Court interméde pour répondre à des questions sur le stalinisme

Juste un intermède, un participant au forum permanent diminue le rôle du stalinisme au XXe siècle, en fait il ne le comprend pas, et comme des millions de militants encore, excusent, croient ou sont gênés par cette phase de l’histoire des contrerévolutions anticommunistes. parce qu’ils n’ont pas les idées claires, ils culpabilisent sur cette histoire sans comprendre qu’elle n’est pas la « notre » mais celles de nos ennemis de classe.

je sais, je n’ai pas beaucoup de temps, je cours et n’arrive pas à faire tout ce qu’il faut faire dans la situation, mais au passage, quelques mots, rapides et forcément concis :

 

(j’invite à lire un livre époustouflant de Jean-Jacaues Marie « Beria » aux Editions Fayard) (si vous avez plus de temps, lisez la biographie de Trotski par Pierre Broué, puis le Staline de JJ Marie, puis, le Khrouchtchev de JJ Marie, puis le Béria…vous aurez compris le XXe siècle court 1914-1991)

 

Question : Mais, que vient faire le stalinisme dans notre débat ? Les horreurs de Staline sont dénoncées par une énorme majorité de français, le mur de Berlin est tombé, remplaçé par celui construit par Israël, pour le bien du peuple, comme de bien entendu, l’URSS a été démantelé. »

La question est celle des origines du socialisme, de Marx à Jaurés, de Bebel à Lénine,et, après la Commune et 1905,  de la révolution en 1917 puis et de la contre révolution en URSS en 1927-33 puis dans le monde : Staline et sa bureaucratie ont écrasé le socialisme balbutiant et liquidé le bolchevisme, il n’y a jamais eu de communisme. Comme une pandémie, cette contre révolution bureaucratique stalinienne, a contaminé pendant près de 70 ans, au coeur du XXe siècle « court », des dizaines de pays, des centaines de partis, des dizaines de millions de cerveaux militants (et ce n’est pas fini visiblement). Car elle a affecté comme une peste durable la notion même de socialisme : cette histoire ne doit pas, ne peut pas être jeté aux « poubelles de l’histoire » ni évitée, ni relativisée. C’est une QUESTION théorique et pratique sur la nature de ces régimes bureaucratiques contre révolutionnaires qui se sont imposés en usurpant le nom du socialisme et du communisme. Comment ont-ils été possibles, entre impérialisme/capitalisme et prolétariat/salariat ? Comment la classe dominée, notre classe, a t elle pu être vaincue, et pire, écrasée, humiliée, trahie à ce point ? Les conséquences nous frappent toujours de plein fouet et l’avenir dépend des leçons qui en sont tirées.

« le colonialisme a eu beaucoup plus de conséquences pour nos compatriotes, que le stalinisme, si on laisse de côté, sa participation indiscutable a l’écrasement du nazisme. »

Le colonialisme et le nazisme aussi, le capitalisme, l’impérialisme c’est l’horreur de toutes les sociétés qu’on combat inlassablement – pas celle que nos tentatives de les renverser ont subi. Pas celle dont les contre-révolutionnaires staliniens ont pu affubler, corrompre, pourrir NOS combats. Le stalinisme c’est le produit de la contre révolution qui nous a inoculé un sida. Staline était « l’étoile jumelle de Hitler ». Ils ont gravité dans deux monde parallèles, opposés mais liés.
Ce n’est pas le stalinisme, contrairement à ce que tu dis, qui a vaincu le nazisme mais le peuple russe MALGRE le stalinisme. (Lire toujours « Vie de destin » de Vassili Grosman) Trahi par Staline de façon tragique jusqu’en 1941, (Staline après son « Pacte » avec Hitler, nie jusqu’au bout la guerre qui vient) vaincu par les troupes nazies balayant une Armée rouge décapitée, paralysée par son chef, le peuple a trouvé les forces du sursaut, et l’a emporté dans la plus grande bataille du siècle qui porte comme marqué au fer rouge, le nom… de Stalingrad.

« ce n’est pas le débat sur le stalinisme que je fuis, il est indispensable à la connaissance de notre monde, d’hier et d’aujourd’hui, même si cela fait mal au militant viscéralement de gauche que je suis resté; c’est l’utilisation que tu en fais. »

Tout militant viscéralement de gauche, tout salarié, ne doit pas « souffrir » du stalinisme : ça ne fait pas « mal » ça fait du bien de savoir, d’expliquer, de lutter contre le stalinisme et séquelles , ça doit, on doit s’inscrire dans la continuité de ceux qui l’ont combattu au prix de leur vie : l’opposition de gauche russe et le militant sans doute le plus conscient, le plus courageux, le plus cultivé, le plus célèbre du siècle dernier, que Staline a fait assassiner à cause de cela, Léon Trotski. Et Trotski a fait une THEORIE de la « révolution trahie », de la « révolution permanente », de la « bureaucratie stalinienne », de la « dégénérescence des états ouvriers », du « front unique ouvrier », de la « transition » sans laquelle on ne peut extirper ce qui reste dans des millions d’esprits (et encore quelques forces politiques existantes non négligeables) des scories vénéneuses du stalinisme.


