LOM : Présomption de travail indépendant ?

Au boulot n°445 (chronique hebdomadaire de l’Humanité dimanche)

LOM : loi mobilité

 

Lorsque le jeune de 25 ans, VTC de chez Uber, travaille 20 h par jour c’est parce qu’il n’a pas le choix. « - Ma mère m’a cousu des couvertures pour que je puisse dormir dans la voiture ». Il faut payer la belle voiture noire nécessaire en leasing à un prix prohibitif. Il faut aussi souvent payer le prête-nom qui lui a permis de l’obtenir. Il faut payer l’assurance du véhicule à un prix majoré. Il faut payer l’essence à un prix revenu plus élevé qu’avant les Gilets jaunes. Les risques d’une contravention sont à sa charge. Il doit payer 25 % de chaque course qui lui est commandée au gré d’Uber. C’est lui, le conducteur, qui paye le donneur d’ordre de la plateforme.  Evidemment, il faut travailler entre 70 et 100 h par semaine, 7 jours sur 7 pour un salaire net de misère sans cotisations sociales. « - J’ai eu un accident de carrosserie, 1600 euros, c’est à ma charge, Uber n’a rien voulu savoir, je n’ai pas pu payer d’assurance maladie privée ce mois-là ».

Les auto-entrepreneurs indépendants s’auto-exploitent ainsi sans limite d’horaires,  puisque le code du travail ne s’applique pas à eux.

Uber-Eats, Deliveroo ou Frichti font livrer des repas chauds en faisant rouler en vélo des gamins par les voies les plus rapides, afin qu’ils arrivent à l’heure précise fixée par le client. C’est ainsi que, sur le périphérique, près de Pessac (33), a été tué un jeune de 18 ans, Franck Page, trainé sur 100 mètres par un camion qui n’a pas vu son vélo. Ce n’est pas un « accident du travail » puisque ce n’est pas un contrat de travail, mais un contrat commercial.

Cela s’étend et concerne des auto-entrepreneurs, tailleurs de pierre ou professeurs, manutentionnaires ou aides à la personne, femmes de ménage, ou fabricants de sandwich. Il y a une vague « d’ubérisation » pour les jobs étudiants de cet été.

Macron : « - Je dis aux jeunes, ne cherchez pas des patrons, cherchez des clients ». Où encore « - Je ne veux pas interdire et renvoyer ces jeunes dealer à Stains ».

Mais la résistance s’organise et dans des dizaines de cas, les victimes ont réussi devant les tribunaux à faire « requalifier » leur contrat « commercial » en contrat de « travail ». Presque partout où des dossiers sont déposés, la « présomption de subordination » est en voie d’être reconnue avec l’obligation pour l’employeur de payer les cotisations sociales salariales et patronales et de respecter le droit du travail.

La nouveauté c’est que Macron et les « En marche » de l’Assemblée nationale sont en train de faire voter la « loi LOM » (loi mobilité) : l’article 20 prévoit que les auto-entrepreneurs bénéficieront désormais d’une « présomption de travail indépendant ». Macron commet un crime en se faisant rempart juridique du lobby Uber contre les salariés.

 

Gérard Filoche

 

 

Loiseau Macron font flop, décorticage du piètre programme de LREM pour le 26 mai

Le Programme «Renaissance» de la République en Marche (LREM) pour les élections européennes du 26 mai 2019

 

Le programme de 32 pages rendu public le 9 mai dernier, 17 jours avant l’élection, avec en couverture en «gros» les portraits de Nathalie Loiseau et Pascal Canfin (et en plus petit ceux de six autres candidats de la liste), a manifestement été préparé à la va-vite. Il est composé de 79 propositions[1](hommage aux Deux-Sèvres ?) «nées de nos rencontres avec les Français» (dixitl’édito, non signé) articulées autour de neuf thématiques. Assez aléatoire dans sa présentation (propositions floues, statut incertain des différentes propositions, maladresses de rédaction, etc.), il a manifestement été rédigé à la va-vite ; même son articulation voire sa cohérence avec le discours de l’actuel chef de l’Etat à la Sorbonnepost-élection sur l’Europe[2]n’est pas évidente, non plus qu’avec les conclusions dugrand débat natioanl (GDN). Il s’achève par un extrait de la tribune d’Emmanuel Macron du 4 mars dernier.

 

On peut reprendre ces problématiques et leurs «propositions» associées une par une :

 

 

1. L’Ecologiefaire de l’Europe une puissance verte» [hommage aux Power Rangers ?])

Dans le discours de la Sorbonne, celle-ci – très exactement : «la transition écologique» – n’était que «la quatrième clé [sur six] de notre souveraineté[européenne]», derrière la sécurité, la maîtrise des frontières et la politique étrangère mais devant le numérique et la «puissance économique industrielle et monétaire ».

1.1. La « Proposition principale Renaissancesur l’écologie (en police 17,5) : Nous investirons massivement dans la transition écologique et solidaire »

Si le programme 2019 évoque a priorià juste titre le chiffre de 1000 Md€ nécessaires pour financer à l’horizon 2024 la transition écologique, ainsi que les enjeux en termes de transport, énergie et de logement, il est en revanche beaucoup plus flou quant aux moyens envisagés pour réunir cette sommes.

En tout état de cause la mesure « Verte »-leaderde LREM se décline en quatre «sous-mesures» :

- «Nous créerons une Banque du climat [ ?] et orienterons l’épargne des Européens vers la croissance verte» : pas plus de précisions sur les moyens envisagés, qui sont précisément le cœur du sujet. La nécessité d’orienter l’épargne est, elle, bien connue et discutéedepuis de nombreuses annéesdans toutes les instances nationales (y compris Paris Europlace, dirigé par le proche de Macron et PDG d’ADP Augustin Romanet de Beaune qui organise régulièrement des «réflexions» sur le sujet) et internationales. Le cœur du sujet est : quelles sont les incitations mais également le cas échéant les règlementations à adopter pour flécher l’investissement (l’argent est disponible) vers les énergies et les activités non planéticides.

• «Nous consacrerons 40% des dépenses européennes à la transition écologique» : flou dès lors que les  différents termes ne sont pas définis (par exemple : s’agit-il des dépenses d’investissement ? de fonctionnement ? les deux ?) et qu’a fortioriaucune précision n’est apportée sur les axes ou les priorités envisagés. Egalement : pourquoi 40% et pas 30% ou 50% etc.?

• «Nous rendrons le budget européen 100% compatible avec l’Accord de Paris» : incompréhensible.

• «Nous compléterons le Pacte de Stabilité avec un Pacte de Soutenabilité pour ne laisser à nos enfants ni dette écologique, ni dette financière» : ibidem – faut-il comprendre que jusqu’à présentle Pacte de Stabilité visait à «laisser aux générations futures une dette écologique et financière» ?

1.2. Autres mesures Renaissance sur l’écologie (en police 13) :

1.2.1. Ecologie pure, regroupées sous le titre «NOUS VOULONS HABITER UN CONTINENT NEUTRE EN CARBONE»

- «Taxer le carbone des produits importés en Europe et appliquer plus strictement le principe « pollueur-payeur» au sein de l’UE» : why not [mesure reprise du discours de la Sorbonne : « il faut une taxe aux frontières de l’Europe sur le carbone»] , mais c’est flou, (pour le premier volant) et en contradiction a prioriavec les multiples accords commerciaux de libre-échange ou autres signés ou en voie de signature par l’Union européenne (U.E.) avec le reste du monde (Canada, Chili, USA, Japon, etc.) et potentiellement difficile à articuler avec le marché carbonedéjà en place (cf. infra-, 1.4).

- «Fermer toutes les centrales fonctionnant aux énergies fossiles et sortir de tous les hydrocarbures d’ici 2050» : en quoi est-ce une prérogative européenne ?

- «Garantir un air pur en taxant le transport aérien et en rendant accessibles les transports propres. Nous développerons les batteries électriques, l’hydrogène, le biogaz et les bornes de recharge et arrêterons la vente de voitures essence et diesel d’ici 2040» : un peu fourre-tout mais certaines pistes paraissent intéressantes… modulole fait qu’elles n’ont guère de chances d’être adoptées en l’état. En particulier lataxation du transport aérien(on comprend à tort ou à raison : «la taxation du kérosène» et/ou la taxation des billets d’avion [les deux n’ont pas forcément le même impact financier sur les particuliers]) à laquelle s’opposent certains partenaires (par exemple l’Irlande qui héberge la compagnie low-cost Ryan Air, 9ème plus gros émetteur de CO2 européen derrière les centrales à charbon). Et pourquoi la taxation du transport maritime et du fioul, évoquée dans le cadre du grand débat national (GDN), n’est-elle pas évoquée ? L’ensemble de la démarche serait plus crédible si des projets de réglementation français, par exemple renforçant la taxation des vols hexagonaux, avaient été initiés par l’actuelle majorité parlementaire – ce qui n’est (hélas) pas le cas. Quant au «développement des batteries » etc., on aurait pu penser que c’était fait depuis longtemps… L’horizon 2040 paraît par ailleurs aprticulièrement lointain.

 

1.2.2. Agriculture/alimentation, regroupées sous le titre «NOUS PORTERONS UN MODÈLE AGRICOLE ET DE CONSOMMATION RESPECTUEUX DE LA NATURE»

- «Défendre le budget agricole pour assurer un revenu élevé à tous les agriculteursIls doivent vivre dignement de leurs activités et pouvoir faire face aux crises. Les aides seront simplifiées et orientées en priorité vers les exploitations à taille humaine» : flou et quid du montant global envisagé ?

- «Orienter les aides agricoles vers les modèles propres et respectueux du bien-être animal partout en EuropeLes objectifs sont clairs : augmentation massive du verdissement, doublement des surfaces en bio, zéro bête nourrie aux OGM, zéro pesticide au-dessus des zones d’eau potable, fin du broyage des poussins» : un peu limité voire réducteur pour ce qui concerne la promotion du bio, enjeu majeur. Par ailleurs, le développement récent des analyses et des propositions autour du bien-être animal  – et depuis longtemps chez nos partenaires, notamment anglo-saxons – paraît totalement ignoré.

