Sur le revenu universel (suite)

 

Le fond

Je suis toujours persuadé que le RU n’est pas une mesure permettant de répondre à l’urgence sociale. L’article que j’avais écrit (début janvier) pour le dernier numéro de la Revue posait, à mon avis, correctement les problèmes posés par le RU :

- Cet article commençait par indiquer les mérites du RU de Hamon : la mise en évidence des défauts de notre protection sociale. Un système intrusif, compliqué, souvent peu respectueux de la vie privé et qui laisse de côté 35 % de ceux qui ont droit au RSA-socle ainsi que les moins de 25 ans.

- Il mettait en cause la « raréfaction » du travail mise en avant par Hamon.

- L’article critiquait la comparaison plus que contestable avec l’instauration de la Sécurité sociale en 1946 alors que le rapport de forces social entre le capital et le travail n’avait strictement rien à voir avec celui d’aujourd’hui.

- Il remettait en cause disparition de la réduction du temps de travail des propositions avancées par Hamon ou, ce qui revenait au même, la préconisation d’un retour à la loi de Robien que les lois Aubry avaient remisées au placard.

- L’article critiquait également le coût du projet : 300 à 480 milliards d’euros annuels, ce qui signifiait quelque chose de l’ordre du doublement du budget de l’État.

- L’article s’interrogeait sur l’utilité d’un projet qui nécessitait un rapport de forces beaucoup plus favorable au salariat que celui qui aurait permis la mise en place des 32 heures, le retour à la retraite à 60 ans et l’augmentation du Smic, des minima sociaux et leur extension aux jeunes de 18 à 25 ans. Autant de mesures dont l’article préconisait l’instauration.

- Il mettait en garde sur le danger, devant l’impossibilité de financer le revenu universel de Hamon, que les libéraux s’emparent du projet du RU et imposent progressivement leurs propres projets, tels celui des ultralibéraux du « Liber » ou celui de Milton Friedman qui préconisait l’instauration d’un filet de sécurité minimum « pour solde de tout compte ».

C’était juste, mais j’avais raté l’essentiel…

Dans la pratique

J’avais pris position pour que nous apportions notre soutien à Montebourg au 1er tour de la primaire. J’estimais que le fait qu’il s’adresse à nous constituait un marqueur de gauche. Mais ce marqueur de gauche a été très largement marginalisé par un autre marqueur de gauche qui a pris presque toute la place : le revenu universel.

Dans la pratique, Hamon a mis dans le vent aussi bien les partisans que les adversaires du « revenu universel », ceux qui croyaient au ciel comme ceux qui n’y croyaient pas : tous ceux qui ont pris au pied de la lettre sa proposition.

Beaucoup, à gauche, aujourd’hui, ont envie de renverser la table (les intentions de vote pour Le Pen ou Macron témoignent, elles aussi, à leur façon, d’un tel climat). Ils ont besoins de quelque chose de neuf et qui réponde aux désirs de toute une partie des jeunes… et de leurs parents qui vivent dans l’angoisse du financement des études, de la formation de leurs enfants.

Hamon savait très bien que le financement d’un RU de 300 milliards d’euros annuels était impossible. Mais il a compris que s’il se contentait de parler d’une « allocation d’autonomie » pour les jeunes de 18 à 25 ans, il ne franchirait pas la rampe. Il a donc choisi d’avancer la proposition d’un RU qui répondait à ce besoin de renverser la table et qui focaliserait les débats, tant son  financement paraitrait démesuré.

Dans un 2ème temps, il a réduit la voilure et limité sa proposition à une augmentation des minima sociaux et à une allocation d’autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans. Il a présenté cette réduction de voilure comme une 1ère étape et s’est contenté de renvoyer la suite à une « grande conférence nationale », c’est-à-dire aux calendes grecques.

En pratiquant ainsi, Hamon a cherché à gagner sur tous les tableaux :

- Il a avancé une mesure radicale (dans un 1er temps) qui lui a gagné une partie de la jeunesse et lui a permis d’apparaître comme le candidat le plus à gauche de la primaire d’autant qu’il se prononçait pour l’abrogation de la loi El Khomri.

- Il a cherché à retenir ceux qui sont tentés par Macron en insistant sur l’inéluctabilité de la « robotisation » et du changement du travail sous l’effet de l’ « économie numérique »

- Dans un second temps, il a réduit la voilure de son projet en le limitant à une augmentation des minima sociaux et leur extension aux jeunes de 18-25 ans, ce qui lui a permis de laisser le bec dans l’eau les critiques du coût de son programme

- Il a même essayé de mettre de son côté les nostalgiques de la loi de Robien, tout en  ménageant ceux qui, à gauche, sont réticents à l’augmentation du Smic, aux 32 heures et au retour à la retraite à 60 ans. Il pouvait se le permettre car sa proposition initiale de revenu universel avait renversé la table et lui avait permis d’apparaître radicalement à gauche.

Nous verrons dimanche s’il  réussit son pari mais cela ne paraît plutôt probable après le débat qui l’a opposé à Valls, mercredi dernier et qu’il a très largement emporté.

 

Comment nous positionner par rapport à la proposition de Hamon ?

D’abord en comprenant que la vague déclenchée par Benoît Hamon est une bonne vague, une vague porteuse.

Il ne faut donc surtout pas essayer de nous opposer à cette vague, mais, au contraire, la renforcer et utiliser sa force de propulsion pour essayer de remettre tout le social, laissé de côté par Hamon, au cœur du débat. Ce sera, bien sûr, particulièrement vrai si Hamon l’emporte dimanche. Cela sera un tremblement de terre politique qui bouleversera la gauche de fond en comble et, par là même, tous les équilibres politiques.

Pour cela, il nous faut agir comme Piketty et les économistes qui viennent d’apporter leur soutien à Hamon.

Ils atteignent des sommets d’ironie lorsqu’ils écrivent « certains voudraient évacuer le débat en évoquant un coût pharaonique de 300 ou 400 milliards d’euros », précisant que ce « chiffrage fantaisiste » n’avait jamais été celui de Hamon qui « n’a jamais dit qu’il allait verser 600 € par mois à 50 millions d’adultes ». Ils savent pertinemment qu’au Grand jury de RTL, le 25 septembre 2016, Hamon a affirmé que son objectif était un RU de 750 € puis de 1 000 € pour tous les adultes et chiffrait le coût de son projet à 300 milliards d’euros. Ils savent tout aussi pertinemment que Hamon a avancé le même chiffre de 300 milliards d’euros sur Europe 1, le 2 octobre ou dans la tribune qu’il a publié dans « Les Échos » le 3 octobre. Tout cela n’était pas improvisé de la part de Hamon mais découlait de sa volonté de focaliser le débat sur la mesure qu’il préconisait.

Ces économistes ont combiné trois choses :

- Ils ont, du fait de leur notoriété (surtout celle de Piketty), apporté une aide appréciable à Benoît Hamon, la veille de son débat avec Valls.

- Ils ont, comme venait de le faire Hamon, ramené le « revenu universel d’existence » à un revenu qui n’aurait rien d’universel, puisqu’il serait distribué sous conditions de ressources, sauf pour les jeunes de 18-25 ans.

- Ils ont surfé sur la vague pour essayer de faire passer leurs propres solutions de « simplification » de notre système de protection sociale et de notre système fiscal.

Nous devons agir de la même façon  :

- Renforcer la vague initiée par Hamon en parlant de revenu d’existence, plutôt que d’allocation d’autonomie, pour les jeunes de 18 à 25 ans et défendre cette juste mesure, comme celle de l’augmentation des minimas sociaux

- Utiliser cette vague pour avancer nos propres propositions (1800 – 60 – 32 – 30 – 20 – 5).

- Ne surtout pas reprendre l’idée de la « raréfaction » du travail qui est fausse et ne peut que saper le moral du salariat (c’est bien pour cela que les médias dominants diffusent continuellement ce mythe) et affaiblir ses capacités de résistance.

Si Hamon l’emporte dimanche – ce à quoi nous œuvrons tous – cela ouvrira aussitôt la possibilité d’une bataille pour une candidature unique de la gauche reposant sur quelques mesures-clefs qui permettront de remettre le social au cœur des débats.

Cordialement,

JJ

 

126 Commentaires

  1. Dim
    Posted 28 janvier 2017 at 1:10 | Permalien

    La leçon a retenir en fait c’est que Hamon fait des proposition auxquelles il ne croit pas, simplement pour paraître « radical ». J’ai l’impression que le vrai Hamon, c’est celui qui ministre soutenait le TSCG, l’ANI, les hausse de la tva et de la durée de cotisation pour les retraites.

  2. Carlos Hermo
    Posted 28 janvier 2017 at 8:44 | Permalien

    A moins d’un nouveau « cafouillage » ou d’un nouvel « amateurisme » du clan JCC dans le comptage des voix au second tour (Puisque c’est comme cela que certains ont evoqués le fait de prendre des libertés avec les règles élémentaires de tout scrutin democratique qui se respecte), la probabilité pour Hamon de remporter cette investiture est maintenant plus élevée que jamais.

    Ce qui donne des ailes à son entourage en evoquant une « vague » Hamon à la présidentielle… J’espère que cet enthousiasme ne va pas aboutir à ce que le candidat Hamon à la presidentielle n’adopte simplement qu’une posture en proposant des discussions sur l’unité de la gauche aux autres présidentiables! Et qu’il revienne sur ce qu’il avait dit sur le fait qu’aucun préalable, et surtout pas sa candidature, ne se poserait pour entreprendre des negociations…

    Melenchon a deja evoqué le fait que la qualité des candidats en lice aux legislatives pouvait justifier le retrait de candidats de la FI dans certaines circonscriptions, ouvrant clairement un boulevard aux discussions pour la presidentielle. Car pour ceux qui ne l’auraient pas compris, les presidentielles et les legislatives sont vues comme une seule et même étape pour la FI. Discuter des législatives revient donc à discuter, pour l’heure, des presidentielles. Une union autours de la constitution d’un groupe politique autours de points clés « commun » à l’Assemblée reste la solution pour obtenir un accord : elle obligera au vote « coherent » sur les questions majeures (à établir maintenant), et laissera la liberté de vote sur tous les autres sujets… permettant à chacun de marquer sa difference!

    Seulement, j’ai bien peur que nous finissions par avoir 3 bulletins à gauche en avril 2017 si Hamon spécule sur sa propension à redresser en 3 mois l’image écornée du PS durant les 5 dernieres années…

    3 bulletins de vote à gauche en avril mettent pour 10 ans tous les pauvres en péril!