« obligé de fouiller dans les poubelles de l’histoire, dans le seul but de masquer les cruelles réalités de son parti. »

oh non, la IIe internationale, bien que lui ayant survécu, a été soumise, corrompue dans sa propre existence, par rejet et par miroir à l’histoire du XXe siècle dominée par le stalinisme et sa IIIe Internationale. Ses nombreux crimes à elle, lui sont propres de 1914 (le vote des crédits de guerre) jusqu’à, Ebert et Noske, disons, le milieu des années 20 ensuite, elle est rejetée (par anti soviétisme) dans le camp de l’impérialisme, et combat mais dans la matrice de celui-ci, d’où l’énumération que tu fais et que je fais, qui va, en effet, de la défense du colonialisme à celle du social libéralisme. Mais là encore, il faut une THEORIE et une PRATIQUE de la bureaucratie syndicale et sociale démocrate qu’on combat tous les jours de toutes nos forces pour survivre et la dépasser. Si on parvient à contrecarrer, renverser la politique de collaboration de classes de cette gauche actuelle, et à recréer une dynamique unitaire avec toutes les forces politiques choquées, frappées mais issues de cette longue tragédie de la gauche, si on réussit à unifier le salariat dans les luttes, et à l’emporter, UNE question resurgira immédiatement, dans tout nouvel état social, c’est celle de la révolution permanente, de l’extension du socialisme démocratique au delà d’un ou de quelques pays, du front unique, de l’enracinement de la « démocratie » : sans démocratie pas de socialisme… Régler son compte à la mémoire de la contre révolution stalinienne reste et sera vital à pareil moment… il ne faut pas que « ça fasse mal » mais que ça fasse du bien, que ce soit assumé à temps collectivement, consciemment et… utilement…

Par exemple, la question de la démocratie est vitale, incontournable, elle est la sève, la force, le devenir, la sureté, la raison du socialisme. Elle est la condition de la mobilisation du salariat, elle est l’énergie, l’échange, la clairvoyance, le partage, la condition de l’émancipation collective. Le PS fort heureusement pour lui, sinon, il n’existerait plus, fonctionne à la proportionnelle. Mais pour autant, il existe en son sein des caricatures qui, parfois n’ont, sur le plan formel rien à envier aux pires heures de la gauche : bien sûr, on n’y fusille personne, mais les votes sont encore truqués, ou étouffés (même s’il y a eu des progrès depuis le congrès de Reims). Il suffit de raconter en détail (voir les article ce blog de avril à juin 2013) comment lors de la convention sur l’Europe de juin 2013, tout a été mis fait pour que la volonté des militants ne s’exprime pas spectaculairement dans les votes (elle s’est exprimée quand même de façon déformée, mais les méthodes mises en oeuvre contre elle méritent de rentrer dans les anthologies). Il existe des formes de culte de la personnalité dans le PS qui feraient sourire dans le PCF (et pourtant… n’est ce pas ?)… La Ve République est un système de dictature personnalisée, odieux, caricatural, même un président qui voudrait être « normal » dans ce système ne le peut pas. A cause de cette personnalisation de la politique due à cette absurde élection « individuelle » au suffrage universel, le pouvoir est confisqué par des conseillers personnels occultes, sélectionnés par le système bancaire et actionnarial, par la médiocrité conformiste et l’absence d’horizon, de vision, d’espoir. On y retrouve les mécanismes d’une atmosphère de Cour et de courtisans, à la Béria, l’assassinat en moins.