- «Interdire le plastique non-recyclable d’ici 2025 et les microplastiques ajoutés aux cosmétiques, détergents, peinturesd’ici 2020 et mettre fin à l’obsolescence programmée en étendant les garanties» :concernant le plastique, la proposition parait s’inscrire dans la lignée du rapport de WWF tout juste publié[3]mais reste très en-deçà de ses préconisations : d‘une part, plastique « recyclable » ne signifie pas plastique « recyclé » (WWF plaide pour le recyclage de 60% des déchets plastique collectés à l’horizon 2030) ; d’autre part, rien n’est dit sur la nécessaire réduction de la production de plastique(WWF propose -28% en 2030 au reagrd de 2016). Sur l’obsolescence programmée : RAS.

«Mettre fin d’ici 2030 à l’importation de produits non durables contribuant à la déforestation », comme la France s’y est engagée. Passer de 4 à 30% de zones marines européennes protégées par Natura 2000, en priorité dans les Outre-mer. Un océan en bonne santé, c’est aussi un climat préservé.» : pourquoi pas 100% de zones marines protégées ?

«Faire de l’Europe le moteur d’un accord sur la protection de la biodiversité terrestre et marine en 2020».Il sera le pendant de l’Accord de Paris sur le climat»: s’il est aussi efficace… Ce dont l’Europe et ses Etats membres ont réellement besoin, c’est de réglementations contraignantes qui s’imposent aux entreprises et dont le respect sera dûment contrôlé par des équipes suffisamment nombreuses et bien formées.

1.3. Sont absentes de la partie du programme relative au développement durable et à l’agriculture des propositions sur :

* le marchécarbone, déjà existant, et les moyens de le réformerpour le rendre plus efficace ;

l’organisation du marché européen du transport, et notamment le ferroviaire, y comprisla remise en cause des paquets européens de libéralisation du ferrovaire ;

l’organisation du marché européen de l’énergie, ses infrastructures d’interconnexion (essentielles) et le mixénergétique souhaité : place du nucléaire ? Encouragement à certains renouvelables ? Etc.

*Les circuits courtset l’agriculture paysanne ;

* plus généralement : les enjeux de sécurité alimentaire,dont les enjeux ont pourtant été largement soulignés lors des débats 2018 dans le cadre du projet de loi national pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable ;

* plus généralement : lagestion des biens communs.

 

2. Les Politiques sociale et fiscale[curieusement réunies] («l’Europe et de la justice sociale et fiscale»)

La partie commence par une pétition de principe, quasiment un mantra : « L’Europe est le continent de l’économie sociale de marché. Les inégalités y sont plus faibles qu’ailleurs et la redistribution des richesses plus forte ». La formule est relativement inexacte(d’autres pays ou zones dans le monde ont des «inégalités» plus faibles ; srutout, elle pêche par ommission : comme l’a montré le récent rapport du Laboratoire sur les inégalités mondiales[4], les inégalités ont augmenté quasiment dans tous les pays d’Europe depuis le début des années 1980.

 

2.1. La « Proposition principale Renaissance» sur la justice sociale et fiscale : «Nous taxerons les géants du numérique en Europe comme nous le faisons en France et mettrons fin à la règle de l’unanimité pour les décisions relatives à la fiscalité»

Le problème est que justement aucune véritablement taxation n’a à ce jour été adoptée et que le projet (national) en disscssion[5]ne taxe[ra] qu’à la marge les GAFA et ne prend en compte qu’une fraction de leurs revenus, ne permettant pas en particulier de supprimer l’essentiel des transferts comptables de bénéfices vers des paradis fiscaux (y compris européens). Ce qu’il faudrait, c’est une refonte complète(en France et si possible en Europe effectivement) du principe de la territorialité et du fait générateur de l’imposition des entreprises numériques, par exemple en introduisant la notion d’«établissement stable virtuel» permettant une taxation globale du chiffre d’affaires global qu’elles génèrent réellement sur le territoire national et/ou européen. Par ailleurs, rien n’est prévu en termes de moyens de contrôle du respect de la législation proposée – notamment : question de la traçabilité des données et des échanges numériques se lesquels est assise l’imposition.

Au-delà, «mettre fin à l’unanimité» est évidemment un vœu pieu, la décision devant se prendre…à l’unanimité et des Etats comme l’Irlande et le Luxembourg (inter alia) étant lvent debout contre cette évolution.

2.2. Autres mesures Renaissanceen matière sociale et fiscale «Renaissance» (en police 13)

2.2.1. Regroupées sous le titre [pompeux et trompeur, dès lors que cette mesure pourrait en tout état de cause être déjà adoptée de manière souveraine en France] « NOUS METTRONS TOUTES LES ENTREPRISES À ÉGALITÉ DEVANT L’IMPÔT »

- «Mettre un terme à l’évasion fiscale en durcissant fortement les sanctions contre les paradis fiscaux. Nous obligerons aussi les multinationales à la transparence sur leurs activités : elles déclareront où elles gagnent de l’argent et où elles payent leurs impôts» : paroles creuses et qui n’ouvrent sur aucune solution concrète. L’enfumage LREM apparait en tout état de cause dès l’introduction de la partie, qui note que «l’évasion fiscale prive l’Europe de milliards d’euros» ; délicieux euphénisme : 100 Md€ s’évaporent chaque année par ce biais rien qu’en France.

- «Défendre l’instauration d’un niveau minimal d’impôt mondial. Les entreprises doivent être taxées là où elles réalisent leurs profits» : c’est déjà largement le cas. Le sujet est plutôt qu’il faut taxer les entreprises là où elles réalisent leur chiffre d’affaires et où elles ont un établissement réel (cf. supra-, 2.1.)

- «Harmoniser l’impôt sur les sociétés [IS] pour mettre fin à la concurrence déloyale en Europe. Il est de 9% en Hongrie et de 31% en France» : il faut surtout veiller à un taux d’imposition IS effectif similaire, voire progressif, au bénéfice des plus petites structuresdont le développement (ainsi que la conformité avec les principes de la RSE) doit être encouragé. Rien n’est en tout état de cause précisé concernant les moyens à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif.

2.2.2. Regroupées sous le titre «NOUS PROTÉGERONS LES TRAVAILLEURS ET LES PLUS VULNÉRABLES GRÂCE À UN BOUCLIER SOCIAL»

- «Mettre en oeuvre un salaire minimum adapté à chaque pays européenpour limiter la concurrence par les bas salaires et garantir un revenu de vie décent. L’accès aux fonds européens dépendra de la mise en place de ces salaires» : il faut un salaire minimum européen de 1800 €(au moins), un point c’est tout.

- «Finaliser la lutte contre le dumping social avec un acte II de la réforme du travail détaché.À travail égal, salaire égal et coût du travail égal : les cotisations sociales seront alignées sur le niveau le plus élevé. Il faudra aussi intensifier la lutte contre les fraudes grâce à la nouvelle Autorité européenne du travail» : il vaut mieux dénoncer purement et simplementl’acte I et faire en sorte que pour tous les travailleurs européens (à défaut de dispositif de protection harmonisé voire unifié «par le haut»), quelle que soit leur activité, la cotisation est payée sur le territoire d’exercice et conformément à la législation domestique. En tout état de cause, la proposition du parti LREM apparaît peu crédibledès lors que leurs partenaires européens du groupe parlementaire ALDE se sont déjà formellement opposés à la révision de la directive sur le travail détachéjugée contraire ) la «compétitivité» et la «flexibilité».

2.2.3. Regroupées sous le titre «NOUS ACCOMPAGNERONS LES TRAVAILLEURSFACE AUX MUTATIONS»

- «Instaurer une Garantie Zéro Chômagepour que personne ne renonce à une formation ou à des études pour des raisons financières. Chacun pourra être financé jusqu’à 15 000 euros s’il souhaite se former pour sortir du chômage ou continuer ses études. Le bénéficiaire ne sera tenu de rembourser le montant que si ses revenus à l’issue de la formation sont suffisamment élevés» : avis de mettre la mesure en place à l’échelle nationale en guise d’expérimentation.

- «Aider jusqu’à 20 000 euros chaque travailleur dont l’entreprise est touchée par les transformations numériques et écologiquespour qu’il puisse se reconvertir» : ibidem.Bon courage pour définir juridiquement la notion d’impact des «transformration numériques et écologiques».

«Créer de nouveaux droits et protections pour les 3 millions de travailleurs de plateforme, comme Uber ou Deliveroo (accidents du travail, assurance maladie, formation…)» : promesse totalement à rebours du détricotage mis en œuvre à l’échelle nationale des droits sociaux et notamment des droit du travail français organsié par LREM

2.3. Sont absentes de la partie du programme relative aux domaies sociaux et fiscaux des propositions sur :

Social

* la défense et la promotion des Services publics[le terme n’apparaît nulle part dans le document]sur partout dans l’U.E. ;

* le renforcement des diverses protections sociales(chômage, maladie, etc.) et l’harmonisation desminima sociaux et desretraites[le mot «retraite» (ou «retraité») n’apparaît à acune moment dans le document] ;

* la mise en place d’unstatut du salariat européen ;

Fiscal

* réviser la notion d’établissement [fiscal] stable virtuel (cf.supra-, 2.1.) ;

* des allégements de T.V.A. sur les biens de première nécessité ;

* des propositions sur les moyens de faciliter et améliorer le travail des contrôleurs fiscauxqui luttent contre la fraude à l’échelle européenne.

[+ la création d’une taxe sur les transactions financières européennes (taxe Tobin)[évoquée dans le discours de la Sorbonne]. Celle-ci apparaît certes dans le programme, mais de de manière quasi- subliminale, au 7.2.3.].

 

3. La mondialisationFaire respecter l’Europe dans la mondialisation»)

3.1. La « Proposition principale Renaissancesur la mondialisation :«Nous ferons voter une Directive «Éthique des entreprises» qui interdira l’accès au marché européen à toute entreprise ne respectant pas les exigences sociales et environnementales fondamentales»

Bon courage pour faire respecter la mesure, dans une matière ou la «simple» adoption à l’échelle nationale d’une réglementation se révèle d’ores et déjà complexe.

