Voilà pourquoi nous soutenons la candidature de Gérard Filoche à la primaire de la gauche Françoise Berger – Jean-Jacques Chavigné

 

D’abord, parce que Gérard Filoche ne se résigne pas à un second tour de la présidentielle dont la gauche serait absente

Gérard Filoche se bat pour qu’une primaire citoyenne de toute la gauche et des écologistes désigne  un candidat unique au 1er tour de l’élection présidentielle de 2017. Il ne se résigne pas à laisser la droite et l’extrême-droite face à face au second tour. Il a trop conscience des conséquences des victoires de l’une ou de l’autre pour les salarié(e)s, les retraité(e)s, les jeunes, tous ceux pour qui les discriminations seront encore plus dures à endurer…

Il refuse que la primaire de la gauche se limite à celle de la « Belle Alliance Populaire » de Jean-Christophe Cambadélis. Comment croire qu’une primaire aux limites aussi étriquée pourrait faire le poids face aux 4 millions de votants du 1er tour de la primaire de la droite ?

Ensuite, parce que Gérard Filoche ne sépare jamais la politique du progrès social

Toute sa vie militante, il a été du côté des salarié(e)s, des jeunes, des retraité(e)s et il n’a pas cessé de l’être lorsque François Hollande est arrivé au pouvoir.

Pendant toute la mobilisation contre la loi El Khomri il n’a pas ménagé sa peine et a été aux  premiers rangs de la bataille, décortiquant la loi sur son site, dans les tribunes des journaux, à la radio, à la télévision. Il a participé à toutes les manifestations contre la loi scélérate, même à celle du 15 septembre dernier, lorsqu’il a vainement appelé les autres candidats de la gauche du PS à y participer.

Il s’est battu contre toutes les régressions sociales, politiques, économiques du quinquennat : vote du traité Merkel-Sarkozy sans qu’un mot en ait été changé ; loi Sapin avec laquelle les Goodyear n’auraient pas tenu 3 mois ; réforme de retraite allongeant de 6 trimestres la durée de cotisation ; loi Macron de flexibilisation et de précarisation du travail ; le CICE et le « pacte de responsabilité » ; l’état d’urgence permanent, l’interdiction de manifestations syndicales et citoyennes ; la déchéance de la nationalité…

Il s’est également battu pour que les « frondeurs » ne votent pas les dernières lois de finances ou pour qu’ils présentent une motion de censure contre la loi El Khomri. En vain : il a toujours manqué au moins deux députés…

Ensuite parce que le programme que propose Gérard Filoche n’est pas un brouet tiède

Il avait compris, bien avant la victoire de Trump que la question sociale était la question centrale et que un ou une Clinton français(e), évitant de prendre à bras le corps cette question décisive, ne pourrait gagner la présidentielle en 2017.

 

Le 1er tour de la primaire de la droite marque une très forte poussée des néolibéraux et des conservateurs les plus déterminés.  Face à une droite bien à droite, il faut une gauche bien à gauche. C’est pourquoi nous défendons le programme que propose Gérard Filoche.

 

Il se prononce pour une VIème République, l’extension des services publics, pour la lutte contre toutes les discriminations qu’elles soient liées à l’origine, à la couleur de la peau, à la religion, au sexe ou au genre. Pour stopper le basculement climatique, il veut fixer un plancher de 30 % d’énergie renouvelable en 2022.

 

Son programme est le social au cœur. C’est un véritable programme de redistribution des richesses (à l’exact opposé de celui de Fillon ou de Juppé), destiné à rattraper 15 ans d’austérité de droite ou de gauche réalisée aux dépens du salariat du privé comme du public :  un smic brut à 1 800 € ;  32 heures de travail par semaine ;  la retraite à taux plein à 60 ans ; pas de salaire supérieur à 20 fois le Smic dans une entreprise ;  pas plus de 5 % de CDD dans chaque entreprise.