30 Commentaires

  1. 5x73=365
    Posted 7 février 2014 at 13:09 | Permalien

    Un bilan complet de la contre-révolution stalinienne et de ses conséquences, c’est ce qui semble manquer à JLM…
    Créer un minuscule parti, puis s’enfermer dans un couple avec les descendants des staliniens, c’est forcément une idiotie…
    JLM aurait dû créer une coordination anticapitaliste ouverte aux trotskistes et aux syndicalistes révolutionnaire et aux individus révoltés…
    Même les bordiguistes et les conseillistes auraient envoyés une dizaine d’infiltrés pour observer ce truc…

  2. Posted 7 février 2014 at 13:53 | Permalien

    nul

  3. 5x73=365
    Posted 7 février 2014 at 15:05 | Permalien

    HEGEL disait: lorsqu’un parti nouveau se créé il contient forcément en lui-même le principe qu’il combat… Donc, la scission de ce pseudo « nouveau parti » sera le moyen pour créer un VRAI nouveau parti…
    Pour avoir ignoré cette loi de la dialectique et de le phénoménologie (anti kantienne et anti platonicienne) le leader charismatique du BLOC DE IZQUIERDA, Francisco Louça, n’a pas pu forger un parti révolutionnaire au PORTUGAL alors que la crise ouvrait un boulevard…

  4. Posted 7 février 2014 at 15:35 | Permalien

    je ne sais pas assez en détail de la stratégie récente de Francisco Louça, mais ça ne m’étonnerait pas qu’une part de sa culture historique envers les organisations traditionnelles et le front unique y soit pour quelque chose..
    je constate que quelques années après la défaite de Socrates, le PS est à nouveau en selle…(Soares y aide)
    c’est un peu comme si Hollande ayant perdu en 2017, il s’avérait que le PS soit la seule issue en 2022…
    (c’est déjà arrivé en 1997 après 1993, et en 2012 après 2002…)

  5. Posted 7 février 2014 at 15:54 | Permalien

    je ne suis pas sur que Hegel parlait de scission,

    mais il est vrai qu’un nouveau parti ne peut se créer, sans « recupérer » (reprendre, dépasser, déconstruire, reconstruire, malaxer, aspirer, inspirer) et remplacer physiquement l’ancien, ça ne se crée pas « a cote », l’histoire politique ici, n’est pas non plus celle, récente, de l’Amérique latine, si chère à JLM (apparemment, mais même la-dessus, mes interprétations différent, car finalement le PT et les sandinistes ont adhéré à la II e internationale…).

  6. 5x73=365
    Posted 7 février 2014 at 16:20 | Permalien

    Je ne parviens pas à suivre l’actualité portugaise, encore moins celle du Bloc de Izquierda…
    Un ami portugais m’a expliqué qu’en 2009-2010 Louça n’avait pas réussi à produire le moindre discours mobilisateur…piégé par les staliniens de son propre parti et ulcéré par l’imbécilité des ex-maoïstes…
    J’espère que les Mélenchonnistes connaissent cette histoire…

  7. Lionel Mutzenberg
    Posted 7 février 2014 at 16:44 | Permalien

    Bravo ! Quand j’étais au parti communiste nous étions encadrés par ce genre d’intello qui nous faisaient des analyses brillantes du passé. De 22%, notre électorat est passé à moins de 2%, en quelques années !
    Comme disaient nos têtes pleines d’dées des autres,  » Le comité central pensent pour vous, » Ce que vous dites, ce que vous resentez, ce que vous vivez, on s’en tape ! Dont cate !
    Bon, après ce court intermède sur notre histoire, on fait quoi pour changer la politique de François Hollande et de sa clique ?
    On attend 2017 que l’alternance nous amènent d’autres spécialistes en tromperies de classe ?
    Moscovici lundi, Valls jeudi, Peillon qui veut faire stagner encore un peu plus les salaires des fonctionnaires, si nous attendons après ce genre de révolutionnaires, nous sommes, bien mal barrés.

  8. Posted 7 février 2014 at 17:15 | Permalien

    je n’aime guère ces phrases : « Quand j’étais au parti communiste nous étions encadrés par ce genre d’intello qui nous faisaient des analyses brillantes du passé. De 22 %, notre électorat est passé à moins de 2 %, en quelques années ! »

    d’abord y’a sans doute rien à voir entre ces « analyses brillantes » et les résultats électoraux, qui sont plus surement dus à des zigzags incompréhensibles pour l’électorat de 1971 à 1978, de 1981 à 1984, puis de 1997 jusqu’à aujourd’hui

    ensuite je ne sais de qui tu parles, mais c’est encore pire, car tu t’en prends donc « en général » à  » ce genre d’intello qui nous faisaient des analyses brillantes du passé » et ça c’est fâcheux malsain de s’en prendre, aux intellectuels, a la culture, et aux analyses du passé…

    ensuite, je note que tu ne réponds pas sur le stalinisme, et il ne suffit pas de botter en touche, encore moins d’ignorer le passé si on veut avoir un avenir

  9. 5x73=365
    Posted 7 février 2014 at 18:29 | Permalien

    C’est de ma faute si Lionel s’énerve comme ça…
    J’ai cité en 2 lignes: HEGEL, dialectique, phénoménologie, anti kantien et anti platonicien. Lionel n’a pas compris que ce pédantisme était une forme d’humour… J’aurais pu dire la même chose de manière moins « logomachique »…