    Il faut le rappeler à Benoit Hamon et à son entourage avant qu’il soit trop tard!

  3. socrate
    Posted 28 janvier 2017 at 11:05 | Permalien

     » En pratiquant ainsi, Hamon a cherché à gagner sur tous les tableaux  »

    Oui c’est de la politique politicienne comme celle qui a permis de mettre au pouvoir Hollande dont l’ennemi était la finance…
    C’est justement ce que les français ne veulent plus; des promesses qui ont aucune chance d’aboutir…
    Peut etre que l’emploi va se raréfier mais en attendant il y a des pays qui en ont encore plus qu en France ça devrait nous faire réfléchir…
    Et que penser de tous les emplois nécessaires dans les hopitaux les Ehpad que l on ne crée pas faute de …budget…
    c’est d’abord cette voie la qu il faut explorer avant de renoncer a l’emploi.
    L’humain a encore toute sa place dans un monde humanisé.
    Qui a envie de voir des robots dans les maisons de retraite ?
    Nous sommes dans un monde de fous ou l’on songe a remplacer l’homme au travail alors qu il faut aménager le travail pour que l’homme y trouve sa place , un salaire et une satisfaction dans ce qu il fait .C’est bien loin de ce qui se passe aujourd hui ou l’on pressure , on stresse , le travailleur qui finit par etre dégouté de ces conditions de travail.

  4. JeanLouis
    Posted 28 janvier 2017 at 11:25 | Permalien

    Vague initiée par Hamon en trompe couillon total sur cet ersatz sans gout de RU et une absence de programme. Il n’y a rien de solide de concret, un peu de pompage du programme de la FI sur la transition écologique parce que n’est ca pas il faut, du baratin sur l’Europe, rien sur l’OTAN. Quelle dégradation du niveau politique. Le présidence se jouerait avec des types comme ça??

  5. Posted 28 janvier 2017 at 13:26 | Permalien

    bah sinon t’auras fillon
    car sans accord melenchon hamon, aucune des deux ne gagnera

  6. Posted 28 janvier 2017 at 13:29 | Permalien

    mais hamon ce n’est pas le meme ps c’est tout
    la gauche socialiste bat la droite socialiste,
    on vire valls et cie
    si vous dites que c’est le meme c’est foutu,
    on perd tous

  7. Posted 28 janvier 2017 at 13:36 | Permalien

    arrête de dire n’importe quoi, ça fait 50 ans qu’on souligne que la constitution dit « droit à l’emploi »
    parce qu’on est pour une fonction sociale et il y en a de multiples formes dont le travail
    mais 93 % des actifs sont salariés, et quelques % des 7% d’independants ne « travaillent » pas, mais on une fonction, Ruin emploi
    ca change quoi ? tous méritent un salaire brut avec protection sociale, tous
    et les jeunes de 18 à 25 une allocation d’autonomie sans condition de ressources
    et les vieux une allocation de dépendance
    a condition que ces allocations soient des branches de la écurie sociale, c’est a dire payées par le capital pas par nous
    Hamon revient vers ça avec sa « premiére étape » et son nouveau pilier de la sécurité sociale
    s’il ne sait pas de baisser le cout du travail ni la protection sociale, c’est bon

  8. Posted 28 janvier 2017 at 13:37 | Permalien

    tu crois cela ?
    resultat ta « croyance » sert a quoi ?
    a boycotter l’alliance avec Hamon ?
    donc à perdre et faire perdre la gauche entiere ?

  9. socrate
    Posted 28 janvier 2017 at 16:06 | Permalien

     » a condition que ces allocations soient des branches de la écurie sociale, c’est a dire payées par le capital pas par nous… »

    Oui mais ça Gérard c’est pas possible avec les régles économiques actuelles.
    La France est dans l’Europe et dans le monde si tu veux établir des règles spécifiques a la France concernant le capital tu dois revoir tout le concept général de l’économie mondialisée sinon le capital il se barre d’un simple clic de clavier….
    Si c’était aussi simple de mettre le capital a genoux ça se saurait , d’autres ont essayé….
    donc c’est bien le noeud gordien comment on procéde pour cela dans une économie ouverte ?
    et si on ferme l’économie on risque vite d’aboutir au déréglement façon union soviétique.
    le mieux est l ennemi du bien

  10. Posted 28 janvier 2017 at 16:38 | Permalien

    je ne crains pas une seule seconde le chantage du capital, on ira chercher l’argent partout ou il est

  11. Marc ARAKIOUZO
    Posted 28 janvier 2017 at 17:49 | Permalien

    Alors, comme ça, si tous les patrons se barraient pour se faire ch… à GSADT ou à JERSEY, on deviendrait des pauvres petits chiens abandonnés au bord de l’autoroute ???
    Je souhaite qu’ils se barrent tous, emportant dans leurs bagages les politiciens de droite, les moralistes et les sycophantes, les pitbulls bleus marine…etc…
    On pourrait même leur DONNER la GUYANNE, plus grande que la SUISSE, pour qu’ils y construisent une ville qui s’appellera GOULAGOR.

  12. Gilbert Duroux
    Posted 28 janvier 2017 at 18:00 | Permalien

    Je remarque que mon commentaire est bloqué. Il fait pas bon de s’opposer aux vieilles idées.
    Au passage, l’un des promoteurs du revenu d’existence, en France, c’était un intellectuel de formation marxiste, un certain André Gorz. I a écrit sur le sujet il y a plus de 20 ans. Mais peut-être que tu vas dire qu’il était de droite ?

  13. michel
    Posted 28 janvier 2017 at 18:09 | Permalien

    Drôle d’article qui explique le plan « com » de Hamon. Cela ressemble au discours du bourget, qui était aussi un marqueur de gauche.
    Est ce vraiment un appel à voter Hamon ? Cela ressemble au coup de pied de l’âne.

  14. Dim
    Posted 28 janvier 2017 at 19:32 | Permalien

    S’il faut une alliance, ça veut dire qu’il faut que l’un des deux se retire. Hamon qui aura déjà du mal à rassembler le ps ne peut prétendre rassembler pour etre le candidat du peuple contre l’oligarchie; L’urgence est de lui faire comprendre que le PS n’est plus hégémonique et qu’il lui faut cette fois accepter de se mettre en rentrait pour aider Mélenchon, qui est mieux placer, à être au second tour. C’est l’occasion de voir si tous les discours du ps sur « le vote utile contre la droite et l’extrème » ne marchent que dans un seul sens ou pas.

  15. socrate
    Posted 28 janvier 2017 at 19:37 | Permalien

    je ne crains pas une seule seconde le chantage du capital, on ira chercher l’argent partout ou il est

    un peu juste ton explication….
    le capital est tres mouvant ; il s’adapte et il va la ou il y a le moins de contrainte et la France doit respecter les régles internationales en matière de fiscalité , de comptabilité

  16. Posted 28 janvier 2017 at 20:58 | Permalien

    oui il y a aussi milton friedmann et Carlos Ghosn

    donc vaut étudier le problème que de faire argument d’autorité,

    nous on sait ce qu’on veut depuis deux décennies en matiere de système social et on se bat pour, pas pour le liquider

  17. Posted 28 janvier 2017 at 21:00 | Permalien

    idiot,

    on vient de faire plus de 130 000 messages pour appeler a voter de toutes nos forces,

    appeler a voter ce n’est pas faire amen sur ce qui pose problème, que crois tu , a la soumission ?

  18. Posted 28 janvier 2017 at 21:01 | Permalien

    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.

    La vérité est que la France est de gauche, veut la gauche, et veut l’unité de la gauche pour gagner… programme commun de gouvernement Mélenchon Hamon Jadot obligation de résultat sinon désastre le 23 avril à 20 h

  19. Posted 28 janvier 2017 at 21:03 | Permalien

    non notre salaire brut c’est le capital qui le paie

    c’est ça qu’ils veulent mettre a bas, ils seraient meme capable d’être pour un revenu universel par impôts si on va jusque là, pourvu qu’ils ne le paient pas avec nos salaires

    c’est celui la le salaire brut qui est décisif, plus que nos impôts fluctuants

  20. Gilbert Duroux
    Posted 28 janvier 2017 at 21:40 | Permalien

    GF : « oui il y a aussi milton friedmann et Carlos Ghosn
    donc vaut mieux étudier le problème que de faire argument d’autorité, »

    C’est toi qui a usé d’un argument d’autorité, dès le départ, en disant que le revenu universel c’était forcément une idée de droite. Ce qui ne t’empêche pas de soutenir Hamon aujourd’hui. Les libéraux n’ont pas besoin d’un philosophe marxiste pour trouver des idées pour nous exploiter.

  21. Posted 28 janvier 2017 at 22:09 | Permalien

    lis Piketty quand meme

  22. Médusa
    Posted 28 janvier 2017 at 23:06 | Permalien

    http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170127.OBS4445/l-agenda-secret-de-benoit-hamon-au-lendemain-la-primaire.html

    « D’où le grand meeting de début février. Et un autre déjà prévu pour le début du mois de mars. Un rassemblement qui se voudra cette fois programmatique, puisque les hamonistes se disent également ouverts aux discussions de fond, même s’il sera hors de question de toucher aux grands marqueurs que sont le revenu universel d’existence ou la taxe sur les robots. »

    Surfer sur la vague pour l’orienter vers autre chose… sauf que Hamon a bien trop investi sur cette question du RU pour lâcher maintenant !

  23. Dominique Babouot
    Posted 28 janvier 2017 at 23:59 | Permalien

    Alors Gilbert tu es pour le revenu universel si j’ai bien compris!

    Moi je n’en sais rien!

    Il y a des arguments pour et des arguments contre, les arguments pour ne sont pas tous de gauche, les arguments contre non plus, alors difficile de se faire une idée!

    Et qu’en pense JLM, ce serait intérèssant de le savoir! A-t-il pris position?