 

Ce programme sera financé grâce à une ponction sur les dividendes que les entreprises seront bien obligées d’effectuer si les salaires augmentent,  la baisse des salaires supérieurs à 20 fois le Smic, un retour de la croissance bridée par la politique d’austérité mortifère menée depuis la crise financière de 2007-2008, le rétablissement d’un impôt réellement progressif et la suppression des dizaines de milliards d’euros annuels de niches fiscales profitant aux grands groupes, par une lutte implacable  contre l’évasion fiscale.

 

 

Enfin, parce que Gérard Filoche considère que notre pays a un rôle décisif à jouer en Europe et dans le monde

Gérard Filoche souhaite que notre pays continue à appartenir à l’Union européenne et à la zone euro mais il est lucide et il sait qu’il ne sera pas possible de mener une politique sociale en France sans désobéir au traité de Lisbonne et au TSCG, sans mettre en place un protectionnisme coopératif. Protectionnisme, puisque sa fonction serait de protéger les réformes fiscales ou sociales en instaurant les barrières douanières et tarifaires nécessaires. Coopératif, dans la mesure où (à la différence de Trump ou Le Pen), ces barrières seraient aussitôt levées pour un pays qui adopteraient des réformes équivalentes.

Ces mesures marqueront le début d’un bras de fer avec la droite européenne que seule la France, avec son poids économique et politique peut engager avec la certitude, dans la situation actuelle, de trouver l’appui des mouvements sociaux et des gouvernements de gauche européens (Grèce, Portugal…)

Dans un monde que l’élection de Donald Trump rend encore plus dangereux, il est nécessaire de refuser d’engager toute aventure guerrière sans savoir, au préalable, défini des objectifs de paix qui puissent se réaliser sans nuire aux populations. C’est une question déterminante si l’on veut éviter des interventions comme celles dirigées contre l’Irak (1991 et 2003), contre l’Afghanistan (2001), contre la Lybie (2011) qui ont fait des centaines de milliers de morts et permis l’émergence d’El Quaïda, Daesh ou Boko Haram.

Gérard Filoche n’utilise jamais la langue de bois. Il sait parler aux gens.

En votant pour lui, vous voterez pour l’un des vôtres.

 

34 Commentaires

  1. Marc
    Posted 22 novembre 2016 at 15:47 | Permalien

    Alors que je m’étais juré promis de ne plus jamais oh grand dieu jamais jamais jamais voter socialiste, je voterai pour G.Filoche à la primaire.
    Je n’aurai pas l’impression de voter pour un socialiste à vrai dire, tant les socialistes « majoritaires » (la clique Valls&co) me font vomir (j’ai aussi vécu dans une ville tenue par Mr Lamy, et j’ai assisté à bon nombre de conseils municipaux, cela m’a déjà donné un avant goût … ), même si dans le fond, le vrai socialiste, le vrai partageux, c’est lui.
    Je suis délégué syndical, alors quand j’entends un inspecteur du travail causer, ça me cause.
    Filoche est un très bon technicien, il connaît le monde du travail, argumente chiffres à la clé et avec une réelle connaissance du terrain. D’ailleurs, lorsqu’il est invité à la radio, les journalistes n’osent pas trop aller dans le débat avec lui car ils n’ont pas la maîtrise réelle du sujet, ils n’ont pas mis les mains dans le cambouis, eux .. j’espère qu’il aura l’occasion de débattre lors de la primaire, c’est le seul à pouvoir parler de manière crédible du monde du travail, et les français qui bossent apprécieront cela ! Ils se sentiront impliqués, bien plus qu’avec un Valls arrogant qui va parler de  » euh la euh compétitititivité euh  » à base de grands coups de menton et de sermons culpabilisants.
    Maintenant je souhaite du courage pour les signatures et pour tous les coups à venir, tant ce monde de politiciens peut ressembler en période électorale à un panier de crabes ..

  2. sansressources
    Posted 22 novembre 2016 at 17:14 | Permalien

    en attendant que Gérard soit au 2e tour en 2017, qu’il passe d’abord le piège où il s’est lui même enferré, les primaires PS, après on causera

  3. Posted 22 novembre 2016 at 18:34 | Permalien

    il n’y a pas de « piège »
    on n’est pas enferrés on fait ce qu’il faut faire,
    il n’y a que cette ligne,
    le reste c’est division et desastre le 23 avril 17

  4. Posted 22 novembre 2016 at 18:35 | Permalien

    Bonjour Mr Filoche
    De gauche depuis toujours, j’ai 41 ans aujourd’hui.
    Il n’y a que votre discours qui trouve écho chez moi. Et ce n’est pas du désespoir, bien au contraire, c’est l’espoir en lettres majuscules que vous incarnez. Davantage pour mes enfants que pour moi.