  10. Lionel Mutzenberg
    Posted 8 février 2014 at 10:27 | Permalien

    Ce que tu dis n’engage que toi, Gérard, tu resssemble beaucoup à ces petits intellos qui avaient toujours raison.
    Même quand il se plantaient, lamentablement.
    Pas grave, ce sont toujours les mêmes qui paient la casse, ces crétins de militants de la base, incapables de saisir toute la finesse de ces analyses savantes, qui conduisent inulectablemenr à reconduire les mêmes, celles et ceux qui nous ont trompé.
    Débattre du stalinisme ? Mais nous avons vu hier au soir l’ouverture des jeux olympiques de Sholsti; Russie de 1914, Fédération de Russie de 2014. Que pourrais-je y rajouter ?
    Tiens, si, ou en était notre pays 80 années, temps du système « communiste, après sa révolution, c’est à dire nne 1869 ? Qu’on dû subir les français pendant toutes ces décenniees pour arriver au point de civilisation qui est le leur; combien de guerres, combien de révolution, et de contre révolutions, combien de pleurs et de misères, pour arriver au triomphe du néolibéralisme socialiste en 2014 ?
    Moi je suis un primaire, je n’emploie pas de mots savants, de formules élaborées, qui se lisent dans tous les sens, pour exprimer ce que je pense, ce que je ressens, vous voudrez bien excuser mon inculture.
    Alors, notre camarade 5X73=365, voudra bien me pardonner de ne pas avoir saisit l’humour de ses deux lignes: Hegel, dialectique, phénoménologie, anti-Kantien et anti-platonicien.
    Quand à  » logomachique, » je ne l’emploie qu’après les bons repas de fête.
    s cadres biens propres sur eux employaient à toute les sauces ce terme de, dialectique, dont j’ai toujours du mal à cemprendre le sens.
    Et bien, aujourd’hui, la grande majorité d’entre eux n’est plus au parti.
    Dis, dialectiquement, ce phénomène doit pouvoir s’expliquer ?
    Bon j’arrête sinon l’on va encore dire que je m’énnerve, ce qui est, tu en conviendra, le b-a ba de tout système de défense de nos DRH en difficulté.
    Accuser l’autre de s’énerver, et quelque fois, ça marche encore.
    Bon allez, au 23 mars à 20 heures !

  11. Posted 8 février 2014 at 11:30 | Permalien

    ce que je dis, n’engage pas « que moi », cela engage forcément mon courant, nous sommes 12 000, même si la revue D&S n’a que 4000 abonnés, elle est majoritaire largement au sein de la motion 3… (a la base). Nous avons une théorie et une praxis, une revue et des livres, des sites et des réseaux internet, disons assez forts…

    je ne suis pas « intello », mais je n’aime pas les tirades contre les intellos, ça sent toujours mauvais…j’ai le respect des livres, de l’histoire, et sans théorie révolutionnaire, pas d’action révolutionnaire
    mais je ne comprends pas tes réticences à condamner le stalinisme, en l’analysant, pour qu’il ne resurgisse jamais, c’est comme le fascisme vaut mieux le connaitre pour le combattre,

    ensuite : ou est ce que tu m’emmènes, … de 1914 à 2014, de 80 années de notre pays en 1869 ?
    oui une comparaison est possible, souvent faite par Trotski, avec notre grande révolution, et avec Thermidor : l’empereur Napoléon fut aux sans-culottes de 1789, ce que Staline fut aux révolutionnaires d’octobre

  12. 5x73=365
    Posted 8 février 2014 at 16:19 | Permalien

    @LIONEL… S’énerver c’est génial, c’est bien, c’est sain… Ceux qui veulent priver les êtres humains de leurs capacité de haïr et de se mettre en colère ne sont que des rationalistes morbides leur « ignorance de ce qu’est la nature humaine n’a d’égale que leur bêtise à vouloir la limiter » (A.Artaud)… Dans un post précédent j’ai VOUE AUX GEMONIES Sapin, Mosco et Désir qui osaient dire « je comprend la détresse des ouvriers mais pas la colère »…
    Ces salopards récitent les discours très peu intello écrits par des benêts cognitivistes ou par les ekkkssperts du Boston Consulting Group… Ces gens-là ont directement provoqué 58 suicides chez FRANTZ TELEKOM et ne le regrettent pas…
    Les chrétiens aussi condamnent la haine et la colère… Ils cramaient les hérétiques sans s’énerver, calmement… Ils se croient tellement parfaits qu’ils ont protégé, pendant de longues années, les prêtres pédophiles et attaqué les victimes qui osaient porter plainte par des moyens dégueulasses…
    Alors ne t’inquiète pas, LIONEL, Je ne suis pas DRH, et dans ma bouche le verbe s’énerver n’a rien d’une accusation…