  24. Roubachoff
    Posted 29 janvier 2017 at 1:36 | Permalien

    Deux mesures me gênent dans les programmes de Hamon et de Mélenchon. Pas sur le fond, mais dans leur mise en application, si on ne sort pas du mode de production et d’appropriation capitaliste. Je détaille un peu…
    1) Le revenu universel
    D’abord, c’est pour l’essentiel un transfert de minima sociaux avec l’idée de le reprendre par l’impôt à ceux qui n’en ont pas besoin. Pourquoi de telles contorsions, qui risquent d’affaiblir la protection sociale – alors qu’en France, nous avons la meilleure du monde, ou peu s’en faut?
    Ensuite, imaginons quelques situations :
    A) Entretien d’embauche
    « Ce poste est normalement rémunéré 2200 euros, mais comme vous avez en avez 800 de revenu universel, je vous propose 1500, et vous êtes encore gagnant. »
    B) Personne au chômage
    « En attendant de retrouver du travail, votre revenu universel vous permettra de vivre, alors, plus ou beaucoup moins d’indemnités. »
    C) Retraité
    « Avec le revenu universel, vous pouvez vous contentez de toucher moins… »
    On peut imaginer une multitude d’autres cas, tous concourant à baisser les salaires et par conséquent le salaire collectif indirect, faussement appelé « charges patronales.
    2) L’encadrement des salaires
    En théorie, c’est magnifique. En pratique, c’est une occasion en or, pour le patronat, de diminuer drastiquement la masse salariale.
    « Maintenant que moi, patron de Renault, je suis payé 30000 euros par mois, tu ne voudrais pas, toi, cadre (très) supérieur avoir le même salaire que moi ? »
    « Maintenant que moi, cadre (très) supérieur, je suis payé 25000 euros au lieu de 30000, tu ne voudrais pas, toi, cadre moins supérieur, avoir le même salaire que moi ? »
    Je vous laisse imaginer la suite…
    Pour les plus hauts dirigeants, il y aura toujours moyen de contourner la loi par des avantages en nature ou d’autres astuces. Quand on connaît la comptabilité des entreprises, pour empêcher ça, il faudrait un contrôleur fiscal par boîte…
    Bref, deux mesures qui semblent sympathiques, mais qui ouvrent la voie au dumping social et à la destruction du système de santé et de protection. Si les gens du MEDEF étaient moins bêtes, ils auraient déjà compris qu’il s’agit d’une aubaine.
    Et ce sera le cas si on tente de « corriger le capitalisme » en laissant les leviers du pouvoir entre les mains de la même classe.

  25. Posted 29 janvier 2017 at 10:30 | Permalien

    mais Carlos Ghosn a pris position pour le revenu universel
    et Gattaz s’interroge

  26. socrate
    Posted 29 janvier 2017 at 12:07 | Permalien

    taxer les robots est une fausse bonne idée , ceux qui prévoyaient d’en installer en France iront les mettre en Allemagne ou il y en a 3 fois plus qu’en France , preuve qu on peut avoir robot et travail

  27. valentin
    Posted 29 janvier 2017 at 15:18 | Permalien

    Bonjour Gérard,

    J’ai cru qu’il y’avait effectivement une réelle possibilité de rapprochement entre Hamont et Mélenchon. Ceci en t’écoutant Gérard. J’y ai cru et je suis allé voté le semaine dernière pour Hamont me disant qu’effectivement ce serait une manière de faire avancer la gauche. Mais suite à son intervention à BFMTV où il dit « Il y aura un bulletin de vote Benoît Hamon à l’élection présidentielle », pour moi ca signifie qu’il se présentera effectivement et ne rejoignera pas Mélenchon si nécessaire. Or il me semble que Jean luc Mélenchon a un programme solide, cohérent qui s’est construit dans le durée et qui s’appuie sur une démarche de co construction, d’ouverture.

    Quand je vois le comportement des élus socialiste qui pense qu’à eux, se sauver coute que coute,

    Quand je vois les exemples tel d’élu socialo tel dans « merci patron »

    Quand je vois que les socialistes vont devoir composer avec des visions antagonistes, sans ligne directrice, avec des femmes et hommes absorbés dans des fonctionnements incompatibles avec des valeurs de gauche (exemple :la difficulté de voter le non cumul des mandats qui semblent une évidence pour que des élus puissent s’investir dans leurs missions, si difficiles par ailleurs…)

    … et toutes ces autres raisons qui s’égrènent dans ma tête…

    Je ne vois qu’une option… pas de défaitiste mais d’accord fort, d’adhésion à une vision politique, à des valeurs… je n’irai pas voter aujourd’hui… la gauche, ce n’est pas ces socialistes là,… je m’engage pour la 1ère fois, et çà sera avec le mouvement, les personnes qui font vivre les idées, qui sont exprimées par une voix, celle de Jean Luc Mélenchon pour l’heure mais pas que… aussi celle de celles et de ceux qui se sont investis pour une société qu’ils appellent de leurs voeux.

    Après la scène de Cahuzac, tu ne peux que comprendre et adhérer toi aussi Gérard même si ta vie au PS t’a rattaché à ce parti.

    Pour finir, sache que si tu te présentes à toi aussi… peut être, si tu files une ou deux gifles pour ramener quelqu’uns de tes copains du PS qui sont aux manettes à a réalité… à toi aussi, je donnerai mon vote et irais boire un coup.

    Amicalement,

    Valentin

  28. Carlos Hermo
    Posted 29 janvier 2017 at 16:10 | Permalien

    Hamon doit serieusement etudier l’option de se retirer dès le 1er tour de la presidentielle… Apres tout, la demonstration de force destinee a faire basculer le PS du côté des progressistes aura ete faite, inutile de risquer la division des votes à gauche pour rien!!!!!!

    S’il n’est pas dans la posture, à la fin du second tour des primaires, qui marquera sans aucun doute sa victoire, j’attends de Hamon qu’il se retire et donne une chance aux pauvres de survivre aux prochaines annees ….

    Jadot n’aura pas ses signatures, Poutou non plus! Il y a plus de chances aujourd’hui de faire gagner la gauche grace a la France Insoumise qu’en 2012! Alors, une fois la primaire du PS terminee, qu’il negocie son retrait au niveau des legislatives et qu’on n’en parle plus!

  29. CRAYENCOUR
    Posted 29 janvier 2017 at 16:20 | Permalien

    L’Allemagne n’est pas un bon exemple; moins de chômeurs au prix de plus de pauvreté; c’est le choix des libéraux; affaiblir la protection sociale et paupériser la population en prétextant que cela permet de réduire le chômage!

  30. Posted 29 janvier 2017 at 18:04 | Permalien

    vous etes hors de vos chaussures, retrouvez les

  31. Gilbert Duroux
    Posted 29 janvier 2017 at 18:41 | Permalien

    Dominique Babouot : « Alors Gilbert tu es pour le revenu universel si j’ai bien compris!
    Moi je n’en sais rien! »

    Moi je n’en sais rien non plus. Mais ce que je trouve dégueulasse, c’est de disqualifier cette idée d’entrée de jeu en disant que c’est une idée de droite. Alors que l’honnêteté consisterait à reconnaître qu’il y a une vison de gauche et une vision de droite du revenu universel. Dans un message censuré, je citais André Gorz, un philosophe de formation marxiste qui a écrit il y a 20 ans sur le sujet et qui a remis en cause la valeur travail.

  32. Gilbert Duroux
    Posted 29 janvier 2017 at 18:49 | Permalien

    @ Roubachoff
    Tu oublies, comme situation, celle de ceux qui vivent avec 500 € par mois ou moins. Ceux là, avec un revenu décent, ne seraient pas d’en l’obligation d’accepter n’importe quel boulot de merde sous la menace de radiation de Pôle emploi ou de suppression du RSA.
    Tu vas me dire : « il suffirait d’augmenter le RSA et de faire en sorte que les allocations de chômages ne soient jamais inférieure à un plancher de niveau décent ».
    Certes, mais je remarque qu’aucun parti politique n’a jamais voulu cela, sinon ils l’auraient fait.
    Donc le débat sur le revenu universel a au moins l’intérêt de débattre sur les questions de pauvreté et de grande pauvreté, ce dont le PS, comme les autres partis de gouvernement, se fout complètement.

  33. socrate
    Posted 29 janvier 2017 at 19:38 | Permalien

    Le salaire brut moyen est plus élevé en Allemagne qu en France.
    Oui il y a des petits boulots mal payés la bas mais vous croyez qu’un 20 heures de caissière c’est bien payé en France ?
    il me semble qu il ne faut pas voir ce qui se passe ailleurs avec nos œillères françaises et les résultats français tant économique que social sont loin d’etre toujours a notre avantage

  34. Dim
    Posted 29 janvier 2017 at 20:14 | Permalien

    @Carlos Hemo

    Vous avez raison. Hamon a soutenu le traité européen, l’ANI, la hausse de la TVA et de la durée de cotisation pour les retraites quand il était ministre. Député il n’a voté contre aucun budget…Bref il ne pourra pas réunir le peuple contre l’oligarchie. J’espère qu’il ne sera pas dans une gestion boutiquière et qu’il acceptera de se désister pour quelqu’un de mieux placé.

    Malheureusement il semble vouloir faire l’inverse. Il a dit chez Bourdin cette semaine qu’il y aura un bulletin Hamon au mois d’avril et a confié en off à Thomas Legrand qu’il se voyait travailler avec Macron et pas avec Mélenchon.

    la vidéo est ici https://www.youtube.com/watch?v=9KHJrcNj-c0

  35. Posted 29 janvier 2017 at 20:32 | Permalien

    c’est de la rumeur malsaine diffamante, et faite pour empêcher tout accord c’est ça ?

  36. valentin
    Posted 29 janvier 2017 at 21:30 | Permalien

    Le tambour bat… Gérard si comme tu le souhaitais Hamont passe (à priori) je suis curieux de voir ses prochaines déclarations… Il va falloir mettre de l’huile pour qu’il y’ait ce travail avec mélenchon, quitte à ce qu’il passe après.

    Si tu y crois fort, on doit pouvoir voir les choses de cette manière là aussi et pas forcément l’inverse.

  37. Carlos Hermo
    Posted 29 janvier 2017 at 21:38 | Permalien

    Tous les gestes d’Hamon seront regardés a la loupe à partir de ce soir…
    Il ne s’agira pas de rumeurs mais d’actes.

  38. fds
    Posted 29 janvier 2017 at 22:17 | Permalien

    Bienvenu chez les socialistes, dont Hamon est le candidat, et Filoche un suppot :

    ( piratage en règle )

    Le 29 janvier à 20:16, par L’ours des P.o.

    socialistes votant les crédits de guerre en 14/18, socialistes approuvant l’occupation de la Ruhr, socialistes appelant avec Blum à une pause sociale en 1936, socialistes abandonnant les républicains espagnols aux bons soins de Franco, socialistes applaudissant aux Accords de Munich, socialistes prenant le décret de dissolution du PCF en 1939, socialistes accordant en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain, socialistes faisant tirer sur les Malgaches en 1947 puis réprimant les mineurs grévistes, socialistes organisant les guerres coloniales en Indochine et en Algérie, socialistes approuvant la torture, socialistes imposant la rigueur en 1983, socialistes supprimant des dizaines de milliers d’emplois dans la sidérurgie et ailleurs au nom de la modernisation de l’industrie, socialistes privatisant plus que les gouvernements de droite, socialistes réhabilitant le monde de l’entreprise et les champions du CAC-40, socialistes organisant la casse du service public, socialistes organisant la dérégulation des marchés, socialistes approuvant Maastricht, la guerre du Golfe, les Traités de Lisbonne et de Barcelone, socialistes applaudissant au Pacte de stabilité, socialistes abandonnant en toute bonne conscience les milieux populaires mais faisant les yeux doux au Medef.
    La litanie des désillusions serait trop longue pour être complète. Socialistes d’en bas et socialistes d’en haut ne valent pas mieux.