    Vous devez y aller.

    Je gère ma petite agence de communication où nous ne sommes que deux à turbiner du soir au matin, je suis éditeur d’un magazine de rock, fais plein d’autres choses mais ne roule pas sur l’or car ce n’est pas un objectif de vie.
    Le mien est le bonheur.
    Le bonheur est en péril en France, aujourd’hui.

    Vous devez y aller.

    Vous devez y aller.

    Sachez que je suis disposé, avec mes quelques compétences professionnelles autant qu’avec mon bulletin de vote qui n’a jamais autant trépigné à l’avance de se glisser dans les urnes, à être à vos côtés.
    Amicalement, et avec mon soutien inconditionnel.

    Cordialement,
    Olivier R
    http://www.ollmediaprod.com

  5. Médusa
    Posted 22 novembre 2016 at 18:57 | Permalien

    « il n’y a que cette ligne,
    le reste c’est division et desastre le 23 avril 17″

    Avec la probable victoire de François Fillon aux primaires UMP, c’est moins vrai que jamais. Le seuil de qualification pour le second tour pourrait être très bas avec une dispersion des voix entre Macron, Bayrou, Fillon (et même Dupont-Aignan), du centre-droit à la droite. On pourrait très bien se diriger vers un scénario à la 2002, sauf qu’au lieu de Chirac en premier ce serait Le Pen en tête. Même à droite, il y a pas mal de fractures !

    On nous a bourrés le mou avec Juppé président pendant des mois, et regardez ce qui va se passer dimanche…

  6. Posted 22 novembre 2016 at 21:23 | Permalien

    L’exemple de la droite nous montre toute la perversion du système des primaires. Juppé dénonce le fait que Fillon bénéficie du soutien de l’extrême droite, et notamment de la manif pour tous. Ce faisant, il en appelle à la gauche pour qu’elle l’aide à le battre. Finalement, le candidat de la droite risque d’être choisi soit grâce à l’extrême droite, soit par la gauche. C’est une claque magistrale au système des partis, qui ont notamment pour rôle de participer à la vie démocratique en choisissant leurs candidats aux élections. Toi qui défend mordicus les partis, comment peux-tu participer à la farce des primaires ? Si le parti dit socialiste était vraiment un parti de gauche démocratique, il désignerait sans problème un candidat de gauche rassembleur comme toi.

  7. Posted 22 novembre 2016 at 21:25 | Permalien

    scenario a la 2002 ?

  8. merlin44
    Posted 22 novembre 2016 at 21:53 | Permalien

    Je m’engage
    Maximilien Reynès-Dupleix
    Mardi, 22 Novembre, 2016
    Humanite.fr

    Par Maximilien Reynès-Dupleix, secrétaire de section PCF, membre du Front de Gauche, Cantons de Castelsarrasin/Moissac, Porte-parole de Moissac Au Cœur, Libre Penseur, Syndicaliste SNUIpp-FSU.

    Il est rare que le « je » l’emporte sur le nous dans ma propre démarche politique mais aujourd’hui, je n’ai comme seul mandat que mon « je » et cela est déjà beaucoup.

    Je m’engage avec toute ma conviction, mon quotidien militant pour déclarer à l’ensemble de mes amis et ennemis que rien ne me fera dévier de la visée communiste que je me suis fixé. Un engagement fort à l’heure des choix pour mes camarades, pour le parti avec lequel je poursuis un idéal démocratique et révolutionnaire. Un engagement qui se situe bien au-delà des querelles et des renoncements voire des trahisons de certains et certaines, qui fait fi des anathèmes et insanités proférés par celles et ceux qui font du clivage un art de vivre et qui mêlent rancœurs et passéisme au nom d’une idéologie néo-bourgeoise développée dans les antichambres socio-démocrates.