  13. 5x73=365
    Posted 8 février 2014 at 16:28 | Permalien

    @ Gérard: dans les règles de ton blog il est dit « pas de message de haine »… Je crois que ce n’est pas sain… Ceux qui dénoncent la haine sont parfois les mêmes que ceux qui veulent interdire les passions amoureuses brutales basées presqu’à 100% sur le sexe…
    Est-ce que tu crois que les victimes des licenciements boursiers ne haïssent pas leurs patrons? Est-ce que tu crois que les victimes de terrorisme hiérarchique ne haïssent pas leurs harceleurs?

  14. Gilbert Duroux
    Posted 8 février 2014 at 16:29 | Permalien

    Aux adhérents d’un parti mal déstalinisé, ce petit cadeau :
    http://www.youtube.com/watch?v=yKTyAWwhlVc

  15. 5x73=365
    Posted 8 février 2014 at 16:47 | Permalien

     » GEMONIES  »
    Dans la ROME antique « les Gémonies » était le nom d’un escalier qui reliait entre elles 2 grandes places. Au-dessus de l’escalier se trouvait le local de la *police criminelle » de l’époque… Les criminels les plus pervers et les plus haïs par la population y étaient torturés jusqu’à la mort, puis leurs cadavres étaient jetés dans l’escalier pour que la populace puisse venir cracher dessus et mettre des coups de pied…

  16. Dominique Babouot
    Posted 8 février 2014 at 17:57 | Permalien

    http://www.youtube.com/watch?v=b6JuQ-Xjb8Q ou les gosses de Bagnolet!

    y’a pas à dire à cette époque, on ne savait pas qu’on se trompait (pour la plupart!) mais on y croyait, on avait au moins l’enthousiasme et on ne rageait pas d’une rage impuissante parce que les salauds de socialistes ont encore retiré un acquis social ou sociétal!!!!

  17. Posted 9 février 2014 at 14:27 | Permalien

    Comme c’est étrange, vous citez « vie et destin » qui pourtant dénonce le stalinisme comme un mal venant de la compromission de chacun, cette tentation que nous avons tous à privilégier notre sécurité et notre enclin à satisfaire notre ego. Strum de bolchevick devient menchevick est traité comme renégat pour ensuite être réhabilité et se surprendre à recommencer à juger sévèrement ceux qui ne filent pas droit au détriment d’un bien commun personnalisé (stalinisme) et toujours nationalisé.
    Vous avez raison, « vie et destin » est un livre fantastique pour dénoncer les comportements de classe et la responsabilité individuelle de tous dans un système qui ne vise qu’à conforter et assurer les privilèges de certains (bourgeois) quelque soit le régime politique en place.
    Alors évidemment pour avoir lu une fois de plus ce livre récemment toute coincidence avec des évènements présents n’est pas fortuite. Vous trouverez dans ce livre les chasses aux sorcières (Dieudonné), les langages officiels et langue de bois (médias) l’usurpation du pouvoir (Hollande) et tous ceux qui n’osent pas quitter leurs places douillettes (PS).
    Relisez ce bouquin Gérard Filoche car vous n’en avez que de vagues souvenir à ce que je vois.

  18. Posted 9 février 2014 at 14:46 | Permalien

    @11 mais il est là le stalinisme, vous ne le voyez pas? Le stalinisme n’est pas réservé au communisme. Essayez de parler de certains sujets (qui ne vous intéressent pas, c’est votre droit) et vous serez dénoncé et inculpé des pires intentions (antisémite, fasciste, …). Cette simple mention doit j’en suis sur éveiller les mêmes doutes chez vous et m’incite à préciser que je suis un républicain convaincu qui combat le racisme, l’injustice et la bêtise depuis 56 ans (déjà!) et souvent à vous côtés.

  19. Posted 9 février 2014 at 15:14 | Permalien

    désolé, tout est a reprendre a zero, ce qu’est une contre révolution, ce qu’est une bureaucratie, ce qu’est le stalinisme, en plus vous ne lisez pas,

  20. Posted 9 février 2014 at 15:20 | Permalien

    ah si, vous avez lu ce livre, c’était une caste bureaucratique et pas une classe, issue d’une contre revolution
    après vous mélangez tout, sans sens, salade mixte de Dieudonné et Hollande, social democratie et stalinisme, quelle absence de rigueur, vous en faites expres ?