  39. Gilbert Duroux
    Posted 29 janvier 2017 at 22:41 | Permalien

    Ben voilà, Hamon est au pied du mur. J’ai apprécié de l’entendre ce soir proposer une plateforme de gouvernement avec Mélenchon et Jadot. Seulement, au PS, des voix se font entendre pour que Hamon rassemble d’abord son camp (autrement dit le PS). Hamon est donc à l’heure du choix : ou bien il confirme sa volonté de faire campagne à gauche ou bien il nous fait le coup de la synthèse à la sauce Hollandaise (indigeste) avec les vallsistes et ceux qui hésitent à se barrer chez Macron.

  40. Pouf
    Posted 29 janvier 2017 at 22:44 | Permalien

    Vu l’égo de Mélenchon et Hamon, je doute que les 2 viennent à se rassembler. Et c’est bien dommage, car leur vision du monde est similaire (on y trouve pas le mot « compétitivité », c’est déjà bien…), et la vraie gauche aurait vraiment une chance de gagner. Au lieu de cela, les voix vont se disperser, ce qui fera gagner par défaut Macron et Le Pen. Tout n’est pas encore perdu, mais le temps presse.

  41. CRAYENCOUR
    Posted 29 janvier 2017 at 23:06 | Permalien

    D’après les derniers chiffres d’Eurostat, le taux de risque de pauvreté en Allemagne et au Royaume Uni est de 17%, contre un peu plus de 13% pour la France. Précision: le risque de pauvreté correspond à 60% du revenu médian, aides sociales comprises.

    Il dépend donc du niveau de vie dans chaque pays. En France, cela représente 987 euros par mois. Et par ailleurs, c’est donc aussi vrai que le chômage est beaucoup plus faible chez nos voisins britanniques et allemands, un peu plus de 5%, soit deux fois moins qu’en France.

    Un paradoxe apparent qui s’explique en fait logiquement par le nombre de travailleurs pauvres au Royaume-Uni et en Allemagne. Plus de 20% des salariés y gagnent moins de deux tiers du salaire médian, contre 6% en France. Il s’agit surtout de salariés à temps partiels ou en contrats temporaires.

    Ce décalage entre la France et la Grande-Bretagne existe depuis très longtemps. Par contre il y a vraiment eu un basculement en Allemagne sur la dernière décenie. En l’espace de dix ans la proportion de travailleurs qui vivent sous le seuil de pauvreté a plus que doublé Outre-Rhin.

  42. socrate
    Posted 29 janvier 2017 at 23:40 | Permalien

    d »apres LCI Melenchon serait derriere Hamon dans un sondage
    Il faut que Melenchon comprenne que tout seul il ne gagnera pas et fera perdre la gauche
    la victoire de Hamon remet les choses en ordre

  43. Pro-Filoche
    Posted 29 janvier 2017 at 23:49 | Permalien

    Aïe, ça sent mauvais pour les pro-Mélenchon qui nous ont tanné sur ce blog…

    Désormais, Hamon fait un bond : il passe de 7%-8% à 13%-15% tandis que Mélenchon passe de 13%-15% à 10% d’après TNS SOFRES.

    C’est ainsi que Mélenchon+Jadot+Hamon = 25% soit autant que Le Pen (en tête) et plus que Fillon !

    Le seul argument qu’avait encore Mélenchon pour se prétendre sauveur de la gauche était son score dans les sondages : on dirait que ça disparait.

    Précisons enfin que ce sondage a été réalisé avant la victoire de Hamon.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l%27élection_présidentielle_française_de_2017#Janvier_2

  44. Dim
    Posted 30 janvier 2017 at 0:11 | Permalien

    Non, ce sont des faits. Hamon dit vouloir l’unité pour rendre Mélenchon responsable de la désunion aux yeux des français. Mais l’ambition profonde d’Hamon, c’est de gouverner avec Macron (une vision bisounours de l’UE les rassemble après tout).
    Ce n’est pas moi qui le dit mais lui : https://www.youtube.com/watch?v=9KHJrcNj-c0

  45. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 0:13 | Permalien

    On se demande bien, dès lors, pourquoi Hamon devrait se retirer au profit de Mélenchon alors qu’il a une légitimé populaire que n’a pas le second.

    Hamon : 450 000 électeurs au premier tour puis 1 000 000+ au second.

    Mélenchon : 200 000 clics douteux sur plusieurs mois.

    Par contre, il est vrai que Mélenchon semble être le mieux placé selon les sondages pour sauver la gauche.

    Oh, wait…

  46. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 0:25 | Permalien

    Aaaah… Mélenchon remonte dans mon estime ! :-)

    Voilà qu’il entrouvre la porte…

  47. Roubachoff
    Posted 30 janvier 2017 at 0:29 | Permalien

    @Gilbert Duroux
    Non, je n’oublie pas ceux qui galèrent avec 500 euros par mois. Au contraire, je milite pour que tout être humain, dans nos sociétés d’abondance, ait de quoi vivre dignement. Pour ça, une seule solution : exproprier les expropriateurs. Une notion, j’en suis sûr, qui te dira quelque chose…
    Comme d’habitude, Filoche nous enfume avec sa notion d’emploi en constante expansion. Si c’était vrai, aurions-nous quelques 25 millions de chômeurs en Europe, sans compter les millions de jobistes à 400 euros et autres saloperies de ce genre ?
    Ce qui est en voie de disparition, c’est le mode de production et d’accumulation capitaliste. Un jour, il faudra bien rémunérer l’activité humaine, hors de tout cadre mercantile. Sinon, le monde deviendra invivable.
    Nous ne vieillirons sans doute pas assez longtemps pour connaître ça. Mais après tout, combien de Sud Africains noirs sont morts avant de pouvoir voir Mandela accéder à la présidence ?
    En attendant, nous devons déconstruire inlassablement les cotes mal taillées et les propositions ingérables comme celles de Hamon sur le Revenu Universel ou de la FI (et de Filoche) sur l’encadrement des salaires. Parce que nous ne voulons plus des demi-sel genre Mitterrand ou Tsipras qui se déballonnent face à la première difficulté.
    Pour ces enfantillages-là, il est beaucoup trop tard dans l’histoire humaine…
    Fraternellement

  48. Posted 30 janvier 2017 at 2:08 | Permalien

    c’est déjà fait

  49. Posted 30 janvier 2017 at 2:13 | Permalien

    he oui
    on bosse

  50. Posted 30 janvier 2017 at 2:13 | Permalien

    le doute n’est pas permis
    et on ne peut pas etre socialiste et pessimiste

  51. Posted 30 janvier 2017 at 2:16 | Permalien

    /Users/gerardfiloche/Desktop/sondage 29 janv.jpg

  52. Posted 30 janvier 2017 at 2:17 | Permalien

    je ne veux plus aucune humiliation contre melenchon
    aucune
    il faut un ton ouvert, pas tomber dans les provocations, défendre l’unité
    sans unité on perd tous

  53. Posted 30 janvier 2017 at 2:18 | Permalien

    Dim menteur faux-cul crapule, calomniateur, diviseur
    unité !
    hamon propose un programme commun de gouvernement a jadot et melenchon pas a macron
    le seul moyen de vérifier c’est d’accepter de discuter

  54. Posted 30 janvier 2017 at 2:19 | Permalien

    il ne faut pas discuter comme cela, il faut VOULOIR l’unité et ça commence par le respect,
    ne pas faire comme tous ceux qui nous ont tépaz dessus depuis un an
    unite

  55. Posted 30 janvier 2017 at 2:19 | Permalien

    bien !

    voila ce que dit melenchon

    ca progresseVALLS VALSE, ENCORE UNE VICTOIRE DU DÉGAGISME !
    Après une semaine d’ubuesques publications de résultats, qui ne furent jamais ni définitifs ni exacts, le deuxième tour de la primaire du PS s’est déroulé dans les conditions ordinaires : saturation médiatique intense, amandine cécité sur le bilan des candidats et le contenu précis de ce qu’ils avançaient. Mais cela n’est pas une nouveauté et, par conséquent, cela ne mérite pas qu’on s’y arrête. L’évènement c’est que le PS a organisé une primaire hors du commun. Sa tenue a d’abord auto-bloqué et asphyxié son président sortant en exercice. Puis elle a conduit à faire voter massivement contre le Premier ministre qui a été l’inspirateur du quinquennat. Le fait n’est donc plus la primaire mais ce qui s’exprime à travers elle. Considérée vue de haut, la situation manifeste un moment particulièrement fort dans la maturation du phénomène « qu’ils s’en aillent tous ». L’insoumission, annoncée par le nom de notre mouvement, partait du constat que ce phénomène travaille en profondeur notre société. Ce phénomène que les Tunisiens avaient nommé le « dégagisme » par référence au slogan omniprésent de leur révolution démocratique à l’adresse du PS de Ben Ali : « dégage ». Car ce résultat est totalement inédit pour un exercice du type d’une primaire. On doit donc en déduire que tout cela constitue une tendance lourde du moment politique. C’est cette pulsion « dégagiste » qui ouvre les saisons de grand remuement des sociétés. L’épisode Fillon et ses emplois familiaux au Parlement vont sans aucun doute accroitre la rage et le dégoût qui labourent la profondeur de la société. Peu de fois dans ma vie politique j’ai senti autant d’exaspération que j’en observe maintenant. Et on devine que la tendance « dégagiste » de la société va s’amplifier après ce qui sera ressenti comme un succès. Que l’instrument au PS en ait été Benoît Hamon qui a chanté des paroles si proches des nôtres est une source de satisfaction supplémentaire. Car dans le combat politique il est essentiel de commencer par l’élargissement de la surface d’usage des mots que vous employez. Pour moi, sixième République, planification écologique, indépendance de la France, couvrent désormais un champ plus large que celui qu’ils occupaient lorsque nous étions seuls à les prononcer. Que pour désigner son candidat le PS ait préféré nos mots à ceux de son propre gouvernement est un fait qui donnera ses fruits le moment venu. Sans hégémonie culturelle, un programme a les plus grandes peines à avancer. À présent les gens sérieux, qui sont les plus nombreux, s’intéresseront au contenu, à la cohérence du programme qui se déduit de ces mots. J’estime que le programme historique « L’Ère du peuple » et sa traduction dans « L’Avenir en commun » forment un tout qui, dorénavant, est adossé à une vague dans notre pays. C’est à nous qui avons porté ce choix tant d’années d’être à la hauteur pour le rendre victorieux. La campagne des « insoumis » et ma candidature sont là pour cela. Rien que pour cela. JLM , il ne fallait pas voter Valls et le vote hamon et positif

  56. Gilbert Duroux
    Posted 30 janvier 2017 at 2:22 | Permalien

    Il faudrait que tu apprennes à envoyer des liens. Fais-toi conseiller parce que tu sembles avoir des problèmes avec la gestion de ton blog (images trop grandes, liens inopérants, etc)

  57. Posted 30 janvier 2017 at 2:23 | Permalien

    Hamon propose une « majorité gouvernementale » à Mélenchon et Jadot
    Le vainqueur de la primaire de la gauche a évoqué, dans son discours, sa volonté d’ouvrir le dialogue avec Jean-Luc Mélenchon et avec le candidat écologiste Yannick Jadot.