    Je m’engage avec ce que je suis, ma capacité d’analyse de ce monde qui écrase, tue, écarte et déresponsabilise les citoyens-nes parce que, depuis 40 ans, je mets toutes mes forces dans la construction d’un monde meilleur plus démocratique, plus écologique, plus fraternel qui permette un avenir pour nos enfants. Un engagement, bien au-delà de ma personne et dont chacun-ne peut mesurer la profondeur et la sincérité depuis de longues années avec toujours ce souci de la victoire des salariés-es, des retraités-es, des fonctionnaires et des paysans dans leurs luttes pour plus de services publics, plus de respect, de partage des richesses et plus de solidarité.

    Je m’engage publiquement aujourd’hui à faire triompher les intérêts de celles et ceux qui sont méprisés, marginalisés par cette société et je mets au service des plus démunis mes actes et mon propos pour combattre les inégalités sans langue de bois, sans démagogie et sans penser qu’un seul puisse être le sauveur suprême, moi-même encore moins. Un engagement comme un formidable challenge qui ne saurait être dissocié du collectif et qui se nourrit des rencontres et des expériences des uns et des autres comme autant de pierres à l’édifice qu’il nous faut construire par notre intelligence commune, notre construction partagée mais qui doit s’affranchir des égos et des destins personnifiés.

    Je m’engage donc aujourd’hui, et me mets à la disposition de mes camarades, des citoyens-nes pour porter demain collectivement une nouvelle société plus juste, pour l’émancipation, l’humain au cœur, la co-élaboration d’une société nouvelle plaçant les hommes et les femmes au centre des choix à venir. Un engagement qui ne peut se satisfaire des choix restrictifs proposés aux communistes pour décider de leur propre avenir intrinsèquement liés au devenir de nos nations et des peuples. Ainsi, même si je prends le parti d’un candidat portant les valeurs communistes, je me positionne d’ores et déjà pour faire gagner des candidats communistes aux législatives. Ce choix, pour la présidentielle s’impose à contrecœur au regard des rigidités émises par celui qui se veut l’incarnation d’une France insoumise alors qu’en tant que communiste je n’ai cessé d’être cet insoumis dont il se réclame aujourd’hui. Piètre vision du débat politique et de la co-construction voulue avec nos engagements de 2012.

    Ainsi, je m’engage dès maintenant à promouvoir de toutes mes forces, une vision d’avenir portée par la permanence des idées communistes et j’appelle mes camarades et toutes celles et ceux qui sont attachés à une visée révolutionnaire à enrichir notre réflexion commune pour battre la droite et son extrême le Fhaine. Plus que jamais, nous avons besoin que des députés communistes pèsent sur le débat législatif et soient autant de points d’appuis pour les luttes et les combats nécessaires.

    Je m’engage en ce sens et je ne dérogerai pas à cet engagement pour satisfaire les manœuvres dilatoires et démagogiques que certains entreprennent déjà.

    Je m’engage et j’appelle à un rassemblement le plus large possible des démocrates, des écologistes, des syndicalistes, des paysans, des travailleurs-ses pour qu’en conscience nous portions un projet, un choix de société, une candidature.

    Je m’engage irrévocablement parce que rêve-lutionnaire, et bien loin des jeux politiciens, je porte une pensée, un idéal au service du plus grand nombre.

    Castelsarrasin le 19 novembre 2016

  9. barban
    Posted 23 novembre 2016 at 12:40 | Permalien

    Vous dites ne pas vouloir morceler la gauche, rejoignez JLM plutôt que de reprendre ses arguments sur le plan B. En participant à cette primaire vous allez vous engager à soutenir ceux qui ont imposé la loi El Khomri, le CICE et certains conflits en Lybie et en Syrie. Vous me répondrez que vous avez la confortable habitude de suivre ces gens là tout en crachant dans la soupe, mais j’interviens ici pour vous rappeler que vous allez nuire à l’intérêt de ceux qui souffrent tous les jours un peu plus et vous ne vous dédouanerez pas de cette responsabilité. Vous pouvez dès aujourd’hui soutenir la candidature du seul candidat de gauche de la prochaine élection présidentielle : Jean Luc Melenchon.