  21. Posted 9 février 2014 at 15:36 | Permalien

    « vous en faites expres ? » quelle rigueur! soit je mélange tout, soit vous ne comprenez rien. Aux lecteurs de juger. Le PS ne peut il pas être très proche d’une caste bureaucratique? Et de toute façon vos distinctions de vieux spécialiste en s’en balance, caste ou classe, contre révolution ou mystification démocratique, à vous entendre on ne pourrait tirer de leçon d’aucun bouquin. Vous êtes à la surface et délaissez le fond. On comprends plus votre défense des intellectuels vous n’en ferez jamais parti. Vous êtes l’otage d’un parti (dans le sens de « vie et destin » de vassili Grossman). Que ceux qui lisent ces commentaires se ruent sur cette pépite. Ce blog est super pour les infos sur le PS mais ne comptez par sur Filoche pour changer quoi que se soit. C’est un stalinien pur jus.
    Même un livre aussi intelligent (franchement je ne pensais pas que tu l’avais lu) et te connaissant maintenant tu ne vas pas aimer le « tu », ne t’éveille pas. Un esprit mort. Allez à la retraite c’est fini, le coeur ne bat plus.

  22. Posted 9 février 2014 at 17:23 | Permalien

    avec ce genre d ‘insultes de seconde zone tu peux désormais te passer de venir sur ce blog, je ne comprends même pas comment des gens osent faire, ça, l’anonymat, l’irresponsabilité d’internet sans doute,
    caste ou classe, contre révolution ou mystification démocratique » te semblent pareil, et ça t’es indifférent ?
    « On comprends plus votre défense des intellectuels vous n’en ferez jamais parti. Vous êtes l’otage d’un parti… » sic vous ne faites même pas attention à ce que j’ai dit des « intellectuels »
    « Vie et destin », je dois le vanter sur ce blog depuis cinq ans environ…. (et pendant 25 ans dans la LCR) en espérant que le maximum de lecteurs comprennent a travers lui le stalinisme, mais je vois bien, là, que le livre ne suffit pas à remplacer « la révolution trahie » et les autres ouvrages majeurs de Trotski
    me traiter de « stalinien pur jus », et la suite, ici, sur mon blog, comment dire… non je ne dis rien, mais disparais …

  23. Posted 9 février 2014 at 19:11 | Permalien

    5 ans n’auront pas suffi,dix ans alors peut être pour comprendre? Grossman dénonce le suivisme, la compromission de caste et de parti qui caractérisaient le stalinisme, mais aussi le fascisme (Liss dans le bouquin) et suggère l’auteur partout où ceux qui se satisfont de leurs prérogatives, imposent aux autres leurs dogmes (caste pas classe, votre historiographie LCR). La suppression des commentaires qui vous dérangent (dans votre sujet sur le BN de lundi) vous fait un digne successeur des Chichakov et Beria (toujours dans le bouquin que vous n’avez pas compris).
    Relisez que diable.

  24. Posted 9 février 2014 at 20:10 | Permalien

    Votre spécialité est de ne pas qupporter la contradiction de ceux que vous insultez (je vous cite « après vous mélangez tout, sans sens, salade mixte de Dieudonné et Hollande ». Les lecteurs curieux peuvent lire les réactions nombreuses à propos de votre manque de respect systématique. Il y a de nombreux républicains d’extrême gauche qui n’ont pas votre mépris et sont bien plus ouvert à ce qui se passe aujourd’hui. Fini les « isme » il ne faut pas confondre intelligence et pédanterie. Vous n’êtes pas plus légitime que chacun de nous, c’est cela internet mais aussi la démocratie, et si l’anonymat vous gêne pas de problème vous pouvez me contacter quand vous le souhaitez :
    http://www.la-lef.fr