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/01/29/hamon-propose-une-majorite-gouvernementale-a-melenchon-et-jadot_5071177_4854003.html#8TEvBEBUeQEFqlCs.99

  58. Posted 30 janvier 2017 at 2:24 | Permalien

    le reste est mensonge, division malhonnêteté

  59. Dim
    Posted 30 janvier 2017 at 3:28 | Permalien

    Gérard Filoche

    Tu peux m’insulter autant que tu veux, « les faits sont têtus comme disait l’autre. » la confidence d’Hamon que révèle Thomas Legrand (éditorialiste pro-PS de France Inter) dans cette vidéo n’a été démentie formellement par personne au PS.

    https://www.youtube.com/watch?v=9KHJrcNj-c0

  60. valentin
    Posted 30 janvier 2017 at 7:25 | Permalien

    Content de voir que du côté de Mélenchon comme Hamont, il y’ait ce désir d’ouverture à l’autre.

    Aux gens de bonnes volontés rien d’impossible.

    Qu’ils discutent en bonne intelligence. qu’ils proposent un projet qu’ils lient les habitants de france, qu’ils donnent à nouveau du sens, qu’ils fassent vivre la devise « liberté, égalité, fraternité ».

    Courage Gérard, tu vas avoir peut être maintenant encore plus qu’avant un rôle clé pour faire naitre cette alliance.

  61. valentin
    Posted 30 janvier 2017 at 7:28 | Permalien

    @FDS, on ne peut pas faire porter aux fils les tords des pères. Les socialistes dont tu parles ne sont plus… une partie de celles et de ceux d’aujourd’hui sont assez décevants comme çà …

    Par contre, se pose la question de la poursuite au sein d’un même mouvement politique sans remise en question de fond…

  62. valentin
    Posted 30 janvier 2017 at 7:29 | Permalien

    Gérard, autre point quand même

    LE fait d’ouvrir le dialogue et vouloir rester à tout vent à la barre ne facilite pas d’emblée un échange constructif…

  63. 1956
    Posted 30 janvier 2017 at 9:21 | Permalien

    L’opération de syphonnage des électeurs de gauche est enclenchée par le candidat et l’appareil du PS.
    Ce PS veut répéter l’histoire pour continuer de gouverner au profit du Medef.
    Ce PS veut gagner l’élection présidentielle et imposer les investitures de ses députés sortants pour poursuivre son hégémonie.

    C’est pathétique et insultant pour la gauche…

  64. Dominique Babouot
    Posted 30 janvier 2017 at 10:20 | Permalien

    Pour la première fois depuis des mois voir des années Manuel Valls a fait preuve d’humilité!
    Cela prouve une chose quand un responsable politique, un camarade qui plus est, ne va pas droit, on a raison de l’engueuler!
    C’est ce qu’a été fait dimanche dernier, ce qui a été confirmé avec force hier!
    Les médias avaient prédits et poussés Valls à emprunter le chemin de la scission et du non respect du suffrage universel.
    Manuel a prouvé hier malgré sa déception bien compréhensible qu’il acceptait le résultat et qu’il restait disponible avec les convictions qui sont les siennes pour le combat tutélaire de la gauche contre la droite.
    Il reste fidèle a son parti, il remonte dans mon estime!
    Le rassemblement est possibke, désormais c’est un parti socialiste dont le centre de gravité a été remis à sa place qui va à nouveau pouvoir jouer son role de pivot de la gauche francaise!
    J’ai douté, j’ai désespéré, j’avais tort, hier était un grand jour, l’espoir revient.

    Pour le reste à propos de Valls, on ne tape pas sur un homme à terre, d’autant plus quand il a le courage de reconnaitre qu’il a été désavoué!

    Benoit Hamon lui a tendu la main hier à Solférino et il a eu raison!

    Naturellement, la gauche socialiste a gagné hier, elle doit etre sure de ses valeurs et ne pas accepter de se renier!

    Discussion Oui compromission Non!

    Si ce n’était pas le cas je crois que le peuple de gauche saurait bien vite ressortir le joker Mélenchon qu’il garde dans sa poche au cas ou, c’est mon cas en tout cas, je reste pour l’instant au parti socialiste mais tout en sachant que si cela ne marche pas droit, on peut toujours saisir la carte de rechange!

  65. Carlos Hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 10:28 | Permalien

    Yep M. Filoche, JLM montre comme prévu qu’il est lui aussi pour l’union des forces de la gauche, comme Hamon… Et il se rejouit de la victoire de ce dernier.

    Maintenant, Jadot ce matin chez Bourdin, qui à coup sûr n’aura pas ses 500 signatures, n’a perdu de temps pour proposer un rassemblement à 2 deux têtes, la sienne et celle de Hamon… + les electeurs de la France Insoumise (mais sans leur programme ni leur candidat) cela va de soit… Pour conduire a la victoire de 2017. Il tente le temps pour le tout vu qu’il n’a plus rien a perdre…

    Il aura malgré tout eu le merite de. Rappeler au candidat socialiste que le rassemblement à gauche devient « caduque » s’il passe par le rassemblement au sein du « PS » : une majorité avec les ennemis de Valls c’est l’assurance de ne pas construire une majorité gouvernementale à l’Assemblee ! Les dissentions d’hier seront toujours présentes demain et aucun projet écologique ne passera s’est il évertué a prouver. Nous savons donc ou le candidat écologiste en est de sa reflexion…

    Quant à ceux qui, comme prévu, voient dans les chiffres du second tour de la primaire socialiste, une aude d’amour des français au candidat du PS et un serment de la majorité des electeurs à venir voter pour celui-ci à l’election présidentielle…. au demeurant n’y a t’il pas 1 sondage qui l’affirme? C’est donc vérité!… je crois qu’il est bon de leur rappeler que :

    - certains sont venus votés par rejet de Valls (n’est-ce pas M. Filoche).

    - Le scrutin a rassembler moins de 2 millions de personnes dont on sait qu’elles ne sont pas encartées au PS ( il ne s’agit pas de militants respectants des consignes de vote… Si si il valait mieux le rappeler).

    - des proches de Hamon ont évoqué dès hier que le programme du candidat à la presidentielle ne sera pas celui du candidat à la primaire… (Je suis impatient de voir de quoi ils parlent… Moi et les 58% des 1,7 millions de votants )

    Bref, Jadot à rappeler à Hamon qu’il etait face à un choix:
    a) Faire plaisir à JCC et Valls en rassemblant son camp, auquel cas, Jadot lui a specifié que s’en serait terminé des discussions.
    b) S’occuper de realiser l’union de la gauche (dont ni Valls, par ses actes, ni Macron, de son propre aveu, ne font reellement parti…)

  66. Carlos Hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 10:40 | Permalien

    Pour ceux qui adorent les sondages, faites vous plaisir avec ce petit lien vers un sondage de france television de janvier 2017! Juste pour vous montrer qu’en fonction de qui commande le sondage, les resultats varient (le dernier sorti est celui du figaro lci…)

    http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/rapport_ipsos_france2_enquete_gauche_-_.pdf

    A bon entendeur…

  67. Posted 30 janvier 2017 at 11:03 | Permalien

    salut,

    43.Pro-Filoche
    dans ces chiffres il y a certainement des électeurs de la FI qui ont
    aussi tout fait pour battre le valls.

  68. Carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 11:15 | Permalien

    P. Laurent et J.L. Melenchon sont en discussion pour les legislatives… C’est le moment pour B. Hamont d’entrer dans le cercle et de preparer la creation d’une majorité gouvernementale à l’Assemblée!

    Le projet est propre, soigné et travaillé depuis longtemps… En plus de ça, il est audacieux et c’est pour cela qu’il faut partir de là!

    J’espere sincerement que B. Hamont y reflechira à 2 fois avant de rester en course pour le 1er tour de la presidentielle…

  69. Loulou le banlieusard
    Posted 30 janvier 2017 at 12:23 | Permalien

    Bonjour M. Filoche,

    Juste dans votre esprit, pour être clair : qui doit se rallier à qui de Hamon et Melanchon ? qui doit être l’unique candidat de cette gauche véritablement sociale ?

    (et pas de langue de bois solférienienne svp)

    Loulou
    camarade insoumis qui se rappelle des accords passés

  70. socrate
    Posted 30 janvier 2017 at 12:34 | Permalien

    Melenchon doit regretter de ne pas avoir participé a la primaire , sa crainte était que Hollande ou Valls en sortirait vainqueur il s’est trompé.
    Mais ceci c’est déjà du passé.
    Avec le climat malodorant dans le camp de la droite on peut dire qu’une victoire de la gauche est possible.
    Mais pour cela il faut : un programme clair avec un engagement de le respecter quoiqu’il en coute…sinon ce sera définitivement perdu toute chance dans l’avenir de faire revenir les électeurs qui demandent la garantie de respect de leur vote.
    Donc un programme qui rassemble , qui est réalisable et qui redonne au peuple ce que la droite et le PS de droite lui ont enlevé… je pense a la loi elkhomri par exemple.
    Il faut donc bosser vite et bien pour rassembler tout le monde , le peuple de gauche attend ce rassemblement

  71. Posted 30 janvier 2017 at 12:57 | Permalien

    hamon a redit hier sur toute les télés qu’il proposait un accord de gouvernement à Mélenchon et jadot, tu veux tu cherches quoi en mentant, en niant ce la, a faire échouer ?