  10. luc
    Posted 23 novembre 2016 at 20:05 | Permalien

    Françoise Berger et Jean-Jacques Chavigné devraient voir le documentaire intitulé « Le Tournant, quand la gauche a fini de rêver » qui vient juste de passer sur Public Sénat.

    Mai 1981. François Mitterrand devient le premier Président socialiste de la Ve République. Abolition de la peine de mort, augmentation des prestations sociales, nationalisation, retraite à 60 ans? c’est un tourbillon de mesures. Le gouvernement socialiste se veut généreux. Mais en a-t-il les moyens ?
    Les caisses de l’Etat se vident, le déficit commercial se creuse, le franc chute. A l’euphorie succède l’inquiétude. En coulisses, Pierre Mauroy et Jacques Delors pressent François Mitterrand de changer de politique économique et de prendre le « tournant de la rigueur ».

    Ce documentaire est disponible sur Youtube.
    https://www.youtube.com/watch?v=hoxpI4Vex0M

  11. socrate
    Posted 23 novembre 2016 at 20:28 | Permalien

    d’apres Jean Marie Leguen sur Bfm tv ce soir la désignation de Fillon ne doit pas faire apparaitre a la primaire PS une personne trop penchée a gauche si on veut rassemble a l’élection présidentielle
    je pense que quelqu un comme Valls ou Hollande lui irait bien
    pour ma part si on a une droite dure il faut lui opposer une vraie gauche et pas cette politique de centre droit a la mode hollande et valls

  12. mika
    Posted 23 novembre 2016 at 22:29 | Permalien

    Bonsoir Gérard,
    Totalement dégoûté de la gauche et du système politique tel qu’il est aujourd’hui, vous êtes le seul que je juge sincère.
    Je voterai pour vous !
    Vous méritez d’être élu !

  13. Hervé
    Posted 23 novembre 2016 at 23:30 | Permalien

    Bonsoir M.Filoche. Je vous envoie ce lien vers les déclarations ambigües de M.Malek Boutih qui tonitrue dans la presse et le Figaro en particulier, qu’«On ne peut pas laisser François Hollande être candidat». A l’entendre, il en rajoute sur le ton vif et prend à charge le Président de la République pour dire ceci : « Il ne peut pas imposer sa candidature et dire: «voilà, c’est comme ça, il faut se soumettre…»  » ….après avoir lu en parallèle, l’apologie de M.Fillon – l’ancien premier ministre de M.Sarkozy – que M. Boutih décrit ainsi : « Parce que d’un certain point de vue, il représente, aux yeux de la droite en tout cas, tout le contraire de François Hollande: le sérieux, le statut d’homme d’État, quelqu’un qui assume ses responsabilités, qui ne tergiverse pas, ne manipule pas… » comment dire… je m’interroge.

    Je ne comprends pas la colère épidermique de M.Boutih car j’avais cru comprendre qu’il y aurait bien une « Primaire PS  » déclinée en « BAP » pour la dite « belle alliance populaire » en janvier prochain- Si c’est bien le cas, si il y a bien une « Primaire PS », je ne comprends pas pourquoi M.Boutih interdirait à M.Hollande redevenu simple citoyen lambda de se présenter à celle-ci ? Et cela face aux autres candidats en lice : vous, Monsieur Filoche ( Très belle photo parue dans le Figaro ) Madame Lienemann, M.Hamon, M.Montebourg,Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy A écouter M.Boutih, on croirait que son appel à la non-candidature de M.Hollande ne concerne pas directement la « BAP » mais bien le premier tour de l’élection présidentielle de 2017. Je trouve sa tribune quelque peu étrange dans ce contexte. Pourquoi tant d’énergie déployée puisque le chef de l’Etat serait en concurrence avec d’autres candidats putatifs? – A croire que le bonhomme n’est pas au courant qu’il y a une « Primaire PS » car je ne vois pas pourquoi tout d’un coup, M.Malek Boutih en appellerait à l’interdiction de la candidature de M.Hollande aux « Primaires PS » tandis qu’il a tout les droits d’y participer. Pourquoi tant de verve de la part de M.Boutih ? Pourquoi tant d’ambigüités dans sa bouche ? A l’écouter – au delà de son soutien à M.Valls – on dirait qu’il pense qu’il n’y aura finalement pas de « Primaire PS » et que la candidature Hollande aux premier tour des élections présidentielles de 2017 ne serait pas ce ticket gagnant appelé de ses vœux – Je trouve ça illogique sa pensée, sa subite et sainte colère face à l’enjeu de la participation ou de la non-participation de Monsieur Hollande aux « primaires PS »… Pourquoi tant d’emphase si cela ne concernait que la présence de M.Hollande à la « BAP » ? Pourquoi alerter ainsi ? De quoi l’alarme de Monsieur Malek Boutih est-il le prémisse ?