3.2. Autres mesures Renaissancesur la mondialisation

3.2.1. Regroupées sous le titre «NOUS PROTÉGERONS NOS ENTREPRISES ET NOS ARTISANS»

- «Renforcer le mécanisme européen de contrôle des investissements étrangersdans les secteurs et technologies stratégiques, par exemple pour garantir l’indépendance de notre 5G » : why not.

- «Exiger la réciprocité en matière de marchés publics. On ne peut pas garder 90% de nos marchés publics ouverts aux entreprises étrangères, contre 32% seulement aux États-Unis et près de zéro en Chine» : encore faudrait-il que la France défende effectivement ces positions lors de la discussion des mandatset des négociations bruxelloises (pour certains en cours).

- «Étendre les AOP aux produits issus de l’artisanat de nos régions. L’Europe protègera les « Santons de Provence » ou la « Porcelaine de Limoges » face aux contrefaçons» : why not.

- «Permettre de transférer le capital d’une entreprise à une fondationpour la protéger des rachats et l’autoriser à investir dans des causes de bien commun» : peu clair ; la dimention européenne de la proposition n’apparaît en tout état de cause pas nettement.

3.2.2. Regroupées sous le titre «NOUS BÂTIRONS UNE POLITIQUE INDUSTRIELLECOMMUNE»

«Refonder la politique de concurrence pour ne plus reproduire l’erreur du rejet de la fusion Alstom-Siemenset permettre l’émergence de champions européens.» : il faut surtout développer une véritable politique industrielle et veiller à ce que le traitement quantitiatif et qualitatif de l’emploi soit systématiquement pris en comptelors des opérations de restructuration.

- «Déployer un plan de soutien massif à l’industrie Made in Europe 2024. Il ciblera et financera des champions de secteurs stratégiques (renouvelables, Intelligence artificielle, 5G, etc.) et des milliers de PME innovantes» : l’articulation de cette aide supplémentaire aux entreprises souhaitée par la LREM avec certaines propositions précédemment évoquées (notamment : sanctions aux importations) n’apparaît pas évidente. La place réservée à la (nécessaire) réglementationet aux mesures contraignantes n’est par ailleurs pas précisée.

3.2.3. Regroupées sous le titre «NOUS DÉFENDRONS NOS INTÉRÊTS ET NOS VALEURS DANS LA MONDIALISATION»

- «Refuser de signer des accords de libre-échange avec les pays ne respectant pas l’Accord de Paris sur le climat» : bon courage – ne serait-ce que pour vérifier la mise en œuvre.

- «Faire respecter les règles antidumping. Un procureur commercial européen veillera au respect des engagements pris par nos partenaires» :why notmais la mesure appraît largement comme de l’affichage..

- «Créer un statut propre aux géants du numériquepour sanctionner rapidement toute atteinte à la concurrence, permettre l’ouverture des données et la transparence des algorithmes» : vœu pieu, plus ou moins déjà formulé au sein de la partie précédente.

- «Construire un Pacte avec l’Afriqueen développant les investissements et des programmes scolaires et universitaires, en particulier à destination des jeunes filles» : «à destination des plus défavorisés», sans exclure les individus nés ou devenus garçons, pourrait aussi être jugé moralement opportun.

3.2.4. Regroupées sous le titre «NOUS RENFORCERONS LA SOLIDITÉ ET LE RÔLE INTERNATIONAL DE L’EURO»

- «Mettre en oeuvre un budget de la zone euroà même de financer les investissements, de rapprocher les économies et d’amortir les crises» : rien n’est dit sur son volume ni sur les recettes qui l’alimenteraient [le discours de la Sorbonne évoquait : «les taxes européennes dans le domaine numérique ou environnemental [...] Et au-delà […] par exemple l’impôt sur les sociétés une fois son harmonisation réalisée »].

- «Faire de l’euro la monnaie internationale de référencepour sortir du tout-dollar et décider seuls avec qui nous commerçons.» : les enjeux portent surtout sur la fixation des objectifs de la politique monétaire (croissance durable, plein emploi, etc.) et son pilotage démocratiquepar les autorités élues.

- «Achever l’Union bancairepour protéger notre épargne en cas de crise» : le sujet est surtout celui de la séparation des activités de dépôt et spéculatives des banques.

3.3. Sont absentes du programme des propositions relatives à :

* de grands programmes européens industriels et/ou d’investissementde type New Dealou «plan Marshall», «verts» [qui était pourtant en germe dans le discours de la Sorbonne : «je propose aussi la mise en place d’un programme industriel européen de soutien aux véhicules propres et de déploiement d’infrastructures communes afin qu’il soit possible de traverser l’Europe sans l’abîmer. Et : «l’Europe doit être à l’avant-garde de la transition écologique efficace et équitable. Pour cela, il nous faut transformer nos transports, nos logements, nos industries. Pour cela, il faut investir et inciter puissamment à cette transformation »]

la lutte contre les privatisations (sauvages) ;

* l’assouplissement des critères de convergence dits «de Maastricht» relatifs audéficit public et à ladette ;

* lecontrôle démocratique de la banque centrale européenne(BCE)

* la séparation des activités de dépôt et de spéculation des banques ;

* l’accès aufinancement, notamment bancaire,des PME.

 

4. Défense européenneDonner à l’Europe les moyens de se défendre»)

4.1. La « Proposition principale Renaissancesur la défense européenne : il n’y en a pas

4.2. Mesures Renaisssance(police 13) sur la défense européenne :

4.2.1. Regroupées sous le titre «NOUS ADAPTERONS LES ARMÉES EUROPÉENNES AUX NOUVELLES MENACES»

- «Créer un cyber-bouclier européen, avec une cyber-police contre la criminalité sur Internet et un soutien mutuel entre États en cas d’attaque informatique» : proposition floue.

- «Développer une politique spatiale européenne souveraineavec une stratégie et des investissements communs» : why not, mais flou.

- «Investir en commun dans les équipements du futur(drones, chars) et mettre en place une préférence européenne pour nos industries» : trop flou et trop peu ambitieux au regard des enjeux dans un monde en crise (cf. infra-, 4.3.)

4.2.2. Regroupées sous le titre «NOUS DONNERONS DE NOUVEAUX MOYENS À LA JUSTICE ET À LA POLICE EUROPÉENNES»

- «Obliger les plateformes numériques et les réseaux sociaux à retirer tout contenu terroriste, pédopornographique, et de haine raciste et antisémite» : rappeler ce principe – déjà largement posé âr par diverses législations domestiques – ne mange pas de pain.

- «Créer une Agence européenne de protection des démocratiescontre les attaques, les manipulations et la désinformation. D’ici 2020, il faudra veiller au bon déroulement de 50 élections nationales ou locales en Europe» : les termes employés (notamment la référence aux «manipulations» et «désinformation» opposées implicitement à une «vérité révélée») laissent plutôt craindre la mise en place d’une police de la pensée – à rebours a prioride l’intention initiale du rédacteur.

- «Faire d’Europol une véritable police criminelle européenne. Elle aura les pouvoirs d’initier et de suivre les enquêtes qui traversent plusieurs États membres» : why not, mais quels moyens notamment humains affectés ?

- «Étendre les pouvoirs du Parquet européenpour coordonner les enquêtes concernant les crimes transfrontaliers (terrorisme, mafia, criminalité en col blanc, etc.)» : ibidem.

4.2.3. Regroupées sous le titre «NOUS INTENSIFIERONS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISMEAU NIVEAU EUROPÉEN»

- «Créer un registre judiciaire antiterroriste commun pour partager les informations» : intitulé flou.

- «Renforcer le contrôle des mouvements financierspour assécher les financements des terroristes» : le sujet est surtout celui des moyens, en particulier humains, affectés à la mission.

 

4.3. Sont absentes de la raptie du programme relative à la défense des propositions sur :

* la sortie éventuelle de l’OTAN ;

* une stratégie européenne de paix dans le monde, y compris le cas échéant en mettant systématiquement en place des instruments politiques ou techniques (armement, corps d’armée) de défense partagés et, en même temps, de promotion du désarmement ;

* la restrictions aux exportations d’armesen direction de certains pays ;

* la mise en place d’une véritable politique étrangère européenne ;

* d’éventuels projets d’élargissement de l’U.E.

 

5. ImmigrationFaire respecter nos valeurs à nos frontières»)

5.1. La proposition principale Renaissance sur l’immigration et les frontières: il n’y en a pas. Uniquement une mesure phare (police 13) : «Notre priorité sera de construire une Politique européenne de l’asile et de sauvegarder Schengen ». Déclinées en quatre petites mesures (police 10) :

• «En créant un Office européen de l’asilepour harmoniser les critères de l’asile et coordonner les agences nationales» : RAS.

• «En mettant en place des Centres d’examen des demandes d’asiledans les pays européens exposés, pour répondre dans des délais dignes et permettre les reconduites dans les pays d’origine» : peu clair.

• «En avançant vers la reconnaissance mutuelle des décisions, notamment grâce à une liste commune des pays d’origine sûrs» : a priori why not.

• «Chaque État devra participer à l’effort commun: c’est la condition du bon fonctionnement de l’espace Schengen. Un pays qui souhaite bénéficier de la libre-circulation pour ses habitants doit donc prendre toute sa part à cette Politique commune d’asile» : RAS [ce n’est pas vraiment une proposition]

5.2. Autres mesures Renaisssancesur les frontières :

5.2.1. Regroupées sous le titre «NOUS PROTÉGERONS LES FRONTIÈRESET LUTTERONS CONTRE LES PASSEURS»

- «S’appuyer sur Europol pour démanteler les réseaux de passeurs. Europol devra assécher les réseaux financiers, les priver de leurs moyens de propagande et apporter un soutien aux polices locales contre les filières» : why notmais quid des moyens ?