    Maintenant il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert.
    Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mélenchon seul, perd ! Hamon, seul, perd ! Sans unité nous perdons tous, unifiés cela fait une dynamique gagnante
    On a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire
    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.
    si nous avons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien a cet accord, ça implique un ou une par circonscription, et une re-discussion de toutes les candidatures évidemment
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

  72. Posted 30 janvier 2017 at 12:58 | Permalien

    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.
    si nous avons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien a cet accord, ça implique un ou une par circonscription, et une re-discussion de toutes les candidatures évidemment
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

  73. Posted 30 janvier 2017 at 13:00 | Permalien

    Maintenant il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert.
    Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mélenchon seul, perd ! Hamon, seul, perd ! Sans unité nous perdons tous, unifiés cela fait une dynamique gagnante
    On a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire
    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. Il faut en discuter ainsi de façon ouverte.
    si nous avons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien a cet accord, ça implique un ou une par circonscription, et une re-discussion de toutes les candidatures évidemment
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

  74. Posted 30 janvier 2017 at 13:00 | Permalien

    y’en a eu qui ont désobei et vote ? chic

  75. Posted 30 janvier 2017 at 13:01 | Permalien

    Maintenant il faut un programme commun de gouvernement rose rouge vert.
    Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mélenchon seul, perd ! Hamon, seul, perd ! Sans unité nous perdons tous, unifiés cela fait une dynamique gagnante
    On a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire

  76. Posted 30 janvier 2017 at 13:01 | Permalien

    Personne ne se retirera pour personne, personne ne se ralliera, personne ne se soumettra pas de soumission, mais unité !
    Mélenchon seul, perd ! Hamon, seul, perd ! Sans unité nous perdons tous, unifiés cela fait une dynamique gagnante
    On a une obligation de résultat car si pas unité ce sera désastre par contre si unité ce sera victoire
    Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise.
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon

  77. Posted 30 janvier 2017 at 13:02 | Permalien

    je n’ai cesse de repeter que nous allions barre hollande et valls et macron…
    le rapport de force social était pour nous

  78. Posted 30 janvier 2017 at 13:04 | Permalien

    tout change si vite et c’est si fragile
    mais les organisations traditionnelles ne disparaissent pas sans etre remplacées

    Sofres intentions présidentielle
    hier soir

    Si Hamon et Bayrou

    Hamon 13
    Mélenchon 10
    Bayrou 5
    Fillon 21
    Macron 20
    Dupont 3
    MLP 25

    Si Hamon sans Bayrou

    Hamon 15
    Mélenchon 10
    Macron 21
    Fillon 22
    Dupont 3,5
    MLP 25

  79. Posted 30 janvier 2017 at 13:05 | Permalien

    macron va s’effondrer,

    et celui refuser l’unité à gauche aussi

  80. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 13:11 | Permalien

    @65 : « si nous avons un accord de gouvernement commun TOUS les candidats devront être labellisés en soutien a cet accord, ça implique un ou une par circonscription, et une re-discussion de toutes les candidatures évidemment.
    Gouvernement rose vert rouge Hamon Jadot Laurent-Mélenchon ».

    Absolument M. Filoche, c’est là qu’on peut avoir un accord, sur les législatives! Hamon peut assumer ses nouvelles responsabilités et prendre une véritable stature en « rassemblant » ceux qui au PS sont ouverts à cette « alliance »… Et garantir une majorité pour faire adopter des textes de lois « progressistes » dont lui est les siens pourront être à l’origine… l’accord serait en effet bi-latéral!

    Je souhaite qu’Hamon assume ce rôle qui loin de lui nuire, lui apporterait la « légitimité » et la « caution morale » du VRAI rassembleur! ça ne lui coûterait qu’une candidature PS à la présidentielle perdue d’avance… Il y gagnerait par contre le respect de tous…

  81. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 13:44 | Permalien

    Nota bene:
    sur le sondage Kantar/sofres

    Une petite chose à na pas taire, c’est que la propension des électeurs qui se disent « sûrs » de leur choix au 1er tour en faveur des candidats du PS et de la France Insoumise sont les suivants:

    benoit Hamon : 46% (sur les 15% annoncés)
    J.L. Melenchon : 56% (sur les 10% annoncés)

    bref… Je vous renvoie sur le site de la commission des sondages :

    http://www.commission-des-sondages.fr/notices/

    Vous noterez ainsi que le sondage LCI/Figaro mettant Hamon devant porte sur 1032 individus les 26 et 27 janvier (notice 8166)… et celui que je vous avais fournis pour France 2 stipulant que Mélenchon restait devant aux intentions de vote, portait quant à lui sur 1443 personnes le 20 janvier (notice 8159)…

    Les sondages, franchement, la belle affaire!
    Il suffit de parler autours de soi pour savoir qu’il se passe quelques chose à gauche…
    Et il faut saisir la seconde chance qu’on nous donne à ses présidentielles! Gâchée une première fois par F. Hollande et tous les « PAS COURAGEUX » au PS! Là, Benoît Hamon peut montrer que le pouvoir pour le pouvoir ne l’intéresse pas! Qu’il n’est pas le candidat d’un parti, mais celui qui aura permis que la gauche s’unisse et gagne! Pour ça, il faut qu’il renonce à sa candidature et dise oui à un accord de gouvernement!

  82. Michel - Pierre
    Posted 30 janvier 2017 at 13:49 | Permalien

    59 – 41 !

    « L’effet Corbyn », dont l’intérêt rencontré par les projets et campagnes de Gérard Filoche, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon avait fourni des signes annonciateurs, s’est finalement incarné dans la personne du dernier nommé et indiscutablement confirmé dans son très beau succès d’hier soir.

    On l’espérait pour notre pays, ce revigorant effet prometteur, l’ayant vu apparaître ces deux dernières années non seulement au Royaume Uni mais aussi outre-Atlantique (malgré la funeste intrusion d’un minoritaire – mais milliardaire – populiste à la Maison Blanche) avec l’engouement suscité par la campagne de Bernie Sanders.

    Il y a donc là un phénomène, non financier pour le coup, mais CITOYEN qui SE MONDIALISE et c’est tant mieux !

    Il faut maintenant le conduire à se développer jusqu’à devenir le début d’une ère où les citoyens sauront se montrer en toutes circonstances à la hauteur de leurs responsabilités.
    Une ère où ils seront majoritairement dotés d’une maturité politique suffisante pour se garder de confier les clés du POUVOIR à des politiciens dont les amis (quand ce n’est pas eux-mêmes ! …) s’appliquent à serrer impitoyablement les ceintures des gagne-petit d’une main … pendant que de l’autre, sans vergogne, ils « s’en mettent plein les fouilles ».

  83. Posted 30 janvier 2017 at 14:05 | Permalien

    oui mais je te parie la tendance…
    et celui qui ne sera pas unitaire chutera

  84. Posted 30 janvier 2017 at 14:06 | Permalien

    mais la candidature n’est pas perdue d’avance,
    j’enrage de lire ça

  85. andré
    Posted 30 janvier 2017 at 14:15 | Permalien

    reste que pour les présidentielles, il ne peut y avoir qu’un candidat, question logique: lequel? et pourquoi un tel?

  86. Carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 14:18 | Permalien

    3 candidatures c’est la defaite ! Meme 2… Sans Jadot…
    Il ne faut qu’une seule candidature !!!!!!! Sinon c’est perdu d’avance !
    Je reprends les mots : « l’union, ou la defaite ! »

  87. Posted 30 janvier 2017 at 14:39 | Permalien

    « Une plateforme commune ça ne peut être ni tout le programme de Benoit Hamon, ni tout le programme de Jean-Luc Mélenchon, ni tout le programme de Yannick Jadot, on doit trouver ce qui unit pas ce qui divise. »
    Je ne compte plus le nombre de fois où vous avez répété ça, mais c’est faux. Il ne s’agit pas de trouver des slogans pour les affiches, mais de faire un programme de gouvernement.
    Pour faire une plateforme commune, un programme de gouvernement, il faut tout mettre sur la table, et surtout ce qui divise, voir dans chaque programme ce qui est amendable sans remettre en cause son équilibre. Voir comment les propositions de l’un peuvent être incorporées au programme de l’autre, faire des compromis, tracer des lignes rouges.
    Il ne faut surtout pas que ce soit, comme le PS en a l’habitude, Hamon qui essaye d’imposer son programme aux deux autres en échange de quelques sièges de députés ou de quelques portefeuilles ministériels, sinon c’est le meilleur moyen de n’arriver à rien.

    Après, savoir qui portera le programme, il faut attendre quelques semaines, disons 1 mois, pour voir de quel côté est la dynamique. Hélas le seul moyen est de passer par des sondages, la participation aux meetings ou aux pétitions ne veut rien dire.

  88. 1956
    Posted 30 janvier 2017 at 15:18 | Permalien

    Union Oui. Mille fois pour la mise en oeuvre d’une politique de gauche.

    Mais dans ce cas aucun député ou candidat qui ont soutenu la loi El Khomry ne doivent être investis par ce rassemblement de la gauche.
    Sinon c’est la nouvelle arnaque de ce PS.

    C’est une simple question d’honnêteté non négociable pour que j’y souscrire.

  89. Posted 30 janvier 2017 at 15:21 | Permalien

    union !
    bien !
    programme commun de gouvernement d’abord !
    casting de gouvernement
    puis nouvel accord négocié pour les législatives, un seul candidat par circonscription labellisé par le soutien a ce programme commun.

  90. Posted 30 janvier 2017 at 15:22 | Permalien

    nul n’imposera rien a personne, il faut dégager ce qui unit et écarter ce qui divise…

  91. Posted 30 janvier 2017 at 15:22 | Permalien

    tout à fait

  92. Posted 30 janvier 2017 at 15:44 | Permalien

    Il ne fallait pas être clair pour prédire que Yannick Jadot et Mélenchon refuseraient la poudre aux yeux offerte par Hamon. Hamon veut tout réformer, mais ce n’est pas possible. Maintenant, c’est clair, le refus d’union est arrivé. Bravo Hamon, en faisant le malin, toi qui sais tout, tu as réussi à donner le coup de grâce au PS. Aucun ministre socialiste ne veut te suivre. Tu as ouvert un boulevard à Macron qui n’est pas socialiste. Quant au FN que tu dédaignes tant, il va arriver premier au premier tour des élections. N’y a-t-il pas un problème ?

  93. Posted 30 janvier 2017 at 16:02 | Permalien

    rien n’est joué, rien.