  25. Posted 10 février 2014 at 7:30 | Permalien

    écoutez, ce n’est pas vrai, je dialogue volontiers avec respect et convivialité,
    mais pas avec ceux qui viennent ici faire des tags, des jugements, des procès, de façon désobligeante, vulgaire, sans respect,
    dans ce cas la j’ai pris le parti de répondre sur le même ton et sans concession,
    que les gens ne croient pas qu’on tend l’autre joue, et que leur bêtise s’exprime impunément.
    d’autant qu’ au bout de quelques échanges on mesure sur le fond de ce que révèlent ces personnages hâbleurs mais creux,
    sans oublier les trolls obscurs
    il y a aussi cette campagne sur commande, sectaire qui consiste a nous demander de ne plus exister, de ne plus militer, en tant que socialiste, librement là ou nous voulons,
    c’est une campagne imbécile et provocatrice à nos yeux, elle est boutiquière et odieuse,
    qu »est ce qu’on enlève à ces gens en étant des socialistes de gauche militants ?
    rien,
    on ne leur enlève aucun droit de militer ou ils veulent
    pourquoi passent ils leur temps à nous harceler ?
    celui ou ceux qui commandent cela est irresponsable…
    ces gens ne lisent pas, ne discutent jamais du fond de ce que nous produisons,
    de ce que nous écrivons,
    de ce que nous faisons,
    ils viennent exprimer leur anti socialisme primaire, c’est tout…
    ils font semblant de ne pas comprendre l’importance du front unique
    et ne répondent jamais à nos arguments, ils ressassent les mêmes arguties,
    ne comprennent rien à l’histoire de France ni de la gauche,
    refusent lecture et théorie,
    là aussi ça nous met en colère, ils nient que nous soyons un collectif, ils ne lisent pas D&S, ne citent jamais D&S (qui existe et lutte depuis 21 ans) (et alors qu’ils sont sur un site D&S)
    ils viennent donner des ordres, des reproches, des mises au pied du mur, des ultimatums tous les quatre matins
    voila, a part ça on va bien, lire les articles, on les écrit avec joie, ils sont lus, eux jusqu’à 2000 par jour et 25 000 entrées uniques par mois nous ravissent, preuve que notre travail étend son influence chaque jour

  26. Lionel Mutzenberg
    Posted 10 février 2014 at 10:15 | Permalien

    @ GILBERT DUROUX -
    Le problème de vous autres « socialistes, » c’est que vous vous êtes toujours plus préocupé de la déstanilisation, que de la dénazification en Allemagne…et aillleurs.
    Incapables d’assumer vos incohérences politiques, aujourd’hui, vous ressortez du placard l’argumentaire antistalinien, comme au bon vieux temps ou le patronat, et la droite, mais pas, que la droite,usaient de ces mêmes grosses ficelels pour combatttre les syndicats, en premier lieu la CGT, et la…gauche !
    Vous pourrez toujours prétendre prendre de l’alttitude pour traiter des problèmes du passé, en essayant de faire la leçons à ces crétins de militants de la base qui n’ont pas vote « savoir »; celles et ceux qui ont un peu lu, par exemple le livre écrit par Benoit Collombat, et David Servernay, avec, Frédéric Charpier, Martine Orange, et Erwan Seznec,  » Histoire secrète du Patronat de 1945 à nos jours, » paru en novembre 2010 aux éditions la Découverte; ces militants, et non militants, qui ont lu ce livre, ont parfaitement compris les resposabilités de chacun dans notre débâcle économique, et le rôle des socialistes tout au long de notre histoire, récente, commune, n’a jamais été très brillant, et certainemnt , pas plus brillant que celui du parti communiste Français.
    Nous avons vu ce week end deux responsables de votre parti: Hamon, dans l’émission, On n’est pas couché, sur France 2, Malek Bouti, sur france 5, émission C’politique.
    Après Moscovici, et Valls, l’on comprends bien votre désarroi, votre naufrage devient dramatique.
    Mais bon, François Mitterrand vous a appris la stratégie politique, ce que vous avez très bien compris; déjà, dans nombre de commune les listes électorales PS/Modem se multiplie;bientôt avec les centristes de tout obédiences, si ce n’est plus à droite, si l’on en croit les propos tenus par Malek Bouti; sa dénonciation de l’assistanat, étant très proche de celle d’un, Laurent Wauquier, par exemple, qui est loin d’être une référence en matière de politique sociale.
    Mais il est vrai que deux de vos camarades cités plus haut, se sont senti des points communs avec…Nicolas Sarkozy, qui lui n’est ni sectaire, et encore moins stalinien, même mouture solférinienne !
    Cerise sur le gâtreau, Le Président François Hollande, socialiste, et de gauche, élu par cet électorat le 6 mai 2012, vient de décréter de haut de son palais royal que son parti, ex-socialiste, serait, à compter de cette date, un parti néolibéral, oeuvrant pour les banques, les spéculateurs en toutes matières, et…la finance !
    Votre stupidité, ou votre cynisme, est stupéfiante, signe de notre nouvelle société !
    Rendez-vous le 23 mars 2014 à 20 heures.