- «Atteindre l’effectif de 10 000 garde-frontières et garde-côtes au sein de Frontexet renforcer ses missions et ses moyens pour lui permettre d’intervenir partout où cela est nécessaire» : justification du chiffre ? Quelles propositions concrètes pour renforcer ces moyens ?

5.2.2. Regroupées sous le titre «NOUS CONTRÔLERONS LES FLUX MIGRATOIRESDE MANIÈRE PLUS EFFICACE»

- «Instaurer un Conseil européen de sécurité intérieurepour piloter et coordonner les questions migratoires et la politique d’asile commune» : pourquoi créer une structure supplémentaire, au risque de créer de l’incohérence,  alors que le sujet est déjà politiquement couvert au sein de l’U.E. ? Tout cela flaire un certain amateurisme.

- «Augmenter les financements en faveur des retours volontaires, pour plus de microcrédits et de formations locales.Un retour volontaire coûte 2 à 4 fois moins qu’un retour contraint» : RAS.

- «Rendre effectifs les retours contraints, en chargeant Frontex du rapatriement des migrants illégaux» : RAS.

5.2.3. Regroupées sous le titre «NOUS ACCOMPAGNERONS L’INTÉGRATION»

«Soutenir les initiatives locales d’intégration. Les municipalités qui accueillent des réfugiés doivent pouvoir bénéficier de fonds européens supplémentairesRéussir leur intégration participe en effet à la cohésion de nos sociétés» : RAS

 

5.3. Sont absentes du programme des propositions relatives à :

l’harmonisation des règles d’asile

la supressiondu système dit «de Dublin»

 

6. La Jeunesse, la culture, etc.Unir autour de l’identité européenne»)

On peut s’interroger sur le sens donnée à cette notion, y compris en terme de référence plus ou moins implicite à l’«identité chrétienne» de l’UE, d’autant moins évident à déterminer que le terme de «peuple européen» (qu’on le valide ou non) au singulier, lui, n’est pas employé [de fait dans sa tribune du 4 mars dernier Emmanuel Macron évoquait «les peurs qui traversent nos peuples»] et qu’à l’inverse il est fait référence dans le programme «aux cultures» au pluriel.

 

6.1. La proposition principale Renaissancepour «unir [les citoyens européens et/ou le reste du monde ?] autour de l’identité européenne» : il n’y en a pas. Uniquement trois priorités(police 13) :

- «Notre priorité sera d’ouvrir Erasmus à tous, des collégiens aux apprentis. Plus de 80 000 Français ont bénéficié du programme Erasmus en 2018, dont la moitié d’étudiants. Nous voulons multiplier leur nombre par 5 d’ici 2024» : l’ouverture aux filières techniques est effectivement nécessaire.

- «Nous proposons de tripler le budget du programme Erasmus pour augmenter les bourses (étudiants, lycéens professionnels, apprentis, jeunes chômeurs, etc.), en particulier en faveur des plus modestes» :il faut effectivement veiller d’une part à ce que ces bourses ne profitent qu’à celles et ceux qui en ont besoin et d’autre part que leurs montants soient suffisants pour permettre effectivement aux jeunes s de condition pauvre de participer effectivement aux programme».

- «Nous proposons également :

• d’inclure progressivement un échange Erasmus dans toutes les formations d’ici 10 ans ;

• de faciliter la reconnaissance des connaissances et savoirs-faire acquis à l’étranger ;

• de généraliser les jumelages numériques en primaire et les mobilités au collège.

[compte pour une proposition ?]» : why not.

6.2. Autres mesures Renaisssance«pour unir autour de l’identité européenne»

6.2.1. Regroupées sous le titre «NOUS GARANTIRONS UNE EXPÉRIENCE EUROPÉENNE À TOUS LES JEUNES»

- «Mettre en place un projet européen dans tous les établissements scolaires d’Europe avec la possibilité de se rendre dans une autre école européenne et avec un programme numérique commun» : il vaudrait mieux mettre en place une politique harmonisée volontariste de lutte contre la reproduction des inégalités socialesvia l’enseignement.

- «Créer une vingtaine d’Universités européennes d’ici 2024» : flou.

- «Chaque étudiant y bénéficiera de cursus, de diplômes communs et d’une mobilité libre» : ibidemet est-ce vraiement à l’UE d’investir ce sujet qui relève de la compétence des Universités elles-mêmes ?

- «Créer une plateforme européenne de candidature aux universités. Chaque jeune pourra candidater aux établissements supérieurs des autres pays européens depuis une plateforme numérique commune» : pourquoi pas mais il s’agit d’une mesure technique qui n’a pas sa place dans un programme électoral national et n’apparaît pas à la hauteur des enjeux européens (la LREM se voilerait-elle la face ?)

- «Élargir le service civique européen et pérenniser notre système de volontariat (ex : pompiers) pour tous les jeunes» qui veulent s’engager. Le nouveau Corps européen de solidarité doit avoir la capacité d’intégrer plus de jeunes et de les diriger vers les activités de bien commun (Green Corps, soutien aux personnes démunies, restauration du patrimoine, etc.)» : why not.

6.2.2. Regroupées sous le titre NOUS FERONS RAYONNERLES CULTURESEUROPÉENNES»

- «Bâtir des résidences culturelles européennes pour permettre aux jeunes artistes de travailler et d’échanger pendant un an grâce à l’Europe» : RAS

- «Aider les jeunes artistes européens par des bourses et par une série de prix pour la jeune création contemporaine, la photographie, les arts visuels, etc.» : RAS – proche de la mesure précédente.

- «Dessiner des Chemins de la culture à travers les régions d’Europe pour développer le tourisme culturel. Centrés autour de diverses thématiques (Picasso, le Romantisme, etc.), ils seront parcourus d’évènements populaires en lien avec les collectivités locales.» :qu’est-ce- qu’un «événément populaire»  au sens de LREM. En l’occurrence, plutôt de proposer des dispositifs verbeux, la LREM devait indiquer ce qu’elle porpose pour permettre l’accès de toutes les classes sociales à la plus grande variété de produits culturels.

- «Renforcer la politique de protection du patrimoine en Europe et les programmes européens de reconstruction dans les zones de guerre» : n’est-ce pas précisément le type de mesures qui ont vocation ) être gérées à l’échelon national ?

 

6.3. Sont absentes de la partie du programme relative à «l’identité européenne» (culture, jeunesse, etc.) des propositions relatives à :

la lutte contre les inégalités scolaires en fonction de l’origine sociale ;

la promotion de l’accès à la culture pour les classes sociales moins favorisées.

* la promotion de l’accès à l’emploi et/ou à des ressources minimum pour les jeunes.

7- Démocratie européenneRendre l’Europe aux citoyens»)

7.1. La proposition principale Renaissancepour renforcer la démocratie à l’échelle de l’U.E. : «Nous conditionnerons l’accès aux fonds européens au respect de l’État de droit et à la convergence sociale, mesurés chaque année.» :flou (déjà : qui/quelle institution contrôlera ?), voire fumeux.

7.2. Autres mesures Renaissance pour la démocratie :

7.2.1. Regroupées sous le titre «NOUS RENDRONS L’EUROPE PLUS DÉMOCRATIQUE»

- «Donner au Parlement européen le pouvoir d’initier les lois européennes» : c’est un minimum ; ce pouvoir ne doit être assorti d’aucun droit de veto de la part de la Commission.

- «Permettre aux citoyens de participer à l’élaboration des lois. Si 1 million de citoyens soutiennent une proposition, le Conseil et le Parlement devront s’en emparer» : les initiatives citoyennes par signatures doivent ouvrir la voie à des référendums européens.

- «Limiter à trois dans le temps le nombre de mandats d’eurodéputé» : pourquoi pas deux ou quatre ? La mesure s’entend elle comme mandats sucessifs » ? Etc.

7.2.2. Regroupées sous le titre «NOUS RENDRONS L’EUROPE PLUS INCLUSIVE»

–«Adopter la directive contre toutes les discriminations, pour s’assurer notamment du respect des droits des personnes LGBTI partout en Europe» : le respect des droits des personnes LGBTI ne passe pas des directives mais par des moyens de contrôle administratifs et judicaires permettant une lutte et une sanction efficace de toute discrimination.

- «Faire de l’accès à l’emploi des personnes handicapées une priorité des programmes européens de formation et de lutte contre le chômage» : quid des autres domaines ?

7.2.3. Regroupées sous le titre «NOUS RENDRONS L’EUROPE PLUS EFFICACE»

- «Diminuer le nombre de commissaires européens» :why not.

- «Augmenter les ressources propres de l’UE sans augmenter les contributions nationales : taxe carbone aux frontières et taxe sur les transactions financières» : tient, la taxe Tobin apparaît. Cette proposition, évoquée par le chef de l’Etat lors de son discours de la Sorbonne, aurait mérité de plus amples développements plutôt qu’une référence en catimini.

7.2.4. Regroupées sous le titre NOUS RENDRONS L’EUROPE PLUS TRANSPARENTE ET INDÉPENDANTE DES LOBBIES

- «Créer un organe indépendant pour superviser les questions relatives à l’éthique au sein de toutes les institutions européennes (transparence, lobbies et conflits d’intérêts)» : why not.

- «Rendre publiques les rencontres avec les lobbies au sein de toutes les institutions européennes» : cela va de soi ; tous l’enjeu est : comment organise-t-on le contrôle du respect effectif de cette règle ?

- «Interdire aux eurodéputés toute activité rémunérée incompatible avec l’intérêt général. De même, les commissaires ne devraient pas exercer d’activités de lobbying dans les trois années suivant leur départ».

- «Contrôler les frais des eurodéputés et baisser le plafond de la rémunération des fonctionnaires européens».

- «Interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères et des entreprises.

Le programme ajoute : « Nos députés s’engageront à respecter toutes ces propositions dès leur arrivée au Parlement européen» (sic) ; il vaudrait mieux en tout état de cause qu’ils indiquent clairement à quel possible groupe parlementaire ils envisagent de se rallier.