  94. socrate
    Posted 30 janvier 2017 at 16:11 | Permalien

    il est urgent de revoir les investitures pour les législatives.
    par exemple Madame El Kohmri est investie par le PS pour les prochaines…
    il faut lui retirer ainsi qu’a tous ceux qui ont soutenues sa loi

  95. Dominique Babouot
    Posted 30 janvier 2017 at 16:12 | Permalien

    Il y a seulement deux ans qui aurait-dit que un frondeur réussirait à gagner la primaire?

    Je me souviens des réunions socialistes, à La Rochelle comme ailleurs, on laisse hurler, siffler les frondeurs puis la « majorité silencieuse » monte au créneau dit « stop la récré est fnie, taisez-vous! » Ils se taisent on se tait parce qu’on est trop minoritaire!

    C’était comme celà depuis 2008, on avait été obligé de faire alliance au centre-gauche du parti pour faire élire Aubry qui n’était pas la panacée, por briser le monopole social-libéral sur le parti!

    Cambadelis bien qu’il soit du courant Socialisme et Démocratie faisait partie de l’alliance de Reims face à Royal pilotée par Valls et Rebsamen sur une ligne politique très droitière!

    Puis l’élection de Hollande, encore une fois la reconduction du binz habituel.

    On se dit que le ps est peuplé de réformistes majoritaires, majoritaires par définition, la marque de fabrique en quelque sorte né de la scission de Tours qui n’était pas quoi qu’en ait dit certain la fracture avec le stalinisme.
    Elle est venue après, en 1920 Staline n’a pas le pouvoir, Trotsky est encore là et Lénine n’est pas encore mort!
    Bref la scission de Tours sépare déjà ceux qui veulent rompre le capitalisme de ceux qui veulent l’accompagner et qui se font des illusions en pensant que ce système est réformable!
    Puis 2017, c’est le coup de tonerre, ce qu’on croyait immuable, immobile à jamais a craqué!
    Ce n’est pas de l’appareil qu’est venue le tremblement de terre mais de la base des non encartés, les sympathisants qui ont imposé dans ces primaires une ligne politique qui est encore minoritaire dans l’appareil!
    Incroyable!
    Les primaires inventées par les libéraux du ps, il y a dix ans, (l’idée n’avait pas été mise en pratique mais existait déja) se retourne contre leurs auteurs!
    Malgré la propagande intense des médias les électeurs non encartés ont fait ce que les militants du parti étaient incapables de faire, ils ont profité qu’on leur donnait la parole pour renverser la table!
    Ils l’ont fait sans hésiter, sans crupule, parceque eux ils n’ont rien à perdre, n’ont pas de carrière à défendre!
    Celà aucun politique ne l’avait prévu, y compris Mélenchon!
    A la base dans certaines villes comme à Toulouse les élus de terrain ont pris le train en marche sentant que s’ils s’y opposaient, le parti dont ils vivent allait se briser en mille morceau!

    Ils ont ainsi sauvé leur outil politique en donnant les clefs à un courant qui n’a jamais atteint plus de trente pour cent dans les congrès!

    Maintenant, ceux qui sont actifs qui ont maintenant l’outil entre leurs mains doivent prendre bien garde à ne pas se faire voler leur victoire, car les opportunistes et apparachniks en tout genre veillent et guettent le moindre faux pas, leur conversion est trop récente pour qu’elle soit sincère!

    D’autant plus qu’il ne faut pas oublier que l’alternative offerte par la FI a certainement « aidé » quelques opportunistes à favoriser le gauchissement du résultat de la primaire!

    Contrairement à Corbyn en Angleterre, Benoit Hamon n’est pas premier secrétaire du parti, ne l’oublions pas et le reve peut etre brisé au moindre faux pas!

    En 2012, l’échec de Martine Aubry avait mis fin à la tentative de 2008, cette fois l’opération a réussi en cout-circuitant la case parti( le dernier congrès n’avait pas vu la victoire de la motion B)

    Fermeté dans les convictions oui

    Mais attention au sectarisme!

  96. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 16:17 | Permalien

    dans le vif du sujet, ce qui peut unir:

    - L’avènement de la VIème République.
    - abrogation de la loi El Khomri.
    - la diminution globale du temps de travail (à terme les 32h sont bien en ligne de mire).
    - le retour d’une retraite à 60 ans.
    - la hausse des salaires en commençant par ceux des femmes (smic à 1300 € net)
    - limitation de l’usage du CDD.
    - le maintien et le renforcement des services publics.
    - sécurité sociale intégrale pour tous.
    - la transition énergétique (à condition pour Hamon d’être un peu plus audacieux qu’aujourd’hui)
    etc…

    Il y a déjà un socle commun qui pourrait être suffisamment important pour qu’on ne rajoute pas un candidat supplémentaire à la Présidentielle… je rappelle que Mélenchon est déclarée depuis un moment!

    Mais il semble qu’Hamon préfère pour l’heure justifier une candidature en arguant des différences… Il faut que maintenant il passe à ce qui unit pour montrer qu’il n’est pas dans une simple posture!

  97. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 16:29 | Permalien

    La candidature de Hamon se justifiait encore dans le contexte de la primaire socialiste pour clarifier l’illégitimité du camp Valls/Hollande/Cambadélis à poursuivre aux manettes du PS.

    Très bien, la sanction est tombée et le mécanisme s’enclenche pour que tout revienne dans l’ordre au sein de ce parti de gauche…

    Maintenant, il faut qu’Hamon passe à la suite! Et la suite pour lui, ce n’est pas la présidentielle (après Hollande, impossible de rendre les clés du pays à un autre membre du même parti… en tous cas pas avant de donner des gages sur le fait que le genre « d’arnaque » faite par Hollande n’est pas prête à se reproduire) mais la refondation de son parti et les législatives!

    En négociant avec Mélenchon, le PCF et Jadot, c’est l’assurance de faire peser ce nouveau PS dans l’avancée des luttes et de constituer une majorité gouvernementale!
    Il faut vraiment qu’il ne loupe pas le coche…

  98. Posted 30 janvier 2017 at 16:33 | Permalien

    Et maintenant ?
    Benoît Hamon a très largement emporté la victoire face à Manuel Valls : 59 % contre 41 %. Le bilan du quinquennat vient d’être tiré, sans aucune ambiguïté, par 2 millions d’électeurs de gauche.
    En quelques mois, la situation politique dans notre pays s’est profondément modifiée. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont été battus à la primaire de la droite. François Hollande a décidé de ne pas se représenter à l’élection présidentielle, son ancien Premier ministre, Manuel Valls, vient de subir une défaite sans appel à la primaire citoyenne du PS. La droite est divisée entre Emmanuel Macron et François Fillon. Le premier est avant tout une création des médias dominants (175 premières pages de magazines et de quotidiens avant qu’il ait annoncé une seule mesure de son programme…) Le vainqueur de la primaire de la droite est, quant à lui, fragilisé par l’affaire des « emplois », à 7 900 ou 5 000 € mensuels, de son épouse : son image de sacristain austère vient d’en prendre un sacré coup !
    Dans ce contexte, la victoire de Benoît Hamon fait bouger toutes les lignes politiques. L’espoir d’une victoire de la gauche revient, à condition qu’elle soit capable de se rassembler.
    Le sondage de la Sofres, du 29 janvier, donne les résultats suivants au 1er tour de l’élection présidentielle : Marine Le Pen 25 % ; François Fillon 22 % ; Emmanuel Macron 21 % ; Benoît Hamon 15 % ; Jean-Luc Mélenchon 10 %. Ce sondage n’est, bien sûr, qu’une indication mais il donne un avertissement et suggère très fortement une solution. L’avertissement : aucun des candidats de gauche ne sera présent au second tour, s’ils se présentent séparément. La solution : avec un total de 25 %, sans même prendre en compte la puissante dynamique qu’enclencherait la présence d’un candidat unique de la gauche, ce dernier serait au second tour et en mesure de l’emporter face à Marine Le Pen.
    Benoît Hamon propose une « majorité gouvernementale » à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. Jean-Luc Mélenchon qui n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer la primaire citoyenne du Parti socialiste, exprime maintenant sa « satisfaction » que Benoît Hamon ait « chanté des paroles si proche des nôtres ».
    Il n’y a donc aucune raison pour que Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ne se mettent pas d’accord sur 6 ou 7 mesures clefs, figurant dans chacun de leur projet, qui servirait d’ossature à un programme commun de gouvernement.
    La gauche divisée ne serait pas présente au second tour et nous aurions à subir pendant 5 années de suite la politique de la droite ou de l’extrême-droite. C’est inacceptable !
    Dans les jours qui viennent, les appels, les tribunes, les pétitions pour l’unité de toute la gauche font fleurir. Interpellons, signons, faisons signer tout ce qui peut permettre à la gauche de s’unir. Exerçons une pression insoutenable sur tous ceux qui s’y opposerait. Obligeons à comprendre, ceux qui s’obstineraient à baisser les bras et à laisser la droite et l’extrême-droite s’affronter au second tour de la présidentielle, qu’ils iraient tout droit à la marginalisation !
    Cordialement,
    Jean-Jacques Chavigné

  99. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 16:44 | Permalien

    Tout-à-fait, Phil. Ces électeurs ont eu raison de ne pas obéir à leur sauveur qui espérait secrètement la victoire de Valls.

  100. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 16:45 | Permalien

    Un désistement de Mélenchon pour Hamon ne serait pas une humiliation : ce serait respecter la parole des urnes.

  101. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 17:01 | Permalien

    Je suis heureux de voir enfin le mot « expropriation » écrit sur une page de ce blog.

    Car tout vient de là : ce n’est pas le prochain président de la République qui dirige l’économie, c’est le grand patronat.

    Le problème d’un Hamon ou d’un Mélenchon est que leur programme est réformiste : ni l’un ni l’autre ne souhaite le renversement du capitalisme. Eux deux s’imaginent que les problèmes seront résolus d’en-haut, je suis au contraire convaincu qu’il faudra des grèves générales organisées par la base pour effrayer le patronat.

    Et instaurer un programme de partage du temps de travail, d’augmentation des salaires, pensions et allocations (comme l’AAH), d’amnistie des syndicalistes…

    Pour cela, il faut utiliser l’arme de l’expropriation.

  102. Pro-Filoche
    Posted 30 janvier 2017 at 17:09 | Permalien

    Oui, Socrate, ça serait trop bon aussi que Benoît Hamon vire Cambadélis.