  14. Posted 23 novembre 2016 at 23:40 | Permalien

    il, roule pour valls aux dernieres nouvelles

  15. Roubachoff
    Posted 24 novembre 2016 at 1:55 | Permalien

    @Medusa
    Enfin quelqu’un qui a pigé que la (probable) victoire de Fillon bouleverse la donne. Si on ajoute la ridicule candidature de Macron, la possible candidature de Bayrou (légitime, celle-là, en tout cas de son point de vue) et le jeu dangereux que joue (heureusement) Marine Le Pen – le même que Juppé, gérer passivement son avance jusqu’à ce qu’elle ait fondu – le seuil de qualification pour le second tour sera très probablement bas pour les deux finalistes, et la présence de la dame du FN n’est plus une certitude.
    Dans ce contexte là, les dates de la primaire du PS sont catastrophiques. Attendre début janvier pour avoir un candidat en mesure de faire campagne, alors qu’il y aura à partir de dimanche prochain une cible bien définie, c’est de la folie. Une aberration socialiste de plus.
    Monsieur Filoche, inutile de m’engueuler, je sais que vous auriez voulu que la primaire ait lieu plus tôt. Mais en l’état, reconnaissez que ça donne raison à JLM. Deux mois pour faire campagne (février et mars) c’est se tirer un missile nucléaire dans le pied. Sauf si Hollande ou Valls gagne, puisqu’ils sont en campagne permanente.

  16. Posted 24 novembre 2016 at 11:39 | Permalien

    rien ne donnera raison a la division melenchonesque,
    elle va provoquer un affaissement des intentions de vote puis un desastre le 23 avril à 20 h

  17. sansressources
    Posted 24 novembre 2016 at 13:19 | Permalien

    si par malheur Gérard n’était pas retenu, et je pense que ce sera le cas à 95% et que Hollande le soit, ou Valls ou un clone, à 95% aussi, j’attends les arguments du pourfendeur de Méluche, Chavigné, en faveur de Hollande (ou son clone), j’ai hâte de voir ce grand écart puisque comme il s’engage dans la primaire, il s’engage aussi à soutenir le vainqueur, pareil pour Gérard, j’attends ses arguments quand il s’agira de soutenir le vainqueur,
    j’en discerne deux, ce sera moins pire que pire et unité, unité sinon le désastre( de la faute de Méluche bien entendu), il y en aura d’autres?, vivement janvier

  18. Posted 24 novembre 2016 at 13:22 | Permalien

    et toi tu feras quoi quand tu auras perdu et seulement le choix entre LR et FN ?

  19. Médusa
    Posted 24 novembre 2016 at 14:04 | Permalien

    @GF18 « et toi tu feras quoi quand tu auras perdu et seulement le choix entre LR et FN ? »

    Sauf que c’est loin d’être encore fait ! Les sondages ne se sont-ils pas suffisamment plantés ? On nous a expliqués pendant des mois que c’était plié, Juppé 30 vs MLP 30, adieu la gauche — pas de bol, Juppé n’était pas encore élu (et il ne le sera vraisemblablement pas) et la campagne « officielle » n’a même pas encore commencé !

    Ensuite, on ne connaît même pas encore le vainqueur de la primaire PS – avouez que ce n’est pas la même situation selon que ce soit vous ou Hollande, n’est-ce pas ?