 

7.3. Sont absentes de la partie du programme relative à la démocratie européenne des propositions relatives à :

* la mise en place d’outils de démocratie directe, y compris de référendums, européens.

 

8Egalité femmes-hommesPour une politique féministe européenne» [on aurait aimé par parallélisme des formes que le support parle également quelque part d’une «politique sociale européenne»]

«Juste» deux mesures «police 13» :

- «Nous mettrons en oeuvre le «Pacte Simone Veil» [NDLR femme politique qui au cours de son parcours politique, notamment aux côté du néo-libéral Valéry Giscard d’Estaing, n’a guère brillé quant à l’adoption de mesures d’ampleur contre les inégalités sociales quelles qu’elles soient ; à noter que son fils Jean Veil, membre et ancien président du très élect club Le Siècle[6], temple de l’entre-soi oligarchique, figure sur la liste Renaissance]. Nous harmoniserons par le haut les droits des femmes en Europe : chaque pays signataire introduira dans sa législation les mesures les plus protectrices ayant fait leurs preuves dans les autres pays européense.Ce Pacte inclura les droits sexuels et reproductifs (ex : contraception et IVG libres), la lutte contre les violences faites aux femmes (ex : ratification de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique) ou l’égalité salariale (ex : transparence et pénalités sur les écarts de salaires comme en France et droit individuel à l’information comme en Allemagne). Les États signataires s’engageront à évaluer régulièrement les progrès réalisés» : RAS.

- «Nous établirons la parité entre les femmes et les hommes au sein de toutes les institutions et agences européennes, notamment en inscrivant son principe dans les traités» : une approche moderne n’impliquerait-elle pas d’élargir cette discrimination positive à d’autres critères, notamment associés à l’origine sociale– cf. la situation des assemblées politiques françaises où la place des femmes progresse très sensiblement alors que celle des classes populaires (tous genres condondus) demeure au même niveau qu’à la fin du XVIIIe siècle ?

8.3. Sont absentes par exemple des propositions relatives auciblage prioritairedes dispositifs d’égalité femmes-hommes (et des moyens associés) en direction des publics féminins les plus pauvres.

 

9. «La renaissance européenne»

Une seule proposition «police 13» : «Nous organiserons une Conférence pour l’Europe qui réunira les dirigeants européens, des citoyens tirés au sort et des spécialistes de domaines clés. Cette Conférence permettra de passer en revue les politiques de l’Union et son fonctionnement institutionnel, d’identifier les grandes priorités et les changements nécessaires. Elle déterminera les domaines pour lesquels l’action de l’Union est indispensable. Elle permettra de réunir les pays fermement décidés à avancer conjointement et rapidement en matière sociale, fiscale, budgétaire ou stratégique. Elle sera le premier acte de la Renaissance de l’Europe.» : on pourrait préciser dès ce stade que le marché portant organisation de cette grand’messe sera confié à l’entreprise Havas

Sont absentes des propositions relatives par exemple au développement [ils existent déjà mais à un stade limité] des outils (institutionnels et humains) de réalisation (et de contrôle de leur réalisation) d’études d’impacts à l’appui de chaque proposition de texte permettant aux citoyens européens en général et aux parlementaires bruxello-strasbourgois en particulier de se forger une opinion quant à leur teneur et de voter en toute connaissance de cause.

 

ANNEXE

« Nos 9 propositions principales pour une Renaissance de l’Europe » [p. 30]

 

NDLR pas une de ces mesures n’a trait (directement) au bien-être des salariés ou à la protection sociale

 

1. Nous investirons au moins 1 000 milliards[d’euros ? de centimes d’euros ?]dans la transition écologique[cf. 1]et créerons une Banque du Climat [cf. 1.2.]

 

2. Nous taxerons les géants du numériqueen Europe comme nous le faisons en France [cf. 2.1 et ss.]

 

3. Nous voterons une Directive «Éthique des entreprises» pour faire respecter nos valeurs dans la mondialisation. [cf 3.1.]

 

4. Nous avancerons vers l’armée européenne. [cf. 4.2.1. : l’intitulé de la proposition paraît, par son ampleur, en contradiction complète avec le caractère modeste des mesures qui figurent en corps de documents]

 

5. Nous construirons une Politique européenne de l’asileet sauvegarderons Schengen [cf. 5.1. et ss].

 

6. Nous ouvrirons Erasmusà tous, des collégiens aux apprentis [cf. 6.1.].

 

7. Nous conditionnerons l’accès aux fonds européens au respect de l’État de droit et à la convergence sociale [cf. 7.1.].

 

8. Nous mettrons en oeuvre le « Pacte Simone Veil » pour tirer les droits des femmesvers le haut partout en Europe [cf. 8. ;en creux, cela signifie  que les droits des LGBTI (y compris des femmes LGBT) et des handicapé.e.s, mentionnés en corps de document, sont jugés moins prioritaires pour LREM…]

 

9. Nous poserons les bases d’une nouvelle Union grâce à une Conférence pour l’Europequi réunira dirigeants et citoyens tirés au sort.[cf. 9.]

Nous poserons les bases d’une nouvelle Union

grâce à une Conférence

 


[1] Chiffre indiqué au début du document [Page 3] mais les propositions ensuite ne sont pasnumérotées et on s’y perd un peu… En revanche, on découvre avec surprise à la fin [p. 30] que l’équipe a décidé en sus de labéliser «mesures principale» neuf d’entre elles, sans expliquer les crtières ayant présidé à ce choix (cf. annexe).

[2] «Initiative pour l’Europe - discours d’Emmanuel Macron pour une Europe souveraine, unie, démocratique», 26 septembre 2017.

[3]Pollution plastique : à qui la faute ?

[4]World inequality Lab (https://wid.world/fr/world-inequality-lab-fr/) au sein de la World inequality Database(https://wid.world/fr/accueil/)

[5] Adoption à l’assemblée nationale en 1èrelecture le 8 avril dernier.

[6]Le Monde diplomatique, février 2011, https://www.monde-diplomatique.fr/2011/02/DENORD/20132

merci pascal

pour le journal « l’Alsace » Gerard Filoche à Sewen le 17 mai

Bonjour M.Filoche,
Je prépare un article d’annonce de la projection-débat autour du film La Sociale, qui aura lieu le 17 mai à Sewen (Alsace) et à laquelle vous participez. Les organisateurs -des copains,- m’ont transmis vos coordonnées et je me permets de vous solliciter pour enrichir l’article d’annonce sous la forme d’un encadré « Questions à Gérard Filoche »?
Si vous acceptez, vous avez la possibilité de répondre par écrit aux questions suivantes, ou de me contacter pour un échange de vive voix. Si vous songez à d’autres questions, n’hésitez pas. Attention à ne pas être trop prolixe, le format d’un quotidien local est très contraignant.
1) Entre 1945 et aujourd’hui, comment a évolué la sécurité sociale? Quelle est la situation actuelle?
Issue du programme du Conseil national de la Résistance et mise en place par le ministre Ambroise Croizat, la Sécurité sociale est le plus intelligent et le plus beau des systèmes jamais imaginés pour une protection sociale d’ensemble des salariés. Il est basé sur des cotisations sociales salariales et patronales qui ne sont ni une charge, ni un impôt, mais une partie du salaire, brut et super brut, pré affectée, collectée par un organisme privé, séparément du budget de l’état, et redistribuée à chacun selon ses besoins. Hélas, depuis 1945, ce système a été sans cesse remis en cause, attaqué rongé, par le pouvoir et le patronat (ordonnances Pompidou de 1966-67, ordonnances Juppé de 1995, ordonnances Macron en cours).
2) Comment en sommes-nous arrivés là (l’opportunité d’évoquer, entre autres, le contenu de votre ouvrage Macron ou la casse sociale)?

Depuis trente ans, le travail a perdu plus de 10 points par rapport au capital. Et les capitalistes sous la pression rapace de la finance, veulent sans cesse baisser le cout du travail. Ils ont bloqué le salaire net. Et comme je le décris dans mon livre « Macron ou la casse sociale » (Ed. L’Archipel)  Macron supprime le salaire brut, les cotisations sociales, pour les remplacer par un impôt à l’Etat et ensuite les salariés devront faire appel aux assurances privées et complémentaires. Il s’agit d’alléger de 498 milliards ce que paient les patrons en salaires, un gigantesque hold up anti social.

3) La sécurité sociale est-elle adaptée aux mutations de la société et du salariat (petits indépendants, à l’écart des syndicats ou oubliés par eux…) ? Doit-elle être réinventée ? Comment peut-elle être réinventée?

Bien sur, la Sécurité sociale est adaptée puisque 90 % des actifs d’aujourd’hui sont des salariés, il ne reste plus que 10 % d’indépendants (alors qu’ils étaient 45 % en 1945). Il est donc imaginable de supprimer le RSI, trop cher et en perdition, et de n’avoir plus qu’une seule Caisse universelle avec des taux de cotisations similaires. Il faut supprimer toutes ces « complémentaires », « caisses de prévoyance », ces 400 « mutuelles » mal gérées : elles coûtent 25 % de frais de gestion alors que ceux de la Sécu ne sont que de 5 %. Reconstruisons une seule grande Sécu pour toutes et tous, une seule cotisation universelle proportionnelle et plafonnée, et réorganisons des élections pour que ce soient nos syndicats qui gèrent nos caisses comme en 1945.

Bien à vous,
Bien a vous, gerard filoche
Romain Gascon
Journal L’Alsace

Referendum d’entreprise ?

Au boulot n°441 chronique « au boulot » Humanité Dimanche

 

Un jeune manifestant gilet jaune a été condamné à 135 euros d’amende pour avoir porté un t’shirt où il était écrit « RIC ».

Drôle de pays où le pouvoir réprime le « RIC » au moment où le Conseil Constitutionnel, valide un « RIP ».

Ubuesque : comme si le « RIP » en voie d’utilisation pour la première fois, n’avait pas de rapport avec le combat des gilets jaunes en faveur d’un « RIC ». Comme si  un « referendum d’initiative citoyenne » n’était pas compatible avec un « referendum d’initiative partagée ».

