3 février 2017 at 17:47 | Permalien

    si tu distille le soupçon que Hamon c’est comme valls passe ton chemin

  121. Emiliano Puerto
    Posted 3 février 2017 at 22:55 | Permalien

    Non, Hamon ce n’est pas Valls. Mais il l’a fait nommer premier ministre. Puis il a été frondeur.

    En 2005 il n’a pas fait campagne pour le non.

    En 2012 il prétendait qu’il était juste là pour servir de caution de gauche a Hollande et piquer des voix a Mélenchon.

    Aujourd’hui, c’est a lui de dire si il est frondeur ou soutient du quincennat. Toi qui critique tellement Valls et Hollande, comment peux tu supporter cette ambiguïté?

  122. Posted 4 février 2017 at 10:09 | Permalien

    non, c’est Hollande qui a nommé Valls,

    Hamon était pour le « non » en 2005

    les mises au pied du mur sont malsaines quand on veut l’unité, au fait es tu pour cette unité vous ne le dites jamais

    ça serait bien de le dire tout en luttant pour lever les obstacles

  123. Emiliano Puerto
    Posted 4 février 2017 at 13:34 | Permalien

    L’unité comme objectif suprême ce n’est pas ma religion. Mais bien sur qu’il faut convaincre et rassembler le plus largement possible.

    Mais il y a des limites. Par ex. la loi travail c’est non (par ex Valls, ElKhommry), la politique de l’offre c’est non, relancer le nucléaire c’est non, la soumission aux traités européens (=carcan néolibéral) c’est non…

    Pour pouvoir convaincre le peuple et obtenir son adhésion il faut des projets cohérents, des discours clairs et il ne faut pas prétendre changer de politique en intronisant le même personnel politique qu’avant…

  124. Posted 4 février 2017 at 23:36 | Permalien

    nous proposons des projets cohérents
    mais nous proposons que l’unite ne se fasse pas projet contre projet,
    mais sur les 6 ou 7 ou 8 questions communes clefs qui rassemblent
    afin d’empêcher LR et FN d’inverser le cours des choses a gauche

  125. Emiliano Puerto
    Posted 5 février 2017 at 23:03 | Permalien

    Oui mais outre les 7 ou 8 points d’accords, sur certains autres les programmes peuvent se neutraliser.

    Par ex, comment faire une politique de la relance ou une politique énergétique ambitieuse (nécessitant des entreprises publiques fortes) dans le cadre des traités européens que certains ne veulent pas changer ou se donner les moyens de le faire ni risquer une sortie de l’Europe?

  126. Posted 5 février 2017 at 23:43 | Permalien

    c’est facile pourtant,
    on dénonce unilatéralement la directive travailleurs détachés des le premier jour, et on voit les ronds que ça fait dans l’eau européenne

    on jugement les salaires, BH propose 10 % pour le RSA et le Smic, ça fait tout de suite bouger tout

    on renonce aux 3 % et on investit service publics,

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*