    Des millions de gens n’ont pas encore fait leur choix, le pilonnage sur les programmes n’a même pas encore eu lieu, les choses sont encore ouvertes…

  20. Posted 24 novembre 2016 at 15:19 | Permalien

    mais si c’est fait !!!
    pourquoi vous ne voyez pas l’évidence ??

    par manipulation aveuglement ?

    s’il y’a plusieurs candidats a gauche nous ne serons pas au 2° tour

  21. sansressources
    Posted 24 novembre 2016 at 15:35 | Permalien

    c’est pas moi qui aura perdu, mais le peuple Français, et ce de part votre aveuglement
    alors qu’il y a de quoi se battre sur notre droite, vous passez votre temps à vous battre sur votre gauche, marre à la fin,
    les primaires c’est bien (encore que) mais il y a 4 tours au total, vous ne pensez qu’au 1er sans aucun recul, on est abasourdi de voir les positions radicales alors que demain il vous faudra peut être (surement) vous rallier au « social libéral » choisi, il est donc tout a fait normal de vous demander vos arguments que vous avancerez à ce moment, au moins Méluche ne sera pas obligé de faire le grand écart, vous si et c’est bien ça qui ne gène
    mais si tu veux savoir ce que je ferai, LR vs FN je vote pas, PS vs FN je vote pas, PS vs LR je vote pas, Méluche vs n’importe qui je vote
    ça te va, j’ajoute que je ne suis pas le seul

  22. Posted 24 novembre 2016 at 15:41 | Permalien

    ceux qui ne votent pas entre FN et PS ont quelque chose de beaucoup plus grave et dangereux que tous les autres dans la tete,
    ça fait très peur d’avoir a ce point des inconscients… face à hitler

  23. Médusa
    Posted 24 novembre 2016 at 16:21 | Permalien

    @GF20 « mais si c’est fait !!!
    pourquoi vous ne voyez pas l’évidence ??

    par manipulation aveuglement ? »

    Parce que je ne lis pas dans le marc de café pour savoir si le seuil de qualification pour le second tour sera à 16, 19, 22 ou 26% ; et que ça change pas mal de choses !

    Parce que je ne connais pas le taux d’abstention, et selon que ce soit 15 ou 25%, ce n’est pas la même chose !

    Parce que les résultats de la primaire PS ne sont pas encore connus, et que selon le vainqueur qui en émerge, ce n’est pas la même chose !

    Parce que je ne sais pas ce que vont voter les militants PCF d’ici à samedi !

    Parce que je ne sais pas qui aura les 500 signatures !

    Parce que je ne sais pas qui fera la meilleure campagne !

    Parce que je sais pas ce qui va se passer d’ici à avril 2017 – e. g. une nouvelle et tragique vague d’attentats changerait hélas le cours de la campagne…

    Juppé vs Le Pen, c’était encore une évidence pour des millions de gens jusqu’à dimanche dernier. Aujourd’hui, ce scénario est devenu improbable.

    Libre à vous de faire campagne pour une candidature unique, mais ne vous en déplaise, il existe bel et bien des scénarios où la gauche pourrait être au second tour sans qu’il n’y ait candidat unique.

  24. Posted 24 novembre 2016 at 18:04 | Permalien

    bien sur tous ces paramètres ou presque sont ouverts,
    mais ils ne changent pas deux FAITS évidents qui découlent des rapport de force actuels :
    si on n’a pas une candidature commune on perd coup sur, la division est mortelle,
    melenchon sera eliminé au premier tour

  25. FDS
    Posted 24 novembre 2016 at 22:03 | Permalien

    Pris !

    Pas de censure disait mr Filoche !

    Mon post parlait de quoi ? de l’avis de Jean Ortiz et il y avait un lien ; quelle agression n’est ce pas ? Le tort de mr Ortiz ?

    Ah oui être communiste et appuyer Melenchon !

    Vous préferez mettre le post 8 au même moment qui vient d’un communiste égaré qui n’appuiera pas melenchon quand l’humain d’abord est au coeur du programme de Melenchon, ne vous déplaise mr Filoche !