Des barrières réputées infranchissables ont pourtant été mises à un « RIP » :  4,7 millions de signatures d’électeurs, 185 députés, l’accord préalable du conseil constitutionnel, la consultation préalable de l’’Assemblée nationale.

Autant d’obstacles pour empêcher que les citoyens votent : pourtant ces obstacles pourraient sauter et on pourrait voter pour empêcher que les Aéroports de Paris ne soient bradés à des actionnaires capitalistes comme les autoroutes l’ont été.

Une envie guillerette se répand pour mettre en échec le pouvoir et lui dire « - Tiens on va enfin pouvoir empêcher au moins un de tes méfaits ! »

Pourra t on demain appeler à un referendum pour défendre la SNCF, Air France, nos retraites, pour reconstruire un code du travail digne de ce nom, pour imposer une hausse du Smic et une baisse des dividendes, et aussi un  « salaire maxima » à 20 fois le Smic ?

Rappelons-nous, Macron voulait des referendums d’entreprise, là où il pensait qu’ils étaient à la main des patrons et que ce serait le moyen de faire taire les salariés !

Ces « référendum » sans obstacle, ont été conçus dans les Ordonnances Macron anti-travail, pour le bon vouloir du Medef, pour contourner les négociations, intimider les salariés isolés, faire du chantage à l’emploi, et passer par dessus les syndicats.

Et puis damnation : le PDG d’Air France, sûr de lui, avait organisé il y a tout juste un an,  un référendum avec de multiples pressions dans tous ses services, unités et établissements. Tous les médias le donnaient gagnant. Et hop, il avait perdu spectaculairement, balayé avec 55 % de NON : les salariés avaient validé leurs syndicats et l’exigence d’une hausse de 6 % de salaires.

Depuis il n’y a plus de referendum d’entreprise ! Le PDG SNCF  Guillaume Pépy qui prétendait que 80 % des cheminots étaient en faveur du « Plan ferroviaire » du gouvernement s’était alors bien gardé bien de les consulter.  Quand les syndicats ont organisé un « RIC » à l’époque, appelé « vot’action », la direction de la SNCF l’avait déclaré illégitime et tenté de le rendre impossible : elle avait perdu aussi avec 61,15 % de votants exprimés, 94,97 % de « NON » !

Décidément quand un pouvoir macronien ou patronal est impopulaire rien ne le sauve.

 

Gérard Filoche

 

 

Contre la privatisation d’ADP, mobilisation générale !

 

Le Conseil constitutionnel a validé la proposition de référendum sur la privatisation d’Aéroport de Paris (ADP).  Une grande mobilisation populaire pour recueillir les 4,7 millions de signatures de citoyen.ne.s. doit maintenant s’engager. Nous pouvons mettre en échec  le gouvernement Macron-Philippe !

Macron veut privatiser Aéroport de Paris, la Française des jeux, Engie et  les barrages hydrauliques… Il est possible de l’en empêcher. Il est possible d’organiser une grande campagne dans tout le pays sur la question des biens publics et de leur gestion. La scandaleuse privatisation des autoroutes a été un jackpot pour les groupes privés. Ca suffit !

Contre la privatisation de la Poste, en 2009, un large rassemblement s’était constitué afin d’organiser une votation citoyenne, qui avait rencontré un succès en nombre de participants. Il faut reprendre le même chemin. Dans les localités, les départements, les régions et au plan national, constituons des comités unitaires contre les privatisations avec pour tâche d’amener des millions de citoyens à se prononcer en faveur d’un referendum contre la privatisation d’ADP. Associations, syndicats et formations politiques de gauche peuvent converger avec un seul et unique but : organiser et développer la mobilisation pour gagner !

Les militant.e.s du réseau de la Gauche démocratique et sociale (GDS) sont disponibles pour cette bataille unitaire, afin de mettre un coup d’arrêt à la politique néo-libérale de bradage des biens publics aux intérêts privés.
Pour tout contact : Gérard Filoche (06 07 48 11 67)Eric Thouzeau (06 40 59 65 04)

 

 

Traitrise de Castaner et de tous les médias qui l’ont suivi ! Le système démasqué (Acrimed)

Hôpital Pitié-Salpêtrière : désinformation générale et mensonges médiatiques

par  Frédéric LemaireMaxime FriotPauline Perrenot, Jeudi 2 Mai 2019

https://www.acrimed.org/Hopital-Pitie-Salpetriere-desinformation-generale

Les médias audiovisuels ont piétiné l’information. Une fois de plus. Les événements survenus à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, en fin de manifestation du 1er mai, ont débouché sur un vaste épisode de désinformation relayé par de nombreuses télévisions et radios. Un épisode qui témoigne de la précipitation des journalistes, y compris de certains journalistes de terrain, de l’absence totale de vérification et de recoupement des sources, de la reprise en boucle de la communication gouvernementale et de la hiérarchie hospitalière, de la marginalisation de témoignages contradictoires, et enfin, d’un mensonge délibéré.

Au soir du 1er mai, BFM-TV est en boucle sur la Pitié-Salpêtrière en affirmant sans recul ni nuance, bandeau après bandeau, que l’hôpital a été « pris pour cible » par des manifestants. Cette information, qui s’avérera erronée, s’appuie sur la parole surmédiatisée des autorités. À commencer par Christophe Castaner et Agnès Buzyn. Dans la soirée, les deux ministres sont univoques sur Twitter :


… dans la suite de Martin Hirsch, le directeur général de l’AP-HP :

Le soir même, de nombreux témoignages sous forme écrite ou en images remettent pourtant en cause la version des autorités, comme ceux relayés par le journaliste David Dufresne et par la photographe ValK.

Le lendemain, le service Checknews de Libération et les Décodeurs du Monde publient deux articles qui achèvent de discréditer un peu plus la version officielle d’une « attaque » de l’hôpital par des manifestants. Ces derniers auraient, en réalité, cherché un refuge suite à des charges policières et au gazage de la manifestation.

Les témoignages des manifestants disponibles le jour même auraient dû inviter les journalistes à la plus grande prudence. Mais les chaînes de télévision et de radio n’ont pas attendu pour s’emballer, et apporter leur contributions à un vaste épisode de désinformation.

Dans la soirée, BFM-TV est en boucle :



Sans tarder et sans le moindre recul, certains journalistes n’hésitent pas à emboîter le pas de la communication gouvernementale sur Twitter. C’est le cas par exemple de Thierry Arnaud, éditorialiste de BFM-TV, et de Fabienne Sintès, du 18/20 de France Inter :


Le lendemain matin, dans sa revue de presse sur France Inter, Frédéric Pommier s’en donne à coeur joie :

Sur le Huffington Post, retour sur l’un des incidents : ces dizaines de manifestants qui ont fait irruption dans les locaux de la Pitié-Salpêtrière… Des individus « violents et menaçants », selon les mots de la directrice de l’hôpital… Là encore, on serait tenté d’employer le mot « crétins ».

Et comment qualifier une telle leçon de journalisme ? Sur Twitter et sur son site web, la radio publique s’illustre également en accompagnant l’article reprenant les termes de la directrice de l’hôpital d’une photo… prise devant le commissariat du 13e arrondissement [1] :

Une grossière manipulation à laquelle France Info s’est également livrée, et qui a été pointée par Checknews. La chaîne d’info publique recevait d’ailleurs le matin même… Martin Hirsch, en titrant sans aucune distance : « L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pris pour cible ».

Dans la matinale d’Europe 1, Audrey-Crespo Mara accueille quant à elle Agnès Buzyn. La journaliste rappelle que « c’est dans cet hôpital qu’un capitaine de compagnie de CRS venait d’être admis en urgence relative après avoir reçu un pavé dans le visage ». Si elle mentionne que les versions divergent et que « des manifestants disent qu’ils cherchaient à se réfugier après une charge des forces de l’ordre », Audrey Crespo-Mara tient pour acquise la version d’une intrusion violente et pratique le journalisme d’insinuation : « Savez-vous ou pas si c’est lié à l’admission de ce capitaine d’une compagnie de CRS ? »

CNews est à l’unisson. Marie Aubazac revient sur la garde à vue des manifestants en se posant une question grave : « pourquoi [ces personnes] sont entrées dans cet hôpital ? »… et en y répondant sous forme de deux questions subsidiaires :

Est-ce qu’elles voulaient s’en prendre à un établissement public ? Ou est-ce que c’est parce qu’un CRS qui a été blessé à la tête lors de la manifestation avait été pris en charge à ce moment-là ?

Bref : les manifestants sont-ils coupables, ou coupables ?

Sur RTL, c’est en grand journaliste d’investigation qu’Yves Calvi interroge la directrice de l’hôpital, et mise sur la dramatisation. Florilège :

- Si les manifestants avaient réussi à rentrer dans ce service de réanimation dont ils ont tenté, vous venez de nous le confirmer, de forcer la porte, qu’aurait-il pu se passer ?

- Vous avez eu peur ? Je vous pose la question simplement.

- Il fallait aussi qu’ils décident de monter au 1er étage, pour aller à l’entrée du service de réanimation. Ce que je veux dire c’est que c’est un trajet qui n’est pas neutre.

- Ils ne sont donc pas venus pour se cacher ou se protéger, ils sont venus pour attaquer votre hôpital, c’est comme ça que vous percevez ce qui s’est passé ?

- Il y a une différence entre une intrusion qu’on devrait de toute façon ne jamais faire dans un hôpital et ce qui finit par ressembler à une attaque. En l’occurrence, on a des gens qui sont montés au premier étage et qui ont tenté de forcer le service de réanimation. Comme les mots ont un sens et qu’en ce moment tout est sensible, c’est pour ça que j’insiste.