  27. Posted 10 février 2014 at 10:20 | Permalien

    Je suis seul, je ne fais que donner une opinion contraire à la votre parfois, et relisez votre mépris. Je suis un universitaire et je n’ai ni plus ni moins appris que vous, vous me faites penser à une fameuse réplique d’Audiard. Arrêtez d’insulter les lecteurs, et supportez la simple responsabilité que vous avez (BN du PS) dans la situation que les français subissent.En quoi seriez vous plus légitime? vous parlez de chômage, J’ai pour ma part survécu pendant 3 ans dans cette situation et vous? Vos lecteurs verrons avec quelle condescendance vous traitez ceux qui ne font pas parti de votre caste. En tout cas nous voyons tous le point commun entre les motions 1,2 et 3 : le même mépris du peuple, la même stigmatisation (la voilà la relation avec Dieudonné que vous feignez ne pas voir). Je n’obeïs à personne (pouvez vous en dire autant?), je ne suis pas l’imbécile, le fasciste qui vous seyrait (j’ai 56 ans et mes amis, mes enfants m’auraient prévenu). Enfin j’ai bien compris que mon silence était d’or et je ne vous importunerai plus, continuez à étaler votre historiographie de la gauche en famille. Permettez moi de conclure en souhaitant à mon tour de ne plus entendre votre type de discours, car cela signifiera qu’une république juste et populaire ne sera plus étouffée par la nomenclatura dont vous vous targuez d’être le biographe.

  28. B
    Posted 10 février 2014 at 11:25 | Permalien

    Xavier Mathieu notre McConaughey à nous, a donné son avis sur Filoche dans le dernier Siné et je le partage toutafé.

  29. Dominique Babouot
    Posted 10 février 2014 at 15:45 | Permalien

    Par de là ces échanges qui gagneraient à s’exfiltrer de tous les dialogues haineux qui n’ajoutent rien à la discussion, il y a de vraies interrogations et des théories qui méritent d’être confrontées.
    Sur le stalinisme Gérard Filoche bien qu’il soit membre du parti socialiste depuis 20 ans, développe l’argumentation qui était celle de Léon Trotsky et qui est toujours celle de ceux qui se considèrent toujours comme appartenant à une organisation trotskiste à savoir le successeur de la lcr, le npa, lutte ouvrière ou les organisations qui ont hérité de l’oci, la branche lambertiste du trotskisme le parti des travailleurs entre autre je crois.
    J’ai une question simple à poser:
    Pour les trotskistes le stalinisme est une contre-révolution bureaucratique.
    S’agit-il d’une contre-révolution bourgeoise? Les staliniens appartenaient-ils à la gauche?

    Pour moi c’était effectivement le cas, comme les socio-démocrates aussi libéraux soient-ils peuvent être classés à gauche et non à droite, je suis donc cohérent quant à mon appréciation du stalinisme et de la social-démocratie!

    Pour moi il n’y a pas sur le plan théorique et culturel une gauche mais plusieurs, ce qui ne signifie pas d’ailleurs qu’elles ne peuvent pas marcher ensemble et d’une façon unitaire.

  30. Dominique Babouot
    Posted 10 février 2014 at 15:57 | Permalien

    Il est vrai que vue les horreurs commises par le stalinisme, il est plus facile de le rejeter dans l’autre camp, plutôt que d’assumer ces infamies et d’expliquer pourquoi elles ont eu lieu! la droite nous à longtemps jeté à la figure les crimes de Staline, j’ai tendance à dire c’est de bonne guerre et on ne peut s’esquiver en prétendant qu’il n’appartenait pas à notre camp!
    On pourrait d’ailleurs s’interroger sur ce qui a permis au stalinisme de prospérer dans l’espace soviétique, la guerre acharnée que lui livrait le monde capitaliste n’explique pas tout. Déjà à l’époque de Lénine, la démocratie était approximative, il y avait la théorie dite d’avant garde révolutionnaire, le rejet de la démocratie dite bourgeoise et son remplacement par le système des soviets qui niaient aux ouvriers le droit d’exercer leur droit de vote en tant qu’individu dans une nation parce que ce droit était considéré comme bourgeois!;

    Même auparavant il y avait la notion de dictature du prolétariat développé par Marx qui retire aux autre classes différentes de la classe ouvrière le droit de ne pas être soumise à celle-ci. C’est en s’appuyant sur cette notion que Lénine a justifié après la révolution d’octobre le système des soviets qui niaient le principe de démocratie universelle avec des assemblées élues au suffrage universel et pas social!

    Si une partie de la gauche a eu des problèmes avec la démocratie, si une partie de la gauche a toujours des problèmes avec la démocratie, elle n’était pas moins de gauche, elle n’en est pas moins de gauche.

    Il ne viendrait à l’esprit de personne de nier la nature de gauche du npa, de lo ou du pt et pourtant leur conception de la démocratie reste approximative, de même que l’était celle des organisations dites staliniennes d’autre fois!

    j’ai fait exprès de mettre en ligne cette petite vidéo des enfants de Bagnolet pour rappeler que le parti très stalinien de Maurice Thorez avait été capable aves l’ai de ses municipalités d’envoyer en vacances des gosses qui n’avaient jamais vu la mer!

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*