    Vous n’avez pas le monopole des formules et la sienne n’est pas creuse !

    De plus en plus risible vos méthodes !

  26. Posted 24 novembre 2016 at 22:06 | Permalien

    profitez, sur ce site vous pouvez écrire ça,
    n’allez surtout pas sur le site de JLM

  27. sansressources
    Posted 25 novembre 2016 at 1:06 | Permalien

    ha, mon commentaire en réponse à Gérard 22 qui m’accuse presque de soutenir Hitler a été caviardé, preuve s’il en est que ça le gène aux entournures, il est tard je le remettrais demain

  28. Pro-Filoche
    Posted 25 novembre 2016 at 20:49 | Permalien

    En tant qu’insoumis, je remercie M.Filoche de se battre pour la gauche et de participer à la primaire à gauche. Je ne souhaite pas que le candidat unique de la gauche me soit imposé et Filoche a également l’avantage de ne pas se distinguer par des dérives droitières.

  29. socrate
    Posted 27 novembre 2016 at 10:15 | Permalien

    avec les communistes soutenant Melenchon les PRG et EELV faisant bande a part les chances d’avoir la gauche au second tour sont défintivement nulles.
    Merci au PS et au gouvernement d’avoir su si bien casser l’unité a gauche avec une politique anti sociale durant 5 ans

  30. Posted 27 novembre 2016 at 11:03 | Permalien

    quel culot !
    il aurait suffi de vouloir de grandes primaires de toute la gauche et on aurait un candidat unique sur une plateforme commune
    ceux qui ont refuse engendrent le désastre

  31. CRAYENCOUR
    Posted 27 novembre 2016 at 20:49 | Permalien

    Ceux qui ont refusé avaient de bonnes raisons de le faire; à commencer par ne pas vouloir s’engager à s’effacer derrière le vainqueur au cas ou ce la serait un libéral, mais également pour ne pas paraître au yeux des électeurs comme un PS ou assimilé. Il faut que ce soit un socialiste du PS qui gagne cette primaire de manière à réformer ce parti et à le ramener à gauche. Mélenchon, s’il avait gagné cette primaire, le PS ne l’aurait pas soutenu. Gagne cette primaire et ramène le PS à gauche.

  32. Posted 27 novembre 2016 at 22:51 | Permalien

    personne ne s’est engagé à mener campagne, personne, votre faux procès est malveillant
    c’est un mensonge fielleux, répété mais faux
    même Valls vient de dire dans le JDD que si Hollande se présente il ne fera pas sa campagne

    vous auriez du NOUS écouter depuis des mois Hollande et Valls sont en perdition,
    nous les aurions battu ensemble dans une grande primaire dynamique les 4 et 11 décembre et nous aurions un candidat commun sur une plateforme commune, quel gâchis quel gâchis

  33. hugues
    Posted 28 novembre 2016 at 19:57 | Permalien

    bonjour mr filoche bravo pour votre combat de tous les jours ce qui nous attends avec l’ election probable de mr fillon seras sans precedent depuis plus de 20 ans je suis d’ accord avec vous a 200 pour cent trop c’ est trop toujours les memes qui se remplissent les poches il y aurait tellement a dire que les autres n’ auraient plus de place pour deposer leur message je voterais pous vous et j’ espere que nous serons des millions

  34. Posted 30 novembre 2016 at 3:46 | Permalien

    GF : « nous les aurions battu ensemble dans une grande primaire dynamique les 4 et 11 décembre et nous aurions un candidat commun sur une plateforme commune, quel gâchis quel gâchis ».

    Tu rigoles ? On a bien vu, avec les primaires de la droite, que ceux qui sont sortis sont deux anciens premiers ministres. Des politiciens blanchis sous le harnais. Pas des marginaux ni ceux qui voulaient renverser la table. La primaire a un côté légitimiste. Pourquoi ce serait différent avec des primaires de la gauche dont le but avouer est de réconcilier tout le monde pour aboutir à une candidature unique. On entend de plus en plus fort cette petite musique : « la primaire n’a pas pour but de faire le bilan du quinquennat ». Bref, on prend les mêmes et on recommence.

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*