Plus tard sur RTL, Christelle Rebière s’interroge aux actualités de 12 h 30 : « que s’est-il vraiment passé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ? » Pour le savoir, la journaliste interviewe Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et délégué CGT. Une interview qui va rapidement virer… à l’interrogatoire. Lorsque le médecin commence à affirmer que les manifestants n’ont fait que se réfugier dans le périmètre de l’hôpital, la journaliste le coupe, exaspérée : « Non mais franchement, c’est devenu un refuge un hôpital aujourd’hui ? » Et lorsqu’il évoque la « surmédiatisation » de cette affaire, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : « Enfin attendez, excusez-moi mais on a quand même jamais vu ça, vous pouvez pas nous dire que c’est juste une affaire comme ça, alors qu’Agnès Buzyn nous explique qu’en plus les grilles de l’hôpital ont été forcées… » Le médecin tente de poursuivre mais est aussitôt coupé par la journaliste : « en plus après on retrouve une dizaine de personnes aux portes du service de réanimation, c’est quand même extrêmement grave d’arriver jusque-là dans l’hôpital, non ? » La journaliste, visiblement excédée par l’absence de condamnation de cette inexcusable « intrusion », coupera court à la poursuite de l’entretien.

Quelques heures plus tôt, dans « L’Heure des pros » (CNews), Pascal Praud et Jérôme Béglé (directeur adjoint de la rédaction du Point) en étaient quant à eux déjà à regretter… le laxisme pénal à venir !

- Jérôme Béglé : Je suis pessimiste parce que je suis assez convaincu que ces 30 personnes ne vont pas faire de prison ferme, parce que on va dire… d’abord les 30 vont pas être condamnées aux mêmes peines, ça va mettre des semaines pour pas dire des mois pour qu’elles soient condamnées, puis il y aura des appels, puis on sait très bien, parce que vous pouvez pas…

- Pascal Praud : Non mais vous pouvez déjà les mettre à l’ombre très tranquillement ces 30 personnes qui rentrent dans un hôpital…

Un débat qui avait commencé dans l’ivresse des profondeurs, dans lesquelles l’éditorialiste Jean-Claude Dassier plongeait la tête la première :

J’espère, j’espère pour eux qu’ils étaient alcoolisés. Parce que contrairement à ce qu’on raconte, ou on fait semblant d’oublier, il y a aussi beaucoup d’alcool (…) J’espère pour eux parce que sinon je sais pas comment expliquer une intrusion dans un hôpital. Ça interroge, ça pose beaucoup de questions, on va y revenir, mais là pour moi c’est stupéfaction, c’est… j’espère pour eux qu’ils avaient forcé sur la bière !

Une fois n’est pas coutume, remettons nous-en à la lucidité de Pascal Praud, pour qui « la Salpêtrière (…) sera un marqueur. C’est-à-dire que quand on fera la séquence, il y aura eu l’Arc de triomphe, il y aura eu le Fouquet’s et il y aura eu aujourd’hui la Salpêtrière. Ce sont des marqueurs, et j’ai l’impression qu’à chaque fois, on monte d’un cran d’une certaine manière. » Des marqueurs, en effet. Mais d’un traitement médiatique de plus en plus ahurissant.
***
Ce nouvel épisode de fièvre médiatique montre une fois de plus l’adhésion presque immédiate de certains journalistes et médias à la communication gouvernementale. Les cortèges tout juste dispersés, le tapis rouge médiatique s’est déroulé pour Agnès Buzyn, Martin Hirsch et la directrice de la Pitié-Salpêtrière alors même que leurs versions d’une « attaque » de l’hôpital étaient déjà largement remises en cause. Cet épisode montre aussi l’outrance des plus zélés relais médiatiques du gouvernement et de la préfecture. Leur mépris vis-à-vis d’autres paroles, notamment de celle des manifestants comme des personnels de l’hôpital. Et en définitive, le piétinement de la déontologie journalistique la plus élémentaire.
Frédéric Lemaire, Maxime Friot et Pauline Perrenot

 

 

Castaner a gravement menti. Il doit démissionner !

Nous reproduisons ici un communiqué de la Gauche démocratique et sociale (GDS) exigeant la démission du ministre de l’intérieur.

 

Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner s’est rendu coupable mercredi d’une fake news éhontée à propos de la répression de la manifestation du 1e mai à Paris.

 

Castaner ne peut en aucun cas continuer à servir depuis la place Beauveau. Son mensonge prouve de manière formelle sa volonté délibérée de salir le mouvement social et de créer un climat liberticide de peur. Si nous sommes encore dans un pays où les libertés publiques valent quelque chose, Castaner doit démissionner tout de suite, sans attendre les résultats de l’enquête en cours sur les événements de la Pitié-Salpétriere.

 

Les vidéos qui ont vu le jour et les témoignages recueillis par les journalistes ne laissent aucun doute sur ce qui s’est passé. Dans n’importe quel autre Etat-membre de l’Union européenne, Castaner ne serait déjà plus ministre.

 

Cela suffit avec cette politique liberticide qui cherche à terroriser le mouvement social. Cela suffit avec ce pouvoir de plus en plus autoritaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

300 000 emplois dans l’hôtellerie restauration ? suffit il de traverser la rue ?

 

Ils ont un culot à toute épreuve, les patrons de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) : principal syndicat patronal du secteur (un million de salariés), au cours de leurs « Assises de la restauration commerciale » ils ont affirmé qu’ils « recruteraient volontiers près de 300 000 salariés » mais qu’hélas, il y avait pénurie de main d’œuvre ! En gros 300 000 fainéants actuellement parmi les chômeurs, refuseraient de « traverser la rue » pour venir travailler dans leurs cuisines, cafés, restaurants et hôtels.

Mais quel boulot ?

C’est la branche où les salaires sont les plus bas,

les horaires sont les plus longs,

les heures supplémentaires les moins payées,

les conditions de travail les plus épuisantes,

les maladies professionnelles les plus nombreuses,

la précarité la plus développée,

le travail illégal le plus poussé,

les immigrés les plus maltraités

les pourboires (loi Godart) détournés,

la violence au travail la plus fréquente (hiérarchie brutale, des apprentis sont battus),

le turn over le plus systématique,

la convention collective la moins intéressante,

la représentation syndicale et celle des salariés la plus faible !

Et tout ça n’est pas dû à la mondialisation ni « à l’Europe », il n’existe pas de concurrence internationale !

Ce n’est pas dû aux impôt ni aux taxes : le patronat de la restauration a bénéficié d’une baisse de la TVA à 5,5 % pendant plus de 5 ans et il n’en a rien fait : il n’a ni modernisé, ni baissé les prix, ni haussé les salaires. Ils se sont mis cette niche fiscale dans la poche et ils ont continué à frauder : 25 % des emplois ne sont pas déclarés, la quasi totalité des heures supplémentaires ne sont jamais recensées ni payées. Il y en a qui utilisent des auto-entrepreneurs pour faire des sandwiches et d’autres qui abusent des immigrés, à la plonge ou aux fourneaux. Et on ne parle pas là des « petits restos », les grandes « chaines » (250 000 salariés) sont les pires.

Et ils voudraient encore un CDI plus flexible ?

Question de mentalité : André Daguin, grand patron de la restauration conseillait ses collègues vis à vis des personnels : “Vous devez être ceux qui menacent, pas ceux qui sont menacés. Vos dents doivent rayer le parquet. L’indulgence est comme la pitié, elle vous déshonore et elle déshonore aussi ceux qui en bénéficient. La société a besoin de durs, pas de mous. L’ennui, c’est qu’il y en a beaucoup, des mous, beaucoup trop. Il faut arrêter de reculer le moment de l’effort. Ne soyez pas indulgents avec vos salariés. Il y a tout plein de bac + 12 qui sont infoutus de travailler, ils ne sont même pas capables de trouver un balai pour faire le ménage. Quand on doit licencier quelqu’un, il ne faut pas cacher la vérité. Vous savez, c’est aussi difficile pour celui qui coupe que pour celui qui est coupé. Moi, je préfère les assassins aux escrocs : les escrocs, les gens les trouvent sympas. Les assassins, non, évidemment ; mais pourtant, ils ont un grand mérite, c’est de ne pas être hypocrites ».

 

Changer de mentalité patronale, changer de pratique, supprimer les contrats courts, hausser les salaires, respecter les horaires, prendre des personnels bien formés, bien payés, bien traités, et c’est vrai, on aura 300 000 emplois de plus, et un bien meilleur service aux clients lié à une qualité de vie des personnels.

Gérard Filoche (lisez chaque semaine l’Humanité dimanche, chronique « au boulot » n°440)

http://www.regards.fr itv de Gérard Filoche pour « Midinales »

Alors que la gauche française est divisée, Gérard Filoche veut croire que l’union des gauches est toujours possible. A la veille d’une nouvelle mobilisation qui aura lieu lors du traditionnel 1er mai, on fait le point avec lui sur la situation sociale et politique. Le membre fondateur de la Gauche Démocratique et Sociale est l’invité de #LaMidinale.

http://www.regards.fr

VERBATIM

Sur les élections en Espagne
« Il ne faut jamais dire que la social-démocratie est définitivement morte. »
« Il faut toujours réfléchir sur les conditions dans lesquelles ces partis-là existent et gagnent et comment la gauche peut exister. Mais surtout, il ne faut pas être sous leur dépendance pour mener une véritable politique de transformation sociale. »

Sur le compromis en politique
« La politique, c’est une question de fond, ça dépend du mouvement de masse qu’il y a derrière les appareils et comment il peut les bousculer. »
« Il faut du compromis mais il faut qu’ils soient les meilleurs possibles. Si c’est pour ressortir une politique à la Hollande avec la même trahison qu’ils ont fait pendant cinq ans, c’est non. »

Sur la proportionnelle en France
« Quand Macron veut 20% de proportionnelle, c’est pour diminuer le nombre de députés et concentrer le pouvoir autour du président donc il ne faut pas l’accepter. »
« Il faut plus d’élus. Il faut mille élus avec des petites circonscriptions. »
« Il faut plus d’élus, il faut que les gens participent, que les élus soient contrôlés, révocables et qu’il y ait une limite dans le temps et dans le cumul des mandats. »