  103. Médusa
    Posted 30 janvier 2017 at 17:48 | Permalien

    @DB95 « Celà aucun politique ne l’avait prévu, y compris Mélenchon! »

    Euh… Il avait même pronostiqué Hamon vs Montebourg au second tour, donc bon, il avait bien conscience que la ligne gouvernementale serait sanctionnée.

    @CH96 « - le retour d’une retraite à 60 ans. »

    Hamon a explicitement dit qu’il était contre au débat avec Valls !

  104. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 18:25 | Permalien

    @74: Ben c’est ça le soucis avec les « insoumis », ils savent pas respecter les consignes… surtout de vote! Ils n’écoutent que leurs convictions….

  105. Posted 30 janvier 2017 at 18:31 | Permalien

    oui, mais je soutiens Benoit Hamon sans que D&S évidemment renonce a défendre ses positions comme c’est le cas depuis 24 ans,
    sinon je n’aurais pas essayé d’étre candidat

  106. carlos hermo
    Posted 30 janvier 2017 at 18:34 | Permalien

    @M-102: J’aurai du spécifier comme pour la transition écologique entre parenthèse « (si Hamon devient plus audacieux) »

    En effet, il propose d’abaisser pour certains seulement l’âge de la retraite… en fonction de la pénibilité dans le calcul des cotisations.

    Donc on est pas loin…

  107. Posted 30 janvier 2017 at 18:36 | Permalien

    pour gagner contre cambadelis il faut gafgenr les 23 avril et 7 mai, et pour cela, il faut l’unité avec jadot et melenchon

  108. Posted 30 janvier 2017 at 18:36 | Permalien

    nationalisation, a ce stade me suffirait

  109. Posted 30 janvier 2017 at 18:37 | Permalien

    mais arrêtez ou changez de nom, personne ne demande cela… relisez ce que j’ai écris
    pas la peine de venir ici dire le contraire de l’article publié… comme s’il n’existait pas

  110. valentin
    Posted 30 janvier 2017 at 19:34 | Permalien

    L’unité est effectivement de rigueur pour gagner. Par contre, l’idée de retenir 6 ou 7 points communs pour que l’union se fasse a en son sein même les ingrédients d’un certain échec :

    - l’idée que certaines personnes qui ont soutenus les lois dans les gouvernements précédents ou qui ont limité la portée, l’intérêt de propositions de lois (initiées notamment par les communistes)

    - Les idées n’ont leur efficacité que si elles sont liées les unes aux autres et forment un ensemble cohérent. Une idée peut être pertinente, indispensable dans un programme et dans un autre perdre complétement son sens…

    S’agissant des sondages, l’on sait tous que ces chiffres ne signifient pas grand chose. Pour ma part, je pense que le mouvement qui a pour porte parole et représentant Mélenchon mène une action de fond… encore quelques mois, cela peut suffire à remporter beaucoup de voix

  111. andré
    Posted 30 janvier 2017 at 20:00 | Permalien

    « Un désistement de Mélenchon pour Hamon ne serait pas une humiliation : ce serait respecter la parole des urnes. »
    le contraire non plus ne serait pas une humiliation. Et il ne faut pas oublier que Hamon doit sa victoire à beaucoup de gens de la France insoumise.

  112. Gilbert Duroux
    Posted 30 janvier 2017 at 20:51 | Permalien

    Ce que je remarque, c’est qu’en ce moment Hamon consulte surtout du côté du parti socialiste. D’ici à ce qu’il incorpore des Vallsistes dans son équipe de campagne pour éviter qu’ils se barrent chez Macron…
    Gérard s’en réjouira, mais ça ne sera pas tout à fait la même campagne (euphémisme).

  113. 1956
    Posted 30 janvier 2017 at 22:51 | Permalien

    @90GF:
    C’est justement ce qui divise qu’ il ne faut pas écarter, sinon au nom de la solidarité gouvernementale le soutien et la confiance sont réquisitionnées y compris dans le même parti (cf loi El Khomri…).
    Si c’est pour dire qu’on est pour la liberté, pour le pouvoir d’achat, pour la sécurité, l’inspection du W,…, que l’on a la finance comme ennemi (pour démarrer avec un CICE)…
    Ce sont les lignes à ne pas franchir qui sont importantes à négocier.
    On est plus engagé par ce que l’on ne fera jamais que par ce que l’on tente de réussir.
    Sinon c’est l’arnaque que se poursuit.

  114. Posted 31 janvier 2017 at 0:59 | Permalien

    mais on s’en fou de ceux qui se barrent chez macron ils vont se disperser dans le vent

  115. valentin
    Posted 31 janvier 2017 at 2:45 | Permalien

    L’unité est effectivement de rigueur pour gagner. Par contre, l’idée de retenir 6 ou 7 points communs pour que l’union se fasse a en son sein même les ingrédients d’un certain échec :

    - l’idée que certaines personnes qui ont soutenus les lois dans les gouvernements précédents ou qui ont limité la portée, l’intérêt de propositions de lois (initiées notamment par les communistes)

    - Les idées n’ont leur efficacité que si elles sont liées les unes aux autres et forment un ensemble cohérent. Une idée peut être pertinente, indispensable dans un programme et dans un autre perdre complétement son sens…

    S’agissant des sondages, l’on sait tous que ces chiffres ne signifient pas grand chose. Pour ma part, je pense que le mouvement qui a pour porte parole et représentant Mélenchon mène une action de fond… encore quelques mois, cela peut suffire à remporter beaucoup de voix

  116. phi
    Posted 31 janvier 2017 at 6:38 | Permalien

    @103.carlos hermo
    la preuve, un ch’ti peu que non, la sanction que valls devait subir
    au vu de tous les prolos l’a emporté sur leurs convictions prête à
    faire perdre la gauche en 2017.
    mais cela ne leurs enlève aucunes qualités c’est juste un choix.

  117. Gilbert Duroux
    Posted 31 janvier 2017 at 6:59 | Permalien

    @ Dominique Babouot
    Il ne t’en faut pas beaucoup pour te retourner. Et après tu vas encore faire un caca nerveux en menaçant de déchirer ta carte (depuis le temps, elle doit être en mille morceaux).
    Pour ma part, j’ai choisi le doute, parce que les façons de faire des apparatchiks du PS (Hamon a-t-il déjà travaillé un jour dans sa vie ?), je commence à connaître.

  118. Posted 31 janvier 2017 at 11:40 | Permalien

    donc toi t’es pour fillon, plutôt que de passer un compromis sur tes idées

  119. CRAYENCOUR
    Posted 31 janvier 2017 at 13:48 | Permalien

    @107 « pour gagner contre cambadelis, il faut gagner la présidentielle »
    Non; le but n’est pas le PS, mais la gauche au pouvoir. Et il me semble que tu inverses les termes du problème! En réalité pour gagner la présidentielle, il faut d’abord gagner contre cambadélis et ses amis!

  120. andré
    Posted 31 janvier 2017 at 13:59 | Permalien

    Il y a de fortes pressions sur Hamon de la part du PS pour qu’il rende son programme compatible avec Valls, voire Macron.
    La balle est dans le camp de Hamon, que fait-il?
    Avant d’envisager la suite, il faut en toute logique et toute honnêteté avoir une réponse à cette question.

  121. Pro-Filoche
    Posted 31 janvier 2017 at 14:10 | Permalien

    @ANDRÉ
    Des gens qui n’ont donc pas concrétisé le dangereux souhait de leur leader de laisser Valls gagner. Et ils ont eu bien raison.
    Hamon n’a pas les méthodes d’autocrate de Mélenchon : regardez comment il parle au PC. Comme à un domestique. Des méthodes inquiétantes.

  122. Posted 31 janvier 2017 at 14:14 | Permalien

    oh ça suffit ces calomnies et betises ici,
    hamon rencontre laurent ce jour, et tout doit bien se passer
    les verts duflot rousseau ont choisi et se prononcent pour un candidat commun hamon jadot laurent melenchon
    cote PCF ca evolue dans le meme sens,
    les appels se multiplient et ont un gros succès,

    la reponse aux réformateurs du porte parole de hamon, c’est faites vos valises

  123. carlos hermo
    Posted 31 janvier 2017 at 15:21 | Permalien

    @116.PHI : Je ne suis pas sûr que ce soit pour la 103…
    j’ai pas compris exactement si tu disais que les insoumis suivaient les consignes parce qu’ils avaient sanctionnés Valls (à priori je doute que tu voulais dire ça)
    ou si les insoumis n’écoutaient pas leurs convictions parce qu’ils avaient sanctionné Valls…
    Auquel cas, je ne crois pas que l’obéissance aux consignes soit vraiment liée au respect des convictions politiques de chacun…
    En tous cas, pardon si je n’ai pas bien compris ton propos.

    @122.GF : J’espère qu’Hamon et Laurent vont appeler Mélenchon et Jadot dans la foulée… et vite!

  124. Gilbert Duroux
    Posted 31 janvier 2017 at 17:55 | Permalien

    Si Laurent refait le même coup qu’avec le Front de gauche en discutant d’un côté avec France Insoumise et de l’autre avec le PS, ça ne passera pas comme une lettre à la poste auprès de sa base. Il avait rendu l’étiquette « Front de gauche » illisible, s’il continue de cette façon, on va avoir 2 ou 3 candidats de gauche dans les circonscriptions. La droite et l’extrême droite vont bien rigoler.

  125. PHI/phil
    Posted 31 janvier 2017 at 20:02 | Permalien

    123.carlos herm
    c’était 104 excuse.
    je ne pense pas que JL Mélenchon ai donné pour consigne le vote contre
    valls au primaire mais plus au 1er tour2017.
    et pourtant certain ont aidé à sortir valls, ce qui me donne un peu
    d’espoir à les voir reconsidérer la ligne de Gérard « rouge rose vert »
    sans pour autant qu’il abandonnent leurs convictions mais qu’ils se
    rendent compte que c’est rassemblé qui ferait gagner toute la gauche
    en 2017.

    ce mot « insoumis » se rapporte trop à la personne, du coup ils se
    focalisent sur l’élu ps et non plus pour objectif « nos jours heureux »,
    maintenant. c’est dommage.

    le programme de JLM nous y accompagne même si il n’est pas appliqué
    à 100%, la démarche de Gérard est basé sur l’unité et ces 1800/60/32/
    5/20 rencontre la FI.

    il serait inconséquent que JLM veuille passer tout son programme en
    une fois et que B Hamon face une fixette sur le « trône » poussé par
    les que trop libéraux/exclus.

  126. Posted 31 janvier 2017 at 22:08 | Permalien

    laurent a raison s’il est diplomate, il aidera a l’unité

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*