Sur les annonces du président
« C’est une contre-révolution. »
« Macron avait déjà écrit ça dans son livre Révolution c’est-à-dire l’idée d’une France uberisée, une société sans statut, post-salariale, sans loi ni droit et sans sécu. »
« Macron est obligé de mettre des bémols, il a un peu chaud aux fesses. »
« Au bout de six mois d’agitation, il n’a pas répondu aux gilets jaunes. »
« Quand on travaille, on veut un salaire, on ne veut pas des aides, on ne veut pas l’aumône. »
« Il faut que le capital paye, que les patrons payent. Et que fait Emmanuel Macron ? Du passe-passe. »

Sur les gilets jaunes
« Mon cœur bat avec les gilets jaunes. »
« Je suis gilet jaune depuis tout petit. »
« Il faudrait 300 euros tout de suite, pour tout le monde. »
« C’est une question de répartition des richesses entre le capital et le travail. »

Sur les violences policières
« C’est le règne de la peur qui fait reculer les manifestations. »
« C’est un terrorisme d’Etat. Ils savent ce qu’ils font avec les tirs et les arrestations. C’est une répression sans précédent dans notre pays. »
« Emmanuel Macron mène une guerre sociale. »

Sur les européennes
« Je crois que je vais voter pour l’une des listes de gauche. »
« Franchement, c’est désespérant : il y aurait une liste commune, on serait à 30-35%. »
« Ils se tapent dessus alors qu’il y a peu de différences quand on les écoute attentivement. Ils disent à peu près la même chose. »
« Pourquoi ne peut-on pas se mettre d’accord sur ce qui unit et mettre de côté ce qui nous sépare ? »
« Il ne faut pas qu’il y ait de chef, de tribun ou de césar. Il faut qu’il y ait un collectif. »

Sur l’après-européennes
« Si on ne réussit pas à bousculer la politique de Macron, avec les gilets jaunes et les organisations syndicales, c’est parce qu’il n’y a pas d’issue politique. »
« Il ne suffit pas d’additionner les partis mais on ne peut pas le faire sans les partis. »
« Pour dépasser les partis, il faut additionner les partis. »
« Pour faire le Front populaire, il a quand même fallu mettre Thorez, Cachin et Blum sur la même tribune. »
« C’est pas mal qu’il y ait des sensibilités différentes parce qu’il faut du débat dans la gauche. »
« L’unité, c’est pas se rallier, ni de se soumettre, c’est de se respecter. »

Sur la fédération populaire de Mélenchon
« Je préfère l’union de la gauche parce qu’au moins, on sait de quoi il s’agit. Dans le peuple, il y a les patrons. »
« J’ai toujours un peu de difficulté à parler de collaboration de classes. Pour moi, il y a des classes sociales, donc c’est l’unité de ma classe : ma classe, c’est le salariat. Le salariat, c’est la gauche. La gauche, c’est le salariat et je veux unir le salariat. »
« L’appartenance à la gauche est déclarative. Il n’y a pas de tribunal pour juger qui y est et qui n’y est pas. »

Sur le 1er mai
« Gilets jaunes et gilet rouges. »
« Je milite pour qu’il y ait des millions de manifestants. »
« A un moment donné, les digues vont se rompre. L’explosion est devant nous, elle n’est pas derrière. »
« Je suis un vieux soixante-huitard. Mais jeune de coeur. Il faut que les entreprises soient occupées et que la grève soit générale. Ça ne se décrète pas mais même si ça ne se décrète pas, il fait agir dans ce sens. »

 

1er mai 2019 : finance très violente contre peuple très en colère + le mensonge de Castaner à propos de l’hôpital la Pitié

 

J’étais heureux dans le métro ligne 4 vers 13 h hier 1ermai, car la rame était archi pleine et on se rendait tous au départ de la manifestation, prévue à 14 h 30 Boulevard Montparnasse vers place d’Italie. Il allait y avoir beaucoup de monde au défilé.

En voulant sortir station Montparnasse, 5 sorties sur 7 étaient fermées. Ce sont celles qui débouchaient tout de suite sans encombre sur la place. Il faut remonter vers la gare, sorties 1 ou 2 Océane ou Bienvenue. C’est long mais à la sortie Bienvenue très loin du rassemblement, il y a contrôle de police, fouilles, corps à corps,  tous les jeunes au faciès sont visés, pas moi avec mes 73 ans. C’est juste oppressant. Je redescend à pied tout le long de la Tour, j’arrive sur la place où il y a quelques ballons  FSU, CGT, Sud engagés dans le boulevard.

Je cherche le stand de Siné mensuel. Je cherche mes amis de GDS au point de rendez vous. J’essaie de remonter en tête pour saluer des camarades, mais rien n’a commencé  quand la police balance des lacrymogènes.

Ca fait de plus en plus mal aux yeux ces saletés. Tout le monde reflue. Attention, il n’y a ni « black blocks », ni casseurs, les gens qui sont là n’ont aucune action belliqueuse. Ils sont seulement colère de se faire traiter ainsi.  En fait l’information circule (et plus tard les images le confirmeront) : la police a délibérément attaqué la tête du cortège syndical, l’empêchant de se former et d’avancer.

Je cause avec mes voisins et voisines, des gilets jaunes, des syndicalistes, on parle naturellement de Macron qui refuse toute écoute, toute attention à nos revendications, salaires, retraite, on compare nos sorts, nos infos, nos actions… ou est-ce qu’on s’est vus ? A Elancourt. A Aubervilliers. A la Bourse du travail. A Dreux. On me remercie « pour les vidéos ». On fait des selfies. On blague mais pas longtemps, deuxième vent pourri de gaz lacrymogènes, on reflue, certains me protègent, me conseillent de reculer, on y est contraint, puis on recommence à essayer d’avancer.

Je croise et salue Philippe Martinez qui reflue et qui a été pris comme cible, devant. On est revenus place Montparnasse. On ré avance, on va aller au pas, il faut 45’ pour revenir là où on étaient bloqués une heure plus tôt. On est « nassés » comme au temps de Marcellin, les flics sont au contact, ferment toutes les rues. J’ai un tract de la GDS, Gauche démocratique et sociale, à distribuer (en faveur de l’unité de la gauche) mais c’est quasi impossible. Ce système de la nasse, du blocage, proximité flic et gaz avec manifestants, est une vraie provocation ; le bon système quand un ministre de l’Intérieur ne veut pas provoquer, c’est de rendre les flics invisibles. Là, ils sont sous le nez des éventuels lanceurs de projectiles, et nous sommes coincés sous leurs ripostes, matraques…

J’apprends que d’autres stations de métros sont fermées, et que les gens ne peuvent pas nous rejoindre, que devant la Rotonde on ne passe qu’au compte-goutte. Que ça grenade à Gobelins. Les morceaux de manifestations, devant, sont disloqués. Pas à pas, nous on atteint les 7 Parnassiens. Pas à pas la Coupole (pas gardée mais quand il n’y a pas amas-provoc de flics, ca se passe mieux). Il faut une heure et demie pour arriver à Vavin puis remonter jusqu’à Port-Royal. Découragés, les militants FSU on replié leur gros ballon. Attac avait prévu un cortège amusant de masques Benalla, il ne se verra guère. Des points fixes sont bousculés. Quelques poignées de militants de FI et de Générations. Des voitures qui transportent des handicapés manifestants sont immobilisées. On rage tous là, car en pratique c’est le droit de manifester qui est interdit.

Le gouvernement ment  comme des arracheurs de dents sur ses buts véritables : tout est fait pour dissuader, faire peur, freiner, repousser. Mais il est vrai pour l’en empêcher, il manque aussi un grand cortège de gauche structuré dynamique, unitaire.

En fait, il faut bien le comprendre si Macron fait peur de façon délibérée, c’est parce qu’il a peur lui même.

Depuis six mois, si Macron n’avait pas orchestré ce terrorisme d’état, cette violence policière de plus en plus forte, il y aurait eu des millions de manifestants dans les rues, comme le 13 mai 68.

Ce régime est isolé, il ne veut pas négocier, il ferme systématiquement toutes les portes aux aspirations de la majorité des salariés, mais attention, cela exacerbe les rages.

Entre 1968 et 2006, les pouvoirs négociaient : la dictature enragée de la finance ne le permet plus.

En plus de les contrôler, de le dissuader, de les frapper, ils mentent sur les chiffres de manifestants il disent 10 000 là ou il y 100 000. Tout le monde le sait, tout le monde voit les vraies images des cortèges massifs dans toutes les villes du pays depuis six mois, mais ca ne fait rien, ils mentent. Hier encore, ils mentent, et en plus, le soir, et ils dénaturent : à chaque mobilisation, un petit génie médiatique trouve un truc, il dénigre sur un thème, soit l’Arc de triomphe napoléonien, soit Finkielkraut, soit le Fouquet’s, soit les commerces, et là c’est l’hôpital la Pitié. Castaner envoie un tweet qui tombe sur le coup de la loi : mensonge, la Pitié n’a pas été attaquée ni envahie, intox filmée, mais il s’en moque, c’est le cynisme complet, le mal est fait, ils ne s’excuse même pas, il a distillé a des millions d’exemplaires, son mensonge public, faux mais le poison est répandu : « Castaner démission » normalement, mais les médias des grands milliardaires le protègent.

Et tout ça sans répondre aux revendications légitimes, Macron a fait 150 h de télé, plus 2 h 30 de conférence de presse,  sans prononcer le mot salaire, pourtant objet de la principale revendication.

Mais est ce que toutes ces manœuvres, toutes ces violences de Macron, toute  cette répression policière inédite et féroce, ca va suffire à empêcher l’explosion ? Je ne crois pas. Il la retarde, certes. Mais c’est un mouvement d’une profondeur, d’une durée, d’une énergie, d’une créativité sans précédent soutenu par une majorité dans le pays. Il est basé sur des besoins énormes insatisfaits, ça accumule sa puissance. Il suffit de parler avec les gens, ils étouffent. La vapeur va sortir. Ce sera comme toujours de façon inattendue mais encore plus violente.

Macron certes n’a encore rien lâché, il le sait, mais il devrait pourtant entendre avant qu’il ne soit trop tard pour lui.